UA-38716482-1

11/11/2013

Hôtel Métropole

métropole 002.jpg

Situé au n° 33-35 de la Place De Brouckère.  Immeuble de rapport et de commerce de style éclectique, conçu par l’arch. G. Bordiau en 1872, Acheté en 1891 par les brasseurs Wielemans-Ceuppens qui y ouvrent en 1892, le célèbre Café Métropole, disparu en 1973. 

Etages annexés par l’Hôtel Métropole voisin, totalement remaniés à l’intérieur et exhaussés d’un niveau sous toiture mansardée en 1926.

De cinq niveaux et cinq travées inégales, façade monumentale de pierre blanche et de pierre bleue, rehaussée d’un riche décor plastique d’inspiration classique et baroque, bien rythmée horizontalement et marquée par le ressaut de trois travées axiales plus larges.

R.d.ch. à bossages, occupé à l’origine par trois devantures commerciales surmontées d’un niveau entresolé, aujourd’hui masqué par un auvent, et flanquées de portails d’entrée privée dans les travées d’angle.

 

Quatre colonnes sur socle décoré dans le haut par un masque de satyre, soutenant un balcon.  A l’origine, attique bordé, entre les travées d’angle, par un garde-corps continu en ferronnerie et scandé par une colonnade interrompue, dans l’axe, par un portique en décrochement surmonté d’un groupe sculpté par J. De Haan, figurant le Progrès entre l’Abondance et la Paix.  

métropole 001.jpg

bld du nord hôtel metropole.jpg

place de brouckère hôtel metropole 1909.jpg

metropole 3.jpg

cinéma métropole.jpg

hôtel métropole terrasse.jpg



Schaerbeek.... en deux mots

Schaerbeek Etymologie,

Orthographié Scarenbecca en 1120, Scarenbeke en 1138, Scharenbeke en 1286, Schaarbeek en 1506, Schaerbeek en 1841, doit son étymologie, selon certain historiens, à la conjonction du mot franc SCHAER (en taille) et du mot néerlandais BEEK (signifiant ruisseau).  Littéralement, le nom de Schaerbeek signifierait donc « le ruisseau aux rives escarpées ».

Selon d’autres spécialistes, SCHAER désignerait les berges limoneuses nées des dépôts alluvionnaires le longs des rivières et Schaerbeek voudrait alors dire :  « Le ruisseau aux berges limoneuses ».

 

D’autres encore attribuent son étymologie à la conjonction des deux mots néerlandais SCHAER (taillis, forêt) et BEEK (ruisseau), ce qui signifierait « le ruisseau de la forêt ». 

Schaerbeek vue015.jpg


Les Halles de Schaerbeek

rue royale ste marie hall.jpg

Anciennement dénommée « Marché Couvert Sainte-Marie », cet imposant bâtiment a été inauguré en 1865.  Il était surtout destiné aux marchands de volailles et légumiers de la périphérie qui venaient y vendre leurs produits. 

Ce marché connut un franc succès, surtout lorsqu’il fut desservi par les vicinaux à vapeur qui permettaient le ravitaillement quotidien de la capitale en produits ruraux.  A l’image de l’Hôtel communal, il fut lui aussi entièrement ravagé par un incendie en 1898.  Rebâti deux ans plus tard, il fut officiellement réouvert en 1901 et resta en activité jusqu’aux environs de 1920.  En fait, son déclin s’était amorcé quelques temps auparavant, essentiellement à cause du développement rapide des magasins à rayons multiples et grandes surfaces.

Plus tard, il servit encore d’entrepôt au service des Travaux Publics de la commune.  Désaffecté par la suite, il fut racheté à l’administration par la Commission Française de la Culture et devin ainsi un lieu de spectacles et de concerts.

 

A présent restaurées, les Halles de Schaerbeek restent un des rares bâtiments à structure métallique existant encore à Bruxelles. 

marché ste marie.jpg

marché ste marie 2.jpg

halle schaerbeek.jpg


Quai aux briques

quai aux briques.jpg

La partie du bassin déjà remblayée en 1878, fut occupée par le nouveau Marché au Poisson ou « Vismet », halles métalliques avec verrières édifiées sur les plans de l’arch. J. De Blois en 1882-1884 et démolie en 1955.  

quai aux briques 2.jpg

vismet.jpg


Panorama Castellani, le géant du boulevard ….

panorama003.jpg

Situé au n°8 du boulevard du Hainaut (Bld Lemonier 10 aujourd’hui), dans l’actuel Parking d’hôtel Panorama, il y avait une salle de divertissement comme on en compte peu dans l’histoire bruxelloise,… un panorama.  C’est-à-dire une grande rotonde, semblable à ce qu’on voit encore au pied de la butte du Lion de Waterloo.  Ce n’est pas un cinéma mais un type de spectacle pictural né à la fin du 18ème siècle particulièrement en France et en Angleterre, furie de l’époque. Il s’agit en fait d’énormités peintes en quelques mois par des bataillons de peintres spécialisés, l’un en arme, l’autre en uniformes, etc…. Les foules y admiraient des batailles plus vraies que nature.  C’est en 1879, qu’on annonça la formation d’une société pour l’exploitation… Construit par Henri Rieck, pour la S.A. du Panorama national.  Il fait 120 mètres de circonférence.  L’immeuble qui le dissimule de la rue est de style éclectique d’inspiration néobaroque.  Il comptait à l’origine un café, des magasins et quelques appartements. Un panorama est une rotonde aveugle de 18 à 40 mètres de diamètre surmonté d’un lanterneau et la toile peinte suspendue aux murs.  Les spectateurs découvraient l’œuvre sur une plate-forme au centre de l’édifice où ils accédaient par un espace intermédiaire obscur, couloir ou escalier en colimaçon.  Les visiteurs admiraient ces mises en scène tout en circulant à pieds.  L’effet théâtral du trompe-l’œil était renforcé par un décor avec une série d’accessoires placés sur un avant-plan légèrement incliné tout autour du belvédère.  Ce genre de spectacle permettait de découvrir des villes étrangères ou de grands faits historiques. 

L’inauguration eut lieu en 1881 avec des toiles de Charles Castellani (d’où son nom) représentant la Bataille de Waterloo…. Visible jusqu’en 1884. Par la suite, il y eut d’autres représentations.

Fermé en 1888 suite à une mauvaise gestion, l’endroit fut occupé par les messageries Van Gent & Loos en 1910.  Par la suite, on transforma l’endroit en cirque puis de 1920 à 1924 le panorama accueilli à nouveau une toile peinte ….

La gestion de la rotonde étant trop coûteuse, elle fut transformée en garage avec 4 plateaux de béton pour les établissements Plasman. 

 

Malgré tout ces chamboulements, les différents éléments de la structure originale du bâtiment ne sont pas altérés et même l’armature métallique des plateaux et le monte-charge du garage sont représentatifs de l’architecture industrielle de l’époque.  Cet ensemble est classé depuis le 23 janvier 2003.  C’est l’une des rares rotondes de panoramas conservées en Europe.  


Histoire du Panorama : 

http://www.nicolasburtey.net/histoire-du-panorama/

18:27 Publié dans Panorama Castellani | Commentaires (1) |  Facebook | |