UA-38716482-1

06/08/2007

foire du Midi

photo 7
     la foire avenue du Parc Royal, devant l’église de Laeken en 1890
 
photo 8

L’oncle Edmond de Jean-Pierre Roels dans les années 50, debout sur une moto à la foire du Midi, l’attraction s’appelait « le mur de la mort ».

 

photo 9

 

    « Maryline des marolles » en spectacle chez Jef Bodet à la foire du Midi en 1979.

 

Qu'est-ce que l'on s'amusait en ce temps là...il y en avait pour tous le monde à la Foire du Midi

 

Si vous allez à la Foire du Midi, faites un clic ici pour recevoir des bons de réduction

 

28/06/2007

souvenirs

Box Barak

 

Une photo de Francine qui boxe sa sœur Josiane
sous le regard attentif (déjà) de Pierrot au balcon.

26/06/2007

Bientôt la foire du Midi

foire midi

 

Quel Art la fabrication de ces chevaux de bois !  Petits on adore ce manège, adolescent on le boude et on charie ceux qui y vont...adultes on remonte volontier avec nos enfants !

 

Devant les scooters

Une photo des scooters des années 50.
On peut reconnaître de dos, Jeanine de « l’Ouleman » de la rue de l’arrosoir
et la petite Betty de la rue des vers.
Cette photo fera plaisir à notre strafste, tu sais de qui je parle.

 

Francine.

foire midi - le mur de la mort oncle années 50

 

Le Mur de la Mort....un manège où deux oncles (frères de sa mère)  de Jean-Pierre Roels ont fait des démonstrations dans les années 50

 

foire midi  pub 79

 

Nous l'avons TOUS connu....il en a fait rêver des jeunes gens avec ses spectacles !   Je peux avouer que Marilyn de la Marolle n'était pas très lointaine de ma famille.....disons qu'il est un ex beau-frère d'un membre de ma famille...

 

foire midi bodet026

 

foire midi avec papa jp

 

Délégation des Forains en direction de la Grand'Place avec Esmeralda la Miss ...à droite, c'est le papa de Jean-Pierre Roels.  Bien entendu, Titine était la doyenne des forains et était aussi bien connue pour son bon coeur

 

foire midi délégation

 

foire midi ancienne miss

Ex Miss Esmeralda

 

foire midi pub 78

 

Pub pour la foire du Midi en 1978

foire midi pub 78-2

 

Jean-Pierre tu nous a encore gâté avec ces images de la foire !  Un immense merci

25/06/2007

manèges d'autrefois

Adrienne, Jef et maraine

La friture, c’est au vieux mett. C’est Jef Carbure, sa femme et la marraine de Jeanke. Ils étaient aussi place de la Chapelle.

 

la maman de Jef carbuur

 

La maman de Jef Carbure  Elle vendait du poisson place de la Chapelle, l’épouse de Jean carbure de la rue de la Samaritaine.

moulin de Trehout Charles

 

Carroussel Trohoet Charles....appartenait au grands-parents maternel de Jeanke

 

foire 003

 

 

rotor025

 

 

rotor024

 

Le Rotor dans les années 70 était gratuit pour les "participants" et payant pour les visiteurs !

Je ne compte pas le nombre de paires de chaussures que j'ai perdues ou cassées sur ce manège !!!  J'y passais des heures ....Dans ce manège il fallait se coller au mur et quand celui-ci commencait à tourner assez rapidement, nous restions fixés à la paroi pendant que le sol descendait....ensuite il fallait essayé de se libérer et gagner le poteau central....en marchant en sens contraire de la rotation !!!  Je raconte pas les bleus, les bosses et les rigolades !

 

 

Merci Jean-Pierre Roels pour ces merveilleuses images...

11/04/2007

la foire du midi histoire souvenir d'une kermesse

img055

 

Il est une tradition à la foire du Midi…c’est que tombe la drache (forte pluie) à l’ouverture.  A  sa fermeture, c’est la couleur mélancolique de l’été qui s’en va…et la rentrée scolaire qui pointe du nez.  Je ne ratais jamais l’ouverture de la foire du Midi.  J’aimais l’animation qu’elle apportait au quartier.  Nos poches pleine de monnaies, on se bousculait pour grimper dans les manèges les plus grisants.  Devant chaque manège, j’avais le cœur qui battait.  Quelle mélancolie ces journées d’été.

 

img054

 

Visitons d’autres kermesses…

Le petit moulin qu’on appelait naguère le « moulin à un cen ou le loeizemeuleke », les balançoires (que l’on ne voit plus), …Si les manèges ont changés, d’autres choses sont bien restées…les odeurs de smoutebolle (beignets), de frites, le bruits de la foule mêlée à la musique, des sirènes de manèges et les forains qui interpellent le passant. 

 

Le mot kermesse : marché qui se tient près de l’église.  Schuermans donna en 1865 dans son « Algemeen Vlaamsch Idioticon » la définition de « kermis » de « Baafmis » : fête de saint Bavon, de Kerstmis : fête de Noël et il dit aussi que la « kerkmis » était à l’origine, la fête anniversaire de la dédicace d’une église. 

L’étymologie de « kermesse » rejoindrait ainsi celle de « ducace » ou « ducasse » mot qui viendrait de « dédicace » (d’une église)

 

L’origine de la grande kermesse de Bruxelles date du XIVème siècle.  Elle s’ouvrait après la procession du Saint Sacrement de Miracle, instituée après le sacrilège des hosties par les Juifs (j’y reviendrai).

 

Des banquets fastueux avaient lieu jadis à Bruxelles, à l’occasion de l’ouverture de la kermesse.  Les bruxellois mangeaient alors le gibier que la forêt de Soignes leur livrait en abondance.  Aujourd’hui, ces banquets sont remplacés par des agapes aux terrasses des cafés, de la porte d’Anderlecht à la porte de Hal. 

 

img053

 

 

Au 19ème siècle, après la guerre franco prussienne de 1870, on remarquait, à la foire, le « Théâtre des Galériens ».  De l’extérieur, on voyait des barreaux, des chaînes, éclairés lugubrement par des bougies.  A l’intérieur étaient de sinistres cellules habitée par des marionnettes habillées en galériens.  Mises en mouvement par un mécanisme ingénieux, ces marionnettes exécutaient des travaux de forçats.  Le clou était la « scène du repentir » jouée par deux bagnards mourants et deux Jésuites occupés à les convertir !

 

img057

 

A cette époque, les Bruxellois pouvaient aussi contempler , bouche bée, la « Jolie mulâtresse », la « Belle Hortense » et « Mademoiselle Fatma, native de Blida, âgée de 17 ans, ayant une barbe naissante ».  Il y avait aussi « Melle Marie » privée conséquemment de l’usage indispensable en apparence de ces précieux appendices du corps humain….disait l’affiche. «  Elle est parvenue à force de travail, à exécuter, à l’aide de la bouche, ce qui se fait ordinairement avec les mains ».

 

Et dans l’allée centrale une vieille femme criait « Gooie vesche èt âre, beleefd er eemand ! » pour vendre ses crevettes, du crabe, des mastelles et des œufs durs…

 

img056

 

En 1885 arrive les chevaux de bois, sur lesquels les amoureux se serraient sans se fatiguer.  Melle Hélène domptait les puces…

 

A la fin du  19ème siècle, la foire du Midi se doublait de celle de la rue Haute, où tous les amusements folkloriques et satiriques étaient en honneur.  On y voyait « Lowie », le « roi des Marolles », « habiljé en Godefroid van Bouillon » et à cheval.  On rigolait devant un « schèrechliep » (un rémouleur) aiguisant, selon la coutume médiévale, la langue des meilleures « lameire » (commères) du quartier.  Et on huait deux gendarmes montés, traînant, ligoté, un pauvre Marollien arrêté pour un délit mineur !

auto skooter

 

En 1887, un incendie éclata, à la foire du Midi, dans la baraque à l’enseigne « La Métempsycose » ;  Le feu se communiqua rapidement à trois autres baraques et il fallut l’intervention des pompiers de Bruxelles et de Saint Gilles pour éviter un désastre.   Des singes, des crocodiles, des serpents et un phoque, libérés pendant le sauve-qui-peut, errèrent toute la nuit dans les Marolles !

 

pompiers grades différents

divers grades de pompiers...

 

ficelles

 

Eh oui…la foire du Midi, ce fut et c’est tout cela.  Tous les plaisirs, toutes les « draches », les tonnes de poussière avalée, les tonneaux de bière lampée, tous les rendez-vous tenus ou manqués, tous les bras qui pressèrent les tailles…

Foire du Midi, foire de nos amours d’été….

 

Texte de Louis Quiévreux (avec des petites touches de Sofei).

 

les tasses

 

Pour voir les dates de kermesses à Bruxelles et en Belgique, voir le lien

http://www.fete-foraine.be/foirerecherche.php

 

 

Copie de Bld du Midi

 

kermesse du Midi de Roels

place St Josse

 

kermesse place St Josse de Roels

 

Bruxelles

 

Et Voici Madame et Monsieur Roels les parents de Jean-Pierre

Monsieur Roels aimait peindre ses souvenirs de forrains.  Il est décédé en 1999

 

Un mot de Jean-Pierre....au sujet des tableaux

L’auteur c’est mon père. Il peignait ce que ses yeux d’enfant avaient vu. Etant né dans ce monde là, sont avantage était de se souvenir de tout  et dans le moindre détail...  cela lui  a permis de mettre des détails qu’un autre peintre n’aurait pas vu !

Certains de ses tableaux ont été peints en vacance à la cote d’azur, pendant que ma mère était à la plage. Preuve qu’il avait l’image en tête