UA-38716482-1

23/12/2006

La vrai ....La marolles au temps de sa splendeur

Photo plus disponible
 
 

Années 30.  Vue de la rue aux Laines et de la rue de la Prévoyance vers la rue Montserrat.

 

Lors d'une kermesse organisée dans les Marolles, on désigna un pur du quartier pour faire office de Bourgmestre...Monsieur Lavand'homme. 

 

Voici son hymne (sur l'air des Montagnards) :

 

Marolle pure et gaie,

Je vous aime d'un amour,

Avec tes rues et tes ruelles.

Vous y serais toujours

Rien n'est plus beau que notre commune libre

L'ons y vie heureux que tout le monde nous envie.

 

Allons Marollien

Allons Marollien

Chanter en coeurs

Chanter encoeurs

Vive notre Commune

Vive notre Commune

La Paix et le Bonheur, et le Bonheur.

 

Halte là, halte là, halte là.

Les Marolliens, les Marolliens,

Halte là, halte là, halte là,

Les Marolliens sont là.

21:03 Publié dans marolles | Commentaires (0) |  Facebook | |

22/12/2006

Beau panorama

bld de Waterloo

Belle vue des annnées 50-60 du bld de Waterloo et l'entrée de la rue Haute

15:20 Publié dans marolles | Commentaires (0) |  Facebook | |

20/12/2006

Conte de Noël Marolliens d'un ket de chez nous GILBERT DELEPELEERE

Un "conte de Noël" sauce Gilbert, le voici :

"Cela s'est passé il y a environ 50 ans --- pendant une froide soirée
d'hiver nous étions quelques-uns à déambuler dans les "Vieux Blocs" et plus
exactement rue des Charpentiers.
Ma petite bande était composée évidement de marolliens du coin.
Toujours à l'affût d'une émotion "forte" nous promenions notre ennui lorsque
nous sommes tombés en arrêt devant un énorme sapin de Noël (4 à 5 m de
hauteur) qui gisait là étalé parterre parce que les Fêtes du Nouvel-An
étaient passées depuis quelques jours.
Après quelques efforts nous sommes parvenus à redresser cet énorme sapin et
à l'amener jusque dans le hall du rez-de-chaussée du n°5  rue des
Charpentiers.
Pourquoi ?
Parce qu'au 2ème étage de cette adresse habitait la famille CARTON, de
braves gens un peu benêts qu'on adoraient embêter (mea culpa, mea culpa, mea
culpa).
JE le confesse J'AI eu l'idée (sic) de hisser ce sapin avec mes complices
jusqu'au palier du 2ème étage soit exactement en FACE de l'appartement des
CARTON.
Nous avons eu assez difficile pour arriver à nos fins car les branches du
sapin freinaient notre progression dans la cage d'escalier.
Lorsque nous sommes arrivés enfin avec notre arbre en FACE de la porte des
CARTON, les branches de l'arbre étaient évidement TRES compressées contre
cette porte...

Hé oui, hé oui, on l'a fait,! on a osé !

L'un d'entre nous a tambouriné sur la porte et, et, et, et Madame CARTON à
ouvert..., les branches du sapin libérées de leur compression se sont
détendues telles de grandes pattes d'araignées dans l'appartement et SUR
Madame CARTON créant la frayeur que l'on devine... j'entends encore les
hurlements de Madame CARTON ainsi que les injures qui ont suivies.

Braves gens si cette histoire AUTHENTIQUE vous a fait rire, tant mieux car
vous n'avez pas été les seuls, mais cela ne vous rendra pas sympathiques
auprès de la famille CARTON".

 

 

Merci Gilbert de faire revivre ces moments là !  C'est vrai que la Noël chez nous était assez folklorique aussi ! 

10:08 Publié dans marolles | Commentaires (4) |  Facebook | |

années 50 et les jeunes dans la Marolles

bowling du club rue des tanneurs

Le bowling Club de la rue des Tanneurs...Comme des 'durs' de l'époque en Blouson Noir !!!

Sur la photo, on y voit Vincent dit "Tarzan",Titi (Francis Verbesselt),Fabian,(l'ami assis..il a oublier son nom) et Couck qui est décédé.

club des jeunes rue des tanneurs

 

Sur la photo, on y voit  Jean-Pierre Kirby (surnom Fabian) au centre Felicien Couck (décédé) et Titi (Francis Verbesselt)

au club entre amis avec l abé

 

Ici, toujours à la maison de la jeunesse de la rue des Tanneurs, de gauche à droite, Couck, Fabian, l'Abbé du club (là pour tenir l'église au milieu du village), Tarzan, et Titi (Francis)

 

Je connaissais bien cette maison des Jeunes rue des Tanneurs...je ne pouvais pas entrer ....j'étais trop petite !  J'attendais  à l'extérieur, ma soeur et ses camarades et pendant ce temps là, comme j'entendais la musique ...j'ai découvert très jeune les hits de l'époque...et que j'adore encore à ce jour ! 

foire du midi 1963

On y voit sur la photo : Charly Renotte (ses parents avaient le café "le bijou" rue Saint Ghilain et de ce fait, son surnom était bijou), Betty la soeur de la coiffeuse rue des Vers, (elle était coiffeuse  et son frère tenait un petit dancing rue des Vers..chez Jean au Pampeo) ensuite, il y a Henri Van popel, derrière il y a Rosemonde et Michel De Greef (qui est devenu le mari de Rosemonde)

Photo à la "Scheetbarak" de la foire du Midi en 1963

Francis Verbesselt est celui à la carabine entouré de ses copains et copines de l'époque...Ils ont entre 14 et 15 ans à ce moment là

moi chez Manu rue des vers

 

Francis Verbesselt au café chez Manu rue des Vers...(Pieremans)

place de la chapelle +- 1949

 

Et voici les parents de Francis Verbesselt. En 1949, ils avaient une échoppe de légumes et par après, ils ont vendus des produits laitiers sur la place de la Chapelle, rue Haute....C'est de là qu'est venu leur noms "Bere Keis et Maria Keis"...........Qui ne les à pas connnu ?  Tous le monde s'est arrêter chez eux pour boire aussi "Un lait ou du babeure ou encore un Yaourt à la grenadine"

 

Sur la photo, on voit à l'arrière des parents de Francis, le magasin MP (maison du peuple) que moi j'ai connu sous le nom de chez "COOP"....à côté de ce magasin, dans les années 50, il y avait un pâtissier où l'on pouvait déguster des "pateikes" avec une "jat" de café mais les plus démunis, demandaient "des petits vieux" (les invendus de la veille) !

 

Je remercie du fond du coeur Francis Verbesselt de m'avoir envoyés ces photos. MERCI

 

09:58 Publié dans marolles | Commentaires (59) |  Facebook | |

Les jeunes dans la Marolles...toute une histoire

img120
photo de reportages illustrés

Année 30  on s'entraînait déjà à pousser des charrettes !  Tout était bon pour s'amuser à la rue...

img121

 

Jouer aux billes !  J'adorais...même si je perdais toujours !  Je me souviens des billes "peeters", des Cartaches....

img119

 

Et là en 1951, rien n'a changé...ça coûtait moins cher de jouer parmi les travaux de la rue !

 

09:38 Publié dans marolles | Commentaires (4) |  Facebook | |