UA-38716482-1

26/04/2016

Château de Béthanie … sur l’emplacement de l’actuel CERIA

Aux portes de Bruxelles, se dressait au début du 20èmes siècle à Anderlecht, le Château de Béthanie aujourd’hui disparu ; un paradis pour les enfants faibles de l’époque.  C’était un internat pour jeunes filles où l’on soignait entre autre les pré-tuberculeux.  Il se situait à l’emplacement de l’actuelle piscine du CERIA.

chateau de béthanie 1.jpg

Ce lieu était aussi désigné comme une filiale du Mont Thabor institution humanitaire basée à Molenbeek … réservée à ce moment-là aux fillettes dites « débiles ». 

 

chateau de béthanie 2.jpg

L’endroit était composé d’un château situé en face d’un étang (toujours existant dans l’enceinte du CERIA), et d’une fermette.

chateau de béthanie 3.jpg

chateau de béthanie 4.jpg

 

chateau de béthanie 15.jpg

Anciennement, on retrouvait la mention du château sous l’appellation du Château de Waesbroek.  D’après des cartes datées de 1777, ce domaine était enserré entre la chaussée de Bruxelles (actuelle chaussée de Mons) et la Senne (d’où la racine du nom « broeck », qui signifie « marais » en néerlandais).

chateau de béthanie 14.jpg

chateau de béthanie 11.jpg

Pour information :

Aux alentours du XIIème siècle ce château appartenait à la famille d’Aa. 

Au début du XIVème siècle, une ferme toute proche est cédée à l’abbaye de Forest.

Sur partage du 11 mai 1635, Philippe de Recourt et de Licques, seigneur de la Vere, chevalier de l’ordre de Calatrava, fut aussi seigneur de Waesbroeck.

chateau de béthanie 8.jpg

 

Au moyen-âge, on retrouve dans les archives, la vente du château et la ferme Elishout par  les héritiers de Jean Josse Du Trieu et de Marie Madeleine de Fraye à Charles Swerts, poissonnier de Bruxelles. 

 

chateau de béthanie 10.jpg

En 1858, le château de Waesbroek est encore présent sur un plan de Bruxelles.

chateau de béthanie 12.jpg

chateau de béthanie 5.jpg

chateau de béthanie 6.jpg

chateau de béthanie 7.jpg

Un courrier datant du 6 septembre 1901, est encore adressée à Robert de Viron alors bourgmestre de Dilbeek en 1913 au château de Waesbroeck à Anderlecht.  Ce personnage n’est donc peut-être pas étranger à cette occupation caritative.  Le nom de Béthanie par la suite n’était à ce titre pas choisie par hasard puisque à Dilbeek, plusieurs domaines similaires existaient.

chateau de béthanie 13.jpg

chateau de béthanie 16.jpg

chateau de béthanie 17.jpg

chateau de béthanie 18.jpg

chateau de béthanie 19.jpg

chateau de béthanie sur le site du CERIA.jpg

Précisons que l’histoire de l’endroit est assez mal documentée.

A en juger par le grand nombre de cartes postales éditées à l’époque, on ne peut douter de la grande notoriété de cette institution.

Pourtant…. Le château de Béthanie fut démoli.

Durant des années, le terrain marécageux fut remblayé et asséché par les terres excavées pour le creusement de la Jonction Nord-Midi.

ceria noir blanc.jpg

LE CERIA

La première pierre fut posée le 25 octobre 1949.  Le site fut aménagé selon les plans de l’architecte Antoine Courtens en collaboration avec les architectes Michel, André et Jean Polak suite à un concours lancé par la province en 1948. 

ceria 1.jpg

ceria 2.jpg

Cet appel public visait à élaborer un vaste campus abritant des écoles hôtelières, des instituts de recherches en sciences de l’alimentation…

ceria 3.jpg

ceria 4.jpg

L’ensemble était aménagé selon les préceptes les plus modernes du moment… grands espaces, bâtiments lumineux grâce aux grandes fenêtres, zones vertes…

ceria 5.jpg

La construction fut achevée  à la fin des années 50.  Situé à l’extérieur du centre de la ville,  ce campus était complètement autonome.

ceria institut meurice.jpg

Institut Meurice

Aujourd’hui, le campus abrite encore des écoles secondaires… il accueille environ 10.000 élèves.

25/04/2016

Quai au Foin et quai aux Pierres de Taille

bassin quai aux pierres de taille 1.jpg

Ce bassin fut construit dans la prairie des Béguines, dite la praire « Guillaume », par Henri Faye, le même qui avait entrepris en 1639, le creusement du Mestback.  Le nouveau bassin fut appelé le Bassin au Foin.  Il était perpendiculaire au bassin aux Barques.  Ce travail de grande utilité transforma complètement la physionomie de ce quartier, jusque-là entrecoupé de prairies et de marécages.  Sur les deux rives du nouveau bassin on éleva de belles constructions, et les quais devinrent rapidement animés.  Les grands magasins, qu’on y trouvait encore il y a peu attestaient toute l’importance du commerce de transit et du trafic intérieur de la Belgique, les seules relations économiques, d’ailleurs, qui nous fussent permises, au XVIIè et au XVIIIè siècle, après la fermeture de l’Escaut.

Quai au Foin et aux Pierre de Taille Théâtre Flamand.jpg

Le quartier des quais devint même le quartier mondain de Bruxelles au XVIIè siècle.  Le goût de la promenade s’étant répandu, la promenade en carosse surtout, on créa, à Bruxelles, à l’imitation de Paris, où Henri IV, avait construit le Cours de la Reine, en l’honneur de sa femme Marie de Médicis, la promenade de l’Allée Verte, et aussi le Tour à la Mode, promenade pour piétons, aménagée sur le rempart entre la porte de Laeken et la porte du Canal.  C’est également dans ce quartier qu’on construisit, quai au Foin, l’Opéra italien.

 

barques quais anciens.jpg

Les quais s’appellent, celui de droite le Quai aux Pierres de Taille, celui de gauche le Quai au Foin.  Au XVIIIè siècle, les deux quais s’appelaient indifféremment quai au Foin.  Nous les longerons jusqu’à l’ancien Entrepôt.

Au n°34 du quai aux Pierres de Taille, l’ancien hôtel du baron van der Stegen de Putte, ensuite de Spoelbergh.

maison sur les Quais de Bruxelles.jpg

 

En face, au n°53 du quai au Foin, une « Vierge », encastrée dans le mur de la façade avec cette inscription-chronogramme qui rappelle, en partie, celle qui se trouvait jadis sur la Maison du Roi : « A peste, fame, bello atque naufragio, libera nos jugiter Diva Virgo ».  Le chronogramme donne la date de 1680. 

 

quai au foin façades.jpg

Ce fut au quai au Foin (aujourd’hui quai aux Pierres de Taille), comme nous venons de le dire, qu’on joua pour la première fois l’opéra italien dans un théâtre qu’y firent élever, en 1681, J.B. Cartelli.  La première représentation eut lieu le 24 janvier 1682.  On joua en italien l’œuvre d’Aurelli « La Médée » (Medea in Atene).  Des recherches ont été faites et ont permises de retrouvé l’emplacement de cet ancien théâtre.  Il correspond au n°28 du quai aux Pierres de Taille.  Ce théâtre ne subsista pas longtemps.  Don Estevan d’Andrea, amiral de l’Escaut, le vendit, le 1er août 1701, à Josse Jacobs.  En 1767, cet immeuble transformé en habitation privée, s’appelait toujours l’Oude Opera.  En 1793, il était occupé par le colonel de Rameau, le même qui avait tenté d’introduire la culture des vers à soie à Bruxelles.

 

bassin de ste Catherine.jpg

bassin ste catherine 1.jpg

Tour d’horizon de l’endroit en 1979,…

… Au même quai aux Pierres de Taille, au n°21 façade du XVIIè siècle, plâtrée et défigurée mais ayant encore ses ancres anciennes.  Le n°22 conserve une porte Louis XVI…  Toutes les maisons étaient occupées, au XVIIIè siècle par des bateliers.

Au n°20, nous trouvons un type de magasin ou packhuys du XVIIè siècle, certainement contemporain de la construction du bassin et du quai vers 1640.  Enfin, nous voici arrivés à l’endroit où fut construit le premier Entrepôt.  Sur son emplacement se tenait jadis un marché aux bestiaux.  En 1779, le Gouvernement approuva les conclusions d’un rapport, dans lequel on exposait la nécessité d’ériger à Bruxelles un « entrepôt ou magasin de transit ».  L’édifice, dont Nivoy donna les plans, fut achevé en 1781.  On y lisait des inscriptions, destinées à stimuler l’énergie du marchand.  Le 3 mars 1780, arriva pour la première fois à Bruxelles un vaisseau à trois mâts, venant de Nantes par Ostende et Gand, avec un chargement de 336 pièces de vin.

Après la construction du Grand Entrepôt en 1846, aujourd’hui démoli, le premier entrepôt de Bruxelles fut désaffecté.  Ses inscriptions dithyrambiques disparurent.  On en fit un « magasin d’artillerie du génie ».  Dans le fronton modifié on plaça un lion belge au milieu d’un trophée militaire.  Devant le bâtiment on construisit le Théâtre Royal Flamand.

D’ici, nous voyons les dernières maisons du quai aux Pierres de taille, à droite de l’ancien Entrepôt.  Au n°8 existait encore un vieux magasin appelé, au XVIIè – XVIIIè siècle « de Schuuere, La Grange ».  Au n°6, une porte cochère Louis XVI.

Achevons la revue des maisons du quai au Foin.  Le n°23 évoque un fait d’histoire manufacturière.  Une raffinerie de sucre y était étable en 1767, industrie nouvelle dont le Magistrat avait favorisé l’introduction, afin d’aider au développement économique de la ville.  Deux autres industries nouvelles, la fabrication de la porcelaine et la verrerie, avaient aussi leurs représentants aux quais du bassin au Foin.  En 1764, Jean Van Gierdegom s’associa avec Jean Verplancken et fonda la première fabrique de porcelaine.  Or, J. Verplancken habitait, en 1767, le quai au Foin, non loin du bassin aux Barques.  Un verrier, Léandre Henri, vivait, à la même époque, au n°27 du quai aux Pierres de Taille.

cheval marin.jpg

 

En 1715, les Apostolines ou Marolles, qui s’étaient établies d’abord au Bovendael, près des Minimes, vinrent se fixer au quai au Foin.  A travers leur couvent démoli passe aujourd’hui la rue Van Gaver… créée en 1884 (Guillaume Van Gaver, conseiller communal et échevin de Bruxelles de 1830-1853).  Un peu plus loin, se trouve l’impasse Van Oeter, (du nom de son premier propriétaire), entre les n° 13 et 15, dont la porte d’entrée est datée de 1640, (à peine visible au pilastre de droite), probablement un reste de l’ancien hôtel du baron de Peuthy.  D’ici jusqu’à la rue de Laeken, se succédaient une série de cabarets, auxquels le voisinage immédiat de l’Entrepôt assuraient une nombreuse clientèle, « In Sint-Jan-Baptiste, In ‘t Spaensh Magasyne, In den Hert, In den Wyngaert des Heeren », enfin, au coin de la rue de Laeken, « In den Vetten Os »

quai au foin 1.jpg