UA-38716482-1

14/05/2014

Le « scandale » du Petit Sablon

mercator pt sablon.jpg

Le 20 juillet 1890, à 11 heures, le bourgmestre Charles Buls, entouré du ban et de l’arrière-ban des édiles communaux, inaugure en grande pompe le nouveau square du Petit Sablon.

Huit jours plus tard, c’est la catastrophe !  Un brave bourgeois de Bruxelles dont l’histoire n’a pas retenu le nom, demande audience au maïeur.  Pour lui faire part, affirme-t-il, d’une très regrettable anomalie à propos du Petit Sablon.  Intrigué, Charles Buls le reçoit.  Notre homme explique au premier magistrat pour le moins abasourdi que, parmi les dix personnalités statufiées entourant les comtes d’Egmont et de Hornes, se trouve Gérard Mercator (de son vrai nom Gérard de Cremer).  Le célèbre géographe, cosmographe et mathématicien – le socle de la statue enseigne aux visiteurs qu’il naquit en 1512 et décéda en 1594, ce qui est parfaitement exact – tient dans sa dextre la représentation du globe terrestre qu’il contemple avec l’air d’en avoir deux… Il y a de quoi être étonné, affirme notre bourgeois au bourgmestre : le sculpteur Louis-Pierre Van Biesbroeck, auteur de la statue, fait figurer sur la mappemonde les contours de l’Australie !  Un continent qui, n’importe quel potache vous l’affirmera, n’a été découvert que dans le courant du XVIIIème siècle !!!

Effondré, le bourgmestre ne sait quelle attitude adopter …  Lui qui fait partie du corps enseignant, il imagine déjà les gorges chaudes que feront ses adversaires politiques devant une telle bévue.  Pour éviter le « scandale » qui lui retomberait sans conteste sur le dos, il demande au futé bourgeois de garder le secret sur ce regrettable incident.  Ce que ce dernier fit, et très bien.  Puisqu’il fallut attendre presque un demi-siècle – exactement 49 ans – pour qu’un autre quidam se rende compte, en 1939, de cet anachronisme pourtant flagrant. 

 

Si d’aventure vous passez par le square du Petit Sablon, rendez visite à Mercator : sa statue se trouve en haut à gauche de la butte arrière du square.  Vous constaterez que sa mappemonde n’indique plus les continents, lesquels ont été remplacés par des sortes de fuseaux qui n’ont rien d’horaires.  Quant la transformation a-t-elle eu lieu ?  Mystère… La ville les a fait exécuter en « stoumelinks » ! 

11/11/2013

Panorama Castellani, le géant du boulevard ….

panorama003.jpg

Situé au n°8 du boulevard du Hainaut (Bld Lemonier 10 aujourd’hui), dans l’actuel Parking d’hôtel Panorama, il y avait une salle de divertissement comme on en compte peu dans l’histoire bruxelloise,… un panorama.  C’est-à-dire une grande rotonde, semblable à ce qu’on voit encore au pied de la butte du Lion de Waterloo.  Ce n’est pas un cinéma mais un type de spectacle pictural né à la fin du 18ème siècle particulièrement en France et en Angleterre, furie de l’époque. Il s’agit en fait d’énormités peintes en quelques mois par des bataillons de peintres spécialisés, l’un en arme, l’autre en uniformes, etc…. Les foules y admiraient des batailles plus vraies que nature.  C’est en 1879, qu’on annonça la formation d’une société pour l’exploitation… Construit par Henri Rieck, pour la S.A. du Panorama national.  Il fait 120 mètres de circonférence.  L’immeuble qui le dissimule de la rue est de style éclectique d’inspiration néobaroque.  Il comptait à l’origine un café, des magasins et quelques appartements. Un panorama est une rotonde aveugle de 18 à 40 mètres de diamètre surmonté d’un lanterneau et la toile peinte suspendue aux murs.  Les spectateurs découvraient l’œuvre sur une plate-forme au centre de l’édifice où ils accédaient par un espace intermédiaire obscur, couloir ou escalier en colimaçon.  Les visiteurs admiraient ces mises en scène tout en circulant à pieds.  L’effet théâtral du trompe-l’œil était renforcé par un décor avec une série d’accessoires placés sur un avant-plan légèrement incliné tout autour du belvédère.  Ce genre de spectacle permettait de découvrir des villes étrangères ou de grands faits historiques. 

L’inauguration eut lieu en 1881 avec des toiles de Charles Castellani (d’où son nom) représentant la Bataille de Waterloo…. Visible jusqu’en 1884. Par la suite, il y eut d’autres représentations.

Fermé en 1888 suite à une mauvaise gestion, l’endroit fut occupé par les messageries Van Gent & Loos en 1910.  Par la suite, on transforma l’endroit en cirque puis de 1920 à 1924 le panorama accueilli à nouveau une toile peinte ….

La gestion de la rotonde étant trop coûteuse, elle fut transformée en garage avec 4 plateaux de béton pour les établissements Plasman. 

 

Malgré tout ces chamboulements, les différents éléments de la structure originale du bâtiment ne sont pas altérés et même l’armature métallique des plateaux et le monte-charge du garage sont représentatifs de l’architecture industrielle de l’époque.  Cet ensemble est classé depuis le 23 janvier 2003.  C’est l’une des rares rotondes de panoramas conservées en Europe.  


Histoire du Panorama : 

http://www.nicolasburtey.net/histoire-du-panorama/

18:27 Publié dans Panorama Castellani | Commentaires (1) |  Facebook | |

10/10/2013

Les Halles de Schaerbeek

halles ste marie.jpg

Anciennement dénommée « Marché Couvert Sainte-Marie », cet imposant bâtiment a été inauguré en 1865.  Il était surtout destiné aux marchands de volailles et légumiers de la périphérie qui venaient y vendre leurs produits. 

Ce marché connut un franc succès, surtout lorsqu’il fut desservi par les vicinaux à vapeur qui permettaient le ravitaillement quotidien de la capitale en produits ruraux.  A l’image de l’Hôtel communal, il fut lui aussi entièrement ravagé par un incendie en 1898.  Rebâti deux ans plus tard, il fut officiellement réouvert en 1901 et resta en activité jusqu’aux environs de 1920.  En fait, son déclin s’était amorcé quelques temps auparavant, essentiellement à cause du développement rapide des magasins à rayons multiples et grandes surfaces.

Plus tard, il servit encore d’entrepôt au service des Travaux Publics de la commune.  Désaffecté par la suite, il fut racheté à l’administration par la Commission Française de la Culture et devin ainsi un lieu de spectacles et de concerts.

 

A présent restaurées, les Halles de Schaerbeek restent un des rares bâtiments à structure métallique existant encore à Bruxelles. 

marché ste marie.jpg

marché ste marie 2.jpg


Le Théâtre Lyrique à Schaerbeek

théâtre lyrique001.jpg

En 1854, le Comte de Juvisy, Parisien, premier directeur du « Casino des Galeries Saint-Hubert » à Bruxelles, eut l’idée d’ouvrir un établissement d’été ; c’est ainsi qu’il fit construire le « Casino d’Eté Saint-Hubert » sur un terrain situé entre la chaussée d’Anvers et la rue du Progrès.  Mais, le mauvais temps aidant, cette initiative n’eut pas le succès escompté et ce théâtre fut déserté par le public.

Quelques années plus tard, le bâtiment accueillit une troupe d’opéra et fut rebaptisé « Théâtre Lyrique ».  Mais l’exploitation cessa rapidement, faute de rendement.

En 1857 enfin, plusieurs artistes s’étant constitués en société agrandirent et embellirent le site.  Ayant ainsi fait peau neuve, le Théâtre Lyrique prit alors son véritable envol.  Il asquit une vogue extraordinaire et eut un succès retentissant jusqu’en 174, date à laquelle la commune de Schaerbeek l’acheta pour y installer un marché couvert, indispensable selon elle dans le quartier Ouest. 

Les activités étant loin d’être florissantes, ce marché fut fermé un an plus tard.  Restauré en 1880, le Théâtre Lyrique devint alors le siège de distributions de prix scolaires, de réunions de sociétés, de représentations théâtrales ainsi que de meetings politiques.  

 

Le dimanche 27 septembre 1935, on peut lire dans le journal Le Soir : « Vers 7h du matin, un incendie a complètement détruit le Théâtre Lyrique de la Place Solvay (ancienne place du Marché).  Ce théâtre avait 75 ans d’existence.  Sarah Bernhardt y avait joué.  Vandervelde et beaucoup d’autres politiques y avaient aussi tenu des meeting ». 

06/10/2013

‘K hem aa gezien ! ‘K hem aa gepakt… in foto! Je t’ai vu! Je t’ai pris en photo !

Nouvelle rubrique où tous les membres du blog pourront publier des photos d'abominations urbanistiques, de bruxellisation patente, de rapt de statues, de disparition d'objets urbains,  perspectives tronquées, truquées  sur l'architecture contemporaine à Bruxelles,  etc...

Prenez votre temps pour vous balader dans votre ville le nez en l’air. La technologie actuelle permet de partager ce que vous verrez. Et que les schieves architectes, les scheiles entrepreneurs et les propriétaires indélicats ou irrespectueux se le disent : On vous a vus ! On vous a pris !!!

De : Luc Bernaerts du blog :

 http://nosferatuske.skynetblogs.be/


GezienGepakt0.jpg

GezienGepakt01.jpg

GezienGepakt02.jpg

Souvenez-vous : voir ma précédente publication au sujet de la rue du Chien Marin 

http://sofei-vandenaemet.skynetblogs.be/archive/2007/04/25/la-rue-du-chien-marin.html

chien marin ancien.jpg

Au début du siècle....

impasse chien marin 70.jpg

Dans les années 70 ....

Quand est-ce que la ville va commencer à prendre soin de nos anciens quartiers ????