UA-38716482-1

04/08/2007

l'ancienne Belgique

rue des pierres

Que de souvenirs pour les Bruxellois ! 

ancienne belgique

 

 

Plus rien à voir avec la salle d'aujourd'hui.....

 

Qui était à l'affiche à cette époque ? 

16/07/2007

Bruxelles a travers le regard d'un peintre

Je ne résiste jamais à parler des artistes qui placent Bruxelles dans leurs œuvres.

AncSchae

 

1-Ancien Schaerbeek : Petite ferme typique aux confins de Schaerbeek et Evere.

Argile

 

2-Argile : la chaumière Mussche, aussi appelée la maison d’argile, qui existait à Cureghem.

ChJean

 

3-Chez Jeannot : Magnifique petite ferme à Sterrebeek qui fût habitée par « Jeannot » (Mme) Canivert – Peintre

Cigogne2

 

4-Une vue de la rue de la Cigogne, ancienne impasse, très typique au centre de la ville.

impasse de la Cigogne

 

L'impasse de la Cigogne

 

Voici quelques-unes de ses toiles, représentant des coins typiques de Bruxelles et/ou de ses environs immédiats.

Je vous invite à visiter son site Internet.

 

http://theate.charles.site.voila.fr  

 

Merci beaucoup Monsieur Théate Charles de nous avoir fait partager vos oeuvres.

21/06/2007

Le grand Jacques

brel021

 

Jacques Brel

 

Ces adieux aux Beaux-Arts de Bruxelles le 15 novembre 1966.

Il disait « Quand on soupire trop souvent, il faut faire ses valises ».  « Je veux vivre en accord avec ce que je pense.  Et c’est pour ça que j’ai besoin de liberté ».

 

 Fernand, Jef, les vieux, les bonbons, les bourgeois, au suivant, …tant de belles chansons

 

Annie Cordy

anny cordy020

 

Une « Jeune » bruxelloises qui n’a jamais renié ses origines.  Annie Cordy Annie Correman de son vrai nom est née le 16 juin 1928 à Laeken.  Son père était menuisier et sa mère épicière.  Elle fit une partie de ses études à l’école Communale de la rue Claessens et puis à l’école primaire de la rue des Ursulines.  Elle n’était pas bonne élève.  Tout ce qu’elle aimait, c’était  les cours de danses donnés par les sœurs Ambrosini à Jette.  Avec ses camarades, elle allait danser dans des homes et des hôpitaux pour des spectacles de bienfaisance.  Le chant vint vers ses 12-13 ans.  Elle accompagnait ses parents au café de la rue Marie Christine, là tous le monde chantait, dansait…

Pendant la guerre, elle fut envoyée à Overijse…à la campagne comme beaucoup d’autres enfants durant cette période difficile.

 Plus tard, une des sœurs lui proposa  de participer aux concours de chants. Son premier radio crochets fut au Palace Continental…C’est suite à un des ces concours qu’elle remporta qu’elle eut son premier engagement de 8 jours à l’ancienne Belgique.  Son contrat prolongé de 2 mois, elle fut remarquée par Francis Lopez et engagée dans la troupe du Lido de Paris.  

 

27/04/2007

L'Alhambra, un chef d'oeuvre disparu

L’Alhambra avait ouvert ses portes en 1846 et s’appelait d’abord le théâtre du Cirque à cette époque, il était encore sur les bords de la Senne.  Quelque trente années après le voûtement de la Senne ; le théâtre fut inauguré au n°20 sur le tout nouveau boulevard Emile Jacqmain près de la place De Brouckère.   Edifié, exactement cent ans plus tôt, par l’architecte Cluysenaer, à l’emplacement du premier cirque de la capitale, dont l’entrée se trouvait rue du Cirque. 

 

alhambra jacoby

 

 

La façade était somptueuse et monumentale.  En hauteur, on apercevait 4 splendides cariatides représentant la Comédie, la Tragédie, le Drame et la Danse. On publiait en 1874 qu’elles avaient été sculptées par Vanderstappen mais après sa démolition un expert s’aperçut qu’elles avaient été sculptées par Rodin !

 

Alhambra-roels

 

 

 C’était à l’époque, la plus grande salle de spectacle de Bruxelles, il y avait 2000 fauteuils.   L’Alhambra connut tous les genres …le drame, la comédie et le music-hall.  Sa grande époque fut sans conteste celle de l’entre-deux guerres ; sous le règne du célèbre spécialiste du music-hall le Parisien Léon Volterra. Il y monta des revues fastueuses avec 180 girls !  Il ne lésinait pas sur les moyens ni sur les prouesses techniques pour offrir au public des mises en scène éblouissantes, comme celle de la Revue du Centenaire, qui tint l’affiche pendant 5 mois en 1930.  A cette époque, il y avait à l’affiche, Maurice Chevalier et Mistinguett.

 

Plus tard, les frères Van Stalle succédèrent à Volterra et  continuèrent de plus belle.  On pouvait y applaudir, Charles Trénet, Joséphine Baker, Libeau, Roels, Laurel et Hardy, Georges Guétary, Luis Mariano, Rose Amy, Jean Kipura, André Dassary, Fernandel, Jean Tranchant, Lucienne Boyer, José Janson, Gustave Libeau, Esther Deltenre, Zizi Festerat, etc……. .Chaque année, le public était plus nombreux. 

 

mist-mc-T

 

 

  Notons aussi que pendant la guerre de 14-18 l’endroit fut occupé par les Allemands.  Il avait été le siège des congrès du Raad van Vlanderen). 

 

bechet

 

Il y avait aussi le grand bar du théâtre nommé Le Perroquet.  Pour la première fois en 1920 on y entendit un jazz band, les Mitchell’s Jazz Kings et la présence d’un musicien totalement inconnu à cette époque : Sidey Bechet !

 

En 1959, le bâtiment fut racheté une nouvelle fois, mais pour y faire un parking !!!!  L’endroit sombra dans l’agonie…

Tous les prétextes ont été bons pour prendre la fatale décision.  Trop grand, trop vieux, plus rentable…etc….

Il fut mis en vente le 19 novembre 1975 …c’est  un boucher anversois qui pu l’acquérir pour la somme de 10 millions.  Après ce fut sa disparition définitive…

 

Merci à Francis Jacoby et Jean-Pierre Roels pour les photos.