UA-38716482-1

02/10/2014

Boulevard de L’Abattoir…. Du Midi … ses portes…

bld abattoir passants porte de ninove.jpg

Long de 440 mètre de la place de Ninove à la porte d’Anderlecht, partie des boulevards de la petite ceinture, créée au 19ème siècle à l’emplacement de la 2ème enceinte urbaine selon le projet de l’ingénieur J.B. Vifquain à partir de 1819. 

Entre 1819 et 1833, les parties Nord et Est étaient bordées d’arbres et munies d’une haute grille de près de 5 kilomètres de long.

 

En 1834, faisant suite à l’aménagement du tronçon entre les portes de Hal et d’Anderlecht (actuel bd du Midi), on combla les fossés.

bld abattoir passants porte de ninove.jpg

Enclavé dans le territoire d’Anderlecht, l’Abattoir de la Ville, ensemble de huit pavillons néo-classiques conçu par l’architecte communal A. Payen en 1835, entamé en 1836 et inauguré en 1841, donna son nom aux deux côtés de l’artère, dont la rive anderlechtoise à l’ouest, prit en 1918, le nom du président R. Poincaré. 

 

Dans le prolongement jusqu’à la Petite Senne, les enclos de l’Abattoir occupaient la place de la voirie actuelle. 

les abattoirs bruxelles.jpg

La disparition de l’ensemble en 1926, remplacé par l’Institut des Arts et Métiers, la plaine de jeux Charles Vanderputten ainsi que la déviation du Canal de Charleroi permirent la suppression de cet étranglement, la rectification du tracé de la Petite Senne et de la voirie.

Rappelons que ce canal, décrété en 1828 par le roi Guillaume fut réalisé de 1827 à 1832.

Le boulevard de l’Abattoir a connu aux abords de l’Institut des Arts et Métiers, différents marchés en plein air.  Le dernier fut le marché aux volailles qui connu une grande animation chaque matin jusqu’à ce qu’il soit transféré en 1982 au Quai des Usines. 

rue des foulons et midi marché aux chevaux.jpg

rue des foulons midi maché aux chevaux 2.jpg

Au milieu du 19ème siècle, ce boulevard était parcouru durant une trentaine d’années par les locomotives qui tiraient les trains de la première jonction ferroviaire Nord-Midi.  Ces locomotives fumantes circulaient de l’Allée Verte aux lignes du Midi au milieu des chevaux et des charrettes !  Afin d’éviter tout accident, la locomotive circulait lentement et un ouvrier devait la précéder à pied en agitant un drapeau rouge.

molenbeek porte de ninove cheval.jpg

molenbeek porte de ninove écluse 1908.jpg

Ecluse en 1908 Porte de Ninove

porte de ninove.jpg

porte anderlecht avant après.jpg

porte anderlecht animée.jpg

Et quelques vues du Bld du Midi 

avenue du midi (2).jpg

bld du midi.jpg

bld du midi 1903.jpg

En 1903

bld maurice lemonnier ancien hôtel.jpg

Un peu plus loin à hauteur de l'actuel bld M. Lemonnier

police années 50 bld Midi.jpg

Policier faisant la circulation à hauteur du même bld M. Lemonnier (on y voit une partie de la même façade à droite)

bld du midi 2.jpg

Au temps où la circulation était plus aisée et l'endroit plus paisible

 

30/06/2014

Paul Lenders dit Pol’s Jazz Club du Bierodrome à Ixelles

intérieur pols net.jpg

texte part 1.jpg

texte part 2.jpg

texte part 3.jpg

déco pols net.jpg

poupée pols net.jpg

texte part 4.jpg

texte part 5.jpg

Extrait du livre "Bistrots Bruxellois" de Paul Herman 1986

 

pols.jpg

Source image : http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2010/01/04/le-jazz-a-bruxelles.html

 

plaque de rue.jpg

Saint-Josse Inauguration de la rue Léopold Lenders

 

Une kyrielle de jazzmen, parmi lesquels Philippe Catherine, ont assisté mercredi à l'inauguration de la rue Léopold Lenders, juste derrière la tour Madou. En musique, comme il se doit.

Pol Lenders a incontestablement joué un rôle dans l'explosion du jazz en Belgique, et à Bruxelles en particulier depuis les années soixante. Il a ouvert plusieurs clubs de jazz sur le territoire de la Ville de Bruxelles puis à Ixelles, comme le « Bierodrome », place Fernand Coq. Sans oublier sa contribution à la création du Saint-Jazz-ten-Noode. « Il a permis à de nombreux musiciens d'exister », dit le maïeur-jazzman Jean Demannez.

Ce jeudi, les voitures succèdent aux musiciens dans la nouvelle voirie. Celle-ci permet désormais aux automobilistes de passer de la chaussée de Louvain à la rue Scailquin, et inversement. Libérant ainsi le carrefour Madou. La rue Pol Lenders accueillera également bientôt cinquante nouveaux logements. « Ils viendront compenser la disparition des logements dans le cadre des travaux de la tour Madou, note Jean Demannez. La commission de concertation a rendu un avis favorable. Le permis est attendu pour la fin de l'année. »

Une touche de plus dans la revitalisation de ce quartier qui accueille depuis peu les fonctionnaires européens, installés dans la tour Madou. Pour les attirer dans les commerces ten-noodois, l'Atrium Saint-Josse a récemment accroché des bannières dans la chaussée de Louvain. Celles-ci ont un rôle d'embellissement du quartier. Elles signalent aussi le site internet lancé par l'Atrium (www.meltingshopping.be) de promotion des commerces locaux. Prochainement, les trottoirs, façades et enseignes du quartier devraient également subir un lifting.

 

 

Article de : HUWART, ANNE-CECILE pour le Journal Le Soir du Jeudi 29 juin 2006 - Page 13

 

Souvenirs en musique  :https://www.youtube.com/watch?v=wGLVJc7PwJI&feature=share

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=vlZAUZOJzRY

 

Biographie :  http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9opold_Lenders

 

 

29/06/2014

l'Observatoire d'Uccle

observatoire panorama.jpg

Avenue de l’Observatoire….

Le vendredi 24 août 1883, à 10h30, l’administration des Ponts et Chaussées procèdent dans les bâtiments du gouvernement provincial de Bruxelles, à l’adjudication des travaux de construction de l’Observatoire que l’on a décidé d’élever à Uccle. 

Les travaux sont évalués à 210.000 frs.  C’est l’aboutissement de treize ans de discussions.  En effet, en 1880 déjà le projet était né de remplacer l’Observatoire de la place de l’Astronomie par un nouvel établissement à construire sur les hauteurs d’Uccle.  L’avant-projet avait été établi par l’architecte Octave Van Rijsselberghe en collaboration avec l’ingénieur des travaux de la ville d’Anvers, Gustave Royer et le météorologiste de l’Observatoire royal François Van Rijsselberghe.

 

En 1881, au grand étonnement des Ucclois, on procède à des sondages pour connaître la nature des terrains où doit être construit l’Observatoire.  De nombreux badauds se déplacent pour assister aux expertises qui ne laissent pas de les surprendre.

observatoire et plaine.jpg

Van Rijsselberghe, l’architecte est envoyé en mission à Strasbourg à la demande expresse de Houzeau, directeur de l’Observatoire, afin qu’il puisse étudier les installations strasbourgeoises et s’en inspirer, si besoin pour Uccle.

Mars 1886 : les bâtiments principaux sont achevés et on examine les plans des constructions latérales.

Septembre 1887 : le plan de la future avenue Houzeau est accepté ; on commande en Angleterre, chez T. Cooke, à York, rue Bishopill, quatre coupoles à armature de fer, « recouverte de papier mâché » (sic).  Il en coûte 49.000 frs.

1889 : les frères Tantôt, entrepreneurs à Etterbeek, montent les dites coupoles.

 

En 1881, on décide d’entourer l’Observatoire à construire, d’une AVENUE CIRCULAIRE : on taille dans le Dieweg, on supprime le haut de la rue de la Colline (actuelle rue de l’Equateur) et on attribue une largeur de 15 mètres à la nouvelle artère.

observatoire en réfection 1911.jpg

observatoire intérieur salle méridienne.jpg

tram arrêt observatoire 1894.jpg

1894 le Tram à l'arrêt Observatoire

En 1887, pour faciliter l’accès de l’Observatoire au départ de la chaussée de Waterloo, on décide de repaver le Dieweg sur trois mètre de largeur.

La construction de l’Observatoire sur les hauteurs d’Uccle – à une altitude de 100 mètres – a entraîné l’urbanisation de tout le quartier.

 

(d’après le livre La Chanson des rue d’Uccle de Jean Francis)

avenue houzeau 1.jpg

avenue houzeau 2.jpg

avenue houzeau 3.jpg

avenue houzeau bon marché.jpg

uccle dieweg 1.jpg

uccle dieweg 2.jpg

rue de l'équateur uccle.jpg

 

16/06/2014

Flagey / chée Ixelles

chée ixelles de la pl flagey.jpg

15/04/2014

quelques clichés du quartier dit "Heymboch" à Jette de Robert Allein

Je me présente, je m'appelle Robert Allein, je ne me considère pas vraiment comme un ketje de Bruxelles, bien qu'ayant toujours habité l’agglomération, mais plutôt comme un petit "gars de Jette", où j'y ai vécu toute mon enfance et mes 40 premières années, Je vis actuellement à la campagne… loin du bruit et du tumulte.

Mes grands parents paternels tenaient un petit magasin de mercerie, qui servait également de point poste, (mon grand père était facteur), à la "Cité Jardin"  dans le nord de Jette sur le haut de l’hôpital Brugman.

Ils eurent l'idée, après la guerre, de faire photographier leur quartier afin de faire éditer des cartes vues.  Ce projet tomba à l'eau pour une raison que je ne connais pas, mais les "prototypes" existent et sont en ma possession.

Voici donc quelques clichés du quartier dit "Heymboch". Sur limage 4 on y voit l’école de ma jeunesse, ainsi que le petit magasin de mes grands parents, qui sont sur le seuil d'entrée.

 

Il existe également un "Square Robert Allein", qui était le frère de mon père, et qui fut tué pendant la guerre, mais malheureusement pas de photo, juste un petit encart paru dans la presse pour l'inauguration.

Image.jpg

Image (2).jpg

Image (3).jpg

Image (4).jpg

Image (5).jpg

Image (6).jpg

Image (7).jpg

Image (8).jpg

Si toutefois un visiteur du blog possède d’autres informations au sujet du Square Robert Allein, je me ferai un plaisir de faire suivre celles-ci.  D’avance Merci. 

16:34 Publié dans jette, Laeken | Commentaires (3) |  Facebook | |