UA-38716482-1

22/06/2013

Restaurant le Mozart

le mozart002.jpg


Situé 541 chaussée d’Alsembert à 1180 Bruxelles.  02/344.08.09

 

Il y a plus de 15 ans, monsieur Remo Gozzi remisait sa trompette dans le tiroir aux illusions et ouvrait à Forest un petit restaurant sans prétention, près de l’Altitude 100, au coin de la chaussée d’Alsemberg et de l’avenue Mozart.  Mozart ?  Voilà qui tombait bien pour un musicien dont la muisque constitue l’univers sans frontières.  Remo Gozzi, dans son… Mozart, se mit à manier la poêle avec brio pour son plaisir, mais aussi pour le régal de ses amis. Entre un… Scampi « Sadi » et un filet pur « Moustache », on parle musique et grands musiciens.  Au pousse-café, les trompettes sortent des écrins …et les clients ravis deviennent spectateurs comblés.  C’est parti !  Pendant des années, le Mozart sera le rendez-vous des amateurs de jazz avec ses concerts du dimanche après-midi.  D’excellents jazzmen défileront par amitié pour Remo d’abord et puis parce que le Mozart commence à être connu dans le milieu du jazz.  Remo Gozzi est heureux, au lieu de se combattre, ses deux démons, jazz et muisique s’unissent, se chevauchent avec un succès tel qu’il décide d’ouvrir sur la Grand’Place, pas moins, le « Brussel’s Jazz Club » qui depuis 1978 s’est taillé une place de choix, la première pour le jazz, parmi les festivités nocturnes de la capitale.  Il faut préciser que tout concourt à faire du « Brussel’s Jazz Club » un endroit à succès.  Autour du podium, s’ordonnent les petites tables et leurs sièges moelleux bordés par le luxueux bar d’acajou.  Moquettes au sol, plafond peint en noir, c’est dans un décor très chic que madame Linda Gozzi présente les artistes les plus célèbres dans une ambiance chaude et sympathique comme seuls savent la créer les amoureux du jazz.  Sont venus au « Brussel’s Jazz Club », Oscar Peterson, Joe Williams, Nat Adderley, Ella Fitzgerald, Lionel Hampton, Erroll Garner, Dizzi Gillepsie, Bill Codeman et le regretté Louis Amstrong devenu l’ami de Linda et de Remo.   Mais aussi Sadi, Toots Thielemans, Michel Legrand, Philippe Catherine, Stan Getz, Peggy Weston et Annie Cordy et d’autres encore qui ne manquent jamais après le spectacle, quelle que ce soit l’heure, d’aller terminer la soirée (ou la nuit plutôt) au « Mozart ». 

Celui-ci a conservé le décor bruxellois, un peu bricolé de ses débuts qui fait son charme.  Les banquettes rembourrées pour le confort entourent les comptoirs.  Le premier, traditionnel, le second en parallèle réservé à Remo Gozzi, ses fourneaux et sa batterie de casseroles devant lesquels il joue en solo le maître queux de service. 

Murs et plafonds sont tapissés de photos de vedettes, d’autographes à la gloire de l’ami Remo, et au-dessus du comptoir, une collection d’instruments de musique brillent de tous leurs cuivres.

Le cuisinier Remo ne prétend nullement jouer les grands chef, il n’empêche qu’on mange très bien au Mozart.  Les suggestions d’entrées sont prometteuses et le succès des cuisses de grenouilles sautées à l’ail ou des Scampis « Sadi » ne se dément pas.  Les flambées du Chef son renommées et ses viandes tendres, juteuses, grillées ou poêlées, les « pavés » parmi les meilleurs de la capitale s’accommodent de dix façons différentes : à la dijonnaise, à la provençale, au roquefort, au poivre vert, etc…. Le homard au poivre rose,  les langoustines grillées au four, la Lotte aux poireaux, sont devenus des classiques de la cuisine dite nouvelle.  Il y a aussi des préparations très classiques comme la selle d’agneau o le pintadeau à la fine champagne et en saison le gibier, tellement demandé qu’il vaut mieux réserver sa table.  La moustache conquérante, Remo Gozzi ne renie pas sa région natale de Côme.  Il maintient à sa carte quelques spécialités comme sa « Lasagne Mozart » du mercredi, le spaghetti aux pâtes fraîches et un étonnant, Jarret de tante Berta.  Au dessert, une crêpe ou un sorbet ou encore le fameux Sabayon au Marsala… tellement onctueux ou le Blue note, une création musicale de Remo, faite de meringue, d’avocat, de crème chantilly, de mousse au chocolat et d’amandes grillées.  La carte des vins est très honorable et le pichet démocratique déjà gouleyant pour 150FB (guide de 1980) le demi litre n’exclut pas quelques mises respectables telles le Barolo 1971, le Brouilly, un Moulin à vent, un excellent Bourgogne : le gelus ou un Château La Lagune enrichissent encore la carte.

Bien servi, égayé par les lieux, le client ne peut que retenir une aussi bonne adresse.

 

Exploitant : SPRL La Gargotière

Jour de fermeture le dimanche

Salle pour réception 30 à 40 personnes

Catégorie de prix : 650FB (Apéritif, entrée, plat principal, dessert)

D’après le guide « Gastronomie Bruxelles, Wallonie, Luxembourg » fourchettes d’Or de 1981-1982.

 

Hélas, le 3 Août 2004, nous apprenions cette triste nouvelle !

 

APRÈS PAUL LENDERS, légendaire patron des clubs Pol's et Bierodrome, la place bruxelloise perd une autre figure du jazz. Remo Gozzi, qui, au cours des années 80, avait été le patron du «Brussels Jazz Club», ce cercle situé sur la Grand-Place à Bruxelles qui a accueilli les plus grands musiciens de jazz, a trouvé la mort dans un accident de moto qui s'est produit il y a quelques jours dans la région d'Orléans, en France, a annoncé samedi l'association «Les Lundis d'Hortense» qui regroupe la plupart des musiciens de jazz belges. Son épouse, Linda, a été grièvement blessée dans l'accident et se trouverait dans le coma.«Remo Gozzi a apporté une contribution considérable à la vie du jazz à Bruxelles et s'était lié d'amitié avec de nombreux musiciens qui le regretteront», a encore précisé l'association. Dans ce club, situé en sous-sol, sont passés de toutes grandes pointures comme Barney Willen, Art Blakey qui, à l'époque, comptait le trompettiste Terence Blanchard parmi ses «Jazz Messengers», Dexter Gordon et bien d'autres.

© La Libre Belgique 2004

 

 

Après cette tragédie, c’est sa fille qui a reprit les rennes de l’entreprise et le restaurant existe toujours. 

13/11/2009

A nos kaberdoeches

Cabarets, vieux estaminets, cafés bruxellois…. Autant d’endroits où l’on se réunissait pour refaire le monde, la zwanze, avec souvent des propos exagérés et déformés concernant untel ou untelle  … Où chacun portait un sobriquet  en rapport avec son physique, sa profession,  etc…

etterbeek café

Ici à Etterbeek...

Toutes les fêtes populaires se terminaient par des rasades de bières …dans des endroits aux enseignes parfois hilarantes ! ….  

brasserie la lunette rue du brabant

A Schaerbeek...

Du lundi perdu au carnaval jusqu’aux fêtes du folklore, de processions en célébrations d’évènements légendaires  …. Tout était prétexte à la fête….. Il était rare de voir un estaminet vide comme aujourd’hui !

Dans chaque endroit on trouvait le baes (prononcé boes)…. Ce personnage avait son importance puisqu’il faisait régner l’ordre dans l’établissement !  Généralement bien costaud avec un regard assuré…. Il était  l’arbitre de chaque différent entre clients !   Il connaissait bien la vie de chaque fidèle….  Quelques fois, le baes avait son pendant féminin… la bozinne…(souvent  patronne de l’établissement).. Elles étaient redoutables !

bourse star

A la Bourse...

Pour l’hygiène aux toilettes (la cour), il y avait une dame âgée (souvent une ancienne serveuse) assise sur un tabouret qui tricotait tout en papotant avec les personnes de passage.  Sur la table était posée une soucoupe où l’on déposait quelques centimes pour l’entretient, un peigne, un essuies, de la poudre de riz pour les femmes… bref de quoi se refaire une beauté.  Son nez ne sentait plus cette odeur d’urines mêlée à la créoline….

forets place st denis a la clef de sol

A Forest....

Il est certainement plus intéressant de se les imaginer ainsi avec nostalgie plutôt que d’en connaître les réalités de l’époque…

koekelberg in den ouden congo

A Koekelberg....

A nos « kaberdoeches »… Lieux  nimbés d’une auréole de mystère que le passé confère aux choses surannées…

bistro peeters chée Anvers

La Brasserie de ma grand-mère dans les années 30 à la Chaussée d'Anvers...

établissement parc josaphat

Près du Parc Josaphat....

brasserie Cauller

Aux salles de fêtes...

dancing claridge

 dancing le saint sauveur

26/01/2009

souvenirs...

pl chapelle

gare du midi

pl louise

Bon week-end

09:30 Publié dans BRUXELLES | Commentaires (4) |  Facebook | |

23/12/2008

Souvenirs de Forest

forest

Petite question :

Quelqu'un a-t-il connu le café le ballon à Forest dans les années 70 ? 

12/12/2008

belles vues de Forest

forest av albert

 

forest rue du chat