UA-38716482-1

05/09/2014

Sacristie de l’église Notre-Dame du Finistère

sacristie anspach031.jpg

 

bld A. Max 55.  Bâtiment peu profond à façade monumentale néobaroque, élevé sur les plans de l’arch.  C. Almain-de Hase de 1872, adossé à l’abside du chœur de l’église.  Huitième prix au concours de façades pour les bds centraux de 1872-1876.  Conçu en même temps que le mur du jardin attenant et la façade O. du presbytère rue du Pont-Neuf en 1872. 

04/09/2014

Bruxelles au 17ème siècle ...

Les transformations de la ville au XVIIème siècle.

 

plan bruxelles 17ème siècle quartier porte de Hal.jpg

 

 

Outre les églises, les couvents et les maisons des corporations, la capitale des Pays-Bas vit s’élever un grand nombre de maisons ouvrières, de maisons bourgeoises et quelques riches hôtels seigneuriaux. 

Bruxelles ne cessa de se peupler et toujours d’avantage, de telle manière que la voirie urbaine dut s’étendre dans toutes les directions.  Le nombre de rues et aussi d’impasses établies au cours du XVIIème siècle est, en effet, considérable.

A l’une d’entre elles était réservé un avenir commercial exceptionnellement brillant.  Il s’agit de la rue Neuve.  Créée en 1617, au travers des prairies de la rive droite utilisées comme blanchisserie, elle ne tarda pas à être bordée de demeures cossues.  De sorte que, dès 1646, elle devenait le siège d’une paroisse, dite du Finistère.  Elle n’était en ce temps qu’un lieu de résidence, silencieux et paisible, et que le charroi ne troublait guère. 

 

la parc la palais rue d isabelle en 1686.jpg

 

 

Ce caractère résidentiel appartenait également à la rue Isabelle (tracée en 1625, en contrebas du Coudenberg), à la rue et à la place de Bavière (1) (établies au flanc du Reuzenberg, proche de l’ancienne Steenpoort), à la place du Sablon et à la rue aux Laines, auxquelles les familles de la haute noblesse continuaient à témoigner leur préférence.

C’est dans la ville basse, et plus spécialement sur la rive gauche de la rivière, que se développèrent les quartiers animés par les affaires ou par le grouillement des petites gens.  Les Bassins intérieurs, maintenant bordés de quais et de maisons de commerce, se complètent, en 1639, par le creusement du Bassin au Foin sur l’emplacement d’une prairie dépendant du Grand Béguinage et du Bassin de la Voirie, di Mestback (Bac au fumier).  La Porte du Rivage, à l’entrée du canal sur le territoire de la capitale, est réédifiée.  Dans l’axe du bassin Sainte Catherine, est établi, en 1650, le Marché aux Grains. 

 

le chien vert l'écluse qui alimentait le canal en 1787.jpg

 

A la défense accessoire en arc de cercle aménagée au XIVème siècle se substitue une suite de rues dénommées rues des Six Jetons, Marché aux Porcs et Rempart des Moines. 

Une ordonnance de 1627 décrète le pavement de ces voies nouvelles et impose aux riverains l’obligation de paver, à leurs frais, une largeur de trois pieds devant leurs maisons (2).

 

place anneessens marché.jpg

 

Au sud de l’ancien rempart ainsi transformé, se développe un quartier ouvrier, au milieu de l’humide Voldersbeemd (pré des Foulons).  Autour d’une place qui, longtemps portera le nom de Vieux Marché (place Anneessens actuelle), se dessine bientôt tout un réseau de ruelles étroites.

En même temps se complétait le réseau des voies latérales des rues de Flandre et de Laeken.

Ainsi donc, la croissance urbaine se marquait de plus en plus nettement sur cette rive gauche où la construction d’immeubles avait si longtemps été entravée par l’humidité du sol et les inondations. 

 

vieux bruxelles aquarelles de van moer la senne rue des teinturiers.jpg

 

 

L’aspect agreste d’autrefois n’avait cependant pas entièrement disparu.  Des prairies et des potagers subsistaient toujours à l’intérieur des limites de la seconde enceinte, dans les secteurs déterminés par les voies de circulation conduisant aux portes de la ville.  Des demeures patriciennes du Sablon et du Quartier aux Laines dépendaient de vastes jardins plantés d’arbres (3). 

 

ancien hôtel de Bournonville.jpg

 

Quant au territoire des environs immédiats de la ville, son caractère essentiellement agricole restait intact.

Un plan de 1697, dressé par Georges de Backer, dédié « au très illustre et très vaillant seigneur Son Altesse le Prince de Vaudémont, Gouverneur général des armées de Sa Majesté aux Pays-Bas et commandant en chef des armées de Sa Majesté britanique », en témoigne éloquemment.  Ce plan indique notamment les retranchements que le prince fit établir sur les hauteurs de Saint-Gilles, dans les prairies de Cureghem-Anderlecht, sur les plateaux de Scheut, de Berchem Sainte-Agathe et de Koekelberg.  Leurs lignes courent à travers les champs et les pâtures.

 

abbaye de la cambre.jpg

 

Au sud de la Ville, les bois couvraient une vaste zone s’étendant de l’abbaye de la Cambre à l’abbaye de Forest.

 

abbaye forest.jpg

 

 

ancienne église de laeken.jpg

 

Le succès du pèlerinage à Notre-Dame de Laeken fit de la rive orientale du canal de Willebroek une des promenades favorites des riches bourgeois et des nobles personnages.

 

Allée verte avant-après.jpg

 

De part et d’autre bordée d’arbres, elle fut de ce fait dénommée Allée Verte. 

Des centaines de carrosses (4) y faisaient quotidiennement la navette au temps où la reine Marie de Médicis, fuyant la France, vint résider dans la capitale des Pays-Bas (5). 

 

allée verte rive gauche.jpg

 

L'Allée Verte bien plus tard..... mais surprenante à découvrir ainsi aujourd'hui ! 

 

ferme des boues allée verte à vérifier.jpg

 

En conclusion, Bruxelles méritait bien les appellations de « prinselijcke stad » (ville princière), et de «Petit Paris » qui lui étaient alors décernées.  Il le méritait par le nombre et la beauté de ses monuments civils et religieux, par ses parcs et jardins privés, par les bois magnifiques et les sites pittoresques dont il était entouré. 

(1)   Ainsi dénommées en l’honneur de l’Electeur de Bavière Maximilien-Emmanuel.  Depuis la fin de la grande guerre 1914-1918, elles sont appelées rue et place de Dinant.

(2)   Des Marez a fait remarquer l’intérêt de cette disposition à propos de l’origine des trottoirs et de l’histoire des règlements concernant la voirie urbaine.

(3 (1)   Le jardin du Palais d’Agmont en est le dernier vestige.

(4(2)   Au XVIIème siècle, l’emploi du carrosse se généralisa et devint une nécessité mondaine.  Il remplaça de plus en plus, bientôt complètement, la litière à brancards.  Cela entraîna pour les riches l’obligation de modifier le plan de leurs habitations.  Une remise devait dorénavant être prévue. 

(5(3)   Au XVIIème siècle, Bruxelles devint « l’auberge des princes en exil ».  Le prince de Condé s’y réfugia avec sa jeune épouse trop ardemment courtisée par le roi Henri IV (1609) ; Marie de Médicis, le duc de Vendôme et le duc de Bouillon, craignant la main de fer du cardinal de Richelieu, y arrivèrent en 1631 ; Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, en janvier 1632.  Plus tard ce fut au tour de don Emmanuel de Portugal, puis des fils de l’infortuné Charles 1er d’Angleterre, enfin du Grand Condé.

Les chefs du jansénisme français y trouvèrent également asile, au moins provisoire.  Le grand Arnauld s’y installa en 1679, bientôt suivi par ses amis Gerberon et Quesnel.

 

QUELQUES DATES ET EVENEMENTS.

Règne des Archiducs Albert et Isabelle (1598-1621)

Le 5 septembre 1599 les archiducs arrivèrent à Bruxelles.  Trois jours durant, des fêtes, des feux de joie, des illuminations, témoignèrent des sentiments d’enthousiasme de la population.  Inaugurés comme souverains Albert et Isabelle vinrent se fixer dans la capitale.  Ils y convoquèrent une réunion des Etats Généraux (1600).  Entre les conceptions politiques de l’assemblée et celles de l’archiduc une différence très nette se fit jour aussitôt.  Alors que les délégués des provinces souhaitaient négocier la paix avec les rebelles du Nord (les Hollandais), l’archiduc ne songeait qu’à obtenir les moyens financiers nécessaires pour l’achèvement de la guerre contre les dits rebelles.  Aussi les discussions furent-elles laborieuses.  La guerre n’en continua pas moins jusqu’en 1609… Alors seulement, les adversaires conclurent une trêve.

 

archiduc Albert.jpg

 

L’année même où celle-ci expira (1621) le roi Philippe III et l’archiduc Albert moururent.  Les funérailles d’Albert furent célébrées à Bruxelles, l’année suivante, avec une somptuosité dont les quelques détails suivants suggèreront l’ampleur.  La cérémonie, commencée à huit heures du matin, ne se termina que vers le soir.  Sur la parcours du cortège funèbre deux mille quatre cent quatre-vingt-sept bourgeois de la ville formaient la haie, une torche à la main.  Durant six semaine, et pendant trois heures chaque jour, toutes les cloches de la cité sonnèrent le glas. 

 

archiduchesse Isabelle.jpg

 

Gouvernement de l’Archiduchesse Isabelle (1621-1633).

La mort d’Albert fit retomber les Pays-Bas sous l’autorité directe de l’Espagne, où Phippe IV venait de succéder à Philippe III.  En mars 1623 les députés des provinces furent convoqués, à Bruxelles, successivement, pour y prêter serment au nouveau souverain devant l’Archiduchesse, devenue gouvernante-générale des Pays-Bas.

Lorsque l’Archiduchesse mourut (1er décembre 1633), le trésor public était vide.  L’on dut, par la suite, renoncer à la célébration de funérailles dignes de la fille de Philippe II. 

 

Gouvernement intérimaire du Marquis d’Aytona (1633). 

 

retrato_moncada_van_dyck_bellas_artes_valencia_c.jpg_1306973099.jpg

 

 

Don Francisco de Moncada, marquis d'Aytona

Gouvernement du Cardinal-Infant (1634-1641).

 

cardinal infant d'autriche.jpg

 

Le 4 Novembre 1634 Bruxelles réservait une réception magnifique au nouveau gouverneur général, le cardinal-infant don Ferdinand.  A la fois homme de guerre et homme d’Eglise don Ferdinand devint rapidement populaire dans le pays, ainsi qu’en témoigne l’enseigne de mainte auberge de village en Flandre et en Brabant : « In den Prins-Cardinaal ».

A peine arrivé il eut à déployer toutes ses ressources de capitaine, la France ayant conclu une alliance avec les Provinces-Unies (8 février 1635).  Les forces franco-hollandaises opérèrent leur jonction près de Maestricht, pénétrèrent en Brabant, saccagèrent Tirlemont, investirent Louvain, occupèrent Tervueren.  Leurs avant-gardes s’avancèrent jusqu’au bois de Linthout (situé à l’emplacement du parc du Cinquantenaire actuel).  L’approche de renforts commandés par Octave Piccolomini les força heureusement à la retraite.  Bruxelles où, en toute hâte, on avait entrepris la réparation des fortifications, respira.  Le Cardinal-infant  atteint de la petite vérole disparut le 9 novembre 1641, à l’âge de 33 ans. 

 

Gouvernement intérimaire de Don Francisco de Melo (1641-1644).

 

Don_Francisco_de_Melo.jpg

 

En attendant la désignation d’un prince du sang le gouvernement général des Pays-Bas fut confié à un capitaine espagnol réputé pour sa valeur et son courage. 

 

Gouvernement intérimaire de Castel-Rodrigo et de Piccolomini, pour compte de Don Juan d’Autriche (1644-1647).

 

castel-rodrigo.jpg

 

Marquis de Castel Rodrigo

 

Ottavio_Piccolomini,_Nordisk_familjebok.png

 

Ottavio Piccolomini

Melo fut remplacé par don Manuel de Moura, Corte Real, marquis de Castel-Rodrigo, chargé du gouvernement civil, pour compte de don Juan d’Autriche, fis naturel de Philippe IV, et par Octave Piccolomini, chargé du commandement des troupes.

La mésintelligence qui surgit entre les deux chefs affaiblit aussitôt la résistance espagnole aux attaques de la France.  En 1647 le roi envoyait aux Pays-Bas un nouveau gouverneur. 

 

Gouvernement de l’Archiduc Léopold-Guillaume d’Autriche (1647-1656).

 

guillaume-leopold--daret-5d2b_0359.jpg

 

C’était un brillant capitaine.  Un ardent adversaire des protestants et des jansénistes.  Il accepta le gouvernement à la condition de disposer de pleins de pouvoirs.  Il n’hésita pas à violer ouvertement ce qui subsistait encore des franchises provinciales et dédaigna de convoquer les Etats Généraux.  Les Français menaçant le Brabant la mise en état de défenses de la capitale fut reprise.  Ce qui nécessita des impôts spéciaux.

1648, proclamation de la paix.  Le traité cependant ne nous débarrassait que d’un seul adversaire, la Hollande.  La lutte se poursuivait âprement contre l’autre, la France.

 

Gouvernement de Don Juan d’Autriche (1656-1658).

 

Don-Juan (1).jpg

 

Fils naturel du roi, qui arriva dans notre pays en mais 1656.  Le nouveau gouverneur dut poursuivre la lutte contre les armées françaises.  Le maréchal de Turenne, en effet, s’avançait à travers la Flandre, pénétrait en Brabant, et poussait ses coureurs jusqu’aux portes de Bruxelles (1658). 

Heureusement, l’année suivante le traité des Pyrénées mettait fin aux hostilités.  Don Juan rappelé en Espagne, était remplacé au gouvernement des Pays-Bas par le marquis de Caracena. 

 

Gouvernement du Marquis de Caracena (1658-1664).

 

de caranessa.jpg

La paix conclue avec la France ne fut proclamée à Bruxelles que le 18 mai 1660.  Des réjouissances encore plus enthousiastes que celles ayant marqué la conclusion de la paix avec les Provinces-Unies, la saluèrent. 

Mais, débarrassées des armées françaises, les Pays-Bas ne l’étaient pas des armées espagnoles.  Or celles-ci, dépenaillées, privées de tout, prenaient de vivre force à l’habitant ce qu’elles réclamaient en vain du gouvernement.  Bruxelles eut à souffrir de leurs « foules, violences et larcins ».  Afin de garantir aux habitants un minimum de sécurité le Magistrat fut amené à organiser des patrouilles nocturnes dans les rues de la cité. 

Gouvernement du Marquis de Castel-Rodrigo (1664-1669).

 

D._FRANCISCO_DE_MOURA_CORTE_REAL.jpg

 

Celui-ci prêtait au nom de Charles II, successeur de Philippe IV, le serment de respecter les privilèges contenus dans la Joyeuse-Entrée.

L’avènement de Charles II allait bientôt faire déferler de nouvelles calamités sur les Pays-Bas.  Le roi de France, Louis XIV, ne réclamait-il pas ces pays à titre « d’avancement d’hoirie » (avance sur l’héritage de son épouse, Marie-Thérèse, fille de Philippe IV). 

La guerre dite de dévolution, allait s’ensuivre, elle éclata dès 1667.  Prévoyant l’événement, le Gouverneur avait dès 1666, donné ordre de moderniser l’organisation défensive de Bruxelles ; un ravelin avait été établi à la porte d’Obbrussel ; les demi-lunes proches de la Grosse Tour avaient été transformées en bastions ; la batterie de Notre-Dame défendant la chaussée hors la porte de Namur avait été reconstruite ; on avait dressé des palissades, à l’aide d’arbres coupés dans la forêt de Soignes. 

Lorsque les Bruxellois apprirent la marche en avant des troupes françaises ils consentirent à payer les contributions extraordinaires nécessaires à la levée et à l’entretien d’un corps d’infanterie.

Des approvisionnements furent amenés dans la ville ; les ponts du canal de Willebroeck furent rompus afin de gêner le passage éventuel de l’ennemi. 

En même temps, se concentraient à l’ouest de la capitale, les régiments commandés par le prince de Ligne et le comte de Rennebourg.  Ces précautions n’étaient pas inutiles puisque l’avant-garde française poussa, peu après, jusqu’au village de Dilbeek.

Au printemps de l’année suivante l’ennemi reparut en Brabant, ravageant les villages de la vallée de la Senne après avoir levé de lourdes contributions.  Bruxelles allait être investie lorsque Louis XIV conclut le traité d’Aix-la-Chapelle (2 mai 1668).

La cour de Madrid fit grief à Castel-Rodrigo des revers essuyés par l’armée espagnole et le remplaça par don Inigo de Velasco, connétable de Castille. 

Gouvernement de Don Inigo de Veasco (1669-1670).

Cet incapable fit son entrée solennelle à Bruxelles, le 12 janvier 1669.  Sous son gouvernement les désordres commis par la sodatesque espagnole ne cessèrent de se multiplier.  Exaspérés les Belges se vengèrent, non seulement par la publication d’une nuée de libelles, mais aussi par les meurtres militaires.

 

rue haute lithographie.jpg

Dans la capitale les malheurs d’une épidémie de peste venaient s’ajouter à ces troubles.  La population pauvre des quartiers de la rue Haute et de la rue de Flandre fut décimée.  Commencée en 1667 l’épidémie ne cessa qu’en 1669.  Elle fit 4000 victimes.

Gouvernement de Don Juan Domingo de Zuniga Y Fonseca Comte de Monterey (1670-1674).

 

Juan_Domingo_de_Zuñiga_y_Fonseca.jpg

Jeune homme de 28 ans, intelligent, actif et bon.  Celui-ci fit aussitôt poursuivre les travaux de défense de Bruxelles, en prévision des menaces d’une nouvelle guerre.  On construisit un nouveau ravelin entre la porte de Namur et le bastion Saint-Jean ; on convertit en bastions les ravelins défendant les portes de Coudenberg, de Louvain et de Schaerbeek ; on édifia un ouvrage à cornes devant la porte de Schaerbeek, plus une demi-lune au village de Schaerbeek ; on compléta la défense de la porte de Hal par l’adjonction de trois bastions (dénommés Monterey, Castel-Rodrigo et Sainte-Claire) et d’un fort (dit de Monterey) élevé sur les hauteurs d’Obbrussel (Le souvenir de ce fort est conservé par le nom de la rue du Fort à Saint-Gilles). 

 

porte de hal avant  lithographie.jpg

 

Sur tout le pourtour de la ville on améliora la contrescarpe ; on couvrit en outre la ville basse par un cordon de ravelins et de retranchement protégeant spécialement la porte de Flandre et l’écluse du Chien, proche de la Porte du Rivage. 

 

porte de hal  lithographie.jpg

 Porte de Hal après rénovation

En juin 1672 Louis XIV déclara la guerre aux Provinces-Unies (qui venaient de conclure une alliance défensive avec l’Espagne).  Notre pays devait nécessairement en subir les contrecoups.  Le 1er juin de l’année suivante des éléments de l’armée française arrivaient en vue de Bruxelles et prenaient position sur les hauteurs d’Anderlecht.  Peu après la capitale était presque entièrement encerclée.  L’ennemi se livrait aux pries violences dans les campagnes environnantes.  Seules les communications par la porte de Namur demeuraient libres.   Cette situation pénible ne dura heureusement pas très longtemps, les troupes s’étant retirées du Brabant pour aller entreprendre le siège de Maestricht. 

Louis XIV n’avait cependant pas fait de déclaration de guerre à l’Espagne.  C’est celle-ci qui, après s’être alliée à l’Empire, déclara la guerre à la France.  Monterey fut chargé de la notification (16 octobre 1673).  Aussitôt la garnison de Bruxelles fut renforcée ; les maisons pouvant gêner le tir des batteries des portes de Louvain, de Namur et de Hal, furent démolies.  Mais les armées françaises se retirèrent derrière la ligne de la Meuse.  

Infos complémentaires :  

http://www.irismonument.be/pdf/fr/1060-developpement_urbanistique_1_saint-gilles.pdf

En 1674, le duc de Villa-Hermosa remplaçait le comte de Monterey à la tête des Pays-Bas.

 

plan fragments.jpg

 

Gouvernement du Duc de Villa-Hermosa (1674-1680).

 

rue.jpg

 

info : http://www.reflexcity.net/bruxelles/communes/ville-de-bruxelles/quartiers/quartier-royal/rue-villa-hermosa

En 1677, la capitale fut à nouveau menacée (cette fois par l’armée du maréchal de Luxembourg).

L’année suivante la paix était enfin signée à Nimègue (10 août 1678).  Les Bruxellois purent se livrer à l’espérance de voir revenir des jours heureux.  Hélas, les circonstances étaient par trop défavorables : l’incompétence de la plupart des gouverneurs qui s’étaient succédé dans le pays, la lourdeur croissante des charges imposées par la guerre, les spoliations du trésor public par les fonctionnaires espagnols - de plus en plus nombreux dans les cadres de l’administration… tout s’opposait au retour d’une vraie paix ! 

Aussi, des heurts brutaux étaient-ils à redouter.  Lorsque en septembre 1680, le Gouverneur prétendit lever un impôt seulement consenti par les deux premiers Ordres – mais non encore par le Tiers-Etat, - l’émeute gronda dans les rues.  Les « nations » en étaient les animatrices.

Le mois suivant, une nouvelle fermentation populaire se manifestait à propos d’un autre impôt dit « droit de chaussée ».  Le Magistrat dut convoquer les serments, organiser des patrouilles nocturnes et tendre les chaînes au travers des rues aboutissant à la Grand’Place, afin de rétablir l’ordre.

 

église des Carmélites.jpg

 

Gouvernement du Prince Alexandre Farnèse (1680-1682).

 

220px-Alessandro_Farnese,_Duke_of_Parma.jpg

 

L’agitation populaire redoubla sous le gouvernement de l’incapable Farnèse !  Le spectacle offert par cet indigne rejeton d’un homme illustre n’était pas de nature à l’apaiser !  Incapable de monter à cheval, le gros homme paradait en un superbe carrosse au milieu de la foule empressée de ses favoris italiens. 

C’est en pleine agitation, et sans avoir osé mettre ses menaces à exécution, que Farnèse quitta Bruxelles, où le Marquis de Grana vint le remplacer.

 

Gouvernement du Marquis de Grana (1681-1685).

A peine le nouveau gouverneur avait-il pris les rênes du pouvoir que les Français envahirent encore une fois le pays !  Le Brabant subit de nouvelles dévastations ; le maréchal fit feu aux maisons des villages de la cuve : 30 furent détruites au hameau de Koekelberg, 4 au village d’Ixelles (janvier 1684).  Par bonheur une armée hollandaise vint l’empêcher de faire le siège de la capitale.  Peu après (août 1684) les hostilités furent arrêtées par la signature de la trêve de Ratisbonne.  Le 19 juin de l’année suivante mourait le marquis. 

 

trève.jpg

 

Gouvernement du Marquis de Gastanaga (1685-1691).

 

220px-Francisco_Antonio_de_Agurto,_Marqués_de_Gastañaga.jpg

 

C’est au temps de son gouvernement que les Pays-Bas ressentirent les effets de la guerre dite de la Ligue d’Augsbourg (La France contre la Ligue, c'est-à-dire l’Empire, l’Espagne, la Suède, la Bavière et la Saxe).  Vainqueurs à Fleurus (1er juillet 1690), les Français s’avancèrent vers le Nord et détruisirent Hal, à 15 kilomètres de Bruxelles.  Gastanaga établit son quartier général à Schaerbeek.  Tous les villages de la cuve furent encombrés de troupes ; chargées de la défense du pays, celles-ci se livraient néanmoins aux pires excès, vivant entièrement aux dépens « du bonhomme », le pauvre paysan, éternelle victimes des guerres. 

 

Gouvernement de Maximilien-Emmanuel de Bavière (à partir du 26 mars 1692).

 

maximilien.jpg

 

Précédé d’une réputation extrêmement flatteuse à cause de ses succès contre les Turcs, il fut accueilli en sauveur.  Il ne put cependant empêcher les Français de remporter des victoires répétées sur les alliés.  Il ne put d’avantage empêcher le maréchal de Villeroi, de mettre le siège devant Bruxelles et de livrer cette ville aux horreurs d’un bombardement.  La ville était devenue un immense brasier.  Trois mille huit cent trente immeubles avaient été anéantis. 

 

bombardement de Bruxelles.jpg

 

 

gd place après le bombardement.jpg

 

On profita des circonstances malheureuses pour rectifier, élargir et rehausser certaines rues, proches de la Grand’Place (notamment rue au Beurre, rue de la Colline et la rue des Chapeliers), pour réédifier, suivant certaines prescriptions, les maisons sans saillie sur la voie publique et pourvues dorénavant de gouttière conduisant les eaux de plus jusqu’au niveau du sol. 

Dans le dessein de favoriser la reconstruction, le Gouvernement autorisa la Ville à pratiquer des coupes dans la forêt de Soignes et l’exempta, pour un terme de trois ans, toutes charges et impositions à l’entrée dans le pays et dans la ville, de tous les matériaux destinés à la réédification des immeubles détruits.  Il permit aussi l’établissement d’un prix maximum du bois de charpente et d’autres matériaux de construction.

La signature de la paix de Ryswyck, en octobre 1697, vit à point stimuler le courage des bourgeois de Bruxelles. 

 

Le Régime Anjouin (1700-1711).

philippe-duc-danjou.jpg

Charles II, décédé le 1er novembre 1700, avait légué tous ses Etats à Philippe d’Anjou (Philippe V), petit-fils du roi de France Louis XIV.  D’où l’expression « régime anjouin » pour désigner le gouvernement franco-espagnol qui s’exerça dans les Pays-Bas catholiques de 1700 à 1711. 

L’avènement de Philippe V ayant été l’occasion d’une amnistie générale pour tous ceux qui avaient été impliqués dans les troubles politiques des années récentes, le nouveau souverain bénéficia d’un préjugé favorable auprès des « nations » bruxelloises.

Le 21 février 1701, les troupes de Louis XIV entrèrent dans la ville et en prirent possession au nom du roi d’Espagne.  Le 19 du mois suivant, l’archiduc Maximilien-Emmanuel, qui s’était secrètement allié à la France, abandonnait provisoirement le gouvernement des Pays-Bas (il reprit ses fonctions en octobre 1704) au marquis de Bedmar et se rendait dans ses Etats bavarois pour y lever des troupes destinées à combattre l’empereur d’Allemagne.  Ainsi se préparait une nouvelle guerre, dite de la Succession d’Espagne.

La déclaration de guerre fut publiée à Bruxelles le 16 août de l’année suivante.  En mai, l’armée française ayant été vaincue à Ramillies (Perwez), Bruxelles évacué, vit s’approcher l’armée des coalisés, commandée par le duc de Marlborough.  Ayant obtenu la promesse de voir respecter ses privilèges, la ville ouvrit le 28, ses portes aux vainqueurs.  Churchill frère de Marlborough (plus tard remplacé par le marquis de Pascale), fut investi du commandement de la capitale et des places voisines.  Il fit aussitôt réparer les fortifications et placer des herses de fer aux portes de l’enceinte.   De plus, il abolit toutes les innovations que les autorités françaises agissant au nom du roi d’Espagne avaient introduites dès 1700 dans l’organisation politique, administrative et économique.  Ces innovations tendaient à instaurer dans les Pays-Bas un régime de centralisation, comparable à celui qui caractérisait alors le royaume de France. 

Infos complémentaires : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pays-Bas_autrichiens

 

Au cours des années 1713-1714-1715, les traités d’Utrecht, de Rastadt et de Bade mirent enfin un terme à la guerre de la Succession d’Espagne.

Les Pays-Bas catholiques cessèrent d’appartenir à l’Espagne et passèrent sous l’autorité de l’Autriche. 

 

C’est à bon droit que le XVIIème siècle est considéré comme « Le siècle de malheur » de notre histoire.

 

LA CHANCE DE BRUXELLES.  

D’autre part, il importe de distinguer Bruxelles du reste des Pays-Bas.  Sa position de capitale lui valut une chance exceptionnelle.  Au temps des archiducs Albert et Isabelle, la Cour y fixa nombre de familles nobles, indigènes et étrangères, des ambassadeurs de tous les pays catholiques, des dignitaires de l’Eglise, parmi lesquels un nonce de pape.  Au dire de Pirenne, Bruxelles passait en ce temps « pour l’une des résidences les plus vivantes et les plus cosmopolites » de l’Europe.  La pompe et le luxe déployés par les souverains suscitaient l’admiration des étrangers de passage. 

La présence de cette « clientèle » riche et dépensière devait nécessairement provoquer un nouvel essor du commerce des produits d’alimentation et des articles de luxe.  L’orfèvrerie et, plus encore, la tapisserie se relèvent rapidement.  Plusieurs industries nouvelles s’installent et prospèrent.  Au premier rang d’entre elles : la confection de dentelles, de soieries, de velours, de cuirs rehaussés d’or à la façon d’Espagne, de carrosses.  Des raffineries de sel et des savonneries font aussi leur apparition.

L’élan pris pendant la trêve permit à la plupart de ces entreprises de continuer à vivre assez normalement au cours du quart de siècle qui suivit la mort de l’archiduc Albert. 

 

Pendant la seconde moitié du siècle, Bruxelles, à son tour, allait payer tribut à la guerre.  A mesure que les années se succédaient, les conditions de la vie économique s’y firent plus difficiles.  

31/08/2014

Sablon..... 1895

sablon 1895.jpg

Grandes rénovations entreprises au début du 20ème siècle.  La belle maison qui fait le coin de la rue de Rollebeek, contigüe aux « Bons Enfants ».  Un toit à la Mansard ( ?) a pris la place du pignon à gradins qui l’avait coiffée jusque là.  Semblable variation : le déguisement de l’actuel n°1, ce qui fut la Librairie Vanderlinden, naguère Succursale Delhaize Le Lion.  A la discrète façade bonne bourgeoise d’autrefois a succédé une bâtisse moderne presque deux fois plus haute.  L’architecte fit de son mieux pour ne pas ignorer l’ensemble des maisons.  

sablon animée.jpg

Rue de l'Escalier

Bruxelles rue de l'Escalier.jpg

Cette rue va de la rue de Dinant au boulevard de l’Empereur.  Elle est très ancienne et dévalait autrefois en sinuant de la Steenpoort à la Vieille Hal aux Blés.  Elle était citée « Drapstrate » alors qu’en 1668, on écrit « Trapstrate » d’où la traduction de « l’Escalier ».  Déjà en 1244, elle appartenait à l’important réseau qui desservait les quartiers du Sablon, de la Chapelle et de la Grand’Place. Au 19ème siècle, elle devint très commerçante.  L’aménagement de la Jonction ferroviaire Nord-Midi (1911-1914 et 1935-1952) l’a sensiblement raccourcie.  Rasée en grande partie, une seule habitation fut épargnée…le n°34. 

Au XIVème siècle, les religieuses de l’abbaye de Forest se firent construire un imposant refuge.  Après les menaces des armées de la campagne brabançonnes, elles ont quittés l’endroit.  Ce refuge fut complètement reconstruit au XVIIIème siècle et devint l’Hôtel du Luxembourg aujourd’hui disparu. 

Dans cette rue, on comptait encore 3 auberges qui possédaient des écuries.  Cette abondance de logements pour hommes et chevaux était due à la proximité de la place de la Vieille Halle aux Blés, où avaient lieu le départ et l’arrivée de nombreuses voitures publiques en provenance ou en partance de Namur, Mons, Nivelles et Anvers.

 

La rue de l’Escalier possédait de nombreuses maisons avec pignons à gradins… Cette rue possédait de nombreux commerces dont un situé vers le haut de la rue à côté de la profonde impasse de la Maison Rouge, un bouquiniste très achalandé qui vendit jusqu’en 1965 des masses de revues populaires….Le 1er magasin Pêle-mêle.   Aujourd’hui, cette rue à perdu son âme….

Le Bain Royal au Cirque Royal

le bain royal Rue de l'enseignement 62 bains froids et piscine.jpg

C'était au 62 rue de l'enseignement

Naissance du cirque en 1878.  Bâti par l’architecte Wilhelm Kuhnen pour MM. Docq et Macau propriétaires.  Ces dynamiques capitalistes firent aussi construire, en même temps que le cirque et dans son voisinage immédiat, rue de l’Enseignement, n°62, le Théâtre des Familles (transformé chaque été en bassin de natation).

 

C’est en 1883, que la Ville devint propriétaire du Cirque, à la suite de certains échanges de terrains…. C’est à ce moment-là, que l’établissement reçut alors le qualificatif de Royal.  L’éclairage fut installé en 1896.