UA-38716482-1

26/04/2016

Château de Béthanie … sur l’emplacement de l’actuel CERIA

Aux portes de Bruxelles, se dressait au début du 20èmes siècle à Anderlecht, le Château de Béthanie aujourd’hui disparu ; un paradis pour les enfants faibles de l’époque.  C’était un internat pour jeunes filles où l’on soignait entre autre les pré-tuberculeux.  Il se situait à l’emplacement de l’actuelle piscine du CERIA.

chateau de béthanie 1.jpg

Ce lieu était aussi désigné comme une filiale du Mont Thabor institution humanitaire basée à Molenbeek … réservée à ce moment-là aux fillettes dites « débiles ». 

 

chateau de béthanie 2.jpg

L’endroit était composé d’un château situé en face d’un étang (toujours existant dans l’enceinte du CERIA), et d’une fermette.

chateau de béthanie 3.jpg

chateau de béthanie 4.jpg

 

chateau de béthanie 15.jpg

Anciennement, on retrouvait la mention du château sous l’appellation du Château de Waesbroek.  D’après des cartes datées de 1777, ce domaine était enserré entre la chaussée de Bruxelles (actuelle chaussée de Mons) et la Senne (d’où la racine du nom « broeck », qui signifie « marais » en néerlandais).

chateau de béthanie 14.jpg

chateau de béthanie 11.jpg

Pour information :

Aux alentours du XIIème siècle ce château appartenait à la famille d’Aa. 

Au début du XIVème siècle, une ferme toute proche est cédée à l’abbaye de Forest.

Sur partage du 11 mai 1635, Philippe de Recourt et de Licques, seigneur de la Vere, chevalier de l’ordre de Calatrava, fut aussi seigneur de Waesbroeck.

chateau de béthanie 8.jpg

 

Au moyen-âge, on retrouve dans les archives, la vente du château et la ferme Elishout par  les héritiers de Jean Josse Du Trieu et de Marie Madeleine de Fraye à Charles Swerts, poissonnier de Bruxelles. 

 

chateau de béthanie 10.jpg

En 1858, le château de Waesbroek est encore présent sur un plan de Bruxelles.

chateau de béthanie 12.jpg

chateau de béthanie 5.jpg

chateau de béthanie 6.jpg

chateau de béthanie 7.jpg

Un courrier datant du 6 septembre 1901, est encore adressée à Robert de Viron alors bourgmestre de Dilbeek en 1913 au château de Waesbroeck à Anderlecht.  Ce personnage n’est donc peut-être pas étranger à cette occupation caritative.  Le nom de Béthanie par la suite n’était à ce titre pas choisie par hasard puisque à Dilbeek, plusieurs domaines similaires existaient.

chateau de béthanie 13.jpg

chateau de béthanie 16.jpg

chateau de béthanie 17.jpg

chateau de béthanie 18.jpg

chateau de béthanie 19.jpg

chateau de béthanie sur le site du CERIA.jpg

Précisons que l’histoire de l’endroit est assez mal documentée.

A en juger par le grand nombre de cartes postales éditées à l’époque, on ne peut douter de la grande notoriété de cette institution.

Pourtant…. Le château de Béthanie fut démoli.

Durant des années, le terrain marécageux fut remblayé et asséché par les terres excavées pour le creusement de la Jonction Nord-Midi.

ceria noir blanc.jpg

LE CERIA

La première pierre fut posée le 25 octobre 1949.  Le site fut aménagé selon les plans de l’architecte Antoine Courtens en collaboration avec les architectes Michel, André et Jean Polak suite à un concours lancé par la province en 1948. 

ceria 1.jpg

ceria 2.jpg

Cet appel public visait à élaborer un vaste campus abritant des écoles hôtelières, des instituts de recherches en sciences de l’alimentation…

ceria 3.jpg

ceria 4.jpg

L’ensemble était aménagé selon les préceptes les plus modernes du moment… grands espaces, bâtiments lumineux grâce aux grandes fenêtres, zones vertes…

ceria 5.jpg

La construction fut achevée  à la fin des années 50.  Situé à l’extérieur du centre de la ville,  ce campus était complètement autonome.

ceria institut meurice.jpg

Institut Meurice

Aujourd’hui, le campus abrite encore des écoles secondaires… il accueille environ 10.000 élèves.

24/04/2016

Everard ‘t Serclaes …. Libérateur de Bruxelles

Everard ‘t Serclaes, seigneur de Wambeek, Bodenghem et de Ternat est né vers 1320.

statue.jpg

Bruxelles était occupée par le comte de Flandre, à la suite du siège du 17 août 1356…

…  Durant la Guerre de succession du duché de Brabant, le 24 octobre 1356, aux alentour de minuit… Sous les murs de la ville, du côté du Warmoesbroec (aux alentours de l’actuelle jonction des rues du Marais et Montagne-aux-Herbes potagères) s’affaire une troupe de patriotes bruxellois silencieuse.   

…  A l’aide de cordes et d’échelles, elle escalade les remparts et fonce vers la Grand’Place… ce qui permit aux troupes de Jeanne de Brabant de reprendre la ville…

 

Leur chef est Everard ‘t Serclaes, alors âgé de trente-six ans, s’est juré de bouter hors de la cité les envahisseurs flamands. 

 

jean III de brabant.jpg

En 1355, en effet, à la mort de Jean III, duc de Brabant, sa fille Jeanne, épouse de Wenceslas de Luxembourg, lui avait succédé. 

venceslas 1er de Luxembourg.jpg

Venceslas 1er de Luxembourg

Louis de Maele, qui avait épousé la deuxième fille de Jean III, avait contesté la succession, envahi le duché de Brabant et, après sa victoire à Scheut, occupé Bruxelles. 

entrée à bruxelles de Louis de Maele.jpg

Longtemps, les bruxellois nommèrent cette bataille « den quaeden woensdag » le mercredi néfaste.

 

Louis de Maele comte de Flandre.jpg

Arrivé sur la Grand’Place, Everard se précipite vers la maison de l’Etoile à la façade de laquelle flottait l’étendard de Louis de Maele, l’en arrache et le remplace par celui des ducs de Brabant. 

Entre-temps, ses hommes s’affairent à réveiller les bruxellois.  Une importante troupe attaque la garnison flamande laissée sur place par Louis de Maele.  Assaillis à l’improviste, ils ne peuvent qu’abandonner la ville.

jeanne de brabant.jpg

Jeanne de Brabant

La réussite de cet audacieux coup de « commando » soulève l’enthousiasme de tout Bruxelles. 

‘t Serclaes est porté en triomphe et la population, soucieuse de récompenser ses mérites guerriers, l’élit séance tenante et à vie premier échevin de la cité.  Tout en lui délivrant le titre de « Libérateur de Bruxelles ». 

Jeanne et Weceslas, émigrés à Maastricht, purent rentrer dans leur capitale brabançonne à la vive satisfaction de leurs fidèles sujets, délivrés du joug flamand qui avait duré moins d’un an.

la duchesse Jeanne de Brabant et son épour Wenceslas de Luxembourg.jpg

Jeanne de Brabant et son époux Wenceslas

 

SWEDER D’ABCOUDE MIS EN ECHEC

Et les années passent… ‘t Serclaes continue à se dévouer à défendre la ville et ses privilèges.  Ce qui devait le conduire à la mort. 

Sweder d’Abcoude, seigneur de Gaesbeek, était possesseur d’une fortune immense et de nombreuses terres aux alentours de Bruxelles. Toujours avide d’agrandir ses terres, il propose  à plusieurs reprises des fonds à la duchesse de Brabant qui était en difficulté financière.   

De ce fait,  cela lui donnait, on s’en doute, beaucoup d’influence sur elle. 

L’homme n’avait qu’une idée : accroître sa puissance territoriale.  En 1388, il demanda à la duchesse de Brabant de lui céder une partie de la seigneurie de Rhode, comportant une bonne vingtaine de villages don Crainhem, Woluwe-Saint-Pierre, Uccle, Linkebeek, Watermael et Grand-Bigard.

Jeanne ne savait comment lui refuser.  

 

Mais les magistrats  bruxellois… ‘t Serclaes en tête ne l’entendaient pas de cette oreille : ils envisageaient avec une crainte pour le moins fondée la perspective d’un accroissement de la puissance de Sweder d’Abcoude.

D’une part, l’échange menace les intérêts économiques et fiscaux présent de la ville car, contrairement aux autres territoires concédés, la mairie de Rhode comprenant 29 villages fait partie du Quartier de Bruxelles. 

Il faut dire que Bruxelles qui cherche aussi à étendre son influence s’inquiète de la soudaine proximité d’un seigneur aussi puissant !

 

Everard, suivi de tous les échevins de la cité, se rendit chez la duchesse.  Il commença par lui exposer respectueusement qu’elle avait juré solennellement de ne pas céder la plus petite partie du territoire de Bruxelles, de ne pas respecter la Joyeuse Entrée, chèrement défendue, qui garantissait l’indivisibilité du duché….  En outre, le danger que représentaient pour la ville ces visées annexionnistes devait la forcer à rejeter sans autre forme de procès la demande du sire de Gaesbeek. 

Jeanne de Brabant  écouta ces avis sensés et réserva une fin de non-recevoir à la demande de Sweder d’Abcoude cédant ainsi aux récriminations bruxelloises. 

 

UNE LÂCHE AGRESSION 

En apprenant cette décision, ce dernier entra dans une fureur épouvantable.  Il décida la mort d’Everard ‘t Serclaes.. le principal responsable à ses yeux de son échec.

Le 26 mars 1388, on vint lui faire part que celui-ci s’était rendu pour affaires à Lennick et allait rejoindre Bruxelles.  Il expédia Guillaume de Gaasbeek (fils naturel de Sweder) et Melys Uten Enghe, bailli de Gaasbeek pour dresser une embuscade. 

Lorsque le premier échevin parut, ils le jetèrent à bas de son cheval et lui tranchèrent la langue et le pied gauche.  Un des pieds qui l’avait porté devant la duchesse et la langue qui l’avait conseillée….  Ensuite, ils l’abandonnèrent sur le chemin.

 

Everard sur son lit de mort.jpg

Everard sur son lit de mort...

Le malheureux resta longtemps étendu là, sans qu’âme qui vive vienne le secourir.  Le sang coulait à gros bouillons de sa bouche meurtrie et de sa jambe.  Ce n’est que plusieurs heures plus tard que Jean de Stalle curé-doyen de Hal, passant par hasard avec son chariot, accompagné de Jean Cooreman  son clerc, découvrit le moribond.  Les deux hommes le couchèrent avec précaution sur le plancher de la mauvaise guimbarde et le ramenèrent à Bruxelles, où on l’installa dans la maison de l’Etoile.  On prodigua au moribond les premiers soins, mais Albert Dithmar  le médecin appelé à la hâte déclara ses blessures inguérissables.

 

LA MORT DU PREMIER ECHEVIN VENGEE 

Tandis que le premier échevin agonisait, le bon peuple de Bruxelles se réunit devant la maison scabinale.  Très vite, son indignation et sa colère attinrent le maximum.  On fit sonne le tocsin au beffroi de l’église Saint-Nicolas, et les bruxellois se groupèrent en armes sur la Grand’Place.

 

Le soir même, une troupe imposante de bourgeois et d’ouvriers se mit en route pour Gaesbeek, et entamèrent le siège du château de Sweder d’Abcoude.  En voyant s’avancer les milices bruxelloises, celui-ci pris la fuite.

Le 31 mars, la nouvelle se répandit parmi les assiégeants de la mort d’Everard ‘t Serclaes : le malheureux avait rendu son âme à Dieu après cinq jours d’atroces souffrances.  Cette nouvelle, bien qu’attendue, décupla la fureur et la soif de vengeance des assaillants.  Les défenseurs du château se rendirent et,  le 31 avril 1388, les milices communales y entrèrent.  Ils le démolirent pierre par pierre et y boutèrent ensuite le feu.  Et le redoutable castel du sire de Gaesbeek ne fut plus qu’un immense brasier illuminant la nuit.  Everard ‘t Serclaes était vengé…

Pour l’anecdote, On raconte que les bruxellois étaient munis de forte victuailles, parmi lesquelles de nombreux et gros poulets de Bruxelles, ce qui leur valut le sobriquet de kiekefretters (mangeurs de poulets).

Everard ‘t Serclaes fut enterré sur ses terres à Ternat.

C’est en souvenir de la libération de Bruxelles par celui-ci qu’une des plus veilles artères de la capitale prote encore aujourd’hui le nom de rue d’Assaut.  C’est à deux pas de là, en effet, qu’il escalada avec sa troupe l’enceinte de la cité.

 

STATUE ET PLAQUE COMMÉMORATIVE

statue.jpg

Se trouve dans la galerie passant sous la Maison de l’Etoile, au coin de la rue Charles Buls et de la Grand’Place.  Elle est l’œuvre d’un artiste de talent, J. Dillens (1849-1901).  C’est dans cette maison que ‘t Serclaes décéda de ses blessures.

La plaque, inspirée de la Renaissance italienne, est faite de deux pilastres ornés de panoplies, soutenant un typan semi-circulaire d’où surgit un chevalier tout armé, portant l’étendard de Brabant-Limbourg.  En dessous, sur l’entablement, on lit Pro aris et focis (Pour nos autels et nos foyers en français).  A droite et à gauche, l’écusson de Bruxelles et celui du Brabant.

Le centre comporte trois bas-reliefs superposés.  Ils racontent deux épisodes glorieux de l’histoire de Bruxelles auxquels le nom de ‘t Serclaes est intimement lié.

Le premier bas-relief se rapporte à la reprise de Bruxelles par Everard ‘t Serclaes.   En dessous de ce bas-relief, on lit ces fières paroles : Met hand en tand voor stad en land.  Sous le deuxième bas-relief, on lit le cri de guerre de destruction du château de Gaasbeek par les Bruxellois. 

 

Les culots qui soutiennent les pilastres font également allusion aux kiekefretters (mangeurs de poulets)… Ce détail pittoresque  est rappelé sur le bas-relief, à droite, par une femme qui tire d’un panier une superbe volaille.  A gauche, un marmiton serrant un poulet mis en broche ; à droite un gai luron tenant une cannette sur laquelle on lit « Kieke(n)vreters »…. Kiekefretters en dialecte bruxellois.

 

Au bas du monument gît le corps mutilé d’Everard ‘t Serclaes.  Sur la base on lit Eberhardo ‘t Serclaes liberatori patrioe.   L’écusson du héros populaire et des relief.

Sur le socle du pilastre de droite on rappelle le double épisode que nous venons de narrer : Le 24 octobre 1356, Everard ‘t Serclaes, par un hardi coup de main, chassa les soldats étrangers qui occupaient Bruxelles.  Après avoir été cinq fois échevin de sa ville natale, il mourut le 31 mars 1388 lâchement assassiné pour avoir défendu les droits de la cité.  Sur le socle du pilastre de gauche on a inscrit ces mots : Le 6 juin 1898, le Conseil communal de Bruxelles a chargé le sculpteur Julien Dillens d’édifier ce monument en honneur d’Everard ‘t Serclaes, échevin.

En dessous, dans un cartel, on lit deux dates 1320 ( ?) et 1388.  La première date présumée de la naissance de ‘t Serclaes, l’autre est la date de son assassinat. En dessous les deux mots « Fortiter » et « Fideliter », qui forment la devise des ‘t Serclaes.

 

Polémique (d’après l’article sur Wikipédia).

En 1902, l'archiviste de la Ville de Bruxelles, Jean Van Malderghem, écrit sous un pseudonyme un article très critique à l'égard de Dillens7. Il lui reproche notamment d'avoir choisi le style de la Renaissance italienne plutôt que le style gothique et d'avoir attribué à Éverard t'Serclaes des armoiries anachroniques, celles des t'Serclaes n'apparaissant, selon lui, qu'au XVe siècle. En outre, t'Serclaes n'aurait pas eu comme devise «Fortiter Fideliter» et les tours de Saint-Gudule n'auraient pas leur place sur le monument, car elles ne furent terminées qu'au XVe siècle. L'inscription «Kiekefretters» (sic) serait elle aussi anachronique, Van Malderghem doutant que ce sobriquet ait déjà existé au XIVe siècle. L'une de ses critiques confine à la mesquinerie : il fait remarquer qu'une des inscriptions en néerlandais comporte une erreur d'orthographe : «gemeentecaad» au lieu de «gemeenteraad» (conseil communal). L'article aurait peut-être été dicté par le dépit qu'éprouvait Van Malderghem de ne pas avoir été consulté à propos de l'élaboration du monument

Source : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_%C3%A0_%C3%89verar...

 

Pour l’Histoire…

En face sur le mur de l’Hôtel de Ville, l’Administration communale a fait placer

Une plaque commémorative du 200ème anniversaire de la reconstruction de la Grand’Place.  Elle est ainsi libellée : « Les habitants de Bruxelles, honorant l’énergie de leurs ancêtres qui en deux ans relevèrent de ses ruines leur ville détruite par le bombardement de 1695, ont célébré, le 26 juin 1897, le 200ème anniversaire de la réédification des maisons de la Grand’Place ».  L’inauguration se fit, en réalité, le 11 juillet 1897.

 

maison de l'étoile ancienne.jpg

Hôtel de Ville de Bruxelles, gravure de Drawn et Woolmoth. 1825 ... On y voit l'ancienne maison de l'Etoile

Rue de l’Etoile… rue Charles Buls…

Jadis, cette petite rue s’appelait rue de l’Etoile, du nom d’une très ancienne demeure qu’elle avait au coin du forum.  Cette maison, déjà mentionnée au 13ème siècle, était occupée par l’amman de la ville.  En 1842, le bourgmestre De Brouckère fit démolir cette maison ancestrale pour élargir la rue.  La petite rue reçut alors le nouveau nom de la rue de l’Hôtel de Ville.  Cinquante ans plus tard, le bourgmestre Buls fit reconstruire une Maison de l’Etoile dans le style de l’ancienne, mais un plus étroite et avec un trottoir sous arcade au lieu de rez-de-chaussée.

rue charles buls 1.jpg

Le 15 mars 1897, le Conseil communal (en l’absence de Buls) adopta à l’unanimité une proposition visant à donner à la vieille rue de l’Etoile le nom de Charles Buls (Bruxelles, le 13 octobre 1837- Ixelles, le 13 juillet 1914), en hommage aux efforts qu’avait déployés durant vingt ans ce bourgmestre pour rendre à la Grand’Place son éclat d’autrefois.  

 

rue charles buls 2.jpg

Et pourtant…  Rue de l’Etoile…  Du nom de la maison à l’angle de la Grand’Place.  Espérons que cette antique dénomination sera rétablie, conformément au vœu exprimé maintes fois par Charles Buls lui-même, et que le nom d’un magistrat, qui brille en caractères lumineux dans les fastes de la Ville, sera donné, non à une rue qui compte six maisons, mais à la plus belle artère que Bruxelles créera dans ses nouveaux quartiers.

rue charles buls années 60.jpg

Années 60

 

A lire : "Le différend entre Sweder d'Abcoude et la ville de Bruxelles. La chute du château de Gaesbeek (mars-avril 1388)"

 

20/08/2015

Old England .... Rue Montagne de la Cour

Anciens magasins « Old england »

old england vue sur place royale.jpg

Immeuble remarquable en style Art Nouveau, construit selon la demande de permis de bâtir de 1898, sur les plans de l’architecte P. Saintenoyn en collaboration avec l’architecte J. De Becker et l’ingénieur E. Wyhowski ; travail de ferronnerie attribué à P. Desmedt.

 

old england anciens magasins.jpg

Importante construction qui renouvela la conception architecturale bruxelloise du grand magasin, par l’utilisation exclusive du fer et du verre pour la strcture et les façades ; l’architecte V. Horta reprit cette technique en 1901 et l’appliqua ensuite pour la construction de l’ancien grand magasin « A l’innovation ».

 

montagne de la cour vue de l'Eglise.jpg

En façade, décor plus recherché à l’origine, simplifié ensuite : en 1938, suppression de la ferronnerie ornementale « superflue », dont les garde-corps de la terrasse et des balcons, très ouvragés et marqués aux initiales « O.E. », comme en témoignent les reproductions anciennes ; enlèvement de la marquise et remplacement de l’anc. Polychromie par une nouvelle peinture adaptée à la tonalité de la pl. Royale ; en 1956, démolition du bow-window disposé sur l’angle.

old england avant rénovation.jpg

En 1974, l’immeuble est occupé par le magasin de tapis « Rêve d’Orient » ; en 1979, il est racheté par l’Etat, conjointement aux n° 13-14 de la pl. Royale, pour y installer le Musée Instrumental.  Rénovation récemment entreprise suivant les plans de l’association momentanée des bureaux d’arch. G+D, D. Bontinck, GUS (D. Graux, Fr. Terlinden, G. Van Hamme) et I.D.P.O.  Ph. Neerman.

 

old england rénové.jpg

Immeuble de cinq niveaux plus un étage-attique, formant l’angle arrondi de la rue Villa Hermosa. 

old england terrasse.jpg

La très belle terrasse offre un panorama remarquable sur la ville.  Cet endroit était le lieu de rendez-vous mondain favori du Tout-Bruxelles. 

panorama bruxelles depuis Old England.jpg

Du panorama, on peut voir, à vol d’oiseau, le reste de Bruxelles mieux qu’on ne voit Paris du haut de Notre-Dame.  Les couchers de soleil y sont d’un effet prodigieux.  Sainte Gudule s’avance à gauche sur sa montagne escarpée, comme une femme agenouillée au bord de la mer et qui lève les bras vers Dieu ;  plus loin, du sein des flots tourmentés que figurent les toits, le bâtiment de l’hôtel de ville élève son mât gigantesque…  A l’horizon brillent les bassins du canal, chargés d’une forêt de mâts..

old england panorama 2.jpg

« Voilà Bruxelles dans son beau, dans sa parure féodale, portant, comme des bijoux d’ancêtres, ses toits sculptés, ses clochetons et ses tourelles.

old england panorama colorisé.jpg

Il est occupé aujourd’hui par le musée des instruments de musique de Bruxelles.  Après 10 longues années de rénovations qui ont débutées en 1989, Old England a retrouvé toute sa superbe…. Devant l’ampleur des travaux, il fut récompensé du prix de la restauration des façades.

old england panorama 3.jpg

old england.jpg

old england en travaux.jpg

 

16/08/2015

L’histoire ou plutôt l’odyssée de l’église de la Trinité, actuellement située rue du Bailli.

Monsastère et église des Augustins.jpg

Si d’aventure nous possédions la machine à remonter le temps et que nous retournions à Bruxelles dans cette seconde moitié du XIVème siècle, combien la cité d’alors nous semblerait minuscule !  L’actuelle rue Fossé aux Loups n’est en ce temps-là, qu’un… fossé d’eau ceinturant les remparts de la ville.  Au-delà, c’est la campagne, qu’arrose une petite rivière, la Senne.

 

Bourse vue sur les Augustins.jpg

En ces temps-là, une communauté religieuse, les Frères du Tiers-Ordre, reçoivent l’autorisation de s’établir hors les murs, au pied du Fossé aux Loups.  Ils y bâtissent un petit couvent.  Les Bruxellois, dont l’esprit gouailleur n’est pas une légende, s’empressent de surnommer les religieux « Frères au Fossé ».  Nom qu’ils conserveront jusqu’à la disparition de leur ordre.

 

gravure 1893 La Bourse en plein vent.jpg

"La Bourse en plein vent" gravure de 1893 (coll. L. Quiévreux)

Rien à signaler dans l’histoire de la paisible communauté jusqu’au XVIème siècle, époque des guerres de religion : on les chasse alors de leur couvent.  Qu’on s’empresse de transformer en lazaret pour les pestiférés. 

carnaval au bd Anspach.jpg

Carnaval au boulevard Anspach

Lorsque les querelles religieuses s’apaisent, les Frères au Fossé, dont la communauté est réduite à sa plus simple expression, ne sont plus à même d’assurer leur existence.  Ils s’intègrent alors aux Augustins, auxquels ils cèdent leur couvent.  Ceux-ci décident de le rénover complètement dans le goût du jour.  Les travaux sont entamés le 5 mai 1620, d’après les plans de Cobergher selon les uns, ou de Francart selon les autres.  Elle n’est consacrée que 22 ans plus tard, le 1er novembre 1642.

bd Anspach et les Augustins.jpg

Quelle église !  C’est une innovation sensationnelle pour l’époque : pas de clocher, mais une simple façade baroque qui sert d’écran aux trois nefs.  C’est le premier exemple d’un genre nouveau qui va être imité un peu partout dans le pays….

 

Après le voûtement de la Senne deviendra le bureau central des postes.jpg

Salle de fêtes hier, les Augustins deviendront après le voûtement de la Senne, bureau central des postes

Mais pourquoi 22 ans pour cette édification ?  La patience et la minutie des artisans d’alors ne suffisent pas à expliquer ce retard.  En fait, c’est l’argent qui fait cruellement défaut aux Augustins.  Les collectes et dons ne suffisant pas, il faut trouver une autre solution.  Un brave Père a alors une idée de génie : pourquoi ne pas organiser une loterie ?  Aussitôt dit, aussitôt fait.  Le succès est foudroyant et l’argent afflue dans les caisses.  Si les Augustins ont enfin la satisfaction de disposer d’un lieu digne de leur dévotion, ceux qui ont contribué à son érection eurent moins de chance, car la loterie ne fut jamais tirée…  Est-ce cette « malhonnêteté » qui est à l’origine de la série de malheurs qui vont s’abattre sur le sanctuaire ?  Allez donc savoir …

Les Augustins avant le démontage A.C.L. Bruxelles.jpg

La fin est proche !

En 1796, les occupants français ferment l’église des Augustins.  Elle devient « bien national ».  L’administration départementale loue l’édifice à des particuliers moyennant un loyer annuel de 400 livres.  Pas pour longtemps : on se rend très vite compte qu’il abrite le culte nouveau des Théophilanthropes, adeptes des théories déistes de Voltaire et de la philosophie de Jean-Jacques Rousseau.  On le ferme à nouveau….

p012.jpg

Derniers vestiges du passé, les Augustins ne seront démolis qu'une vingtaine d'années après la construction des bâtiments bordant les nouveaux boulevards.

En 1802, le sanctuaire est rendu au culte catholique, mais il ferme à nouveau ses portes.  Cette fois, c’est une sombre querelle avec le doyen de Sainte-Gudule qui accuse les Augustins d’encourager ses ouailles à déserter les offices de la collégiale. 

p013.jpgEn 1805, les affaires s’arrangent… à la condition que l’église des Augustins se considère comme l’annexe de…. La petite église du Finistère située rue Neuve !

p011.jpg

Neuf ans plus tard, l’église devient temple luthérien : on y célèbre des offices destinés aux soldats scandinaves des armées alliées cantonnées à Bruxelles.  Au lendemain de la bataille de Waterloo, nouvelle et imprévue destination pour l’église-temple : elle sert d’hôpital aux blessés français.

Vue sur les Augustin de la rue de la Fiancée.jpg

Les Augustins pris de la rue de la Fiancée

En 1816,  Guillaume 1er, roi des Pays-Bas en fait un temple calviniste.  Son petit-fils Guillaume III, le grand-père de la reine Juliana, y fut baptisé en 1817.

 

p010.jpg

Recto/Verso d'une pièce de collection

La révolution de 1830 balaie les Hollandais.  Le temple provisoirement calviniste, des Augustins n’échappe pas à la tempête.  On en fait une sorte de panthéon où ont lieu des expositions, des remises de prix et des représentations.  La plus étonnante est celle qui voit la cantatrice espagnole Maria-Félicia Garcia (plus communément appelée « La Malibran ») recueillir un triomphe.  Le soir du 10 avril 1836, l’on paie jusqu’à 25 francs-or pour écouter à la place la moins chère la voix la plus célèbre de l’époque. 

affriche concert .jpg

Après le spectacle, les plus fervents admirateurs de la diva détellent les chevaux de son carrosse et c’est en attelage humain qu’on la reconduit à son hôtel particulier (aujourd’hui la maison communale d’Ixelles). 

Chronique décembre 1895.jpg

Chronique d'époque

La vieille église commence à accuser le poids des ans.  Il faut la restaurer.  La ville de Bruxelles a d’autres projets en tête : la détruire et créer une magnifique place pour rendre la circulation plus facile et y placer un monument à la mémoire du bourgmestre de Brouckère.  L’Etat ne l’entend pas de cette oreille : il affirme être, avec la fabrique d’église, propriétaire du bâtiment.  Un procès s’engage, qui donne raison  l’Etat.  Lequel s’empresse d’utiliser le bâtiment comme…. Poste centrale, en attendant la construction des nouveaux locaux de la place de la Monnaie.

temple augustins de brouckère.jpg

tram devant les Augustins.jpg

1892 : la poste déménage.

bureau central des postes aux Augustin mai 1875.jpg

En mai 1875, le bureau central des postes fut établi aux Augustins

  1893 : la destruction est décidée… Mais au moment où la démolition va commencer, les promoteurs de la future église de la rue du Bailli, un quartier alors en pleine expansion, s’offrent à racheter l’église des Augustins.

façade préservée des Augustin pour l'actuelle église de la Trinité rue du Bailli.jpg

L'ancienne façade des Augustins orne aujourd'hui, l'église de la Trinité, située à l'extrémité de la rue du Bailli.

L’Etat propose alors un marché qui est accepté : seuls les frais de démolition sont à la charge de la nouvelle fabrique d’église, mais la façade doit obligatoirement être reconstruite telle quelle.  Ce qui fut scrupuleusement respecté. 

 

trinité ixelles ancienne.jpg

Classée en 1955, la façade des Augustins est restaurée au début des années 1970.  Elle est (une fois de plus) … sauvée ! Mais ! …pour combien de temps ???

trinité.jpg

trinité ixelles vue.jpg

trinité ixelles nouvelle annexe.jpg

trinité ixelles.jpg

Trois siècles et demi après sa construction, la vieille église mérite au moins de connaître le calme après tant de malheurs et de tribulations….

 

Texte d’après « l’Almanach bruxellois » de Christian Souris.

projets qui n'ont jamais vu le jour.jpg

 

25 mars 1890.

Place des Augustins.

Maintenant que la décision est prise de démolir le temple des Augustins, va-t-on établir au même endroit un square banal avec kioske et fontaine ?  Ou bien, comme l’a suggéré un architecte, va-t-on élever sur son emplacement un beffroi comme le représente notre gravure ? 

Ou bien va-t-on encore comme il en est question depuis des années, y transférer  l’église Saint-Nicolas, destinée à être démolie, paraît-il, pour élargir la rue au Beurre et dégager les alentours de la Bourse ?

Ce sont là de très sérieuses questions au point de vue de l’embellissement de la capitale. 

nouvel immeuble en remplacement des Augustins.jpg

La place de Brouckère depuis la disparition des Augustins

Hôtel Continental .jpg

L'hôtel Continental devant lequel...

construction de la fontaine .jpg

... On érige la fontaine.

Inauguration de la fontaine .jpg

... En voici l'inauguration

travaux de la fontaine.jpg

Les Travaux...

Des questions au point de vue de l’embellissement de la capitale.  Des questions auxquelles il faut apporter très vite réponse.  En effet, le nouvel hôtel des Postes, place de la Monnaie, va sur son achèvement et on estime que tous les services auront quitté le temple des Augustins au plus tard dans deux ans.  Pour notre part, la solution du beffroi apparaît comme la meilleure pour meubler l’espace laissé vide par la disparition du temple.

Journal Le Soir….

Dégâts après l'incendie de l'hôtel Continental .jpg

Comment le "Continental" perdit ses statues ... après l'incendie

Ruines de l'hôtel Continental.jpg

....

Ambulance Corbillard de l'hôpital St Jean vue sur les Augustins.jpg

Les Augustins à la veille de leur disparition.  Devant, une ambulance-corbillard se dirigeant vraisemblablement vers l'hôpital St. Jean (tableau de F. Gaillard)

Café de la Poste place de Brouckère.jpg

Le "café de la Poste", aujourd'hui... un commerce

21/02/2015

Avril 1896.... Un éboulement au Vieux Marché !

accident au vieux marché 1846.jpg

Tragédie sur la place du Jeu de Balle : le sole s’est effondré brusquement sous les pas d’un marchand, le sieur Dolot, qui poussait sa charrette vers le marché.  Il fut englouti dans le sol en moins d’une seconde !

Sa vieille mère, qui marchait à ses côtés, ne dut la vie qu’a la rapidité d’intervention d’un passant qui parvint à la retenir à la dernière seconde.

Que s’est-il passé ?

On fit une découverte stupéfiante : sous les pavés de la place, à peine recouvert de quelques madriers et de mauvaises planches, se trouvait un réservoir dont l’ouverture avait trois mètres de diamètre et, on ne l’apprit que plus tard, sept mètres de profondeur !!!

Bien entendu, les eaux de ruissellement s’y étaient infiltrées et le malheureux Dolot s’y était enfoncé….    

Il s’agissait, en fait, d’un réservoir d’huile de l’ancienne usine chimique Manteau et frères qui précéda à cet endroit la fabrique de locomotives Renard et que l’on s’était contenté de recouvrir sommairement au moment de l’établissement de la place. 

Négligence qui n’est certes pas à l’honneur de l’échevin des Travaux Publics de la Ville de Bruxelles, Blaes, et de l’équipe des ingénieurs et ouvriers responsables de l’aménagement. 

Ce n’est que dans la soirée que l’on récupéra, noyé dans les boues du fond, le corps de l’infortuné Dolot….Tandis qu’à l’hôtel de ville, on compulsait fiévreusement les plans de l’ancien cadastre, dans l’éventualité de l’existence d’autres puits de ce style…..