UA-38716482-1

07/02/2008

Le Touring Club de Belgique

Le Touring Club de Belgique. 

J’ai sous la main un guide du T.C.B. titré « Environs de Bruxelles, 100 promenades pédestres ». Pour les jeunes qui ignorent le terme ‘pédestre’, j’indique qu’il s’agit de marche. Faut-il préciser ? Quand vous êtes debout et que vous regardez vers le sol, normalement ( ?!?) vous devriez apercevoir deux pieds qui dépassent à angle plus ou moins droit de vos jambes qui, elles, vous supportent malgré l’attraction terrestre. Attention, pour savoir vraiment marcher, c’est toute une histoire qui prend des mois d’étude et d’application !

En fait, on ne marche plus assez pour savoir se souvenir qu’une promenade ‘pédestre’ peut prendre des heures…

 

TCB_cover


Ce guide, assez déglingué, - avec ses pages blanches devenues ocre -, appartenait à ma tante côté paternel, elle avait même signé la page intérieure, c’est tout dire. Le volume du T.C.B. n’est pas daté et l’auteur de son contenu inconnu. Pourtant c’est drôlement bien écrit. Dommage pour lui car il y a mis du cœur et, sans doute, du boulot. Une lecture attentive permet malgré tout d’évoquer l’immédiat après-guerre, la Première. Sachant que la première édition date de mai 1916, en pleine conflit mondial ! 25.000 exemplaires sont écoulés, suivis d’une réimpression de 10.000. Les chiffres de l’édition en question sont bien entendu tout aussi inconnus.

 

Pub_TCB_1


Le guide contient également quelques plans d’époque, comme celui du Parc de Tervueren, dépliable !

Et il y a bien cent promenades, pleines d’intérêt, allant de Lombeek-Sainte-Marie à Leefdael ou de Humbeek à Tourneppe. Le plus souvent, le lecteur est invité à monter sur un tram électrique de la place Rouppe pour approcher le départ de son expédition. Débarquant à destination, il lui reste à marcher ! A suivre un itinéraire, sorte de boucle saoûle mais bien réglée qui le ramènera à la voie de chemin de fer. Ces visites sont fascinantes ! Ainsi j’ai appris qu’on fabriquait des bateaux en béton, près de Vilvorde. A la Bourse, on prend « un tramway économique » vers Scheut (durée 15 minutes) où « la belle chaussée de Ninove est bornée d’ornes séculaires ». Et, plus loin, notre auteur inconnu y va de sa leste plume : « Dirigeons-nous vers la ferme. A un carrefour, un peu avant d’y arriver, se détache à droite un chemin contre la clôture d’un grand pré ; tel est le chemin qui nous attend. Poursuivons cependant jusqu’à la cour de la ferme de Schavye ; celle-ci, ombragée par le dôme feuillu de deux arbres vénérables, est réellement captivante, au point que ce serait un crime que de n’aller pas l’admirer ». Quel lyrisme ! Imaginez un seul instant que la voix synthético-digitale votre GPS déclame dans votre voiture ces lignes ?

 

Pub_TCB_2


Des jumelles au cou et un « fer » dans la poche, quelle époque !

 

Mais ce n’est pas tout. Déjà en ces temps-là, vers 1920 et des poussières, il fallait songer à la rentabilisation : il y a donc des pubs dans l’ouvrage du T.C.B. ! Contrairement aux promos dont vos boîtes à lettres dégorgent, ces réclames sont beaucoup plus directes, plus péremptoires. J’en ai choisi quelques unes car elles sont représentatives de l’époque, en voici les illustrations que je parsème dans cet article. Celles-ci, et d’autres, se répètent au fur et à mesure des pages sous forme de pavés.

 

Pub_TCB_3


La classe, une égyptienne ‘blend’ à prix spécial, je me rappelle une marque dont la cigarette avait une section ovale : quel parfum ! Mieux qu’une « Senior Service »…

 

Enfin, le TCB prend soin de vous ! Vous n’en doutiez pas. Si vous vous perdez dans la jungle de l’arrondissement de Bruxelles, voici une méthode pour vous y retrouvez et, surtout, pour repérer la route de la maison, texto les amis, et dans le même style suranné.

Comment s’orienter à l’aide d’une montre.

« Lorsque le soleil est apparent et même lorsque le temps est assez couvert pour permettre de le situer, la montre peut parfaitement remplacer la boussole.

Faites face au soleil en tenant votre montre à plat devant vous, la petite aiguille pointée dans la direction solaire. La bissectrice de l’angle formé par la dite aiguille et le rayon sur midi donne le Sud, de 6 heures du matin à 6 heures du soir. Avant ou après ces heures, cette bissectrice indique le Nord.

Bien entendu, il faut que la montre soit à l’heure du méridien ou, si elle ne l’est pas, qu’il soit tenu compte de cette heure là.

Pour orienter une carte d’après ce procédé, la placer à terre si l’on ne dispose pas d’une table et, y ayant repéré l’endroit où l’on se trouve, y déposer la montre (le centre) en pointant l’aiguille des heures vers le soleil, et tracer de l’œil la bissectrice de l’angle avec le midi, ce qui donne le Sud. Soulevant ensuite légèrement la montre d’une main sans changer la direction, faire doucement pivoter la carte jusqu’à ce qu’elle soit amenée au Sud ou au Nord, selon l’heure à laquelle vous opérez ».

 

 

Watches

 

 

Que veux-tu dire par « Au secours ! », Sophie ?

 

Personnellement, j’aime assez la marche mais je me dois de vous avouer que j’ai toujours eu un goût prononcé pour les décapotables. La preuve ici.

RD_DECAP

 

Robert Dehon

 

 

 

Merci Robert ;-)  et à moi d'ajouter ma petite découverte au niveau des plans....d'après guerre....

carte michelin 45


 

En 1945, Michelin à publié un plan avec les Ponts détruits, les routes défoncées et d'autres en mauvais états !  Fallait bien y penser non....après tout....la vie devait continuer..