UA-38716482-1

25/04/2016

Quai au Foin et quai aux Pierres de Taille

bassin quai aux pierres de taille 1.jpg

Ce bassin fut construit dans la prairie des Béguines, dite la praire « Guillaume », par Henri Faye, le même qui avait entrepris en 1639, le creusement du Mestback.  Le nouveau bassin fut appelé le Bassin au Foin.  Il était perpendiculaire au bassin aux Barques.  Ce travail de grande utilité transforma complètement la physionomie de ce quartier, jusque-là entrecoupé de prairies et de marécages.  Sur les deux rives du nouveau bassin on éleva de belles constructions, et les quais devinrent rapidement animés.  Les grands magasins, qu’on y trouvait encore il y a peu attestaient toute l’importance du commerce de transit et du trafic intérieur de la Belgique, les seules relations économiques, d’ailleurs, qui nous fussent permises, au XVIIè et au XVIIIè siècle, après la fermeture de l’Escaut.

Quai au Foin et aux Pierre de Taille Théâtre Flamand.jpg

Le quartier des quais devint même le quartier mondain de Bruxelles au XVIIè siècle.  Le goût de la promenade s’étant répandu, la promenade en carosse surtout, on créa, à Bruxelles, à l’imitation de Paris, où Henri IV, avait construit le Cours de la Reine, en l’honneur de sa femme Marie de Médicis, la promenade de l’Allée Verte, et aussi le Tour à la Mode, promenade pour piétons, aménagée sur le rempart entre la porte de Laeken et la porte du Canal.  C’est également dans ce quartier qu’on construisit, quai au Foin, l’Opéra italien.

 

barques quais anciens.jpg

Les quais s’appellent, celui de droite le Quai aux Pierres de Taille, celui de gauche le Quai au Foin.  Au XVIIIè siècle, les deux quais s’appelaient indifféremment quai au Foin.  Nous les longerons jusqu’à l’ancien Entrepôt.

Au n°34 du quai aux Pierres de Taille, l’ancien hôtel du baron van der Stegen de Putte, ensuite de Spoelbergh.

maison sur les Quais de Bruxelles.jpg

 

En face, au n°53 du quai au Foin, une « Vierge », encastrée dans le mur de la façade avec cette inscription-chronogramme qui rappelle, en partie, celle qui se trouvait jadis sur la Maison du Roi : « A peste, fame, bello atque naufragio, libera nos jugiter Diva Virgo ».  Le chronogramme donne la date de 1680. 

 

quai au foin façades.jpg

Ce fut au quai au Foin (aujourd’hui quai aux Pierres de Taille), comme nous venons de le dire, qu’on joua pour la première fois l’opéra italien dans un théâtre qu’y firent élever, en 1681, J.B. Cartelli.  La première représentation eut lieu le 24 janvier 1682.  On joua en italien l’œuvre d’Aurelli « La Médée » (Medea in Atene).  Des recherches ont été faites et ont permises de retrouvé l’emplacement de cet ancien théâtre.  Il correspond au n°28 du quai aux Pierres de Taille.  Ce théâtre ne subsista pas longtemps.  Don Estevan d’Andrea, amiral de l’Escaut, le vendit, le 1er août 1701, à Josse Jacobs.  En 1767, cet immeuble transformé en habitation privée, s’appelait toujours l’Oude Opera.  En 1793, il était occupé par le colonel de Rameau, le même qui avait tenté d’introduire la culture des vers à soie à Bruxelles.

 

bassin de ste Catherine.jpg

bassin ste catherine 1.jpg

Tour d’horizon de l’endroit en 1979,…

… Au même quai aux Pierres de Taille, au n°21 façade du XVIIè siècle, plâtrée et défigurée mais ayant encore ses ancres anciennes.  Le n°22 conserve une porte Louis XVI…  Toutes les maisons étaient occupées, au XVIIIè siècle par des bateliers.

Au n°20, nous trouvons un type de magasin ou packhuys du XVIIè siècle, certainement contemporain de la construction du bassin et du quai vers 1640.  Enfin, nous voici arrivés à l’endroit où fut construit le premier Entrepôt.  Sur son emplacement se tenait jadis un marché aux bestiaux.  En 1779, le Gouvernement approuva les conclusions d’un rapport, dans lequel on exposait la nécessité d’ériger à Bruxelles un « entrepôt ou magasin de transit ».  L’édifice, dont Nivoy donna les plans, fut achevé en 1781.  On y lisait des inscriptions, destinées à stimuler l’énergie du marchand.  Le 3 mars 1780, arriva pour la première fois à Bruxelles un vaisseau à trois mâts, venant de Nantes par Ostende et Gand, avec un chargement de 336 pièces de vin.

Après la construction du Grand Entrepôt en 1846, aujourd’hui démoli, le premier entrepôt de Bruxelles fut désaffecté.  Ses inscriptions dithyrambiques disparurent.  On en fit un « magasin d’artillerie du génie ».  Dans le fronton modifié on plaça un lion belge au milieu d’un trophée militaire.  Devant le bâtiment on construisit le Théâtre Royal Flamand.

D’ici, nous voyons les dernières maisons du quai aux Pierres de taille, à droite de l’ancien Entrepôt.  Au n°8 existait encore un vieux magasin appelé, au XVIIè – XVIIIè siècle « de Schuuere, La Grange ».  Au n°6, une porte cochère Louis XVI.

Achevons la revue des maisons du quai au Foin.  Le n°23 évoque un fait d’histoire manufacturière.  Une raffinerie de sucre y était étable en 1767, industrie nouvelle dont le Magistrat avait favorisé l’introduction, afin d’aider au développement économique de la ville.  Deux autres industries nouvelles, la fabrication de la porcelaine et la verrerie, avaient aussi leurs représentants aux quais du bassin au Foin.  En 1764, Jean Van Gierdegom s’associa avec Jean Verplancken et fonda la première fabrique de porcelaine.  Or, J. Verplancken habitait, en 1767, le quai au Foin, non loin du bassin aux Barques.  Un verrier, Léandre Henri, vivait, à la même époque, au n°27 du quai aux Pierres de Taille.

cheval marin.jpg

 

En 1715, les Apostolines ou Marolles, qui s’étaient établies d’abord au Bovendael, près des Minimes, vinrent se fixer au quai au Foin.  A travers leur couvent démoli passe aujourd’hui la rue Van Gaver… créée en 1884 (Guillaume Van Gaver, conseiller communal et échevin de Bruxelles de 1830-1853).  Un peu plus loin, se trouve l’impasse Van Oeter, (du nom de son premier propriétaire), entre les n° 13 et 15, dont la porte d’entrée est datée de 1640, (à peine visible au pilastre de droite), probablement un reste de l’ancien hôtel du baron de Peuthy.  D’ici jusqu’à la rue de Laeken, se succédaient une série de cabarets, auxquels le voisinage immédiat de l’Entrepôt assuraient une nombreuse clientèle, « In Sint-Jan-Baptiste, In ‘t Spaensh Magasyne, In den Hert, In den Wyngaert des Heeren », enfin, au coin de la rue de Laeken, « In den Vetten Os »

quai au foin 1.jpg

14/11/2014

Les Bassins …. Le Canal

Bassin Ste Catherine

Le canal de Willebroeck, d’une longueur totale de plus de vingt-neuf kilomètres, se terminait au cœur même de la ville basse par un ensemble de bassins.  On posa la première pierre du premier de ces bassins le 1er avril 1830.  Vers 1900, les bassins, au nombre de cinq, se présentaient de la façon suivante : dès avant l’entrée en ville, on trouvait, à droite, le bassin de la Voirie.  Ensuite, venait le Grand Bassin, suivit du bassin des Barques et de celui des Marchands.  Ce dernier avait déjà été remblayé en partie pour permettre l’érection du Marché-aux-Poissons, lui aussi actuellement disparu. 

Allée verte avant-après.jpg

Enfin, derrière le théâtre flamand s’étendait le bassin de l’Entrepôt.  D’autres part, l’actuelle rue du Chantier rappelle l’existence, à cet endroit, du bassin du Chantier.   Bordés vers le milieu du XIXème siècle par une balustrade en fer, ces bassins ont fait partie, pendant de longues décennies, du paysage bruxellois.

L’expansion de Bruxelles s’étant faite à un rythme accéléré, ces bassins devenus trop exigus ont été comblés depuis et la S.A. du Canal et des Installations Maritimes a fait creuser hors du pentagone un véritable port de mer.

allée verte vue d'ensemble.jpg

arrivage de moules via le canal.jpg

Arrivage des moules

canal pont de l'abattoir.jpg

canal willebroeck pont train.jpg

ferme des boues allée verte à vérifier.jpg

le chien vert l'écluse qui alimentait le canal en 1787.jpg

le nouveau canal.jpg

l'entrepôt.jpg

l'entrepôt le pont du canal.jpg

molenbeek bassin et petit château 2.jpg

Quai charbonnages canal moulin ricquier.jpg

travaux du canal.jpg

vue des bassin et du canal en 1844.jpg

Anecdote ...

43è tour de France 2ème étape liège lille au canal.jpg

43ème tour de France..... Liège / Lille à hauteur du Canal à Bruxelles

vendredi 4 juin 1909 canal à sec.jpg

11/11/2013

Quai aux briques

quai aux briques.jpg

La partie du bassin déjà remblayée en 1878, fut occupée par le nouveau Marché au Poisson ou « Vismet », halles métalliques avec verrières édifiées sur les plans de l’arch. J. De Blois en 1882-1884 et démolie en 1955.  

quai aux briques 2.jpg

vismet.jpg


06/10/2013

‘K hem aa gezien ! ‘K hem aa gepakt… in foto! Je t’ai vu! Je t’ai pris en photo !

Nouvelle rubrique où tous les membres du blog pourront publier des photos d'abominations urbanistiques, de bruxellisation patente, de rapt de statues, de disparition d'objets urbains,  perspectives tronquées, truquées  sur l'architecture contemporaine à Bruxelles,  etc...

Prenez votre temps pour vous balader dans votre ville le nez en l’air. La technologie actuelle permet de partager ce que vous verrez. Et que les schieves architectes, les scheiles entrepreneurs et les propriétaires indélicats ou irrespectueux se le disent : On vous a vus ! On vous a pris !!!

De : Luc Bernaerts du blog :

 http://nosferatuske.skynetblogs.be/


GezienGepakt0.jpg

GezienGepakt01.jpg

GezienGepakt02.jpg

Souvenez-vous : voir ma précédente publication au sujet de la rue du Chien Marin 

http://sofei-vandenaemet.skynetblogs.be/archive/2007/04/25/la-rue-du-chien-marin.html

chien marin ancien.jpg

Au début du siècle....

impasse chien marin 70.jpg

Dans les années 70 ....

Quand est-ce que la ville va commencer à prendre soin de nos anciens quartiers ????

 



26/01/2013

Le ventre de Bruxelles... les halles et les marchands

 

 

 

halles centrales.jpg

 

Les Halles Centrales étaient situées rue de la Vierge Noire, c’est la ville qui décida de construire celles-ci en 1873 à la place de l’ancien lit de la Senne. 

 

palais été vue sur arcade.jpg

 

Composée de deux ailes, et séparée par un passage menant à la rue Grétry. 

Ce fut le pôle du négoce jusqu’en 1892. 

 

halles centrales 1909.jpg

halles centrales animée.jpg

halles centrales passage entre les palais.jpg

palais été sous occupation.jpg

sous l'occupation....

 

En 1893, l’aile nord (dit le Pôle Nord)  fut aménagée en une vaste patinoire l’hiver et l’été se muait en un music-hall de 2.000 places (Palais d’Eté). 

 

palais été interieur.jpg

palais été intérieur 2.jpg

palais été pôle nord tables.jpg

palais été progra.jpg

pôle nord affiche patin dames.jpg

pôle nord affiche patins.jpg

 

 

Durant 40 ans, l’endroit ne se désemplit jamais… 

Durant la guerre de 40-45, il y avait un vaste cynodrome (piste qui sert aux courses de Lévriers) avec lapin mécanique…. Un vrai lieu de paris !

 

1916 file devant le palais d'été ... achat de beurre.jpg

En 1916, durant les temps difficiles, ont y faisait la file pour un peu de beurre

halles centrales carte.jpg

halles cortège.jpg

A l'occasion du 75ème anniversaire de la Belgique.  Cortège de St Médard patron des Jardiniers à la fête de Halles et Marchés bruxellois

pièce souvenir.jpg

 

 

En vue de la transformation radicale du Vieux Bruxelles et afin d’accueillir les touristes durant l’exposition de 1958, la ville décida en 1957 de démolir l’aile gauche pour faire place à un vaste parking nommé « Parking 58 »….

L’aile sud fut maintenue jusqu’au milieu des années 60…. Le rez-de-chaussée fut occupé par le magasin PRIBA. 

A ce jour, ce bloc de béton et ce parking défigurent le quartier !

 

palais été cuisine de guerre.jpg

palais été cuisine de guerre 2.jpg

 

 

Les halles de Bruxelles ont une physionomie particulière.  C’est le meilleur endroit pour y découvrir les habitants sous leurs véritables aspects.  On y savoure la réelle personnalité de chacun  et le savoureux accent de la ville résonne à chaque coin de rue. 

Ce sont comme on dit : « les gagne-petit »… ceux qui exercent toutes sortes de métiers pour pouvoir joindre les deux bouts. 

Malgré le fait que Bruxelles s’agrandit et s’embourgeoise peu à peu, il y a aussi les familles nombreuses qui vivent dans des quartiers plus pauvres et qui font face au coût de la vie qui devient jour après jour de plus en plus chère. 

Lorsque l’on a plusieurs bouches à nourrir, il faut se débrouiller et accepter d’effectuer son commerce à même le trottoir….

Combien de ces humbles ne se rencontraient-ils pas dans les rues à l’époque et dont l’existence dépendait d’abord du temps, puis de l’intérêt public ?

 

marchande de légumes en famille.jpg

 

 

Ces cris disparus ou noyés dans le brouhaha actuel, resteront pour nous le symbole de la vie quiète et assurée, à jamais perdue…..

 

halles centrale expo marchandises vb.jpg

 

 

Dans les halles, partout s’empilent les fruits, les légumes, les poissons, les viandes, les volailles, les fleurs… toutes sortes de victuailles sont exposées en attente de la criée…

 

halles centrales vente des fleurs.jpg

 

 

Après transactions en publique, toute cette marchandise quitte colis par colis, les halles en direction des marchés. 

 

halles des producteurs local expo.jpg

Halles les primeurs.jpg

halles locaux de vente des fruits de serres et des primeurs.jpg

 

 

A la criée aux poissons, les poissons de rivière et de mer sont entassés dans d’énormes paniers.

Dans la galerie les revendeurs et les restaurateurs se disputent franc par franc les lots.  Le tout se déroule dans une ininterrompue criaillerie et dans un brouhaha continu. 

Certains s’apostrophent et dans un langage assez coloré reprochent aux vendeurs la hausse des prix. 

 

 

halles les colporteuses.jpg

 

 

 

Sitôt l’achat conclut, le marchand empoigne son lot et s’en va en direction d’un marché pour revendre à son tour et pour un maigre bénéfice sa découverte du jour.

 

halle vismet.jpg

 

 

Au marché aux poissons, il y a plusieurs longues rangées d’étals.  Les poissonnières sont au poste, guettant le regard du client.  Gare à sa voisine si celle-ci vend d’avantage ou rabat ses prix !

 

étals vismet.jpg

intérieur marché aux poissons.jpg

marellé aux poissons.jpg

marchandes d'anguilles.jpg

 

 

C’était aussi la brouette chargée de trois larges paniers plats, hauts d’un peu plus d’une main sur champ et superposés, grouillants d’anguilles.  Un long cri en deux notes « Pa…ling » attirait la ménagère munie d’un récipient dans lequel s’agitaient aussitôt les anguilles écorchées et dépouillées, jetées une à une  avec dextérité par la marchande.

Le spectacle plutôt répugnant mais irrésistible à notre curiosité, se renouvelait chaque semaine. 

 

marchande de crabes.jpg

petits metier vendeur de caricoles.jpg

arrivage de moules via le canal.jpg

marchandes de moules 1912.jpg

 

 

On entendait aussi les cris de « Guèrenaude en crabbe » !  « Caricole ! Caricole » !  Ce sont les crevettes et les carrick attendus.  Le vendredi, c’est la brouette chargée d’un sac de moules et l’annonce « Mosselo » modulée par le marchand. 

 

Au bout d’un certain temps, l’odeur de la marée vous gagne les narines et vous pousse au dehors.

 

A la criée aux légumes, les restaurateurs et les verdurières se disputent les prix.  A chaque vente de colis, on ouvre le suivant et on le présente au public.  Le crieur, une main dans la poche et l’autre levée se pique d’être « dans le vent » et se force à parler un français « pincé ». 

 

A la criée de la viande, le monde s’amasse … c’est à cet endroit que se décidera la base du plat du jour que le restaurateur servira à la carte et que la ménagère présentera à sa grande famille.  Les prix sont tellement intéressants que les bouchers de la ville rougissent de colère. 

 

marchande de crabes.jpg

 

 

Un peu plus loin, il y a le domaine « crèmerie »… du beurre, du fromage, des œufs…. Les marchandes vous accostent le bras tendu avec ou bout d’un couteau la preuve de la qualité de son produit. Il faut dire qu’en ces temps, la rumeur rapporte que certaines « victuailles » sont « artificielles » !

 

marchande d'oeufs.jpg

 

 

Soudain résonne au lointain « Mosselen … les huîtres du peuple »… et là se plante un marchand avec une brouette remplie de moules…. De la gastronomie au détail ! …. De vieille tradition religieusement respectée par les bruxellois et pour deux centimes, il vous est permis de manger des moules crues… En général, entre la dixième et la quinzième moule, et à cause de la sauce qui les accompagnent, vous êtes gagné par une petite toux…

 

marchands de moules.jpg

 

 

Aux environs des halles et de chaque marché, il y a aussi la marchande « de contrebande »… panier au bras, elle exerce sans patente un commerce qui risque de lui rapporter plus d’ennuis que de réels bénéfices…. Souvent, la police les chasse….

 

marchande de fleurs panier.jpg

marchandes de fleurs bourse 1930.jpg

 

 

Trienneke et ses fleurs à la bourse … arrivée à l’aube, elle quitte son emplacement qu’à la tombée du jour…. Longtemps elle a fait partie du folklore du quartier….

 

marchande de citrons et oranges si.jpg

marchandes de légumes (2).jpg

 

 

Nille de citroenwaaif…. Pétronille la marchande de citron s’était établi rue de Flandre… proche du vismet…

 

Swaske débite sa marchandise à l’abri d’une porte cochère près du Marché Ste Catherine…chaque jour, elle y vend des œufs, du beure et du fromage…

 

marchandes de fleurs si.jpg

 

 

Tanneken (Anna) se promène sur le boulevard, d’un côté à l’autre de la chaussée, son panier empli de petits bouquets qu’elle confectionne la nuit. 

 

marchande de ballons et de fleurs021.jpg

marchand de mouron si.jpg

Le marchand de mouron

marchande de journaux.jpg

pub marchande escargots 2.jpg

 

 

 

 

Voici quelques expressions bruxelloises :

Aberdoen : désigne la ville d’Aberdeen en Ecosse, l’endroit de la pêche à la morue.

« Rotten aberdoen » : injure désignant une personne âgée négligée.

Afzetter : voleur à la petite semaine

Babbeleir : personne qui parle beaucoup et souvent sans discernement

Bibberer : trembler …. Avoir le « bibbe »

Bleiter : personne qui se plaint à tout propos

Buffel ou Goulaf : Gros mangeur … gourmand…. Glouton …

Deevegge : Voleuse

Den deuvel on â nek : (le diable sur la nuque)…. Va au diable !

Doemei ben ik dik (avec ça je suis gros) : « Ca me fait une belle jambe » !

Gardevil : agent de police ou on peut dire aussi Ajoen (oignon) … qui faisait allusion à la forme de leurs casques

Ieten Boek : chaud lapin

Loerik : paresseux