UA-38716482-1

24/09/2013

Le livre Bruxelles - Pentagone de Roel Jacobs

Guidebruxellespentagone.jpg

 

   Genre : Guide illustré.

Domaines : Patrimoine culturel bruxellois – Tourisme.

 

   Format : 13,5 x 20 cm, 400 pages, 200 illustr.

   ISBN : 978-2-930018-88-1

   Prix public :   35,00 € (sous réserve)

 

·       DOCUMENTS

 

200 photographies en couleur et N/B

15 cartes et plans, 37 encadrés


 

photo perso.jpg

·           AUTEUR

 

Roel JACOBS, guide conférencier et historien

 

Préface de : Claire Billen, historienne et urbaniste. 

 

·           LE SUJET

 

Il existait déjà le célèbre Guide illustré de Bruxelles de Guillaume Des Marez, publié au lendemain de la Première Guerre et réédité de nombreuses fois. Aujourd’hui encore l’amateur de patrimoine culturel trouve dans le commerce des synthèses historiques de très  bonne qualité.

 

Le Guide de Bruxelles-Pentagone  est unique en cela : il rassemble en un seul volume plus de 20 ans de conférences, de visites guidées et de publications sur le patrimoine de Bruxelles menées par Roel Jacobs. Un guide-conférencier bruxellois largement apprécié pour son analyse et son franc-parler, la justesse de ses observations quant aux « à-côtés » de l’Histoire ainsi que la restitution des faits.

La matière de l’ouvrage est construite sur un cycle de 33 visites, lesquelles couvrent l’ensemble du « Pentagone » bruxellois, le centre-ville de Bruxelles.

La balade démarre à la Grand-Place, serpente entre les premières murailles du XIIIe s, et s’achève à l’angle nord-ouest, dans le quartier du Béguinage et des Quais, à l’intérieur de la seconde enceinte du XIVe s.

 

 

·           PUBLIC

 

Amateurs d’Histoire du patrimoine culturel de Bruxelles.

DIFFUSION : Interforum Benelux S.A.

Fond Jean Pâques, 6

1348 Louvain-la-Neuve – Tél 010 42 03 20 – Fax 010 41 20 24

CFC-Éditions

Place des Martyrs, 14 - B - 1000 Bruxelles -Tél  02 227 34 05 - Fax  02 218 08 52

nathalie.d@cfc-editions.be - www.cfc-editions.be

 

 

CFC-ÉDITIONS valorise la richesse patrimoniale et culturelle de la Région de Bruxelles-Capitale.


 

Le Guide de Bruxelles-Pentagone rassemble en un seul volume plus de 30 ans de conférences, de visites guidées et de publications sur le patrimoine de Bruxelles menées par Roel Jacobs.  Un guide-conférencier bruxellois très apprécié pour son analyse et son franc-parler, son souci des « à-côtés » de l’Histoire et la restitution des faits.



 

La matière de l’ouvrage est construite sur un cycle de 33 visites, lesquelles couvrent l’ensemble du Pentagone bruxellois.  La balade démarre à la Grand-Place, serpente entre les premières murailles du XIIIe s, et s’achève dans le Quartier du Béguinage et des Quais, à l’intérieur de la seconde enceinte du XIVe s.

Bruxelles

Et si vous redécouvriez Bruxelles intra muros en ce bel été ?

En panne sur un détail historique à propos de l’hôtel de ville de Bruxelles ? Ou sur le siège du Grand Orient de Belgique à la rue de Laeken ? Ou sur le palais de Charles de Lorraine ? Pas de problème, un mot, un geste, Roel Jacobs fait le reste. Et résout généralement l’énigme en moins de temps qu’il ne faut pour l’énoncer !

Historien et auteur déjà d’autres ouvrages sur sa chère ville de Bruxelles, il a répondu positivement à un appel de CFC-Editions. La maison d’édition issue de la Commission française de la Culture et depuis lors rattachée à la Cocof entendait donner une suite "up to date" - comme on ne dit pas chez CFC-Editions… - au célèbre "Guide illustré de Bruxelles" de Guillaume Des Marez qui avait été publié au lendemain de la Première Guerre et réédité de nombreuses fois. A côté de cela, il y a des synthèses historiques qui tiennent la route mais qui manquaient parfois un peu de chair et de ce "spirit" qui fait le charme de la capitale.

Or s’il y a quelqu’un qui parle et écrit dans cette direction, c’est bien Roel Jacobs, qui accompagne par ses tours et ses conférences des groupes de touristes ou tout simplement de curieux de leur cité à Bruxelles depuis quelque trente ans.

Ainsi dit, ainsi fait, "Bruxelles-Pentagone" réunit en un seul volume plus de 30 ans de conférences, de visites guidées et publications sur le patrimoine de Bruxelles. Voilà - comme on le confirme chez CFC-Editions - "un conférencier bruxellois apprécié pour son analyse et son franc-parler mais dont on apprécie aussi pleinement la justesse de ses observations sur les à-côtés de l’histoire et, ce qui n’est pas rien, la restitution des faits".

Roel Jacobs a construit l’ouvrage sur un cycle de 33 visites qui couvrent l’ensemble du "Pentagone bruxellois", entendez : le centre-ville de Bruxelles.

L’auteur ne cache pas qu’il a hésité un brin avant de s’engager dans le projet. Par rapport à ses glorieux prédécesseurs mais aussi à la manière de travailler ! "Décrire le patrimoine du Pentagone et le mettre en contexte pose d’emblée le problème du choix. Car, en exagérant, à peine, on peut dire que si l’histoire des communes urbanisées au XIXe siècle s’écrit à l’hectare, celle des quartiers compris dans l’enceinte du XIIIe siècle le serait plutôt au mètre carré. Mais bon, mes choix reposent quand même sur mon cycle de 33 visites guidées. Un cycle longuement préparé et expérimenté qui couvre l’ensemble du Pentagone."

Les visites qu’on peut littéralement dévorer dans ce guide de… 400 pages, virtuellement ou en "live" commencent à la Grand-Place pour se terminer dans dans le quartier du Béguinage et des Quais.

Comme tout ouvrage du genre, "Bruxelles-Pentagone" est aussi un bijou encyclopédique, joliment illustré mais incontestablement marqué par l’esprit de son auteur. On rit et puis on réfléchit à propos de ces "Saint-Michel les plus catholiques" et ceux qui le sont moins et qui figurent eux sur des bâtiments neutres, pour ne pas dire franchement laïques voire proches de la franc-maçonnerie.

Véritable puits de science, Jacobs nous régale aussi de listes sur les noms des maisons de telle ou telle rue ou nous emmène à Sainte-Gudule aux enterrements de personnalités importantes depuis son érection. Homme très ouvert, il nous gratifie même d’une généalogie des Nassau. Mais il rejoint aussi le Bruxelles le plus contemporain par exemple à propos des œuvres d’art des stations de métro…

"Bruxelles-Pentagone" ? Le manuel pour (re)découvrir Bruxelles que l’on soit ou non un "echte Brusseleir"... 

 

Renseignements sur "Bruxelles Pentagone" : 02/227.34.03

En épinglé

PAS QU’UN GUIDE !Orfèvre Claire Billen, historienne de l’ULB a signé la préface de « Bruxelles Pentagone ». Non sans une certaine passion elle aussi ! « C’est de fait un objet littéraire singulier. Il se présente comme un guide » mais « c’est également un ouvrage d’histoire nourri, l’air de rien aux références scientifiques les plus récentes. C’est encore un manifeste politico-moral en faveur de l’urbanité, de la richesse de la vie urbaine. C’est enfin, un léger pamphlet raillant les égarements des politiques urbanistiques, les interprétations historiques convenues ou mal étayées, les opinions superficielles sur la ville, sa population, son fonctionnement »…

 

C. Le Soir

Bruxelles

Qui, mieux que Roel Jacobs, eut pu décortiquer si scrupuleusement le Pentagone? Une bible de 400 pages fouillées...

Cent fois, l’on vous a servi du Roel Jacobs. Et pour cause ! Conteur insatiable de sa cité chérie, le sympathique historien barbu avait, en son temps, nourri nos colonnes de son regard amoureux mais joyeusement critique sur son sujet phare. Bonheur supérieur ! L’extraordinaire vulgari- sateur partage son enthousiasme et trois décennies de guidages en un opus, à peine sorti mais déjà référence sans concurrence...

Chaque entame de juillet, l’homme déboule à l’Ommegang, qu’il connaît mieux que sa poche; en travaille le récit auquel l’une ou l’autre vedette prêtera son timbre. Parce que l’été, décidément, lui sourit, à notre infatigable baroudeur du cœur du pays. Ses 400 pages sorties en juin compilent 33 visites ludico-instructives de ce Pentagone. Trente-trois visites, auréolées de clins d’œil, de franc-parler, d’humour. Et d’une foultitudes de documents.

C’était couru d’avance, avec semblable perfectionniste. Bien qu’ayant longtemps hésité à emboîter le pas d’illustres prédécesseurs ("Le défi n’était pas mince", confesse-t-il en préambule), l’auteur n’a pas plus lésiné sur son job propre, que sur les tableaux (l’habitat social, un parcours BD, les Saint-Michel catholiques et moins catholiques, des lauréats de concours de façades, etc.), les chronologies (construction de Saint-Gudule, Notre Dame ou la Petite Boucherie de la place de Bavière), les croquis ou, cela va sans écrire, les illustrations.

Scientifiquement rigoureux quoique décalé de par la nature même du récitant, l’ouvrage brasse délibérément large. Entraîne ses lecteurs à travers époques et sites - Roel Jacobs illustre tant la haute école Francisco Ferrer, que le portail Saint-Roch de la rue Rempart des moines ou la sublime galerie Bortier.

 

Un fourre-tout que Bruxelles-Pentagone ? On en est à mille lieues. Parce qu’au final, sa frénésie, le bonhomme la réprimande, la structure même. Mais en offrant à ses pages, comme à ceux qui les prendront en pleine poitrine, l’exact relief de la vie, d’hier et d’aujourd’hui, d’une petite superficie, inversement proportionnelle à ce que Roel Jacobs en extrait. (la D.H.)

16/09/2013

Le livre de la Grand'Place

Superbe ouvrage !  Celui-ci aborde toutes les facettes aussi multiples que variées, de ce fait, qui fait notre fierté de Bruxellois, avec science et simplicité….. Un livre à (s’)offrir !!!!

 

Chef-d’œuvre de l’architecture baroque, la Grand-Place de Bruxelles est inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité depuis 1998.  Mais qui la connaît vraiment ?

Couverture Livre Haute def.jpg

resume2_big.jpg

resume1_big.jpg

resume3_big.jpg

resume4_big.jpg

Les auteurs.jpg

Les auteurs : Valérie Paelinck, Lillo Chiarenza et Philippe Denis

Le livre est en vente en librairie ou en ligne 

Visitez le site : 

http://www.grandplacebruxelles.be/befr/#!/page_book

 

27/12/2009

CHRONIQUES DES BAS-FONDS

CHRONIQUES DES BAS-FONDS

 

chroniqus des Bas-Fonds002

Suite au succès du premier tirage de ce livre, Bob De Backer président de l’Ordre du Bloempanch, réédite l’œuvre de Jean-Marie Van Neyverseel.   

Ce livre est dédié à ses enfants, sa famille et tous ses copains Bûûmedroegers. 

En préface, Antoine Wouters Vice-président de la Confrérie des Compagnons de Saint-Laurent et Président des Bûûmedroegers écrit ceci :

…Quand j’étais petit, je n’étais pas grand,…. Je montrais…..non !!! Allei, ni zivere !!

K’kaa nûût ni gelufft da daan zotte smool nen boek kost schraaive !

Jean-Marie das dezeulfde ni as waaile, hei moest wachte to tem adolescent was vi muige boïte te goen va za ma.  Neki da em grûûter was, den es em los gekomme en koste we no de cinema en al de rest !

« K’kan ni vuil expliqaire, alles es al bekan gezeit in daan boek ».

Awel, Jean-Marie, ge zaait altââid nen « omnuzele » geweist, en naa schraaifde nen boek.

Da wil zegge da ge slummer zaait dan kik, mô verget ni dak altaaid ââile chef geweist ben.

Nog al maain felicitoesse, à bon escient !

 

Ainsi, s’ouvre le livre des souvenirs de Jean-Marie Van Neyverseel….vous y trouverez un tas d’anecdotes bruxelloises, la narration de quelques années « grand cru » de la plantation du Meyboom, un historique des rues et des impasses des Bas-Fonds….

Pour tous les nostalgiques de Bruxelles, la lecture de ce livre est un réel bonheur !

Le premier volume contenait 315 pages, …. À présent, la rédaction a pu étoffer cette nouvelle édition grâce à des documents et photos d’époque, d’où un supplément de 60 pages !

Un cadeau original à offrir au prix de 20€ + 3€ de frais de port.

 

Pour passer commande, vous pouvez téléphoner au : 0498/90.54.31 ou envoyer un mail à : bob.de.backer@pandora.be

 impasse de la trompe belgapress

Impasse de la Trompe démolie en 1957…. Elle était située au n°33 de la rue des Denrées.  Au dessus de la porte d’entrée, était nichée une Vierge vénérée par les habitants du quartier. 

 panoram colonne du Congrès

A l’arrière de la colonne du Congrès….. un escalier vous permettait de pénétrer dans ce quartier disparu aujourd’hui….

colonne du congrès ensemble du bas

Les Bas-Fonds un lieu chargé d’histoires et de traditions où ce qui survit encore plus que jamais est le Meyboom ! 

colonne du congrès vue du Marché du Parc
 

Découvrez les sites suivants :

www.meyboom.be

www.bloempanch.be

17:15 Publié dans bas fonds | Commentaires (26) |  Facebook | |

10/11/2009

Les amis du Vieux Marché

logo
L
es Amis du Vieux Marché ont besoin de vous !

Faites-vous membre ou faites des membres

Plus nombreux ils seront, au mieux sera défendu le quartier !

 En étant membre,  vous recevrez tous les deux mois, la petite gazette nommée « Le Brol »

CCF10112009_00000

Vous  prendrez ainsi  connaissance des activités du quartier

Tarif symbolique : 10€/an

Tarif amical : 15€/an

Tarif protecteur : 30€/an

Tarif d’honneur : 60€/an

Compte 068-2067934-18

Communication : Cotisation 2009 ou 2010 (si vous vous y prenez plus tard)

Pour : Les Amis du Vieux Marché

Place du Jeu de Balle, 23

1000    Bruxelles

Tel & Fax : 02/648.87.46

Mail :  avm@skynet.be

www.marcheauxpuces.org

 Parole du Président Michel Deschuytere

« Le Vieux Marché recycle depuis toujours, on y prend le temps de discuter, de vivre, on n’y fait pas fortune, on n’y a pas de poste de pouvoir ni de parachute doré, on se lève tôt pour travailler mais on y vit… et c’est sans doute pour cela que nous avons tant de visiteurs dans un quartier qui a un tel succès… »

aemet 70s

aemet marchande
 

aemet photo
 

Pourquoi ai-je choisi le pseudo de «  Sofei vandenaemet » ?

Pour la petite histoire :

 C’est là que mes parents ont vécu au début de leur mariage ( en 1946) … au dessus du commerce de ma grand-mère (la maman de mon poepa adoré). 

Tandis que mes parents vendaient des livres d’occasions uniquement sur le marché,  ma grand-mère et  Ida  la sœur  de mon père  vendaient des vêtements de seconde main à l’intérieur du commerce et également sur le marché. 

La maison fut abattue dans les années 80 si je ne me trompe.  (Encore un stuut incompréhensible pour moi vu l’histoire du quartier…. On aurait pu penser à rénover…mais bon…) D’après les informations il s’agit du n°30 de la place.

 Suite à l’assassinat de ma grand-mère dans cette maison en 1954, Ida est restée seule dans le commerce…. Mon père ayant choisi le métier de laveur de vitres pour reprendre en 1968,  l’actuel « Schievelat » près de la Chapelle jusqu’en 1975après, ce fut ma sœur qui reprit le commerce jusqu’en 1980 mais ca, c’est une autre histoire. 

L’église de Notre Dame Immaculée de la Place du Jeu de Balle représente tant de choses pour moi …. Le bonheur des mariages, des baptêmes (notamment le mien ;o) …. Aux funérailles de plusieurs membres de ma famille. …. 

Les ballades avec ma grand-mère (la maman de ma moema) Sophie (Sofei) commençait toujours par une visite à Ste Rita et St Antoine…ensuite, nous faisions le tout du marché…après, nous partions à la recherche d’un banc pour se reposer.  Là, elle me parlait du Bruxelles d’autrefois…. J’adorais ces moments là. 

immaculée0
 

En résumé, étant née en 1963,  j’ai choisi Sofei en honneur à ma grand-mère  maternelle (également ma maraine) qui habitait rue des Orfèvres…. Les Vieux Blocs comme on dit…  situés entre la rue Haute et la rue Blaes  (la cité Hellemans) et en mémoire de ma grand-mère paternelle que je n’ai hélas pas connue ….  Cette place ayant une très grande importance au niveau sentimental et familial,  je ne pouvais mieux choisir comme pseudo !

chez marcel

Dimanche dernier, le temps était magnifique et partager l’apéro chez notre célèbre Marcel  avec mes amis Nicky, Michel, Jeancke et Jaja fut un pur moment de bonheur.  

En passant, j'en profite pour vous dire que je suis furieuse d'apprendre que sa maison va bientôt être démolie et qu'il devra changer d'adresse pour réouvrir son commerce !!!  Il y a dans ces bâtiments des trésors ! ...des caves superbes et à l'arrière, une façade qui daterait du 17ème siècle  m'a-t-on dit !!!  Quand je dis que le massacre n'est pas fini !!!!!

Sofei Marcel 08112009 003

Comme Nicky était en vedette dans la gazette « Le Brol » j’en ai profité en tant qu’admiratrice de lui demander une petite dédicace.  Chose faite dans un éclat de rire général !  

dedicace

Merci les amis….

Un peu de nostalgie ...

 

aemet 2
aemet animé
aemet caserne
aemet et ateliers
aemet renard
aemet
vieux marché loques
vieux marché

Et les jours de misère et de grand froid ....

secours d'hiver aemet

06/01/2009

C'est le Brol aux Marolles

 

vieux marché 01

 

C'est le Brol aux Marolles!

roman bruxellois de Georges Roland

éditions bernardiennes

Le livre:

Amaï ! C'est le brol aux Marolles ! Et c'est Roza la rame du métro

qui te le dit, fieu ! Ça est pas du cuit dans le bon beurre ! Elle en avait

la larme aux phares, la pauvre crotje.

On rencontre de ces énergumènes, dans les petits parcs,

à Bruxelles ! Des jeunes mères boxeuses, des dragueurs boxés, des

amoureux cinquantenaires sur les bancs publics. Je te raconte pas le

peï à la gueule patibulaire, qui vient cracher ses incisives dans un

parterre de roses ! Ou l'Angliche qui cause pas comme nous, et dont

la mère est assassinée en pleine vie ! Ouille, ouille !

Ni une invasion de Noirs qui donnent le tournis aux

commissaires de police Guy Carmel et Isidore Turpin.

Ça est la première enquête de l'agent Bertrand Dughesclain.

Et je peux te dire que ça va faire monter le tram sur le trottoir !

Le brol, que je te dis !

en vente sur les sites :

http://www.bernardiennes.be

http://georges-roland-auteur.wifeo.com

et à la librairie Calligrammes à Wavre

PRIX: 14,50€

Format 15 x21, 196 p.

ISBN 978-2-9600805-2-0

vieux marché 02

 

 

Je m'appelle Roza, car les autres ils m'appellent pas : ils m'attendent.

Ça est juste si ils disent : « Tiens, la rame est là ! ».

C'est par mes galeries de taupe que je roule dans les intestins de la ville.

Je suis comme un tram qui est descendu à la cave.

Le matin, il y a un type qui vient me chercher en sifflotant.

Il a une mallette avec son thermos de café au lait et deux tartines beurrées avec du jambon ou une fricadelle, et avec une gozette aux cerises emballée pour la pause. Ça, c'est Jef Matras. On l'appelle comme ça car il aime pas de se lever. Mais il aime pas de se coucher, non plus, c'est pour ça.

Parfois, c'est Saïd qui vient me chercher, ça dépend des jours. Lui, il a jamais du jambon dans ses tartines, tu sais, il aime pas. Il dit comme ça que c'est du cochon, et que ça se mange pas, du cochon. Moi, je suis d'accord : je mange pas ça non plus. Je l'aime bien, Saïd, car il me cause comme avec sa femme ou avec ses gamins. Quand il est gai, il chante des trucs dans sa langue.

Il est vers cinq heures du matin quand ils viennent me chercher. C'est chouette en été, parce qu'il y a souvent du soleil, que j'entrevois par les carreaux du dépôt. Un peu de lumière, ça fait du bien, mais pas trop longtemps. Moi, je suis contente que dans mon noir. Les longues périodes où je fonce comme une folle, qu'heureusement il y a mes rails pour me guider. Et quand au bout du tunnel je vois un peu de clarté, la station n'est pas loin, et je ralentis. Va pas croire que c'est le conducteur qui freine, hein ! C'est moi ! Prends-moi pas pour une idiote !

. Je suis sortie de mes galeries, je me suis assise dans un parc, pour regarder. En stoumelinks1. Virtuellement, hein, comme on dit maintenant, vous avez compris!

Bien sûr, ils ne me voient pas, quand je les tiens à l'oeil. Ils agissent comme si j' étais pas là.

Au début, j'ai rien vu de fameux. Des crotjes qui viennent froucheler avec leur amoureux, des vieux kroums qui lisent leur gazette, ça est pas ça qui allait me faire du nouveau. Des comme ça, il y en a plein dans mes rames ! Et puis ça a commencé.

Toute cette histoire, je vous la raconte avec mon bon accent bruxellois, que si vous comprenez pas, eh bien : va voir le lexique à la fin du livre, ou bien venez faire un tour dans les Marolles. Moi, je vais faire un effort pour causer fransquillon.

Mais attention, hein ! Ici, il y a un Angliche, des pisseurs de comptoir, un ajoën caché derrière une aubette, des Pitje Schandaul , des moumas avec leur knelleke1, amaï1 ! Quel cirque !

icone_couvcompBrol_jpg-for-web

L'auteur:

Avant tout, je revendique ma belgitude, et

estime que mon sabir belge vaut bien le

pidgin qu'est devenue la langue française. Je dis nonante-neuf au

lieu de quatre-vingt-dix-neuf. Ce qui à mes yeux, vaut mieux que

d'utiliser des raccourcis anglo-saxons en guise de pédanterie.

Mais n'allez pas croire que je dis « une fois » à tout bout de

phrase. Et je n'aime ni les caricoles, ni le coca cola. Qu'est-ce que tuJe reste un Bruxellois blafard et mangeur de

dis en bas de ça, cadeï ?

poulet, un « kiekefretter » anar, en quelque sorte.

LISEZ UN EXTRAIT AU VERSO

1 va une fois voir le lexique à la page 195. Et quand tu comprends pas un mot, tu regardes là et

si tu le vois pas eh bien tu oublies. Moi je sais pas à l'avance ce que toi tu sais pas, hein?

 

vieux marché 03

 

 

vieux marché 04