UA-38716482-1

16/04/2007

les zaubettes à journaux histoire de Robert Dehon

img063

Les « zaubettes » à journaux de Bruxelles.

 

Petit historique de la distribution de la presse en Belgique.

 

C’est sous l’impulsion d’un parlementaire socialiste, Louis Bertrand, alors administrateur du journal « Le Peuple » qu’est fondée en octobre 1885 les Messageries de la Presse. L’adresse de l’entreprise est particulièrement bruxelloise : 3 rue du Persil. Le but est de réaliser des économies de port et d’emballage au niveau de l’expédition des titres, ceci par le groupement des envois vers les « marchands de journaux » d’une même localité.

Un an plus tard, changements de raisons sociales successifs, apparaissent « Dechenne et Cie », « Messageries de la Presse et Comptoir Général de Bruxelles » et enfin « Agence Dechenne, Messageries de la Presse ». La société française Hachette acquiert une première participation en 1912.  Ce n’est pas fini.

Pendant la Seconde Guerre mondiale Dechenne est totalement contrôlée par l’occupant. A la libération, nouveau changement d’appellation, bilingue cette fois, et apparition de logos : « Agence et Messageries de la Presse – AMP » et « Persagentschap, Vervoer en Distributie – PVD ». PVD ne connaîtra jamais la reconnaissance du public, en Flandres on dit plutôt « t’is den AMP ». Dans les années soixante AMP quitte l’infernale promiscuité de la rue du Persil pour s’installer rue de la Petite Ile à Anderlecht. Signalons que plusieurs sociétés de distribution voient également le jour en province. Actuellement, toutes ont été englobées lors de la dernière modernisation de l’entreprise datant de 1999 soit « AMP » tout court. Enfin, hors toute forme d’abonnements, la presse est vendue de nos jours dans des points de vente indépendants, une chaîne nommée  « Press Shop » et via des aubettes, d’architectures diverses, installées sur la voie publique, souvent aussi appelées « kiosques ».

Les premiers édicules ont vu leur apparition après la libération, ceci dit il en existait peut-être dans les années trente. Les emplacements sont choisis en fonction du passage des chalands, soit sur les grands axes de la capitale et sur des sites appartenant à « Bruxelles-Ville ». Depuis quelques années, le nombre d’aubettes a fondu, seuls quelques emplacements subsistent équipés de structures plus importantes. Voici quelques exemples légendés : remontons le temps… où la presse brusselait !

 

Robert Dehon

 

Palais_Midi

 

 

Palais_Midi

Palais du Midi, magnifique limousine… masquant le kiosque. Un avis pour la marque ? Une Packard pas encore belle ?

 

Annessens

 

 

Anneessens

Place Anneessens et sa pub de proximité, incroyable, non ? Quoi, Le Soir de 6 heures n’est pas encore arrivé ?

 

 

Grétry1

 

 

Grétry1

 

Grétry2

 

 

Grétry2

Rue Grétry, près de la Bourse. Les nouveaux kiosques en tôle d’aluminium apparaissent pour l’Expo 58. Ca alors, la Lollobrigida dans Ciné-Revue !

 

Brouckere_Eldo

 

 

Brouckere_Eldo

Inévitable, les emplacements sont trop juteux : la pub arrive en fanfare sur la place de Brouckère, côté Eldorado. Des Laurens, bêke ! Remarquez sur cette très belle étude, les panneaux de pub ‘presse’ sur les flancs, l’avalanche de papier maintenu par les miraculeuses pinces à linge. Avez-vous le Frankfurter Zeitung ici ?

 

Porte_Ninove

 

 

Porte-Ninove

Joli contre-jour à la Porte de Ninove. Le dernier Pourquoi Pas ?, s’il vous plait.

 

 

Pont_Neuf1

 

 

 

Pont_Neuf2

 

 

Pont_Neuf1

Pont_Neuf2

Près de la rue du Pont-Neuf, n’y avait-il pas un agent de change derrière l’aubette ? Non, pas Pourquoi Pas ?, Spécial, je vous dis.

 

Fleuri

 

 

Fleuri

Bruxelles, ville fleurie ! Sans doute sur le trottoir du Botanique. Toutes les autres villes du pays envieront cette floraison de titres.

 

 

Finistère2

 

 

Finistère1

Finistère2

Place du Finistère, devant L’Innovation, la presse près du culte. Le kiosque est rénové, la Régie des Téléphone n’a pas suivi. Chouette étude pleine de mouvement. Non, la DH ça j’ai pas. Ah, la Dernière Heure…

 

 

Atomium1

 

 

 

Atomium2

 

Atomium1

Atomium2

C’est extra la pub ! Le dispositif devait même tourner grâce à un moteur électrique. Bruxelles, quelle ville quand même, se disait Boris du KGB qui bosse au pavillon de l’Expo 58 !

 

 

Auto65

 

 

Auto65

Il y a aussi les aubettes temporaires, ici au salon de l’auto au Heysel en 1965. Un peu glauque pour un bon chiffre de vente mais la foule est attendue pour la Mustang.

 

 

Zinneke

 

Message de rectification de la part de Monsieur Steve Polus du 7 Août 204.

 "Bonjour, félicitations pour ce blog très vivant dont l'info m'a déjà bien servi par le passé, quand je réalisais les hors-série du Soir "Les villages de Bruxelles", il y a une dizaine d'années. Ceci dit, j'aimerais rectifier une erreur dans l'attribution de la très craquante photo des deux vendeurs de journaux (les "zaubettes"): elle n'est pas du "Soir", mais de Fernand Hellinckx, qui a fait toute sa carrière comme reporter-photographe à La Lanterne de la place de Brouckere. Il a fait de formidables photos de Bruxelles et de l'Expo dans les années 1958-1970, notamment. Et il photographie toujours! Merci de lui rendre sa photo, bien cordialement, St. Polus "

Voilà qui est fait...... Encore toutes nos excuses 

Zinneke

Magnifique instantané bien ‘bruxellois’, quel dommage que le photographe n’ai pas attendu que le ‘zinneke’… Vous avez compris, Femmes d’Aujourd’hui.

 

 

Un grand Merci Robert Dehon de nous apporter votre collaboration pour la création de nouveaux articles sur le blog…….Sophie