UA-38716482-1

26/01/2013

Le ventre de Bruxelles... les halles et les marchands

 

 

 

halles centrales.jpg

 

Les Halles Centrales étaient situées rue de la Vierge Noire, c’est la ville qui décida de construire celles-ci en 1873 à la place de l’ancien lit de la Senne. 

 

palais été vue sur arcade.jpg

 

Composée de deux ailes, et séparée par un passage menant à la rue Grétry. 

Ce fut le pôle du négoce jusqu’en 1892. 

 

halles centrales 1909.jpg

halles centrales animée.jpg

halles centrales passage entre les palais.jpg

palais été sous occupation.jpg

sous l'occupation....

 

En 1893, l’aile nord (dit le Pôle Nord)  fut aménagée en une vaste patinoire l’hiver et l’été se muait en un music-hall de 2.000 places (Palais d’Eté). 

 

palais été interieur.jpg

palais été intérieur 2.jpg

palais été pôle nord tables.jpg

palais été progra.jpg

pôle nord affiche patin dames.jpg

pôle nord affiche patins.jpg

 

 

Durant 40 ans, l’endroit ne se désemplit jamais… 

Durant la guerre de 40-45, il y avait un vaste cynodrome (piste qui sert aux courses de Lévriers) avec lapin mécanique…. Un vrai lieu de paris !

 

1916 file devant le palais d'été ... achat de beurre.jpg

En 1916, durant les temps difficiles, ont y faisait la file pour un peu de beurre

halles centrales carte.jpg

halles cortège.jpg

A l'occasion du 75ème anniversaire de la Belgique.  Cortège de St Médard patron des Jardiniers à la fête de Halles et Marchés bruxellois

pièce souvenir.jpg

 

 

En vue de la transformation radicale du Vieux Bruxelles et afin d’accueillir les touristes durant l’exposition de 1958, la ville décida en 1957 de démolir l’aile gauche pour faire place à un vaste parking nommé « Parking 58 »….

L’aile sud fut maintenue jusqu’au milieu des années 60…. Le rez-de-chaussée fut occupé par le magasin PRIBA. 

A ce jour, ce bloc de béton et ce parking défigurent le quartier !

 

palais été cuisine de guerre.jpg

palais été cuisine de guerre 2.jpg

 

 

Les halles de Bruxelles ont une physionomie particulière.  C’est le meilleur endroit pour y découvrir les habitants sous leurs véritables aspects.  On y savoure la réelle personnalité de chacun  et le savoureux accent de la ville résonne à chaque coin de rue. 

Ce sont comme on dit : « les gagne-petit »… ceux qui exercent toutes sortes de métiers pour pouvoir joindre les deux bouts. 

Malgré le fait que Bruxelles s’agrandit et s’embourgeoise peu à peu, il y a aussi les familles nombreuses qui vivent dans des quartiers plus pauvres et qui font face au coût de la vie qui devient jour après jour de plus en plus chère. 

Lorsque l’on a plusieurs bouches à nourrir, il faut se débrouiller et accepter d’effectuer son commerce à même le trottoir….

Combien de ces humbles ne se rencontraient-ils pas dans les rues à l’époque et dont l’existence dépendait d’abord du temps, puis de l’intérêt public ?

 

marchande de légumes en famille.jpg

 

 

Ces cris disparus ou noyés dans le brouhaha actuel, resteront pour nous le symbole de la vie quiète et assurée, à jamais perdue…..

 

halles centrale expo marchandises vb.jpg

 

 

Dans les halles, partout s’empilent les fruits, les légumes, les poissons, les viandes, les volailles, les fleurs… toutes sortes de victuailles sont exposées en attente de la criée…

 

halles centrales vente des fleurs.jpg

 

 

Après transactions en publique, toute cette marchandise quitte colis par colis, les halles en direction des marchés. 

 

halles des producteurs local expo.jpg

Halles les primeurs.jpg

halles locaux de vente des fruits de serres et des primeurs.jpg

 

 

A la criée aux poissons, les poissons de rivière et de mer sont entassés dans d’énormes paniers.

Dans la galerie les revendeurs et les restaurateurs se disputent franc par franc les lots.  Le tout se déroule dans une ininterrompue criaillerie et dans un brouhaha continu. 

Certains s’apostrophent et dans un langage assez coloré reprochent aux vendeurs la hausse des prix. 

 

 

halles les colporteuses.jpg

 

 

 

Sitôt l’achat conclut, le marchand empoigne son lot et s’en va en direction d’un marché pour revendre à son tour et pour un maigre bénéfice sa découverte du jour.

 

halle vismet.jpg

 

 

Au marché aux poissons, il y a plusieurs longues rangées d’étals.  Les poissonnières sont au poste, guettant le regard du client.  Gare à sa voisine si celle-ci vend d’avantage ou rabat ses prix !

 

étals vismet.jpg

intérieur marché aux poissons.jpg

marellé aux poissons.jpg

marchandes d'anguilles.jpg

 

 

C’était aussi la brouette chargée de trois larges paniers plats, hauts d’un peu plus d’une main sur champ et superposés, grouillants d’anguilles.  Un long cri en deux notes « Pa…ling » attirait la ménagère munie d’un récipient dans lequel s’agitaient aussitôt les anguilles écorchées et dépouillées, jetées une à une  avec dextérité par la marchande.

Le spectacle plutôt répugnant mais irrésistible à notre curiosité, se renouvelait chaque semaine. 

 

marchande de crabes.jpg

petits metier vendeur de caricoles.jpg

arrivage de moules via le canal.jpg

marchandes de moules 1912.jpg

 

 

On entendait aussi les cris de « Guèrenaude en crabbe » !  « Caricole ! Caricole » !  Ce sont les crevettes et les carrick attendus.  Le vendredi, c’est la brouette chargée d’un sac de moules et l’annonce « Mosselo » modulée par le marchand. 

 

Au bout d’un certain temps, l’odeur de la marée vous gagne les narines et vous pousse au dehors.

 

A la criée aux légumes, les restaurateurs et les verdurières se disputent les prix.  A chaque vente de colis, on ouvre le suivant et on le présente au public.  Le crieur, une main dans la poche et l’autre levée se pique d’être « dans le vent » et se force à parler un français « pincé ». 

 

A la criée de la viande, le monde s’amasse … c’est à cet endroit que se décidera la base du plat du jour que le restaurateur servira à la carte et que la ménagère présentera à sa grande famille.  Les prix sont tellement intéressants que les bouchers de la ville rougissent de colère. 

 

marchande de crabes.jpg

 

 

Un peu plus loin, il y a le domaine « crèmerie »… du beurre, du fromage, des œufs…. Les marchandes vous accostent le bras tendu avec ou bout d’un couteau la preuve de la qualité de son produit. Il faut dire qu’en ces temps, la rumeur rapporte que certaines « victuailles » sont « artificielles » !

 

marchande d'oeufs.jpg

 

 

Soudain résonne au lointain « Mosselen … les huîtres du peuple »… et là se plante un marchand avec une brouette remplie de moules…. De la gastronomie au détail ! …. De vieille tradition religieusement respectée par les bruxellois et pour deux centimes, il vous est permis de manger des moules crues… En général, entre la dixième et la quinzième moule, et à cause de la sauce qui les accompagnent, vous êtes gagné par une petite toux…

 

marchands de moules.jpg

 

 

Aux environs des halles et de chaque marché, il y a aussi la marchande « de contrebande »… panier au bras, elle exerce sans patente un commerce qui risque de lui rapporter plus d’ennuis que de réels bénéfices…. Souvent, la police les chasse….

 

marchande de fleurs panier.jpg

marchandes de fleurs bourse 1930.jpg

 

 

Trienneke et ses fleurs à la bourse … arrivée à l’aube, elle quitte son emplacement qu’à la tombée du jour…. Longtemps elle a fait partie du folklore du quartier….

 

marchande de citrons et oranges si.jpg

marchandes de légumes (2).jpg

 

 

Nille de citroenwaaif…. Pétronille la marchande de citron s’était établi rue de Flandre… proche du vismet…

 

Swaske débite sa marchandise à l’abri d’une porte cochère près du Marché Ste Catherine…chaque jour, elle y vend des œufs, du beure et du fromage…

 

marchandes de fleurs si.jpg

 

 

Tanneken (Anna) se promène sur le boulevard, d’un côté à l’autre de la chaussée, son panier empli de petits bouquets qu’elle confectionne la nuit. 

 

marchande de ballons et de fleurs021.jpg

marchand de mouron si.jpg

Le marchand de mouron

marchande de journaux.jpg

pub marchande escargots 2.jpg

 

 

 

 

Voici quelques expressions bruxelloises :

Aberdoen : désigne la ville d’Aberdeen en Ecosse, l’endroit de la pêche à la morue.

« Rotten aberdoen » : injure désignant une personne âgée négligée.

Afzetter : voleur à la petite semaine

Babbeleir : personne qui parle beaucoup et souvent sans discernement

Bibberer : trembler …. Avoir le « bibbe »

Bleiter : personne qui se plaint à tout propos

Buffel ou Goulaf : Gros mangeur … gourmand…. Glouton …

Deevegge : Voleuse

Den deuvel on â nek : (le diable sur la nuque)…. Va au diable !

Doemei ben ik dik (avec ça je suis gros) : « Ca me fait une belle jambe » !

Gardevil : agent de police ou on peut dire aussi Ajoen (oignon) … qui faisait allusion à la forme de leurs casques

Ieten Boek : chaud lapin

Loerik : paresseux

 

29/09/2007

recettes

Scan11178

photo de Louis MaurissenSOUPE À LA BIERE – BIERPAP -Faites bouillir ½ litre d’eau avec du sucre et de la cannelle  Versez ensuite 1 litre de bière-Le potage ne peut pas bouillir.  Versez-le chaud dans une soupière-Servir avec une tranche de pain grillée au fond de la soupière … Expression : Patatesteker : celui qui a l’habitude de s’inviter à manger chez des amis (v.Dict. du dialecte bruxellois)

Scan11816

photo Louis Maurissen

ŒUFS A LA BRUXELLOISE -Après avoir cuit 1kg de chicons, égouttez-les et mettez-les dans un plat pour le four-Mélangez 1c.à s. de beurre à 1 c. à s. de farine, mouillez d’1/4 de litre de bouillon et amenez à ébullition en fouettant.-Retirez alors du feu et ajoutez 1 morceau de beurre frais-Versez la préparation sur les chicons, cassez par-dessus 4 œufs et mettez le plat au four. -Quand les œufs sont cuits, … servir aussitôt

Scan11926

photo Louis Maurissen

Petit air d’autrefois après un bon repas  Wee goet er mei, no Vera-PazDo moete we ni werkeEite en drinke op ons gemakSlope gelak verke   Merci Francine et Pierrot pour ces recettes 

 

10:13 Publié dans recettes | Commentaires (12) |  Facebook | |

13/07/2007

expressions bruxelloises

Marchande de poulets

 

Expressions autour de Poulet :

 

Pour une poule qui ne pond plus – Keek mee e lam gat …(une poule qui a le c.. paralysé) !

 

Pour une femme qui n’a pas de poitrine – Keekebeust …(poitrine de poulet) !

 

Chair de poule – Kéeke bich

 

Cuisse de poulet – kéekebileke

 

Encore merci monsieur Jonau

13/06/2007

C'est ça aussi Bruxelles

place Fontainas-roels

place Fontainas

 

Comme disait ma grand-mère : « Dâ taaid kom nemi wei (ce temps ne reviendra plus) »

 

Pole Nord palais d'été

Pôle Nord Palais d'Eté (aujourd'hui le parking de la rue de la Vierge Noire)

 

 

Vers 1900, existait la Société des Grimaciers de Bruxelles.  Elle organisait des concours …de grimaces.  Le vainqueur recevait une bague en or. 

 

Il y avait le vendeur de chiens…baptisé dans la Marolles de Honnendeef (voleur de chiens) Sur son chapeau il y avait une pancarte :

F. De Graef

Marchand et tondeur de chiens.

Je les prend en pension et leur apprend des tours.

 

rue des Minimes-roels

Vue de la rue des Minimes

 

 

Vers 1850, les pompes et fontaines situées dans les rues et qui fournissaient l’eau gratuitement furent supprimées.  On inaugura la distribution d’eau à domicile et payante.   La Ville de Bruxelles ayant été trop rapide en prenant cette décision fut incapable de satisfaire toutes les demandes d’abonnement.  On annonça au public que la Ville ferait vendre de l’eau dans 8 stations…coût : 2 centimes pour 26 litres (2 seaux). 

 

rue Fossé aux Loups-roels

Rue Fossé aux Loups

 

 

Ma grand-mère me racontait que depuis que l’eau était distribuée aux étages il était devenu impossible d’employer cette celle-ci pour faire sa toilette tellement l’eau était dure !  Ceux qui employaient du savon avec cette eau se retrouvaient le corps rempli de gerçures.  Pour remédier à ce problème, ma grand-mère plaçait des bassines à l’extérieur et faisait sa toilette avec l’eau de pluie….beaucoup plus douce….surtout pour les cheveux.

 

 

rue Véronèse-jacoby

 

 

Ma mère me racontait que dans les années 30-40 elle achetait des hannetons (si je ne me trompe) pour quelques centimes.  Les enfants les accrochaient à une ficelle et pendant qu’ils tournoyaient au dessus de leurs têtes….on chantait « Vliege, vliege…je sais plus quoi !)…Quelqu’un peut-il me donner plus de précisions svp ?

 

 

st V gd place

La Saint V à la Grand'Place

 

 

Suprêmes expressions d’autrefois :

 

Troemmelstok : se dit à quelqu’un qui est maigre …aussi gros qu’une baguette de tambourin.

Ze heit  ne konteur van tweulf bekke : pour une femme qui a un gros postérieur…

Hij heit ne klachkop tot op za gat : pour un chauve…chauve jusqu’à son postérieur…

Et souvent on me disait :

Kocht aa mond af en paast da ge niks gezeid hed….quand je disais des bêtises !  …frottes toi la bouche et imagine que tu n’a rien dit !

 

Merci Jeanke et monsieur Jacoby pour la documentation....

 

11:58 Publié dans DIVERS | Commentaires (25) |  Facebook | |

09/04/2007

Croustillantes chansons bruxelloises

Et dire qu’avant nous avions nos petites compositions…(toujours croustillant le bruxellois)

 

De was ne kier en vrâ

Die dikke tetten â

Ze klopte op heur buick

En heur buick was vol !!!

 

Et autour du Sablon on chantait aussi …

 

Oh ! Jefke es getrouwd

Hij zit in de misère

Hij sit in de misère (bis)

En ‘t es zijn eige fout !

 

Fendant la foule, dévalant de la rue de Rollebeek, voici venir Zot Louitje, la poitrine constellée de médailles, tout en se dandinant  et en chantant …

Ze zegge da Mieke gien tette en â

Ze legue er alemoer om !

Ik heb ze gevuld, ik heb ze getast

Ik heb ze loete stoen !

Ne vogel op e stokske !

Mieke met heur rim tchim tchom !

 

Je laisse la traduction aux echtes brusselleirs… dans les commentaires parce que moi, je n’ose pas !!!! C'est comme on dit "du grand cru" !!! C'est ça aussi la zwanze...