UA-38716482-1

11/11/2013

Les Halles de Schaerbeek

rue royale ste marie hall.jpg

Anciennement dénommée « Marché Couvert Sainte-Marie », cet imposant bâtiment a été inauguré en 1865.  Il était surtout destiné aux marchands de volailles et légumiers de la périphérie qui venaient y vendre leurs produits. 

Ce marché connut un franc succès, surtout lorsqu’il fut desservi par les vicinaux à vapeur qui permettaient le ravitaillement quotidien de la capitale en produits ruraux.  A l’image de l’Hôtel communal, il fut lui aussi entièrement ravagé par un incendie en 1898.  Rebâti deux ans plus tard, il fut officiellement réouvert en 1901 et resta en activité jusqu’aux environs de 1920.  En fait, son déclin s’était amorcé quelques temps auparavant, essentiellement à cause du développement rapide des magasins à rayons multiples et grandes surfaces.

Plus tard, il servit encore d’entrepôt au service des Travaux Publics de la commune.  Désaffecté par la suite, il fut racheté à l’administration par la Commission Française de la Culture et devin ainsi un lieu de spectacles et de concerts.

 

A présent restaurées, les Halles de Schaerbeek restent un des rares bâtiments à structure métallique existant encore à Bruxelles. 

marché ste marie.jpg

marché ste marie 2.jpg

halle schaerbeek.jpg


10/10/2013

Les Halles de Schaerbeek

halles ste marie.jpg

Anciennement dénommée « Marché Couvert Sainte-Marie », cet imposant bâtiment a été inauguré en 1865.  Il était surtout destiné aux marchands de volailles et légumiers de la périphérie qui venaient y vendre leurs produits. 

Ce marché connut un franc succès, surtout lorsqu’il fut desservi par les vicinaux à vapeur qui permettaient le ravitaillement quotidien de la capitale en produits ruraux.  A l’image de l’Hôtel communal, il fut lui aussi entièrement ravagé par un incendie en 1898.  Rebâti deux ans plus tard, il fut officiellement réouvert en 1901 et resta en activité jusqu’aux environs de 1920.  En fait, son déclin s’était amorcé quelques temps auparavant, essentiellement à cause du développement rapide des magasins à rayons multiples et grandes surfaces.

Plus tard, il servit encore d’entrepôt au service des Travaux Publics de la commune.  Désaffecté par la suite, il fut racheté à l’administration par la Commission Française de la Culture et devin ainsi un lieu de spectacles et de concerts.

 

A présent restaurées, les Halles de Schaerbeek restent un des rares bâtiments à structure métallique existant encore à Bruxelles. 

marché ste marie.jpg

marché ste marie 2.jpg


18/09/2013

Le marché couvert de la Madeleine

Ancien marché de la Madeleine.

halle de la madeleine marché couvert .jpg


Façade masquant à l’origine un vaste marché couvert, dont l’arrière donnait rue St Jean et qui englobait la galerie Bortier.  Ce complexe érigé à l’initiative de P.-L.-A. Bortier pour occuper l’îlot formé par les rue Duquesnoy, St Jean et de la Madeleine, fut entrepris en 1847 sur les plans de l’Architecte J.-P. Cluysenaar et inauguré en 1848.  Il constituait le premier marché couvert de Bruxelles à l’exception du petit marché aux fleurs conçu juste avant, en 1846/47, par le même architecte dans les Galeries Saint Hubert.  C’était aussi à Bruxelles, l’une des premières constructions importantes en métal.

Le marché de la Madeleine répondait au souci, exprimé dans un rapport du Conseil de Salubrité déposé en 1846, de dégager et assainir les rues du centre de la ville : il devait accueillir les marchands de légumes de la rue du Marché aux Herbes, mais servira aussi à d’autres fins, commerciales ou mondaines. 

 

Le marché a été détruit, sauf les façades avant et arrière qui servent aujourd’hui d’écran dans la salle de la Madeleine, aménagée par les arch. M. et P. Mignot en 1957. 

marché madeleine035.jpg


18:17 Publié dans BRUXELLES, Halles (Les) | Commentaires (0) |  Facebook | |

26/01/2013

Le ventre de Bruxelles... les halles et les marchands

 

 

 

halles centrales.jpg

 

Les Halles Centrales étaient situées rue de la Vierge Noire, c’est la ville qui décida de construire celles-ci en 1873 à la place de l’ancien lit de la Senne. 

 

palais été vue sur arcade.jpg

 

Composée de deux ailes, et séparée par un passage menant à la rue Grétry. 

Ce fut le pôle du négoce jusqu’en 1892. 

 

halles centrales 1909.jpg

halles centrales animée.jpg

halles centrales passage entre les palais.jpg

palais été sous occupation.jpg

sous l'occupation....

 

En 1893, l’aile nord (dit le Pôle Nord)  fut aménagée en une vaste patinoire l’hiver et l’été se muait en un music-hall de 2.000 places (Palais d’Eté). 

 

palais été interieur.jpg

palais été intérieur 2.jpg

palais été pôle nord tables.jpg

palais été progra.jpg

pôle nord affiche patin dames.jpg

pôle nord affiche patins.jpg

 

 

Durant 40 ans, l’endroit ne se désemplit jamais… 

Durant la guerre de 40-45, il y avait un vaste cynodrome (piste qui sert aux courses de Lévriers) avec lapin mécanique…. Un vrai lieu de paris !

 

1916 file devant le palais d'été ... achat de beurre.jpg

En 1916, durant les temps difficiles, ont y faisait la file pour un peu de beurre

halles centrales carte.jpg

halles cortège.jpg

A l'occasion du 75ème anniversaire de la Belgique.  Cortège de St Médard patron des Jardiniers à la fête de Halles et Marchés bruxellois

pièce souvenir.jpg

 

 

En vue de la transformation radicale du Vieux Bruxelles et afin d’accueillir les touristes durant l’exposition de 1958, la ville décida en 1957 de démolir l’aile gauche pour faire place à un vaste parking nommé « Parking 58 »….

L’aile sud fut maintenue jusqu’au milieu des années 60…. Le rez-de-chaussée fut occupé par le magasin PRIBA. 

A ce jour, ce bloc de béton et ce parking défigurent le quartier !

 

palais été cuisine de guerre.jpg

palais été cuisine de guerre 2.jpg

 

 

Les halles de Bruxelles ont une physionomie particulière.  C’est le meilleur endroit pour y découvrir les habitants sous leurs véritables aspects.  On y savoure la réelle personnalité de chacun  et le savoureux accent de la ville résonne à chaque coin de rue. 

Ce sont comme on dit : « les gagne-petit »… ceux qui exercent toutes sortes de métiers pour pouvoir joindre les deux bouts. 

Malgré le fait que Bruxelles s’agrandit et s’embourgeoise peu à peu, il y a aussi les familles nombreuses qui vivent dans des quartiers plus pauvres et qui font face au coût de la vie qui devient jour après jour de plus en plus chère. 

Lorsque l’on a plusieurs bouches à nourrir, il faut se débrouiller et accepter d’effectuer son commerce à même le trottoir….

Combien de ces humbles ne se rencontraient-ils pas dans les rues à l’époque et dont l’existence dépendait d’abord du temps, puis de l’intérêt public ?

 

marchande de légumes en famille.jpg

 

 

Ces cris disparus ou noyés dans le brouhaha actuel, resteront pour nous le symbole de la vie quiète et assurée, à jamais perdue…..

 

halles centrale expo marchandises vb.jpg

 

 

Dans les halles, partout s’empilent les fruits, les légumes, les poissons, les viandes, les volailles, les fleurs… toutes sortes de victuailles sont exposées en attente de la criée…

 

halles centrales vente des fleurs.jpg

 

 

Après transactions en publique, toute cette marchandise quitte colis par colis, les halles en direction des marchés. 

 

halles des producteurs local expo.jpg

Halles les primeurs.jpg

halles locaux de vente des fruits de serres et des primeurs.jpg

 

 

A la criée aux poissons, les poissons de rivière et de mer sont entassés dans d’énormes paniers.

Dans la galerie les revendeurs et les restaurateurs se disputent franc par franc les lots.  Le tout se déroule dans une ininterrompue criaillerie et dans un brouhaha continu. 

Certains s’apostrophent et dans un langage assez coloré reprochent aux vendeurs la hausse des prix. 

 

 

halles les colporteuses.jpg

 

 

 

Sitôt l’achat conclut, le marchand empoigne son lot et s’en va en direction d’un marché pour revendre à son tour et pour un maigre bénéfice sa découverte du jour.

 

halle vismet.jpg

 

 

Au marché aux poissons, il y a plusieurs longues rangées d’étals.  Les poissonnières sont au poste, guettant le regard du client.  Gare à sa voisine si celle-ci vend d’avantage ou rabat ses prix !

 

étals vismet.jpg

intérieur marché aux poissons.jpg

marellé aux poissons.jpg

marchandes d'anguilles.jpg

 

 

C’était aussi la brouette chargée de trois larges paniers plats, hauts d’un peu plus d’une main sur champ et superposés, grouillants d’anguilles.  Un long cri en deux notes « Pa…ling » attirait la ménagère munie d’un récipient dans lequel s’agitaient aussitôt les anguilles écorchées et dépouillées, jetées une à une  avec dextérité par la marchande.

Le spectacle plutôt répugnant mais irrésistible à notre curiosité, se renouvelait chaque semaine. 

 

marchande de crabes.jpg

petits metier vendeur de caricoles.jpg

arrivage de moules via le canal.jpg

marchandes de moules 1912.jpg

 

 

On entendait aussi les cris de « Guèrenaude en crabbe » !  « Caricole ! Caricole » !  Ce sont les crevettes et les carrick attendus.  Le vendredi, c’est la brouette chargée d’un sac de moules et l’annonce « Mosselo » modulée par le marchand. 

 

Au bout d’un certain temps, l’odeur de la marée vous gagne les narines et vous pousse au dehors.

 

A la criée aux légumes, les restaurateurs et les verdurières se disputent les prix.  A chaque vente de colis, on ouvre le suivant et on le présente au public.  Le crieur, une main dans la poche et l’autre levée se pique d’être « dans le vent » et se force à parler un français « pincé ». 

 

A la criée de la viande, le monde s’amasse … c’est à cet endroit que se décidera la base du plat du jour que le restaurateur servira à la carte et que la ménagère présentera à sa grande famille.  Les prix sont tellement intéressants que les bouchers de la ville rougissent de colère. 

 

marchande de crabes.jpg

 

 

Un peu plus loin, il y a le domaine « crèmerie »… du beurre, du fromage, des œufs…. Les marchandes vous accostent le bras tendu avec ou bout d’un couteau la preuve de la qualité de son produit. Il faut dire qu’en ces temps, la rumeur rapporte que certaines « victuailles » sont « artificielles » !

 

marchande d'oeufs.jpg

 

 

Soudain résonne au lointain « Mosselen … les huîtres du peuple »… et là se plante un marchand avec une brouette remplie de moules…. De la gastronomie au détail ! …. De vieille tradition religieusement respectée par les bruxellois et pour deux centimes, il vous est permis de manger des moules crues… En général, entre la dixième et la quinzième moule, et à cause de la sauce qui les accompagnent, vous êtes gagné par une petite toux…

 

marchands de moules.jpg

 

 

Aux environs des halles et de chaque marché, il y a aussi la marchande « de contrebande »… panier au bras, elle exerce sans patente un commerce qui risque de lui rapporter plus d’ennuis que de réels bénéfices…. Souvent, la police les chasse….

 

marchande de fleurs panier.jpg

marchandes de fleurs bourse 1930.jpg

 

 

Trienneke et ses fleurs à la bourse … arrivée à l’aube, elle quitte son emplacement qu’à la tombée du jour…. Longtemps elle a fait partie du folklore du quartier….

 

marchande de citrons et oranges si.jpg

marchandes de légumes (2).jpg

 

 

Nille de citroenwaaif…. Pétronille la marchande de citron s’était établi rue de Flandre… proche du vismet…

 

Swaske débite sa marchandise à l’abri d’une porte cochère près du Marché Ste Catherine…chaque jour, elle y vend des œufs, du beure et du fromage…

 

marchandes de fleurs si.jpg

 

 

Tanneken (Anna) se promène sur le boulevard, d’un côté à l’autre de la chaussée, son panier empli de petits bouquets qu’elle confectionne la nuit. 

 

marchande de ballons et de fleurs021.jpg

marchand de mouron si.jpg

Le marchand de mouron

marchande de journaux.jpg

pub marchande escargots 2.jpg

 

 

 

 

Voici quelques expressions bruxelloises :

Aberdoen : désigne la ville d’Aberdeen en Ecosse, l’endroit de la pêche à la morue.

« Rotten aberdoen » : injure désignant une personne âgée négligée.

Afzetter : voleur à la petite semaine

Babbeleir : personne qui parle beaucoup et souvent sans discernement

Bibberer : trembler …. Avoir le « bibbe »

Bleiter : personne qui se plaint à tout propos

Buffel ou Goulaf : Gros mangeur … gourmand…. Glouton …

Deevegge : Voleuse

Den deuvel on â nek : (le diable sur la nuque)…. Va au diable !

Doemei ben ik dik (avec ça je suis gros) : « Ca me fait une belle jambe » !

Gardevil : agent de police ou on peut dire aussi Ajoen (oignon) … qui faisait allusion à la forme de leurs casques

Ieten Boek : chaud lapin

Loerik : paresseux

 

16/03/2007

les halles Saint-Géry

On lesait, la naissance de Bruxelles est due à Charles de France, duc de Basse-Lotharingie, qui vers 979 érigea son donjon (castrum) dans la grande île de la Senne (future île saint-Géry)

img126

maquette de l'ancienne église Saint-Géry de J.Dubois.

 

Cette place existe depuis 1788 et occupe l’emplacement de l’église Saint-Géry qui fut démolie.  Les Français lui donnèrent le nom de place de la Fontaine. En son milieu, une haute fontaine pyramidale en fonte, provenant de l’abbaye de Grimbergen, y fut érigée.  Il semblerait que le socle sur lequel elle repose proviendrait de l’ancienne statue de saint Géry qui était auparavant  dans l’église. 

 

img123

La place Saint-Géry en 1820, on y voit à l'arrière les tours des Riches Claires.

 

img125

Nous voilà en plein chantier...on y voit la rue Van Praet et le dôme à droite, c'est celui de la Bourse. 

 

img124

 

 

 

 

 

Il y a bien longtemps, on parlait des Bains Saint Géry, les bains de la Senne.

En 1833, un estaminet à l’enseigne « Le Lion d’Or » était décrit comme une belle maison avec établissement de bains.  Ces bains de la Senne ont ouvert en en 1823 exactement.  Ces bains étaient recommandés pour ses propriétés cosmétiques et médicinales. 

 

img127

 

 

La maison du Lion d’Or était la plus connue des maisons de la place.  Cette maison très large à porte cochère avait été bâtie en 1622 à l’emplacement même ou, en 1460, les Frères de la Vie Commune avaient construit leur « Maison de Nazareth ».  C’était une école célèbre où les religieux avaient introduit l’imprimerie de Bruxelles et publié le premier livre en Brabant en 1476. 

 

Au 18ème siècle, la maison du Lion d’Or grâce à ses grandes écuries, était un relais et aussi un point de départ des « malles-postes ».

 

Cette maison fut déjà condamnée en 1965 pour y construire un building et un parking mais il y eut une levée de bouclier par les historiens.

img128

 

La place fut nommé Saint-Géry en 1832 et fut entourée d’un marché couvert (dessiné par l’architecte Dubois) en 1882.  Un journaliste précise dans la presse que le rez-de-chaussée sera affecté à la viande, les trottoirs aux marchands d’œufs, et les galeries intérieures à l’étage au beurre, fromage et lait.  Une grande fête fut organisée pour l’inauguration.  Tout le monde était d’accord, c’était un beau bâtiment et une horloge électrique surmontait chaque entrée.