UA-38716482-1

03/10/2013

La vénérable rue Neuve ...d’après Fernand Servais en 1965

1905 animée.jpg


La rue Neuve a ceci de doublement paradoxal : elle est ancienne ; et, primitivement dénommée Longue rue Neuve, elle cessa de revendiquer sa qualité de longue dès le jour où se prolongea jusqu’au boulevard du Jardin Botanique. 

Car, avant 1839, son point terminus était l’embouchure de la rue de Malines.  L’espace compris entre cette rue et le boulevard était couvert de maisons et de jardins dont, par arrêté royal du 15 juillet, on décida le percement, en vue d’établir une voie rectiligne reliant les actuelles places de la Monnaie et Rogier, où la gare du Nord fut inaugurée en 1841.

 

années chapeaux boules.jpg

 

Notons, du reste, que la rue Neuve, dont les origines remontent à la fin du 16ème siècle (la première enceinte de Bruxelles longeait la rue du Fossé-aux-Loups) avait été déjà agrandie et percée en 1617, à l’initiative de l’entrepreneur Jérôme De Meester qui favorisa ainsi l’éclosion d’un nouveau quartier, un quartier bourgeois, encore que champêtre, ayant des communications directes avec la Porte de Laeken.

 

rue neuve ancienne.jpg

 

Il n’était pas bien salubre, à la vérité (la rue dite du Marais porte un nom évocateur…).  Maraîchers, fleuristes, blanchisseurs y étaient, si l’on peut ainsi dire, à pied d’œuvre.  D’où les noms persistants de : rue des Roses, rue des Bluets, rue du Persil, rue aux Choux, rue de la Blanchisserie, donnés aux rues environnant de la place des Martyrs, nommée alors place Saint-Michel.

 

rue neuve avant église finistère bières marly.jpg

 

Et cet endroit, qui garda longtemps son allure campagnarde, ne manquait pas d’être idyllique, étant pourvu de guinguettes verdoyantes où nos aïeux allaient charmer leurs amours dominicales… Guinguettes dont la dernière en date, dans les parages, fut celle du mémorable et regretté « Diable-au-Corps ».

Evidemment, nous avons peine à nous imaginer, aujourd’hui, un tel recul, de telles origines à ce quartier devenu une des centres les plus vivants, les plus modernes de la capitale.

 

rue neuve 36.jpg

 

Il est vrai que le nom même de son église : l’église du Finistère (Finis terrae) suffit à évoquer ce primitif isolement.  Cette église, est le seul monument dont peut s’enorgueillir la rue Neuve.

 

rue neuve église du finistère.jpg

 

Par contre nombreux furent les demeures seigneuriales, les luxueux hôtels privés qui l’embellirent au point d’en faire, à un temps donné, une des rues les plus cossues de la ville.

 

brasserie de l'Yser 2.jpg

 

Nous nommerons : l’hôtel de la marquise douairière de Wargny, devenu, en 1675, l’hôtel des Spinola ; l’hôtel du comte de Furstemberg ; l’hôtel du baron de Secus, démoli pour y aménager la Galerie du Commerce ; l’hôtel d’Alexandre-Joseph Rubens, receveur général des Domaines.  On peut en voir encore une partie, avec un demi-fronton, englobée dans l’annexe des magasins de l’Innovation en face de l’église.  Les plans de cette admirable demeure furent tracés par l’illustre aïeul du propriétaire : le peintre Pierre-Paul Rubens.

 

actuel c&a 1880.jpg

Actuel C&A en 1880

 

Ce fut dans la rue Neuve également que se trouvait l’hôtel de Vander Noot, un des artisans de la révolution brabançonne.

 

3 5 7  rue neuve.jpg

N° 3-5- et 7 de la rue 

 

Le dernier occupant fut le facteur de pianos Oor, dont les vieux Bruxellois n’ont pas perdu le souvenir.

 

la victoire n°48 avant transformation.jpg

la victoire.jpg

Parmi les notoriétés qui résidèrent en cette rue signalons aussi la comtesse de Montholon, la femme du célèbre général, qui vint s’y installer en 1819, un mois après la mort de sa fille, Joséphine-Napoléone dont l’Empereur était le parrain… et peut-être même le père.  La comtesse avait séjourné avant cela dans une maison sise au coin de la rue Royale et de la Montagne de la Cour (emplacement de l’Hôtel de l’Europe).  Le décès de son enfant étant survenu en cet immeuble, elle l’avait quitté pour chercher, vainement, ailleurs, un adoucissement à son chagrin… Elle rejoignit le général, à Paris, en 1821, après avoir failli être brûlée vive dans l’incendie qui dévasta cette dernière habitation.

 

au merveilleux.jpg

 

On le voit, …. La rue Neuve a ses titres de noblesse (selon F. Lebouille, pas moins de 30 rues portèrent le nom de « Rue Neuve » à travers les siècles)

 

rue neuve et rue du finistère 1890.jpg

 

Elle rappelle en outre, souvenirs moins lointains, le troupeau de chèvres qui passait le matin et que le pâtre trayait en chemin faisant, à la demande des amateurs de bon lait bien tiède.

 

bijouterie léon rossel.jpg

 

Aux demeures patriciennes ont succédé les coquettes boutiques, les immenses et splendides magasins d’aujourd’hui.  Et c’est tant mieux.  Là où régnait jadis une morne austérité faite de maisons solennelles aux porches rébarbatifs, s’ouvrent maintenant des portes accueillantes, sourient des étalages séduisants, s’éveille l’amusante curiosité de la foule des passants, fleurit le bagout plébéen des camelots, des marchandes, des marchands ambulants, s’élève la voix joyeuse d’un chanteur en plein air !

 

rue neuve magasins.jpg

 

 

Car elle savait aussi être joyeuses, la rue Neuve ! …

 

maison colard n°11.jpg

Maison Colard au n°11

 

Des salles de spectacles l’agrémentaient avant la première guerre mondiale.  Des cafés-concerts, des théâtres, lesquels se multiplièrent durant l’occupation, sans toutefois atteindre le nombre, record, des cinémas d’aujourd’hui.

 

maison centrale 2.jpg

 

Le premier théâtre connu qui s’ouvrit rue Neuve (au n°153) fut l’Eden.  Son inauguration eut lieur en 1906.

 

magasin hirsch.jpg

 

Le programme quotidien comportait des numéros de music-hall, une pièce en un acte et – déjà – une vue cinématographique.

 

bon marché en 1800.jpg

Au Bon Marché en 1800

Il devient totalement cinéma fin 1910.

De dimensions beaucoup plus réduites et spécialisé dans des spectacles beaucoup plus modestes, l’Eden de la rue Neuve n’évoquait que faiblement le souvenir de son aîné.  Aussi, ne fit-il que vivoter.

 Il y eut ensuite le Kursaal, dès 1911.

 C’était comme l’Eden, un concert-cinémas, mais de plus vastes dimensions.  Si nos renseignements sont exacts, il fut construit à l’emplacement de l’Hôtel de l’Univers.

 De concert-cinéma, le Kursaal devint un vrai théâtre, pendant l’occupation 1914-1918, sous la direction squassi-Van Hamme. On y donna des pièces du terroir, telle que « La Famille Klepkens » et des fantaisies bruxelloises dues à la plume de Bodart, Devère, Raume et du jeune Marcel Roels.

 

incendie du magasin cohn donnay 31 décembre 1906.jpg

 

Durant l’année 1911, on vit naître aussi, au n°37 de la même rue, un autre établissement, « La Cigale », qui, cinéma à son ouverture, devint théâtre pendant la grande guerre n°1, son premier spectacle étant une revue de Jef Orban.

 

joyeuse entrée du roi Albert escorte royale.jpg

Étonnamment multiples devaient être les destinations successives auxquelles, de 1918 à 1921, fut vouée la cour d’un immeuble qui, portant les n° 24 et 26, se paya le luxe de se transformer en théâtre en se couvrant d’un vitrage !  Cette cour devint successivement : 1° Le Selectsior, pour y présenter une série d’attractions ; 2° Le Coq Gaulois, cabaret montmartrois où plusieurs chansonniers célèbres défilèrent : Xavier Privas, Dominus, Francine Lorée, Lucy Pézet, vedette montmartroises ; 3° La Boîte à Pic, autre cabaret éphémère, et 4° en 1920, La Boîte à Surgères.  Ce cabaret portait le nom de son fondateur, chansonnier qui eut une certaine vogue.  La pièce d’ouverture fut la « r’vue Neuve », représentée au profit de la souscription du monument Gabrielle Petit. 

 

Toone 1931.jpg

Dans son Histoire des Théâtres de Bruxelles, Lionel Renieu nous rappelle que Toone et ses marionnettes, désertant le caveau des Marolles, firent là aussi leur apparition, en 1918, peu avant l’armistice.  Folies des grandeurs ! …  Sorti de son milieu populaire, Toone ne trouva plus le public et l’ambiance qu’il lui fallait.  Présentés dans une belle salle, garnie de vrais fauteuils, ses « poecheneles » se sentirent dépaysés et se mirent à parler faux, … comme en 1897 quant le même Toone… si ce n’était pas lui, c’était son père…. S’était avisé, une première fois, de venir faire le « stoeffer » à Bruxelles-Kermesse, lors de l’Exposition du Cinquantenaire. 

 

theatre toone VI.jpg

Le séjour de Toone rue Neuve fut tellement déficitaire qu’un huissier intervint et vendit aux enchères les chers acteurs de bois du pauvre homme !

 

sous bock.jpg

Godefroid de Bouillon, le chevalier Bayard, Lagardère, Geneviève de Brabant, la reine Margot, vendus aux plus offrant, comme des esclaves dans l’antiquité…  Quelle honte !

 Il faut un rossignol toujours dans la forêt, chante Rostand dans Chatecler.

 Il faut un Toone toujours aux Marolles !

 

 

Texte de Fernand Servais en 1965... Souvenirs de mon Vieux Bruxelles 


 

vieille voiture et artois.jpg

Quelques publicités 

affiche exposition gd bazar.jpg

au bon marché pub.jpg

bon marché pub.jpg

cinéma trianon rue neuve.jpg

hotel de l'univer carte.jpg

hotel de saxe à vérifier longue rue neuve 54.jpg

pub piano.jpg

pub piano phonola.jpg

rue neuve 19 chapellerie.jpg

La rue Neuve un peu plus récente...

novada rue neuve.jpg

Novada 

rue neuve 32 la frégate.jpg

Rue Neuve n° 32 .... Restaurant La Frégate

rue neuve patisserie du finistère.jpg

rue neuve patisserie du finistère 1.jpg

La Patisserie du Finistère 

 

rue neuve inauguration du chauffage 1954.jpg

Hiver 1954, Il fait tellement froid que l'on inaugure des chaufferettes dans les rues 

rue Neuve 48 reçu par mail 23062013.jpg

1948, La Famille Lemoine fait des emplettes 

Les années 60

rue neuve 60s.jpg

rue neuve 60s 2.jpg

rue neuve sous la pluie.jpg

rue neuve crèche au finistère.jpg

Une crèche de Noël à l'église du Finistère 

police à moto 1972 grève des indépendants.jpg

1972.... Grève des indépendants ! 

Ambiance nocturne 

chaussures Eddy.jpg

féérie lumineuse.jpg

féérie lumineuse rue neuve 1955.jpg

rue neuve (2).jpg

rue neuve la nuit.jpg

rue neuve la nuit 2.jpg

rue neuve la nuit 3.jpg

On pourra dire ce que l'on voudra mais ce Bruxelles-là, cette ambiance... manque à beaucoup de Bruxellois ! 





 






10/01/2013

Chez Toone à l'époque ....

 

bruxelles, brussels,toone,belgique,folklore,photo,histoire,théâtre,tourisme,bruxellois,marole,vieux marché,marché aux puces,aemet

 

Pendant la semaine sainte, Toone met en scène le Vrai Mystère de la Passion de Notre-Seigneur.  Alors que tous les personnages sont présents sur la scène, la Vierge s’approche de son fils pour le réconforter.  Le Christ, infiniment las, lui répond : « Och, Moema !  Ik hem flanelle biene ! ».  Dit dans le langage de chez nous, par les acteurs de Toone, n’est-ce pas là un moment des plus émouvants du théâtre ?

 

bruxelles, brussels,toone,belgique,folklore,photo,histoire,théâtre,tourisme,bruxellois,marole,vieux marché,marché aux puces,aemet

 

Dans les coulisses, les plus grands noms de l’histoire : Charlemagne-à-la-barbe-fleurie, Poepa, le duc de Guise, Blache de Nevers, Lagardère, les spadassins, la Sainte-Vierge, Jeudass, Juuzeke et tant d’autres. 

La préférence de Toone va aux pièces de cape et d’épée dans lesquelles les nobles chevaliers sont aux prises avec les vilains traîtres.

 

bruxelles, brussels,toone,belgique,folklore,photo,histoire,théâtre,tourisme,bruxellois,marole,vieux marché,marché aux puces,aemet

 

Toone leur fait parler tous la même langue mais il parvient à se placer dans la peau de chacun de ses personnages.

Ses représentations ont fait les délices de Bruxelles-Kermesse, à l’exposition universelle de 1910.

 

Extrait du livre « La rue Bruxelloise vers 1900 » de la CGER

 

bruxelles, brussels,toone,belgique,folklore,photo,histoire,théâtre,tourisme,bruxellois,marole,vieux marché,marché aux puces,aemet

 

 

bruxelles, brussels,toone,belgique,folklore,photo,histoire,théâtre,tourisme,bruxellois,marole,vieux marché,marché aux puces,aemet

 

 

1931, Toone est ressuscité !  C’est dans un des coins les plus pittoresques de la rue Haute, au n°6 de la rue Christine, que s’est ouvert en cette fin du mois de mars le théâtre de marionnettes de Toone V, plus communément dénommé Daniel Van Landewijck.  Il succède à Jan de Crol.

 

Extrait du journal « Le Soir »

 

 

bruxelles, brussels,toone,belgique,folklore,photo,histoire,théâtre,tourisme,bruxellois,marole,vieux marché,marché aux puces,aemet

Noël chez Toone.

Vers les années 1917-18, le grand écrivain belge Michel de Ghelderode entreprit la tâche de mettre par écrit, pour qu’elle ne se perde jamais la tradition orale qui se transmettait de père en fils dans la dynastie des montreurs de marionnettes et qui remontait à l’époque de la domination espagnole.  Dans ce but, il se mit à fréquenter assidûment les Marolles et recueillit de la bouche de Jean Hembauf, dit Toone IV, les éléments nécessaires à la rédaction de ces petits chefs-d’œuvre de folklore.

 

bruxelles, brussels,toone,belgique,folklore,photo,histoire,théâtre,tourisme,bruxellois,marole,vieux marché,marché aux puces,aemet

 

Voici en résumé l’histoire de la Nativité telle que José Géal 6ème de la dynastie des Toone la présent encore aujourd’hui.

-La scène du castelet représente Béthléem où Joseph et Marie se sont rendus pour calcul des enfants.  La ville de la Nativité est présentée sous l’aspect… de la Grand’Place de Bruxelles.

Le préposé à l’ordre public n’est autre qu’un brave ajoein ou stockagent  (agent de police) de la capitale, qui accueille le couple….

L’agent : - Qu’est-ce que vous faites sur la voie publique ?  Allei, circulei !

Joseph : - Rien.  Nous sommes à la rue.  Ayez pitié de nous !

L’agent : Ca est triste.  Vous avez l’air de gens convenab’.  Si vous êtes pas trop difficiles, prenez la première rue à droite.  Vous trouverez une étab’ avec un âne et un bœuf.

Marie : - Merci, monsieur l’agent.  Le petit Jésus va naître à minuit…

Un ange de Dieu apparaît aux bergers effrayés.  Leurs trognes enluminées, représentant des hommes du peuple, rappellent irrésistiblement les Masques ostendais du peintre James Ensor.

L’ange : - Allez adorer le petit Jésus.  Moi, je regarderai à votre troupeau.

Un berger : - Ousqu’y faut aller, Monsieur l’Ange ?

L’ange : - C’est là ousque l’étoile pend dessus.

Les bergers, en chœur : - Allons adorer le petit Jésus qui à froid !

Hérode, le traître de la Nativité, est représenté sous le costume d’un homme de loi (genre de personnage très peu prisé du populaire.  Il vient d’apprendre de la bouche de son devin Pinnemouch que Jésus était né et que ce petit bébé allait le mettre bas, lui le grand roi célèbre dans l’Histoire Sainte.

Il appelle ses sbires (représentés par des marionnettes habillées en soldats espagnols de l’époque de Philippe II) et leur dit :

-Vous allez tuer tous les petits enfants qui viennent de naître.  Comme ça, je suis sûr de pas manquer le petit Jésus !

Un sbire : - Sire, y z’ont rien fait, tous ces mennekes !

Hérode : - Ca est un ordre !  Et pour finir, coupe la tête de ce Jean-Baptiste qui a baptisé le petit Jésus … et apporte-la.

Le sbire : - Dans du papier ou sur une assiette ?

Nous somme à nouveau sur la Grand’Place de Béthléem-Bruxelles.  Les sbires procèdent au massacre des innocents sous l’œil attérré des parents.  Hurlement, batailles féroces, brutis d’orage.  Tout à coup, le capitaine des sbires crie Victoire ! …  

Tous s’en vont et le capitaine va faire son rapport à Hérode.

Le capitaine : - Sire, on les a tous tués !

Hérode : - Tu es un leugenoet (menteur).  Ca est pas vrai ! Le petit Jésus à joué Schampavie !

Le capitaine : - Ca est impossib’ !

Hérode : - Combien de ketjes as-tu tranchés ?

Le capitaine : - 200..357 tous justes.

Hérode : - Il y en a un trop peu.  Recommence !

Le capitaine : Pitié, Sire ! Je n’ai plus le courage….

Hérode : - Ara ! (il tue tous les bires).

Tout à coup, Lucifer et la Mort apparaissent dans une apothéose de feux de Bengale.  Hérode est terrifié.

Lucifer : - Misérable bourreau ! Ton heure a sonné !

Hérode : - Attends ! Je vais me repentir …

Lucifer : - Trop tard !

Lutte effroyable… Hérode est entraîné en enfer avec tous ses sbires.

Lorsque le spectacle est terminé, la toile de fon du castelet se lève et une crèche illuminée apparaît.  Elle reproduit fidèlement, avec des marionnettes, celles que l’on peut voir les églises.  Michel de Ghelderode, qui assista aux anciennes représentations de Toone, rapporte :

« En ce moment, un joueur entonnait une chanson de circonstance.  A la fin de l’air, il jetait des bonbons bon marché dans la salle.  Le public populaire, qui attendait cet instant, criaillait à tue-tête : Koekskes ! Koekskes !

 

bruxelles, brussels,toone,belgique,folklore,photo,histoire,théâtre,tourisme,bruxellois,marole,vieux marché,marché aux puces,aemet

bruxelles, brussels,toone,belgique,folklore,photo,histoire,théâtre,tourisme,bruxellois,marole,vieux marché,marché aux puces,aemet

bruxelles, brussels,toone,belgique,folklore,photo,histoire,théâtre,tourisme,bruxellois,marole,vieux marché,marché aux puces,aemet

 

18/06/2011

INVITATION AU 15 ème CHAPITRE DE L’ORDRE DU BLOEMPANCH LE SAMEDI 25 JUIN 2011

 

pg bloempanch022.jpg

 

 

AU PROGRAMME :

 

13H RENDEZ-VOUS AU CAFE WIELS’RENARD, 233 rue Haute (coin de la rue des Renards)

13H30 DEPART DU CORTEGE SOUS LA CONDUITE DE LA FANFARE DU MEYBOOM SUIVIE DES ASSOCIATIONS FOLKLORIQUES,  DES INVITES D’HONNEUR ET DES FUTURS INTRONISES.

 

PARCOURS :

-          MONTEE DU BLOEMPANCHGANG EN PASSANT PAR LA RUE DE LA PREVOYANCE, SALUT DEVANT LA PLAQUE COMMEMORANT LES FUNERAILLES FICTIVES D’ADOLPHE HITLER, CELEBREEE LE 10 JUIN 1945

 

 

monument021.jpg

 

 

-          HOMMAGE AU MONUMENT AUX VIVANTS DANS LA BUILESTROET (actuelle rue du Faucon)… ŒUVRE DU SCULPTEUR MAURICE WOLF CREE EN 1933 ET INAUGURE LE 2 JUILLET DE LA MEME ANNEE PAR LE BOURGMESTRE ADOLPHE MAX

         

 A l’ origine, ce monument se trouvait au bout de la rue des Minimes au lieu-dit « de Schramoullekes ».  Il fut démonté en 1966, lorsque la maison qui était le point d’appui de l’œuvre fut démolie en vue de la construction de logements sociaux.  C’est en mars 1973 qu’il retrouva sa place dans le quartier ….Ce monument représente la joie de vivre des Marolliens et les personnages qui y figurent ont réellement existés.

 

 AU SON DE L’HYMNE MAROLLIEN

Waaile Zaain Marollien ge-bou-e-re

En van de Doche ginne schrik !!!

Teige ons zaain ze veloure

Emme gien woepens, smaaite waaile mi ons schik !! (bis)

Trekt aaile weg, ze goen goe’n afkomme,

In uile hum, mi carabitches in,

En uile puute stoen toch zoe krum

En uile smool, verbrand van de zone !!!

REFRAIN

‘K geif iene ne slag op zaaine smool !!!

‘K sloeg iene de kop in mi ne stool !

Gotch voech ! Gotch voech !!

Blaaift éé ni stoen

Ma leeke es gedoen !!

 

Got voech ! Gotch voech !!

Blaaift éé ni stoen

Ma leeke es gedoen !!!!

 

Cette chanson est un pied-de-nez aux occupants de la Belgique au cours de la guerre 1914-1918.  On se fout de leur g……..  et on les ridiculise tant qu’on peut.

 

 

Nicky Beulestraat.JPG

 

 Mon ami Nicky qui fait un petit coucou devant la maison  21 rue du Faucon d'un fidèle visiteur du blog ....

 

 

DIVERS ARRETS DESALTERANT CHEZ LES MEMBRES ET SPONSORS TEL QUE

-          LE WIEL’S RENARD

-          LE PETIT LION RUE HAUTE

-          LE BAR ESPAGNOL

 

 

Toone rue Haute.JPG

 

-          ARRET AU 186 RUE HAUTE AU POLAKKEGANG QUI FUT LE HAUT LIEU DU THEATRE DE TOONE VI ALIAS PIERRE WELLEMAN DE 1932 A 1944

 

-          VERS 15H …. DIRECTION LE SABLON AVEC UN ARRET A LA TAVERNE RESTAURANT LE SKIEVELAT ET 6 RUE DES CHAPELIERS AU RESTAURANT CHEZ PATRICK….. FUTUR INTRONUISE

 

-          15H30 RENDEZ-VOUS SUR LA GRANDE PLACE A L’ESCALIER DES LION POUR EFFECTUER UN TOUR D’HONNEUR SUR  CETTE MERVEILLEUSE PLACE

 

-          16H 15ème CHAPITRE DE L’ORDRE DU BLOEMPANCH EN LA SALLE GOTHIQUE POUR L’INTRONISATION DES FUTURS MEMBRES HONORIS-CAUSA

 

-          16H30 DRINK OFFERT PAR LA VILLE DE BRUXELLES EN LA SALLE DES MARIAGES ET BIEN ENTENDU….DEGUSTATION DE BLOEMPANCH ET ROYAL TREMBLANT (kip-kap) SPECIALITES BRUXELLOISES

 

 

so menneken.jpg

Montage fait par Titi avec Sofei à la place du Petit Julien !!!!!

 

 

-          VERS 18H ARRIVEE  DEVANT MENNEKEN PIS DIT LE PETIT JULIEN QUI SERA POUR L’OCCASION HABILLE EN BOUCHER BELLE EPOQUE ET QUI DEBITERA UNE BIERE BRUXELLOISE ….. ZWANZE OBLIGE….. AU SON DE L’HYMNE NATIONNAL MAROLLIEN ET DES AIRS POPULAIRES DE LA FANFARE DU MEYBOOM.

 

VENEZ NOMBREUX !!!!!!!!

 

 

serment So.jpg

Merci à mes amis qui l'année dernière sont venu voir Sofei prêter serment en bruxellois pour devenir à son tour Membre Honoris-Causa du Bloempanch.... Et merci à Bob De Backer

Jeancke et So bloem.jpg

Mon ami Jeancke et moi..... avec ma grande médaille du Bloempanch ... Dieu qu'elle est lourde !!!!

enrico.jpg

Hommage à Enrico qui fêtait ce jour-là ses 95 ans

DSCN0578.jpg

Petit concert improvisé à cette occasion en compagnie de notre célèbre Toots !!!!!

 

 

 

08/06/2010

Invitation 14ème Chapitre de l'Ordre du Bloempanch

affiche chapitre

 

INVITATION AU

14ème CHAPITRE DE L’ORDRE DU BLOEMPANCH

SAMEDI 12 JUIN 2010

 

PROGRAMME :

 

Rendez-vous :

 

13.00 : Au Wiels Renard, 233 rue Haute (coin de la rue des Renards)

13.30 : départ en cortège, sous la conduite de la Fanfare du Meyboom, de notre          Porte-Drapeau – l’Agent 15 et Lydia Da Rocha Miss Bloempanch 2009-2010.

 

Suivent ensuite, les délégations des associations folkloriques, les invités d’honneurs, les futurs intronisés et les membres et amis du Bloempanch

 

13.45 : montée du Bloempanchgang et ‘Op de Marolle – (plaques de rues) – Hommage à notre ami Bich et ensuite arrêt au 44, rue de la Prévoyance devant la plaque commémorant les Funérailles fictives d’Adolphe Hitler le dimanche 10 juin 1945.

14.00 : Hommage au « Monument aux Vivants » in de Builestroet  - Dépôt de gerbe – Hymne National Marollien

14.15 : Arrêt …. Désaltérants chez nos membres Sponsors :

Wiles Renard – Au Petit Lion – Bar Espagnol de la rue Haute

14.45 : 186, rue Haute : arrêt au « Polakkegang », qui fut le haut lieu du Théâtre de Toone de 1932 à 1944.

15.00 : Rue Joseph Stevens : arrêt désaltérant chez notre Sponsor Geoffrey, patron de la Taverne – Restaurant le « Schievelat » info : http://www.skievelat.be/sablon.htm

 

15.15 : direction le Sablon, rue Lebeau, rue de l’Hôpital, rue du Lombard, rue Charles Buls

15.30 : Cour de l’Hôtel de Ville de Bruxelles à la Grand’Place

15.45 : Tour de la Grand’Place en fanfare

16.00 : 14ème Chapitre de l’Ordre du Bloempanch en la Salle Gothique avec l’intronisation des nouveaux membres ‘Honoris-Causa’ (avec entre autre Sophie Peeters  (sofei vandenaemet) créatrice du blog ‘c’était au temps où Bruxelles brussellait’)

16.30 : Salle des Mariages de l’Hôtel de Ville

- drink offert par la Ville de Bruxelles

-dégustation de Bloempanch et Royal Tremblant

17.30 : Tour d’honneur de la Grand’Place en fanfare et ensuite, direction la statue de Menneke-Pis par la rue Charles Buls et la rue de l’Etuve

18.00 : arrivée devant le Petit Julien (Menneke-Pis) habillé en ‘Boucher Belle Epoque’

- la statuette est dévoilée par les nouveaux intronisés

- hymne national Marollien et jet de chicklets

- Menneke-Pis débitera pour l’occasion, du Faro Cantillon aux son des airs populaires de la Fanfare du Meyboom

19.00 : Clôture du 14ème Chapitre

Nous vous attendons nombreux pour l’occasion...

Bob De Backer président de l’Ordre du Bloempanch

lydia et Toone

Lydia Da Rocha Miss Bloempanch 2010 est la  nièce de Sophie Peeters (sofei).  Elle  est née dans la Marolle et a grandi place Emile Vandervelde (sablon).  Ses parents étaient les tenanciers du Café des Arts… actuel  Bar/Restaurant Sckievelat.  Commerciale de formation, elle est également chanteuse et DJ … visitez son site : http://www.myspace.com/lydiadarocha

lydia et deejay joss mendozah
Il y a environ 2 mois, elle a composé un duo avec le célèbre Deejay Joss en voici la video lors des NRJ Tour à Waterloo.

 

Voici son dernier single très bien placé actuellement dans une compil...

Si vous êtes à la recherche d'une chanteuse (également compositeur)... Laissez-moi un message, je ferai suivre :)

10/06/2009

Miss Bloempanch 2009 - LYDIA DA ROCHA

IMG_2067

Merveilleux souvenir ! Superbe ambiance ce jour là.....Voici Lydia Da Rocha (ma nièce adorée)...

Pour info, elle chantera ce samedi 13 juin 2009 a 20H à LA JUSTICE DE PAIX, 20 place de la Résistance à 1070 Anderlecht.

Apéro, paella et spectacle (ambiance assurée) ! pour 25€...Réservation souhaitée auprès de l'établissement 02/527 88 20 ! ....Rien que le patron vaut le déplacement !!!!

IMG_1981

 

 IMG_1977

 

IMG_1989

 

IMG_1990

 

IMG_2002

 

IMG_2003

 

IMG_2008

 

IMG_2009

 

IMG_2017

 

IMG_2040

 

IMG_2052

 

IMG_2065

Yaaa wade ! Quelle journée ;o))