UA-38716482-1

27/08/2015

Place Flagey - Eglise Sainte Croix et I.N.R.

L’ÉGLISE SAINTE-CROIX

Tel fut le nom de l’ancienne chapelle qui, devenue église paroissiale, fut démolie en 1864 par suite de l’assèchement partiel du grand étang en 1860 et de la création de la place Sainte-Croix, future place Eugène Flagey.

 

sainte croix et passants 2.jpg

Dès 1863, un nouveau sanctuaire de style ogival primaire avait été construit en brique rouge, d’après les plans de l’architecte Van de Wiele. L’édifice connut toujours des problèmes de stabilité en raison de la nature du sol, au point qu’à partir de 1890, les rosaces latérales présentèrent des signes de déformation. Cinquante ans plus tard, la reconstruction devenait inévitable. Elle fut menée à bien sous la conduite de l’architecte Paul Rome pendant la Seconde Guerre mondiale, sans que le culte fût interrompu. Elle prit son aspect actuel en 1947.

sainte croix et passants.jpg

De son côté, la place Sainte-Croix, réduite au seul parvis depuis 1937, fit hommage bon gré mal gré de sa partie centrale au bourgmestre Eugène Flagey, avocat d’origine chimacienne qui présida aux destinées de la commune de 1936 à 1956

sainte croix tram ancien.jpg

 

LES BRASSERIES

Les abords de la place Sainte-Croix comptaient encore au début de ce siècle nombre de cabarets, de «la Maison Blanche» au «Coq Tourné», pour ne citer que les plus célèbres. Plus loin, square de Biarritz, il subsistait toujours en 1954 une grande implantation industrielle, la brasserie «Ixelberg», héritière des «Grandes Brasseries d’Ixelles», elles-mêmes filles des Brasseries Lannoy. C’étaient là les derniers vestiges d’une industrie brassicole ixelloise qui eut son heure de prospérité.

 

ixelles brasserie lannoy rare.jpg

De tout temps, la production de bière fit, dans nos contrées, l’objet de règlements, d’édits qui, nonobstant la perception profitable des accises par les autorités locales, procédaient dans ce cas précis du protectionnisme intransigeant des brasseurs bruxellois. Citons pour mémoire un édit de Philippe le Beau en 1503, qui interdisait la fabrication de bière à moins d’une lieue des remparts. Le village d’Ixelles était situé dans la zone interdite, au contraire de celui de Boondael qui en profita pour développer son industrie.

ixelles rue de la brasserie.jpg

Du XIVe au XVIIe siècle, les brasseries de Boondael connurent des temps prospères mais dès le XVIIe siècle, l’édit de 1503 fut systématiquement transgressé à Ixelles-le-Vicomte et une importante activité brassicole clandestine s’installa autour du grand étang, dont l’eau servait de matière première. Un moyen aisé de contourner l’interdiction était de consommer sur place... ce dont ne se privaient pas, les dimanches et jours de fête, les bourgeois de la Ville et du faubourg !

sainte croix arbres.jpg

Par bonheur, le Conseil de Brabant rendit une sentence qui libérait les Ixellois des droits d’accises, anticipée d’ailleurs par un arrêt de la même autorité qui en exonérait l’abbesse de la Cambre; celle-ci avait une maison en ville, ce qui n’était pas sans favoriser discrètement quelque trafic... Cette libéralisation donna le signal d’un essor fulgurant: à la célèbre brasserie «Spagniën» vinrent s’ajouter dès 1616 «Vranckrijck», «Italiën» et «Middelborgh», si bien suivies par d’autres qu’elles furent vingt en 1718. La toponymie actuelle en témoigne encore par les rues de la Cuve, du Serpentin, de la Levure et de la Brasserie.

av des saisons 19 xl.jpg

Bientôt, la croissance de la population et la multiplication des dépôts de fumier et des fosses d’aisance qui l’accompagnèrent, contraignirent  les brasseurs à ne plus puiser leur eau dans le grand étang et à creuser jusqu’à la nappe phréatique. Trois familles tinrent au fil du temps l’essentiel du marché local, parfois même étendu jusqu’à Etterbeek, Watermael, voire Overijse: les Van Overstraeten, les Rijckaert et les Van Zeebroeck.  La disette des céréales et les nombreuses réquisitions opérées par l’occupant français frappèrent durement les brasseries ixelloises.  Le déclin des plus modestes fut rapide; la plupart devinrent de simples cabarets mais les rares survivantes franchirent le cap du siècle suivant. Ainsi en fut-il des brasseries Saint-Hubert et Lannoy.

carton brasserie ixelles.jpg

 

La brasserie Saint-Hubert se trouvait, à l’origine, à front du grand étang, à l’emplacement actuel du Victory House entre les rues des Cygnes et Malibran. Elle appartenait à la famille Rijckaert aux XVIIe et XVIIIe siècles et passa en 1781 entre les mains de Jean-Baptiste Van Amelrijck, agent municipal à Ixelles sous la révolution.  Ses successeurs, les Damiens, l’exploitèrent sur place jusqu’en 1860, année où, suite à l’assèchement de l’étang, ils transportèrent rue Wiertz leur industrie qui allait devenir les célèbres Brasseries Léopold, disparues il y a peu dans les turbulences urbanistiques du quartier de l’Europe.

On le voit, l’assèchement d’une partie du grand étang et sa transformation en place publique sont à l’origine de la physionomie actuelle du quartier, comme de la création de nombreuses rues.

sainte croix étang et enfants.jpg

LA PLACE EUGÈNE FLAGEY

Comme signalé plus haut, cette place honore le brillant avocat, député et premier magistrat d’Ixelles de 1936 à 1956. Se représenter la physionomie de cet espace vers 1900, époque où s’est totalement établie sa vocation commerciale, nécessite aujourd’hui un réel effort d’imagination. À l’exception des brasseries séculaires, tout a changé.

sainte croix kiosque 1910.jpg

Entre les rues de la Brasserie et Malibran, se succédaient les vitrines de la «Boucherie Sainte-Croix», du «Grand Choix», maison de confection, du «Petit Magasin», paradis de la layette... sans parler des cafés «Au Petit Chasseur» ou «Au Coq Tourné», remplacé juste avant la dernière guerre pour ce dernier par le Victory House.  À l’endroit où trône maintenant une grande surface pépiait jadis le Jardin d’enfants communal d’Ixelles qui possédait une sortie chaussée d’Ixelles.

sainte croix vue de la chée d'Ixelles.jpg

sainte croix vue de la chée d'Ixelles même angle autre époque.jpg

Chée d'Ixelles vue sur Sainte Croix avec à gauche la rue de Vergnies à 2 époques différentes

Cet îlot a retrouvé il y a peu une vocation culturelle grâce à l’implantation, en lieu et place d’un bowling et d’une salle de billard américain, du Théâtre Marni à front de la rue de Vergnies. (Nous sommes ici en 1997)

 

flagey malibran.jpg

À l’opposé, occupé aujourd’hui par le paquebot en cale sèche de la RTB, veillait la deuxième division de police communale, voisine de l’hôtel du Lion Belge qui accueillait les voyageurs de passage, tandis que Joseph Colet tenait pinte franche et table ouverte à l’enseigne vénérable de la Maison Blanche, au coin de la place et de la rue du Presbytère, actuelle rue Alphonse De Witte.

sainte croix estaminet.jpg

Tout cela sous le regard impérieux d’un kiosque, haut lieu de rendez-vous des fanfares locales.

sainte croix kiosque enfants.jpg

Il est à noter que la Maison Blanche remplissait déjà son office à la fin du XVIIIe siècle; sa construction en évoque d’ailleurs l’élégance de bon aloi. À deux reprises, son tenancier, le sieur Delhaye y dissimula les reliques de saint Boniface menacées à la Cambre par les révolutionnaires.

 

sainte croix vue sur future flagey.jpg

Aux beaux jours, sous les tilleuls garnis de lampions, on se pressait dans le jardin et la salle de bal de l’établissement.  Il fut géré de 1870 à 1930 par la famille Colet et Jules Lagae, auteur avec Thomas Vinçotte du «Quadrige» de l’arcade du Cinquantenaire, y eut un temps son atelier.  

sainte croix cortège.jpg

Depuis 1920 toutefois, le plancher de la salle de bal menaçant ruine, les aîtres ne retentirent plus du pas cadencé des danseurs. Certaines maisons voisines, pourvues d’un étage ou à pignon, ne valaient guère mieux.  En 1935, on jeta bas la Maison Blanche pour faire place à l’Institut National de Radiodiffusion, en abrégé, l’INR.

 

panorama flagey.jpg

IRM.jpg

Entre le parvis Sainte-Croix et la chaussée de Boondael, à l’emplacement actuel de l’immeuble de la Radio, l’ancienne Maison Blanche et le commissariat de la 2e division.  La plus chanceuse, une guinguette voisine, le «Grand Turc», dont un modeste vestige sert de secrétariat paroissial, au départ de la chaussée de Boondael, attirait aussi les danseurs et promeneurs en goguette de la Belle Époque...

 

ixelles monument de coster église ste croix et batiment inr.jpg

sainte croix IRM église et monument.jpg

sainte croix IRM.jpg

sainte croix échoppes devant église.jpg

sainte croix attelage chevaux.jpg

DE L’INR À LA RTB

La radiodiffusion n’était pas une inconnue à Ixelles: Théo Fleischmann y avait présenté le premier journal parlé le 1er novembre 1926, depuis le n° 34 de la rue de Stassart.  Le bâtiment de l’INR fut construit entre 1935 et 1938 par l’architecte Joseph Diongre qui émergea d’un concours organisé à cette occasion.  Diongre privilégia une conception moderniste, influencé par l’Art déco et même le style hollandais de l’époque.  Ainsi, suivant le désir de l’architecte, le rez-de-chaussée a été divisé en petites entités destinées à accueillir des commerces pour favoriser l’animation du lieu, souhait hélas jamais exaucé dans les faits.  Dans ces locaux, au départ du studio 5, Louis-Philippe Kammans réalisa le 31 octobre 1953 la première émission expérimentale de la Télévision belge.  À cette occasion, le lanterneau d’angle fut rehaussé d’un étage.

 

sainte croix et INR vue de loin.jpg

DU MARCHÉ... AU BALLON

Il est naturel qu’un espace public de la dimension de la place Flagey ait attiré la foule, maintes réjouissances et un marché inauguré en 1905: on y vendait fleurs et denrées alimentaires.  Il gagna en ampleur depuis 1978 en s’étendant le samedi à la confection.  Longtemps, l’élection de ses reines fut le prétexte rêvé à moult festivités pittoresques...

sainte croix vers rue de la brasserie.jpg

sainte croix marché 3.jpg

sainte croix marché 2.jpg

sainte croix marché 1 bis.jpg

 

En février 1918, l’as de l’aviation belge Willy Coppens de Houthulst survola le marché avec son avion marqué aux cocardes nationales, provoquant le jet enthousiaste vers le ciel de fleurs et de légumes.

Plus tard, la place servit d’aire d’envol à de nombreuses ascensions en ballon dont celles des célèbres Gheude et Quersin.  Léon Gheude conseilla et guida dans ses débuts le grand aéronaute Ernest Demuyter, vainqueur de la Coupe Gordon Bennett en 1924 et père d’Albert Demuyter, futur bourgmestre d’Ixelles de 1972 à 1994.  

En 1948, une grande fête des écoles d’Ixelles y fut organisée. Danses et gymnastique y étaient rythmées par un orchestre et des chœurs.

 

place flagey.jpg

Au début de septembre 1957 se tint sur la place une Fête de la Bière.  Un pavillon bavarois à l’enseigne de Bacchus y avait été dressé au centre.

Le dimanche 15 septembre fut l’occasion d’un défilé de géants folkloriques, escortés par des marcheurs de l’Entre-Sambre et Meuse. Le Victory House, déjà évoqué, jetait sur cette animation un regard bienveillant. 

 

place flagey malibran immeuble.jpg

Bâti à l’emplacement du «Coq Tourné», à l’angle des rues des Cygnes et Malibran, il est propriété de la société locale d’habitations à bon marché «le Foyer Ixellois».  Construit à la veille de la Seconde Guerre mondiale, rénové récemment, il doit son appellation anglo-saxonne à sa réquisition par les troupes alliées en 1945. 

ixelles pl flagey rue malibran.jpg

Si le charme de la place d’avant 1930 s’est irrémédiablement perdu, les autorités se sont attachées à maintenir l’homogénéité des édifices cernant l’espace.

sainte croix brasserie bière anglaise.jpg

Ainsi, la partie gauche qui prolonge l’INR et abrite l’Institut Supérieur d’Architecture de la Cambre a-t-elle été réalisée dans un style approchant, au détriment d’un désespérant projet fonctionnaliste de gabarit bien plus élevé, fruit de l’esthétique douteuse des années 60’.  En face s’ouvrit en 1956 le premier magasin à rayons multiples de Belgique.  Ménagères et consommateurs s’y pressèrent pendant quelque trente années.  

monument statue de coster.jpg

Impossible de quitter la place Flagey sans être attiré par la perspective des étangs qui s’ouvre par l’élégant monument à la mémoire de Charles De Coster (° 1827, † 1879), fameux auteur de «La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs», écrites dans une langue superbement archaïsante.  De Coster qui était mort pauvre à l’angle des rues Mercelis et de l’Arbre bénit, avec à son chevet Hector Denis, l’un de ses amis fidèles, avait occupé un emploi de répétiteur de français à l’École de Guerre de la Cambre.

ixelles monument de coster église ste croix.jpg

En chemin, il avait coutume de s’arrêter sur un banc en bordure des étangs à l’endroit où l’édicule fut érigé.  Celui-ci est dû aux talents conjugués du sculpteur Charles Samuël (° 1862, † 1938), qui avait son atelier rue Washington, et de l’architecte Franz De Vestel (° 1857, † 1932). Camille Lemonnier (1844, † 1913), qui vécut à proximité au n° 26 de la chaussée de Vleurgat de 1880 à 1883, considéra dans «Une vie d’écrivain» le monument inauguré en 1894 comme «un tombeau spirituel, une tardive réparation».

L’élite des arts belges était présente à cette occasion: Constantin Meunier, Amédée Lynen, Maurice Maeterlinck, Emile Verhaeren, Edmond Picard et bien sûr Lemonnier qui, avance-t-il, ne put ouvrir la bouche, étreint par l’émotion...

Du chef-d’oeuvre de De Coster, le sculpteur s’est souvenu pour inclure, dans le tympan du fronton, la symbolique d’Ulenspiegel: le hibou et le miroir. À gauche et à droite apparaissent, discrètement dispersés, divers éléments qui évoquent la quiétude du logis: une crémaillère, un rouet et une quenouille.  Cette quiétude contraste avec les aventures mouvementées de Thyl, confronté à l’intolérance matérialisée par les excès de l’Inquisition.  Au centre se dresse Thyl qui presse sur sa poitrine un sachet des cendres de Claes, son père martyr.  À ses côtés, sa fiancée Nele à qui l’écrivain Neel Doff prêta ses traits.  Au-dessus du groupe, on distingue l’effigie de Charles De Coster.  En surplomb apparaissent Lamme Goedzak et Catheline, autres personnages de l’épopée.

 

étangs d'ixelles.jpg

 

Texte de : Michel HAINAUT et Philippe BOVY -  du livret datant de 1997 :

« À LA DÉCOUVERTE DE L’HISTOIRE D’IXELLES » (3)

sainte croix brasserie bière anglaise.jpg

sainte croix vue sur chée d'Ixelles.jpg

 

16/08/2015

L’histoire ou plutôt l’odyssée de l’église de la Trinité, actuellement située rue du Bailli.

Monsastère et église des Augustins.jpg

Si d’aventure nous possédions la machine à remonter le temps et que nous retournions à Bruxelles dans cette seconde moitié du XIVème siècle, combien la cité d’alors nous semblerait minuscule !  L’actuelle rue Fossé aux Loups n’est en ce temps-là, qu’un… fossé d’eau ceinturant les remparts de la ville.  Au-delà, c’est la campagne, qu’arrose une petite rivière, la Senne.

 

Bourse vue sur les Augustins.jpg

En ces temps-là, une communauté religieuse, les Frères du Tiers-Ordre, reçoivent l’autorisation de s’établir hors les murs, au pied du Fossé aux Loups.  Ils y bâtissent un petit couvent.  Les Bruxellois, dont l’esprit gouailleur n’est pas une légende, s’empressent de surnommer les religieux « Frères au Fossé ».  Nom qu’ils conserveront jusqu’à la disparition de leur ordre.

 

gravure 1893 La Bourse en plein vent.jpg

"La Bourse en plein vent" gravure de 1893 (coll. L. Quiévreux)

Rien à signaler dans l’histoire de la paisible communauté jusqu’au XVIème siècle, époque des guerres de religion : on les chasse alors de leur couvent.  Qu’on s’empresse de transformer en lazaret pour les pestiférés. 

carnaval au bd Anspach.jpg

Carnaval au boulevard Anspach

Lorsque les querelles religieuses s’apaisent, les Frères au Fossé, dont la communauté est réduite à sa plus simple expression, ne sont plus à même d’assurer leur existence.  Ils s’intègrent alors aux Augustins, auxquels ils cèdent leur couvent.  Ceux-ci décident de le rénover complètement dans le goût du jour.  Les travaux sont entamés le 5 mai 1620, d’après les plans de Cobergher selon les uns, ou de Francart selon les autres.  Elle n’est consacrée que 22 ans plus tard, le 1er novembre 1642.

bd Anspach et les Augustins.jpg

Quelle église !  C’est une innovation sensationnelle pour l’époque : pas de clocher, mais une simple façade baroque qui sert d’écran aux trois nefs.  C’est le premier exemple d’un genre nouveau qui va être imité un peu partout dans le pays….

 

Après le voûtement de la Senne deviendra le bureau central des postes.jpg

Salle de fêtes hier, les Augustins deviendront après le voûtement de la Senne, bureau central des postes

Mais pourquoi 22 ans pour cette édification ?  La patience et la minutie des artisans d’alors ne suffisent pas à expliquer ce retard.  En fait, c’est l’argent qui fait cruellement défaut aux Augustins.  Les collectes et dons ne suffisant pas, il faut trouver une autre solution.  Un brave Père a alors une idée de génie : pourquoi ne pas organiser une loterie ?  Aussitôt dit, aussitôt fait.  Le succès est foudroyant et l’argent afflue dans les caisses.  Si les Augustins ont enfin la satisfaction de disposer d’un lieu digne de leur dévotion, ceux qui ont contribué à son érection eurent moins de chance, car la loterie ne fut jamais tirée…  Est-ce cette « malhonnêteté » qui est à l’origine de la série de malheurs qui vont s’abattre sur le sanctuaire ?  Allez donc savoir …

Les Augustins avant le démontage A.C.L. Bruxelles.jpg

La fin est proche !

En 1796, les occupants français ferment l’église des Augustins.  Elle devient « bien national ».  L’administration départementale loue l’édifice à des particuliers moyennant un loyer annuel de 400 livres.  Pas pour longtemps : on se rend très vite compte qu’il abrite le culte nouveau des Théophilanthropes, adeptes des théories déistes de Voltaire et de la philosophie de Jean-Jacques Rousseau.  On le ferme à nouveau….

p012.jpg

Derniers vestiges du passé, les Augustins ne seront démolis qu'une vingtaine d'années après la construction des bâtiments bordant les nouveaux boulevards.

En 1802, le sanctuaire est rendu au culte catholique, mais il ferme à nouveau ses portes.  Cette fois, c’est une sombre querelle avec le doyen de Sainte-Gudule qui accuse les Augustins d’encourager ses ouailles à déserter les offices de la collégiale. 

p013.jpgEn 1805, les affaires s’arrangent… à la condition que l’église des Augustins se considère comme l’annexe de…. La petite église du Finistère située rue Neuve !

p011.jpg

Neuf ans plus tard, l’église devient temple luthérien : on y célèbre des offices destinés aux soldats scandinaves des armées alliées cantonnées à Bruxelles.  Au lendemain de la bataille de Waterloo, nouvelle et imprévue destination pour l’église-temple : elle sert d’hôpital aux blessés français.

Vue sur les Augustin de la rue de la Fiancée.jpg

Les Augustins pris de la rue de la Fiancée

En 1816,  Guillaume 1er, roi des Pays-Bas en fait un temple calviniste.  Son petit-fils Guillaume III, le grand-père de la reine Juliana, y fut baptisé en 1817.

 

p010.jpg

Recto/Verso d'une pièce de collection

La révolution de 1830 balaie les Hollandais.  Le temple provisoirement calviniste, des Augustins n’échappe pas à la tempête.  On en fait une sorte de panthéon où ont lieu des expositions, des remises de prix et des représentations.  La plus étonnante est celle qui voit la cantatrice espagnole Maria-Félicia Garcia (plus communément appelée « La Malibran ») recueillir un triomphe.  Le soir du 10 avril 1836, l’on paie jusqu’à 25 francs-or pour écouter à la place la moins chère la voix la plus célèbre de l’époque. 

affriche concert .jpg

Après le spectacle, les plus fervents admirateurs de la diva détellent les chevaux de son carrosse et c’est en attelage humain qu’on la reconduit à son hôtel particulier (aujourd’hui la maison communale d’Ixelles). 

Chronique décembre 1895.jpg

Chronique d'époque

La vieille église commence à accuser le poids des ans.  Il faut la restaurer.  La ville de Bruxelles a d’autres projets en tête : la détruire et créer une magnifique place pour rendre la circulation plus facile et y placer un monument à la mémoire du bourgmestre de Brouckère.  L’Etat ne l’entend pas de cette oreille : il affirme être, avec la fabrique d’église, propriétaire du bâtiment.  Un procès s’engage, qui donne raison  l’Etat.  Lequel s’empresse d’utiliser le bâtiment comme…. Poste centrale, en attendant la construction des nouveaux locaux de la place de la Monnaie.

temple augustins de brouckère.jpg

tram devant les Augustins.jpg

1892 : la poste déménage.

bureau central des postes aux Augustin mai 1875.jpg

En mai 1875, le bureau central des postes fut établi aux Augustins

  1893 : la destruction est décidée… Mais au moment où la démolition va commencer, les promoteurs de la future église de la rue du Bailli, un quartier alors en pleine expansion, s’offrent à racheter l’église des Augustins.

façade préservée des Augustin pour l'actuelle église de la Trinité rue du Bailli.jpg

L'ancienne façade des Augustins orne aujourd'hui, l'église de la Trinité, située à l'extrémité de la rue du Bailli.

L’Etat propose alors un marché qui est accepté : seuls les frais de démolition sont à la charge de la nouvelle fabrique d’église, mais la façade doit obligatoirement être reconstruite telle quelle.  Ce qui fut scrupuleusement respecté. 

 

trinité ixelles ancienne.jpg

Classée en 1955, la façade des Augustins est restaurée au début des années 1970.  Elle est (une fois de plus) … sauvée ! Mais ! …pour combien de temps ???

trinité.jpg

trinité ixelles vue.jpg

trinité ixelles nouvelle annexe.jpg

trinité ixelles.jpg

Trois siècles et demi après sa construction, la vieille église mérite au moins de connaître le calme après tant de malheurs et de tribulations….

 

Texte d’après « l’Almanach bruxellois » de Christian Souris.

projets qui n'ont jamais vu le jour.jpg

 

25 mars 1890.

Place des Augustins.

Maintenant que la décision est prise de démolir le temple des Augustins, va-t-on établir au même endroit un square banal avec kioske et fontaine ?  Ou bien, comme l’a suggéré un architecte, va-t-on élever sur son emplacement un beffroi comme le représente notre gravure ? 

Ou bien va-t-on encore comme il en est question depuis des années, y transférer  l’église Saint-Nicolas, destinée à être démolie, paraît-il, pour élargir la rue au Beurre et dégager les alentours de la Bourse ?

Ce sont là de très sérieuses questions au point de vue de l’embellissement de la capitale. 

nouvel immeuble en remplacement des Augustins.jpg

La place de Brouckère depuis la disparition des Augustins

Hôtel Continental .jpg

L'hôtel Continental devant lequel...

construction de la fontaine .jpg

... On érige la fontaine.

Inauguration de la fontaine .jpg

... En voici l'inauguration

travaux de la fontaine.jpg

Les Travaux...

Des questions au point de vue de l’embellissement de la capitale.  Des questions auxquelles il faut apporter très vite réponse.  En effet, le nouvel hôtel des Postes, place de la Monnaie, va sur son achèvement et on estime que tous les services auront quitté le temple des Augustins au plus tard dans deux ans.  Pour notre part, la solution du beffroi apparaît comme la meilleure pour meubler l’espace laissé vide par la disparition du temple.

Journal Le Soir….

Dégâts après l'incendie de l'hôtel Continental .jpg

Comment le "Continental" perdit ses statues ... après l'incendie

Ruines de l'hôtel Continental.jpg

....

Ambulance Corbillard de l'hôpital St Jean vue sur les Augustins.jpg

Les Augustins à la veille de leur disparition.  Devant, une ambulance-corbillard se dirigeant vraisemblablement vers l'hôpital St. Jean (tableau de F. Gaillard)

Café de la Poste place de Brouckère.jpg

Le "café de la Poste", aujourd'hui... un commerce

05/06/2014

Les origines de Bruxelles d’après un Texte de Louis Hymans

bructère.jpg

BRUCTERE - Le premier Bruxellois d'après une brochure de l'avocat Spinnael en 1841

L’origine de Bruxelles se perd dans la nuit des temps.  Son nom même a été écrit de vingt façons diverses et également barbares, dont la plus curieuse est Bructersele, orthographe imaginée par Me Spinnael, avocat, en vue de démontrer que Bruxelles fut la capitale des Bructères.

Ce juriste, égaré dans l’étymologie, alla jusqu’à illustrer sa dissertation du portrait authentique d’un Bructère faisant caracoler son cheval et tenant au bout de sa lance la tête d’un ennemi vaincu. 

Les savants, après s’être livrés à des luttes séculaires au sujet de ses origines, après avoir trouvé la racine de Bruxelles dans les mots brug, broeyen et broek, qui donnaient tour à tour l’idée d’un pont, d’un nid et d’un marais, ont fini par se mettre d’accord pour affirmer que Bruxelles vient de Broek sele, habitation, manoir, château ou site, au bord d’un marais.  Nous nous en tiendrons à cette version.

 

salvius.jpg

Des discussions ont eu lieu à propos de l’origine du mot Brabant.  Je n’aurai garde de me hasarder sur ce terrain glissant.  Mon imagination se contente de l’héroïque légende de ce guerrier romain, Salvius Brabo, qui, après avoir tué le géant Antigon, la terreur des riverains de l’Escaut, devint l’heureux époux d’une nièce de Jules César.

Le nom de saint Géry appraît dans la pieuse légende des apôtres du christianisme en Belgique, près d’un siècle avant que le nom de Bruxelles soit mentionné dans un document authentique.  Il y eut deux saints du nom de Géry.  Le premier, qui s’appelait aussi Didier, Desiderius, fortifia la ville de Cahors.  Le nôtre, dont le nom latin est Gaugericus, naquit dans les Ardennes françaises, aux environs de Sedan, et devint évêque de Cambrai, vers 580.  D’après ses panégyristes, ce futur saint fut un type de sagesse et de bonne humeur.  Toute sa personne « respirait et inspirait » la gaieté ; son nom même de Gaugeric veut dire joie, gaudium ; riche, ryck.  « Comme une abeille qui butine de fleur en fleur, Géry parcourait le champ des divines senteurs et concentrait dans son âme, ainsi que dans une ruche féconde, le miel de la foi et la suavité de toutes vertus. »  Tel est l’homme qui, le bâton à la main traversa la forêt Charbonnière et la forêt de Soignes, et vint, au péril de sa vie, fonder, dans une petite île formée par la Senne, une humble chapelle que le zèle des néophytes changea bientôt en église (1).

 

bladeric gudule0002.jpg

Peu d’années après, une petite nièce de Pépin de Landen, la bienheureuse Gudule, rendit le dernier soupir au château de Ham, près d’Alost.  C’était une femme renommée par sa piété et ses bonnes œuvres.  La légende raconte qu’un soir, comme elle allait porter secours aux malheureux, elle vit tout à coup s’éteindre sa lanterne.  C’était le diable qui lui jouait un tour de sa façon ; mais elle avança dans l’obscurité, confiante dans la protection du ciel, et, à la grande déconvenue de mons.  Satan, sa lumière se mit à brille d’un éclat plus vif qu’auparavant.  Dame Gudule attribua ce prodige à une intervention miraculeuse qui la fit canoniser plus tard ; et quand, à la fin du Xè siècle, un des arrières-petits-fils de Charlemagne, Charles, duc de Lotharingie, érigea dans l’île de la Senne un château fort où il établit sa résidence, il fit transférer de l’abbaye de Moortzeele dans l’église de Saint-Géry le corps de la sainte, qui fut honorée dès lors comme la patronne de la ville de Bruxelles. 

 

bladeric gudule0001.jpg

Lambert II, Balderic, comte de Bruxelles le père de la cité et l'auteur de la première enceinte de la ville d'après une gravure de la Afkomste der Hertogen van Brabant 1546

Voilà l’existence de Bruxelles établie.  Comme toutes les villes qui surgirent en ces temps reculés, ce dut être un amas confus de chétives masures construites en bois et en argiles, couvertes de chaume, et bordant des ruelles étroites, sans pavé, ressemblant en hiver à de vrais cloaques.  La bourgade se développa rapidement et, peu après l’an mille, elle était devenue assez importante pour que Lambert II, dit Baudry ou Balderic, l’entourât d’une ceinture de remparts qui mesurait plus de 4000 mètres. 

 

 

(1  (1)  A l’article Saint Géry dans la Biographie nationale, il n’est pas dit un mot de la présence de cet évêque à Bruxelles.  On se borne à raconter qu’il érigea un monastère à Saint-Médard, près de Cambrai.  Ce silence est d’autant plus bizarre que l’auteur de l’article cite précisément les mêmes sources où d’autres ont trouvé la preuve du rôle joué par l’évêque de Cambrai sur les rives de la Senne.  

bruxelles,brussels,brussel,sofei,sofei vandenaemet,brutère,salvius brabo,gudule,lambert II, comte de bruxelles,saitn géry

07/09/2013

Evolution

tunnel direction basilique.jpg

Le percement des tunnels et des viaducs de la jonction du chemin de fer Nord-Midi a modifié les vieux quartiers qui ont été entièrement réaménagés vers 1950… de nombreux passages souterrains pour voitures et une longue passerelle, permettent de franchir facilement les principaux carrefours.  Les anciens quartiers où l’on trouvait, dans des rue irrégulières, des vieilles maisons brabançonnes pittoresques et variées, ont en grande partie disparu….La ville haute, reliée jadis à la ville basse par des artères étroites et raides, communique maintenant avec elle par des voies larges, bordées de maisons de commerce et de banques…

place rogier martini et sheraton.jpg

Années 50-60...Place Charles-Rogier, un des centres d’animation de Bruxelles ; elle est dominée par le haut building du Centre Rogier, 30 étages qui abrite des maisons de commerce, des salles de réunions, etc… et deux salles de spectacle : le théâtre National de Belgique (architecte Cuisinier, décorateur Jacquemin), avec 764 places et l’Atelier, avec 250 places.  En arrière, gare routière (lignes vicinales de Bruxelles-Nord) et gare du Nord, des chemins de fer, achevée en 1957 par les architectes G. et P. Saintnoy et H. Van Den Bosch.  La Gare du Nord abrite le musée des Chemins de fer…. 

Eglise de la Madeleine.jpg

Dans les années 50, certains bruxellois s’étant élevé dans hiérarchie sociale, ont bien le droit de vivre en automobile et de ne plus concevoir la vie à Bruxelles autrement  que comme une cascade continuelle d’accélérateurs, d’accumulateurs, de carburateurs, de freins et de tuyaux d’échappement.  Le mécanisme du mouvement vital dans les années 50 fonctionne si bien que l’espace compris entre Sainte Gudule et l’église Ste Marie n’est plus que pour ceux-ci qu’un Champ-de-Mars où la carrosserie belge mâtinée de moteurs américains, allemands, français ou anglais, déchaîne ses splendeurs.  


 

10/10/2010

L’église des Saints Jean et Etienne aux Minimes.

L’intéressant livre « The Cult of the Black Virgin » d’Ean Begg à peine refermé, la raison de son silence concernant l’église des Minimes et sa chapelle de Lorette m’a fait sourciller. Je vous livre donc cette courte étude à considérer bien entendu ‘brute de décoffrage’, elle pourra peut-être déclencher une recherche nettement plus rigoureuse. De plus, il est triste de constater que Notre-Dame de Lorette semble bien oubliée en ce lieu somme toute sacré, que l’environnement de l’église – et son bâti - mérite une réhabilitation d’ordre divin.

Minimes2.jpg

Ce lieu de culte, situé à la limite historique des Marolles, rue des Minimes, peut paraître écrasé par l’ampleur du Palais de Justice si le visiteur utilise cet ascenseur incongru qui mène vers le bas de la ville. Il en va autrement s’il emprunte la rue Haute, Porte de Hal dans le dos, et tourne dans la rue du Temple qui se termine par une volée de marches. Qu’il reprenne son souffle, tourne son regard vers la droite et l’église des Minimes se dresse fièrement ! Une vision assez fascinante qui plonge le visiteur dans le XVIIe siècle… Certes le recul pour observer l’édifice est mince, réminiscence des rues du Haut Moyen Age. L’adoption d’un appareil digital avec grand angle est requise. L’histoire récente de l’église a été chahutée par des ‘sittings’ et des occupations. Mieux vaut se rappeler que le site présente d’excellents concerts de musique classique. Un bel orgue baroque de François Noelsmans et datant de 1681, restauré par Guido Schumacher, résonne ici du feu de ses tuyaux d’airain. J’ai assisté par hasard à une ‘mise en doigts et pieds’ d’une oeuvre de Bach, peut-être  la ‘BWV 572 Fantasia G Major’ : magnifique et convenant bien à l’acoustique de ce bel espace ! Que cela ne nous éloigne pas du passé de l’édifice qui est flanqué sur sa droite d’une chapelle chère aux aéronautes.

P1000387.jpg

L’église Saint-Pierre près de la place Saint-Guidon (RD).

Tout débute à Anderlecht où les frères Minimes de l’Ordre de Saint François de Paule reçoivent des archiducs Albert et Isabelle, gouverneurs des Pays-Bas espagnols, l’autorisation de migrer vers Bruxelles. Vêtus de bures noires, adeptes de la contemplation et de l’étude, les frères s’étaient établis, en 1616, à proximité de l’église Saint-Pierre, près de l’actuelle place Saint-Guidon.

La raison de leur départ demeure inconnue, peut-être l’attrait de la capitale ? Si bien que le 7 décembre 1616, la duchesse Anne de Bournonville leur cède la maison d’André Vésale, l’anatomiste mort en 1564. Les frères installent leur couvent dans cet édifice et rêvent d’une église. Les suppliques filent bon train puisque le 6 avril 1621, l’Infante Isabelle elle-même pose la première pierre et l’édifice est terminé en 1625. Toujours active, Isabelle achète à fort prix une maison de débauche située juste à côté de l’église afin d’y bâtir une reproduction de la Santa Casa de Lorette, sur laquelle figure l’inscription « Que fuerunt Veneris nunc fiunt Virginis aedes » soit ‘ce qui autrefois fut le temple de Vénus est devenu aujourd'hui la maison de la Vierge’, histoire de signifier aux filles de joie que la rédemption est possible.

DSC_3617.jpg

Curieusement, cet assemblage de lieux saints est démoli à la fin du XVIIe siècle.

Le 28 octobre 1700, l’Electeur de Bavière, Maximilien II Emmanuel, pose la première pierre – serait-elle d’angle ? – d’une nouvelle église à l’emplacement que nous connaissons… avec sa petite chapelle de Lorette, à l’extérieur du bâtiment, et non intégrée au sein de ce dernier. Ceci sous la supervision de l’architecte père Philibert Bressand. Les lieux sont achevés vers 1715, plus ou moins car la façade ne reçoit pas sa deuxième tour, celle de gauche. Il est à noter que les matériaux pierreux proviennent de carrières situées à Uccle et plus précisément au quartier du Chat. Entité qui servira bien plus tard au regroupement de familles marolliennes expulsées par les travaux du palais de Justice.

DSC_3621.jpg

Hélas, ce n’est pas la fin des ennuis pour les frères Minimes. Le couvent cesse son activité le 7 novembre 1796, suite à la révolution française, pour être remplacé par un dépôt de mendicité en 1801, après la signature du Concordat… pour se voir à nouveau fermée en 1811, car on pense à nouveau installer une manufacture de tabacs, cette fois impériale ! Il devient ensuite un atelier de travail et de mendicité, une fabrique de tabacs en 1813, un atelier de lithographie en 1815. Les Hollandais y installent alors un hôpital militaire, une école et une prison pour femmes !

Les Marolliens disputent âprement la décision et les Français restituent l’église au culte : elle devient paroisse sous la protection de Saint Jean et Saint Etienne. Le clocher avec ses trois cloches du XVIe et XIXe siècle et les hauts de l’édifice sont restaurés en 1849.

 

 

DSC_3627.jpg

De toutes les églises, terme générique, Bruxelles s’offre une chronologie architecturale particulière. Soit cinq grands groupes pour simplifier : le romano-ogival et ogival (N-D de la Chapelle), la renaissance italo-flamande (N-D de Bon Secours), la transition entre l’italo-flamand et le néo-classicisme (N-D du Finistère), le néo-classique (St. Jacques sur Coudenberg) et le classicisme moderne (Sainte-Catherine). L’église des Minimes prend place dans la période de transition, soit le XVIIIe siècle. Qui parle de période transitoire pourrait croire que ‘c’est un peu de tout’, or il n’en n’est rien. L’église est « remarquable par la pureté de son style et l’heureuse harmonie de ses proportions », indique Des Marez. Une telle allégation mérite un détour par l’extérieur et une rapide promenade sous la voûte de plan basilical.

 

DSC_3629.jpg

De nos jours et sans doute jadis, seule la façade et une petite partie du flanc gauche s’admirent. Les Minimes sont engoncés dans les tissus urbains ; on ne se promène pas autour de l’église. Actuellement, d’un côté du porche, une chapelle accolée chapeautée d’une sorte de clocheton, puis une bâtisse commerciale qui forme le coin de la rue, de l’autre côté, une chapelle à l’identique noyée dans des murs de façade. La toiture est banale, seule la tour de droite rythme l’ensemble, dit-on. L’architecte a imposé un ordre simplifié de deux colonnes corinthiennes qui font saillies et de quatre pilastres surmontés d’un fronton hémisphérique qui se répète au-dessus de la porte centrale. Une fenêtre centrale et deux latérales surplombées chacune par une alcôve vide de statue.

Chap_Lor_Grplan.jpg

Gravures de la chapelle à Loreto et son plan (RD, Abbé Grillot).

Passant la porte, le visiteur découvre un vaste quadrilatère : la nef centrale accompagnée de deux bas-côtés terminée d’une abside hémisphérique. Six piliers poussent le regard vers le ciel de l’église. Quatre d’entre eux, au croisement du transept, supporte un dôme agrémenté d’un oculus. De part et d’autre de l’abside se situent deux chapelles avec étages ornés d’une balustrade. Pour ceux qui sont férus d’architecture symbolique ou mystérieuse à la ‘Paul de Saint-Hilaire’, il semblerait que le plan rectangulaire soit dessiné sur une proportion pythagoricienne : la largeur multipliée par le ‘nombre d’or’ (1,618) en déterminerait la longueur. De même, l’assise des piliers s’inscrirait sur deux carrés joints. Bien entendu, cette hypothèse ne peut se vérifier qu’avec les plans originaux, mais si tel en était le cas, une observation des proportions volumiques mériterait aussi une étude, à la recherche d’une harmonique d’or. Rassurons-nous, ces travaux n’ont jamais été effectués : le diable se dissimule dans les détails, non ?

P1000389.jpg

 

 Pas vraiment le compas dans l’œil pour les panneaux (RD).

L’église des Minimes est un lieu à « échelle humaine », elle n’écrase pas comme une cathédrale si belle fut-elle, elle ne confine pas comme une chapelle, plus individuelle.

Le mobilier attire le regard de par sa qualité : une Descente de la Croix de François Gérard (1770-1837), le Martyre de Saint Etienne par Ferdinand Delvaux (1782-1815) ou les Quatre Evangélistes de Pierre François (1759-1851). Le mausolée du comte Charles Ghislain de Mérode, bourgmestre de Bruxelles de 1805 à 1809, et de son épouse sculpté par Charles Geerts, mérite un détour attentif. Tout comme la chaire de vérité, encadrée des symboles remontant aux âges des Evangélistes, à savoir Marc le lion, Luc le taureau, Mathieu l’ange et Jean l’aigle, tous soutenant le monde !

 

P1000405.jpg

Au-dessus de l’entrée de la chapelle, belle évocation de la ‘Translation’ sur bois doré (RD.

Ce qui nous amène, après ce tour d’horizon, à retourner au porche et prendre après celui-ci vers la droite où se situe une annexe surmontée d’une lanterne qui donne accès à la Santa Casa de Lorette. Voici un culte particulièrement curieux et, partant, très intéressant puisqu’il a sa représentation dans les Marolles. La première chose à préciser est que « Lorette » n’est pas une sainte : c’est le nom d’un lieu situé en Italie. L’appellation doit se comprendre : Notre-Dame DE Lorette, provenant de Loreto.

De nombreuses chapelles portent ce nom de par l’Europe. Par exemple à Rochefort en Belgique ou près d’Arras, lieu de pèlerinage incroyable en faveur des soldats français disparus lors de la Grande Guerre, également deux en pourtour proche de la Capitale. En voici l’histoire, malheureusement fortement résumée.

 

DSC_3636.jpg

Vues de la chapelle de Lorette (RD).

L’histoire débute 33 ans avant notre ère. Marie reçoit la visite de Gabriel, c’est l’Annonciation, elle est enceinte par les Voies du Seigneur de Jésus. Ceci se passe dans sa chaumière de Nazareth qu’elle partage avec son mari, Joseph. Il s’agit d’une construction de trois murs de pierres dont un flanc est accolé à l’entrée d’une grotte. Les archéologues ont parfaitement relevé et étudié cet emplacement qui est vénéré des Chrétiens. Le catholicisme se développe, mais les Lieux Saints se voient convoités si bien que l’épopée des croisades démarre et Godefroid l’emporte en 1099. La victoire ne durera pas, en 1291, il n’y a plus d’états chrétiens au Proche-Orient. Comme le sanctuaire des parents de Jésus est un lieu de culte depuis plus de mille ans, il ne se conçoit pas qu’il soit abandonné à la force des cimeterres et du Croissant.

DSC_3638.jpg

Que faire puisque même les Templiers se sont repliés en Méditerranée ? Le Seigneur envoie alors ses anges pour extraire la maison et la transporter par les airs vers des lieux plus sûrs. Après, dit-on, une halte à quelques lieues de Nazareth, le 10 mai toujours selon la légende, elle est déposée sur les rivages de l’Adriatique, en Dalmatie (actuelle Croatie), près de Rijeka. On y découvre une statuette de cèdre représentant la Vierge et l’Enfant Jésus. Cette opération d’extraction aérienne est appelée la « Translation de la Sainte Maison ». L’évêque Alexandre apprenant cette arrivée a une vision pendant laquelle la Vierge lui explique l’affaire. Il conduit même une enquête jusqu’à Nazareth, sans doute pour vérifier les lieux.

 

DSC_3637.jpg

Mais le 10 décembre 1294, pour des raisons seules connues du Seigneur et de ses conseillers en aéronautique, la translation se répète : les anges passent l’Adriatique pour ‘atterrir’ près d’Ancône en Italie, dans une forêt possession d’une dame nommée Loreto d’où le nom de l’endroit. La Santa Casa devient immédiatement un lieu de culte important que la Papauté protège et promulgue en 1585 siège épiscopal. L’impact de Notre-Dame de Lorette sur le monde chrétien est très important au courant des siècles : de nombreuses chapelles ou basiliques portent ce nom.

Se rappelant que la translation s’est opérée par les airs, Benoît XV proclame en 1920 la Vierge de Lorette patronne des aviateurs ! Ainsi, Charles Lindbergh avait accroché dans le cockpit de son Ryan M-2 Spirit of St. Louis une médaille de Lorette, remise le 11 mai 1927 par le père Henry Hussman, avant son départ pour la fameuse traversée de l’Atlantique.

DSC_3639.jpg

 

La Vierge Noire portant l’Enfant (RD).

Pour en revenir à la chapelle de Notre-Dame de Lorette jouxtant l’église des Minimes, il fut un temps où des maquettes d’avion ainsi que d’autres artéfacts aériens étaient suspendus au plafond, à l’instar des ex-voto de marins. Bizarrement, ceux-ci ont actuellement disparu… Dommage. La chapelle est d’une simplicité céleste. Sur les parois de flanc deux fresques enfantines, l’une présentant Joseph à Nazareth, l’autre une scène de village de pêche. Une troisième fresque avec des éléments culinaires sert d’arrière-plan à une Vierge à l’Enfant qui fait directement penser à une Vierge Noire. Elle surplombe un large reliquaire de bois équipé d’une petite fenêtre de verre horizontale assez ternie où sont proposé au regard … un mystère au sens commun.

Vierge noire disons-nous car elle semble sculptée dans l’ébène, le Christ y compris.

Min_Ens.jpg

 

Gravure du XIXe, à noter les deux tours (DR).

Voici qui ajoute de l’intérêt à la Santa Casa des Minimes car ces statuettes se différencient des Vierges Blanches – de loin les plus nombreuses - de par la couleur même de leur ‘peau’. Les hypothèses vont bon train quant à leur apparition aux environs du XIe siècle. Elles succèdent ou remplacent d’anciennes divinités celtiques, ce qui est peu simple à vérifier vu le millénaire de différence en temps. Soit elles ont été promotionnées par Bernard de Clervaux, au XIe siècle, parce qu’il était obnubilé par le Cantique des Cantiques (Premier Testament, vers le IIIe siècle pour faire simple), aussi appelé Cantique de Salomon, où l’héroïne clamait « Je suis noire mais je suis belle, oh filles de Jérusalem », donc le mariage mystique avec son église, sa mère et ses fidèles. Plus sombre est l’appartenance à des milieux initiatiques tels les Templiers, ne pas les mentionner serait parjure…

PlanMin_Hil.jpg

 

Plan de l’église des Minimes et croquis de son possible ésotérisme (RD).

Bref, l’existence des Vierges Noires demeure un sujet très pointu sur lequel nombre de chercheurs se sont limés dents. Ceci dit, acceptons ce simple fait : l’impact de la Mère du Christ, ignoré dans les premiers temps, est en l’An Mil une sorte de révolution au sein du catholicisme – terme générique -, Noire vis-à-vis de sa concurrente Blanche, elle augmente son influence en ces périodes troubles, en faveur de l’église.

Gardons sang-froid et respectons ceux qui y accordent une éventuelle importance.

 

Robert Dehon

 

 

Notes

L’Infante Isabelle est célèbre pour la couleur de sa chemise : lors du siège du port d’Ostende de 1601 à 1604 et selon le légendaire belge, elle décida de ne plus changer de chemise avant la victoire des Espagnols, d’où l’expression « couleur isabelle » que je vous laisse deviner.

Il est curieux de noter que l’intérieur du cône d’hélice du Ryan M-2 de Lindbergh était affublé d’une croix gammée lévogyre accompagnée des signatures des techniciens de la compagnie Ryan qui ont modifié l’appareil. Etant lévogyre, pointant vers la gauche, c’est un symbole porte-bonheur ; dextrogyre, pointant vers la droite, c’est le symbole choisi par Hitler en 1920.

Lor_Meise.jpg

 

Meise : Vierge Noire et le monogramme de Marie « Ave Maria Mater Iesus Hominis Salvator Redemptor » sur le linteau (XIXe siècle) - RD.

En Belgique l’on compte – inventaire non exhaustif - 22 chapelles de Lorette, 15 en Wallonie (la plus célèbre étant celle de Rochefort, 6 en Flandres (dont celle de Ronse/Renaix) et une à Bruxelles. Les plus proches de la Capitale sont celles de Meise (Klepperstraat) et Sint-Pieters-Leeuw (Steenbergerstraat). Il ne semble pas exister un réel inventaire des chapelles de Lorette pour notre pays : avis aux amateurs !

P1000377.jpg

 

Sint-Peeters-Leeuw : chapelle moderne de 1953 érigée par le club auto-moto (!?!) de Vlezembeek, pas de Vierge Noire (porte brisée) - RD.

Il n’y a pas que la Santa Casa qui a été transportée de par les cieux, Eugène Zimmer donne cet exemple : « Trois chevaliers de Saint-Jean sont faits captifs au Caire lors de la Première Croisade. Aidés par une statue miraculeuse taillée par des anges, ils convertissent la fille du sultan, Ismérie, et tous sont transportés par les airs pour atterrir dans les environs de Laon, à Liesse en France. Arrivés près d’une source, la statue devient trop lourde et un premier oratoire est bâti pour l’abriter ». Il s’agit d’une Vierge Noire ; l’oratoire est agrandi en chapelle puis en basilique » (voir sources).

Il est aussi à noter que le dernier épisode de la formidable série « Secret Army » de la BBC, une séquence se passe dans la rue des Minimes avec l’église en arrière-plan ; les scènes intérieures sont prises dans une église de Londres.

Vierges Noires : si vous tapez ces termes en français sur Google, vous accédez à plus de 175.000 liens. Méfiez-vous, il y en a qu’une poignée de sérieux, disons cinq, les autres (174.995) reçoivent sans partage l’oscar du farfelu souvent teintés de relents d’extrémisme de tous bords (!), destiné, bien entendu, aux gogos du même métal !

Enfin, vous pouvez consultez le site MultiMap/BING (http://www.multimap.com/maps/?qs=&countryCode=BE ), vous zoomez sur Bruxelles à partir de la carte, puis sur l’église des Minimes ; cliquez sur ‘Aerial’ pour passer en vue satellite, puis cliquez sur ‘Bird’s Eye’ et vous avez un choix de vues obliques… des boutons fléchés vous permettent de tourner autour du site. Malheureusement, cette fonction n’est pas disponible pour l’entièreté du pays et il est interdit de copier les images pour publication (voir les FAQ).

 

Sources

« Les monuments civils et religieux – tome 1 », Guillaume Des Marez, Touring Club, mars 1918.

« Découverte de Bruxelles », Albert Guislain, L’Eglantine, 1931.

« La Belgique illustrée », Emile Bruylant, Bruylant-Christophe & Cie, 1893.

« Y a-t-il vraiment un mystère des vierges noires », Eugène Zimmer in Kadath n° 66, 1987.

« The Cult of the Black Virgin », Ean Begg, Arkana, 1996.

« La Sainte Maison de Lorette », Abbé A. Grillot, A. Mame et Fils, 1876.

Dans sa série « Les mystères de… » éditée chez Rossel, feu Paul Meurice alias ‘Paul de Saint Hilaire’ n’évoque mystérieusement pas l’église des Minimes.