UA-38716482-1

18/07/2007

Pub pour un blog à part

Article La Capitale

 

Le blog d'un echte gentil ...Voilà William avec un peu de retard !!!

http://marolliens39.skyblog.com

 

 

William m'a envoyé un mail pour annoncer une triste nouvelle au sujet d'un ami du Vieux Marché :

 

Jefke Moetwil est decede cette semaine, certains l'on bien connu au
vieux met.
Avant sont 2 em mariage avec Myriame, a plus de 40ans, il habitait rue
des Menages en face de la rue de la Plume.

Jefke (Moetwil) a fait le vieux-met pendant au moins 40ans (place vers
le haut a hauteur de la porte des pompiers), au début des radios,
tournes disques .... ensuite il vendait tout ce qu'il pouvait trouver de
fin de stok et autres brols, il a arreté il y a +-15/20ans. Sa femme
Myriame travaillais chez SBR j'usqua le fermeture de l'usine, et puis a
aidé au marché. Ils vivaient depuis +/-15 ans a Oostende, Jef  est
decede apres une longue maladie.

Peut être cela  peut eveiller certains souvenirs aux (anciens) habitués
du marché.

14-07-2007 12;12;21

 

11:38 Publié dans marolles | Commentaires (2) |  Facebook | |

28/06/2007

Ecole n°7 rue Haute

reneluppensecole719601961

 

PHOTO DE L'ECOLE 7, QUI DEVRAIT DATER DE 1960/61 CLASSE DE MONSIEUR

BOISDENGHIEN.MON FRERE LUPPENS RENE ME L'A ENVOYEE ET SE TROUVE SUR LA PHOTO:A GAUCHE CONTRE LE MUR(TABLEAU) CHEMISE COW-BOY DEUX TONS.MON FRERE EST NE EN 1948.EN 1960 NOUS HABITIONS PLACE DU JEU DE BALLE 12,ET Y AVIONS AUSSI LE COMMERCE("VENTES ET ACHATS" PUIS "AU TAPIS VOLANT").

29/05/2007

un bruxellois dans la résistance

Mon oncle Joseph Hoeffler dans la résistance durant la seconde guerre mondiale.

 

Tente de rejoindre l’Angleterre pour combattre avec les alliés, mais ses essais restent infructueux.  Les contacts (entre autre un prêtre) sont méfiants et ne donnent pas suite à ses demandes.

 

En France, à Abbeville, il est engagé dans une entreprise belge travaillant pour les champs d’aviation en France occupée.  Les baraquements d’ouvriers se trouvant d’un côté de la Somme et le lieu de travail étant sur l’autre rive de celle-ci, il trouve l’opportunité de servir de passeur pour les évadés et personnes recherchées.  Il fera ainsi prendre à 90 personnes, en 3 mois, le bus des ouvriers traversant la Somme.  Il continuera jusqu’au jour où les allemands distribuent des numéros aux passagers du bus, rendant de cette manière tout passage clandestin impossible.  Il quitte dès lors la firme pour retourner en Belgique.

jef après la guerre

                     Mon oncle Jef ... Jo pour la résistance

 

En Belgique, c’est par le biais d’une infirmière sociale qui s’occupait de sa mère (ma grand-mère), qu’il rejoindra le Groupe G en 1940 à l’âge de 20 ans.  Il sera d’abord présenté à Henri ELIAS, chef direct pour la presse clandestine du front de l’Indépendance.

Il y sera dorénavant connu sous le nom de Jo.  ELIAS, par la suite, cèdera Jo au Groupe G ou Groupe Gérard qui est le Groupe chargé des sabotages.  Il est principalement composé d’intellectuels de l’ULB.  Jo aura comme instructeurs des canadiens anglais.

 

jef

Mon oncle en blouse blanche et casquette au dessus...milieur

 

Un des responsables du Groupe se nomme, BURGERS.  Jo aura souvent des contacts directs avec BURGERS , mais son contact habituel s’appelle Jean Hubert MEIRE.

Jo travaillera pour la région 4 (Bruxelles, Brabant Wallon) – Service de Sécurité dont il assurera les fonctions d’exécuteur.

Il possèdera un faux permis de port d’arme (il utilisera principalement un WALTER 7.65, mais aussi un BERETTA ou un PARRABELLUM, pour la mission Wauters*, une arme avec silencieux de même forme qu’une matraque (*voir plus loin).

Il aura le grade d’Adjudant SRA (service Renseignements et Actions).

 

img015

 

 

 

 

Les messages en provenance de Londres sur les ondes (BBC) et destinées à ce groupe, commençaient par : Message pour Philomène.  Ils étaient transmis par le War Office S-O-E (Special Operator Executive).  Le mot d’ordre transmis par Churchill était de mettre le feu à l’Europe.  Les cibles prioritaires étaient celle dont le bombardement aérien était rendu difficile par la proximité des habitations civiles. 

 

Jo effectuera des missions pour le front de l’Indépendance et pour le Groupe G.

 

Il recevra la Croix de Guerre avec palmes.  Caroline DEPROOST, sa compagne dans plusieurs missions obtiendra elle, la Croix de Guerre avec citation à l’ordre du Régiment (Renseignement et action emblème 2 sabres et 2 éclairs).

 

avis

Merci Roger Cornelis pour l'affiche...pub pour ton site http://sixties-collections.skynetblogs.be

 

Parmi ses missions, Jo transportera à plusieurs reprises des exemplaires du Journal LE FRONT.

Contrairement aux souhaits de ses chefs, il refusera de transporter ces colis par petits paquets, préférant risquer le tout pour le tout en transportant, en un seul trajet à l’aide d’une charrette à bras, l’ensemble des journaux.  Il parcourra ainsi, à la vue de l’occupant et à son insu, le trajet de la rue des Noyers à la rue de la Loi (dans la rue de la Loi se trouvaient la Kommandantur, la Weermacht et les Rexistes). 

 

affiche

beurk !

 

Il participera également à l’action du « faux Soir », en transportant celui-ci (rue de Ruysbroek –Imprimerie Wellens) mais aussi également en incendiant les camions qui devaient transporter le soir « volé ».  Cette action était rendue nécessaire étant donné que la manœuvre de diversion prévue par les anglais (un bombardement aérien) ne pouvait se faire.

 

Lors d’un transport, il fut arrêté par deux représentants de l’ordre qui soupçonnaient un trafic de marché noir.  Jo, avec un certain toupet, sans perdre le contrôle de soi, leur avoue tout de bon qu’il transporte des imprimés et déchirant l’emballage leur dit : « Vous voulez voir ».  Les agents interloqués, après s’être regardés et avoir jeté un regard furtif autour d’eux, n’ont pas insistés et se sont éclipsés.

 

faux soir 1943

reproduction de la première page du "faux" Soir

 

Autres missions :

-La libération de Tosia Darlinov une jeune sous-officier de l’armée russe (mission à préciser ?)

-l’élimination de NOTTENS, DESUTTER, Florentine GIRALD, WAUTERS (Florentine GIRALD échappera avec une blessure à la fesse, mais sera condamnée au peloton d’exécution après la guerre.  Elle mourut en femme courageuse, la tête haute.  WAUTERS, un traître du groupe G, reçu une balle dans le ventre mais parvint à s’enfuir malgré une poursuite par les deux compagnons d’armes de Jo.  Inexplicablement après la guerre, il profitera d’une pension d’invalide pour la blessure qui lui fut infligée !  Les deux autres individus ne purent être trouvés.  Ils seront également condamnés au peloton d’exécution après la guerre, en même temps que Florentine).

 

article presse

 

 

 

A une occasion, les allemands, qui cherchaient Jo, arrêtèrent son père Fernand (mon grand-père).  Sa mère Sophie THYS (ma grand-mère), amena ses enfants à la Kommandantur et menaça de les y laisser si leur père n’était pas relâché.  Le bluff réussit et Fernand rentra le jour même chez lui.

 

La gestapo est souvent descendue à l’adresse de Jo dans les Vieux Blocs pendant que celui-ci était réfugié dans l’église des Brigittines.

 

les sock agents et mon gd père

Mon grand-père était "stock agent" pendant la guerre (en bas à gauche) le voici avec ses compagnons...

 

 

Lorsque Jo fut arrêté (il voyageait dans un tram lorsque deux belges « Zivil Fändher » l’obligèrent à descendre) il fut questionné avec tous les moyens usuels utilisés par (la gestapo ?) durant 2 jours (il était convenu dans le Groupe G qu’en cas de capture, il fallait tenir 2 jours sans rien avouer, afin de permettre d’effacer toute trace du groupe).  Jo n’a jamais avoué quoi que ce soit et c’est peut-être pour cette raison qu’il ne fut pas exécuté, les allemands n’ayant pas de preuves tangibles qu’il appartenait à un groupe de résistants.  Jo conservera de nombreuses marques dues aux entailles qui lui furent infligées durant son interrogatoire.

 

Marché Saint Remi 1

    Dégâts pendant la guerre...ici à Namur...merci Francis Jacoby

trams dans la tourmente 3

 

 

 

 

Jo fut amené à BUCHENWALD dans le camp Roumain (extérieur au camp de triste renommée).  Il y restera 4 ou 5 jours avant de s’évader de la manière la plus simple, en sortant tout simplement par la grande porte en pleine journée !  (le fait de porter encore ses vêtements civils a probablement trompé les gardiens qui ont du croire avoir à faire à un ouvrier du camp).  Il n’ira cependant pas très loin, il parcourra une cinquantaine de km avant d qui ont du croire avoir à faire à un ouvrier du camp).  Il n’ira cependant pas très loin, il parcourra une cinquantaine de km avant d’être repris (comment ?)…

 

De BUCHENWALD, il sera amené à ILSENBURG où il participera à la construction des ailes de Folcke Wulf jusqu’au moment où, en représailles pour son évasion de BUCHENWALD il sera transféré dans une mine de sel à ATMESLEBEN à 300m sous le sol.

 

(à BROCKEN, point culminant du Harz, Jo a vu le château légendaire, point de rendez-vous des sorcières qui y célébraient la nuit de Walpurgis religieuses anglaises – qu’y faisait Jo ?)….

 

 

menneken aux couleurs de la libération...

               Menneken Pis aux couleurs de la libération...

 

Jo fut libéré lors de l’arrivée des chars de Patton.  Il était à ce moment à ILSENBURG.  Après une courte période à l’UNRA (organismes qui soignait les prisonniers avant leur rapatriement), Jo revient à Verviers par camion et reçoit un ticket de train et 100 FB pour son retour à domicile….la guerre est finie…

 

avenue Louise libération de BXL

 

                         Avenue Louise à la Libération

 

libération

 

 

 

 

 

Mon oncle est décédé en 2002 c’était un homme très cultivé qui aimait la lecture à tel point qu’il connaissait toutes les références des livres, des écrivains…incroyable.  Il en savait des choses sur Bruxelles aussi…ah s'il avait connu ce blog !  Après la guerre, il s’est rangé et a mené une vie très ordinaire.  De son expérience pendant la guerre, il a gardé un caractère très affirmé !

11/05/2007

annonces de 1882

panorama marolle

Vue sur la rue des Minimes du Palais de Justice

 

1956 rue des Minimes...bonjour l'émotion ici..dommage, il n'y a pas de son !

 

panorama de bxl

 

 

 

place royale

place Royale...

 

annonce 1882

 

 

 

img015

 

 

 

 

img018

 

 

 

img019

 

 

 

img020

 

 

 

img022

 

 

 

img026

 

 

 

img028

 

 

Annonces de 1882....merci à Roger de m'avoir offert ces journaux....

29/04/2007

Un marollien ? André Vésale ...

andré vésale

 

 

André Vésale naquit à Bruxelles dans le Bovendael (quartier des Minimes)  en 1514 (je ne précise pas la date parce que j’en ai déjà 3) !

 

    Depuis sa plus tendre enfance, il disséquait les petits animaux.  Plus tard, il se rendait à la Montagne de la Potence, « de Galgenber » où demeuraient attachés les restes des condamnés à mort.   Après avoir recueillit les ossements il prenait des notes.  Il a fait accomplir à la médecine un progrès essentiel avec ses connaissances en anatomie.

 

Après son mariage en 1544, il fit construire une grande habitation rue des Minimes.  Tout cela était au 16ème siècle une magnifique propriété presque campagnarde, avec en son centre la demeure principale connue comme la Maison de Vésale (Huis van Vesalius) ou (Van Wesel).  Cette maison fut cédée à la ville en 1587  puis devint l’ancien domaine des comtes de Mansfeld, passé aux Bournonville en 1604, ceux-ci apparentés aux d’Egmont.   

 

livre de vésale

 

 

12:06 Publié dans marolles, PORTRAITS | Commentaires (1) |  Facebook | |