UA-38716482-1

26/03/2007

la rue des Pigeons au sablon

img016

 

Elle doit son nom à l’ancienne Auberge des Pigeons (environ 17ème siècle), où se réunissaient les marchands d’oiseaux de la Chapelle. 

A l’origine, elle se nommait rue de Dame Marie (Sinte-Marienstraat vers 1339).

Elle menait du Sablon à l’église de la Chapelle.  Ce n’est qu’à la construction (vers 1895) de la Maison du Peuple et du percement de la rue Joseph Stevens qu’elle fut détournée et raccourcie. Vers 1853, on comptait 3 impasses à cet endroit, l’impasse du Pèlerin, l’impasse du Fondeur et la rue des Pigeons appelée aussi impasse des Pigeons parce qu’elle se terminait en cul-de-sac sur la place de la Chapelle. 

img015

 

En 1855, il y avait dans cette rue, un estaminet qui s’appelait « A la Ville de Wavre », un cabaret « Au Bienvenu », et plusieurs marchands de bois.

 

 La rue des Pigeons était autrefois, un des deux axes de pénétration du Sablon vers la place de la Chapelle.  Cette rue était jadis  principalement fréquentée par les domestiques et les cuisiniers qui se rendaient dans les Marolles pour y faire la fête.  La plupart ne parlaient que le français mais étaient bien reçu parce qu’ils y dépensaient leur argent. 

 

img014

 

Au début des années 80, la Ville y a fait construire à l’angle de la rue de la Samaritaine de grands immeubles de logements et le reste des maisons fut rénovées. 

 

img017

 

Depuis les années 80, je vais parfois aussi à la  rhumerie « La Canne à Sucre » qui se situe au n°12.  Si vous aimez l’ambiance et la cuisine Antillaise, je ne peux que vous conseiller de vous y rendre un jour. 

img013

 

Et comme d'habitude, je dirais que j'ai la nausée à voir cet horreur en béton au bout de cette sympatique ruelle !  Mais pourquoi avoir rasé la Maison du Peuple ?????

15:02 Publié dans sablon | Commentaires (7) |  Facebook | |

07/03/2007

le sablon

sablon2

L’appellation Sablon (Savel, puis Zavel en flamand) est très ancienne ;  La place était située hors de la première enceinte de Bruxelles.  Vers 1370, ce nom s’appliquait à toute la zone s’étendant de la rue aux Laines à la rue de Rollebbeeck.  Le célèbre Marché aux Antiquités s’y est installé en 1960. 

 

img109

 

08:55 Publié dans sablon | Commentaires (20) |  Facebook | |

22/02/2007

Rue de Rollebeek

img094

Cette petite rue prolonge la rue des Alexiens jusqu’au Grand Sablon. 

 

Le plus bel ornement de cette rue se trouve au n°7 il s’agit d’un portail datant des années 1630,  de style baroque par lequel on pénètre à l’Estrille du Vieux Bruxelles.  (Etrille – évoquant une sorte de peigne utilisé jadis pour les chevaux)

img095

L’Estrille était une salle très populaire où s’assemblèrent les caractéristiques sociétés d’agrément de toutes natures.

 

Il y a bien longtemps, sur la façade, il était écrit à la peinture « Ce café construit sur les vieux remparts de la ville, face à la Tour Anneessens, a traversé siècles,  guerres, révolutions, et expose fièrement son portique, pur style XVIème .

 

Il y avait dans la cour une dalle cachant l’entrée d’un puits relié à un souterrain menant au centre de la ville. 

 

A l’étage, dans les années 30, il y avait encore une salle dite la « salle des séances » réunissant artistes, peintres, sculpteurs, littérateurs…On sait aussi que c’est là que Léopold Courouble, l’auteur de la saga bruxelloise de la Famille Kaekebroeck avait décidé d’y passer de bons moments avec son ami Edmond Picard le grand avocat.

img096

Il y avait également dans cette rue, en face de l’Estrille, un couvent destiné à des religieuses augustines lorraines (allemandes), qui avaient été chassées de leur cloître par la Guerre de Trente Ans.  Pendant près de 150 ans ces sœur enseignèrent gratuitement aux enfants bruxellois l’écriture, le calcul, l’allemand et la musique.  Elles partiront définitivement s’installer rue Haute (voir mon post sur les petites sœurs des pauvres).  Le 2 mai 1864, on autorisa la ville à y établir la première école « normale » pour instituteurs.

img097

 

En 1876, l’école communale de la rue de Rollebeek porte le matricule n°10 et on lui adjoint l’annexe de l’école du 3 place de la Chapelle.  C’est à cette date qu’on la dote d’un gymnase perfectionné.  En 1877, la section professionnelle s’en ira dans la nouvelle école, au 24 rue du Poinçon (Institut Funck ma deuxième école)

img098

 

On m’a dit que dans les années 50, c’était encore une rue assez animée avec ses commerces.  Moi, quand je la traversais dans les années 70, c’était devenu une rue très calme.  J’allais chez « Tallens » chercher le matériel de dessin, j’allais chez le dernier boucher de la rue acheter des pistolets fourrés au haché avec du pickels ou alors au crabe (j’aimais bien leur façon de préparer celui-ci)..

En hiver, quand il faisait sombre,  j’étais accroupie devant la façade du pâtissier…il était dans son atelier à la cave et je pouvais le regarder préparer ses gaufres,   ses petits cakes….lui il ne me voyait jamais.  La chaleur du four me réchauffais, je respirais à fond l’odeur de la vanille…..j’étais bien.  

img099

 

boucherie rollebeeck

Cette photo représente mes grands parents (le monsieur avec cravatte et la dame se trouvant devant lui) et deux soeurs de ma grand-mère ainsi que le mari de l'une d'elles.
Mes grands parentes ont tenu la boucherie de 1924 à 1964. Je pense qu'elle doit avoir été prise dans les années 1930. La personne que vous avez connue et qui a repris la boucherie ensuite était le neveu de mon grand père, qui a tenu le magasin jusque vers 1985.
J'ai donc très bien connu le quartier, y ayant vécu régulièrement de 1950 à 1965.
Je m'y rends encore de temps en temps lorsque je suis à Bruxelles (j'habite le sud de la France) mais le quartier n'a plus rien à voir avec ce que nous y avons connu.

Martine

 

03/01/2007

le sablon

img035

Les Bons Enfants était encore un bistro bien sympatique au début du siècle.  Toutes sortes de bières y étaient servies.  Faro, brune,lambic, gueuze, panaché,

blonde, stout, gueuze lambic, krieken lambic....

img036

 

Ancienne maison du Grand Mayeur

img037

 

Et voici l'actuelle maison (à gauche) Au Grand Mayeur...C'est là que j'ai eus la chance de pouvoir donner un bisou à Roger Moore quand j'avais 8 ans !  C'était lors d'un tournage à Bruxelles !

La maison que l'on voit (blanche) à droite et celle qui forme le coin avec la rue des Minimes.  Là il y avait le bistro des parents de  mon amie ..l'actuel chez Richard.  Sa mère a céder son commerce suite à un immense incendie  dans la maison d'à côté....cela devait être en 1977-1978....J'espère qu'un jour, elle verra ce blog ...

22:31 Publié dans sablon | Commentaires (5) |  Facebook | |

02/01/2007

Le Sablon

En 1805, arrivée d'un marché aux échoppe qui vécu jusqu'au début des années 50.
img031

 

Sablon = Zavelpoel (Mare sablonneuse en 1374)

 

La Statue de la Minerve due au sculpteur Jacque Bergé fut plantée le 4 novembre 1751.  Celle-ci fut offerte par un Anglais Thomas Bruce comte d'Aylesbury...tombé amoureux de la Ville de Bruxelles

 

En 1805, arrivée d'un marché aux échoppes qui vécut juqu'aux début des années 50

img026

Le marché aux fourrages ...on y voit au fond la rue Bodenbroeck encore entièrement bâtie...masquant l'église

 

img027

Il y régnait une animation extraordinaire.

Le marché aux antiquités arriva en 1960.  A ce moment là;, le sablon était encore bordé de magasins populaires mais aussi et surtout, les cafés y étaient plus nombreux que les antiquaires

 

img028

 

img029

 

img030

Le Sablon et le Petit Sablon où il y eut le jeu de paume (descendant du tennis), le terrain fut aussi cédé aux arbalétriers pour leurs exercices.  Et puis l'arrivée de la balle pelote.  L'âge d'or se situe de 1840  à 1870.  Pourtant,  dans les années 70, petite j'avais encore le droit d'assister aux match pour  ramasser les balles qui partaient dans tous les sens !!!!

 

img025

Gravue de Sturm....archives de Bruxelles

 

Au 17 ème siècle, le Sablon est le quartier le plus aristocratique de Bruxelles.  Et pourtant, au 16ème siècle, à cet endroit, on vouait à la potence, à la hache et au bucher quiconque était soupçonné d'hérésie, ou seulement dénoncé, sans le moindre procès !

La Grand'Place et le Sablon se partageaient d'horribles exécutions....

Détail encore plus affreux : le 1er Juin 1568 un certain Jean de Rumault eut un supplice raffiné : Avant de lui couper la tête, on lui trancha une main, puis on lui arracha la langue à la tenaille parce qu'il avait prononcé des mots séditeux ! (Vous ne verrez plus le Sablon de la même façon)

rue bodenbroeck (sablon)

Rue Bodenbroeck...C'est à cet endroit que se situe l'actuel Marché des Antiquaires....Les maisons de droite, ont été détruites pour dégager la vue....

Je dirais, le sablon avant sa Sablonisation....

 

Je me souviens d'un illuminé qui pour vouloir me "taquiner" sur mes origines de la Marolles, m'avait demandé si j'étais plutôt "boulangerie du coin" ou "Witamer" ?  Je lui ai répondu ....les 2....puisque Witamer était le boulanger de mon coin !   (et toc)!

 

19:54 Publié dans sablon | Commentaires (8) |  Facebook | |