UA-38716482-1

28/09/2013

Le château de Helmet

helmet château.jpg

Château d’Helmet

Construit en 1726 par Messire Jean-Baptiste Rol sur les hauteurs d’Helmet, ce château était entouré d’un élégant parc agrémenté d’un étang en contrebas.  Il fut acquis en 1765, par Adrien-Ange de Walckiers, seigneur de Tronchiennes, banquier des Pays-Bas, dont le fils, Edouard, fut une des figures les plus attachantes de notre histoire.  Financier à la fois artiste et mécène, Edouard de Walckiers organisa dans propriété de nombreuses représentations théâtrales, auxquelles assistèrent, entre autres, le Prince de Ligne et le duc d’Ursel.

Rallié aux idées révolutionnaires, Edouard de Walckiers finança la révolution brabançonne avant de mourir, ruiné en 1837 à Paris.

 

A noter qu’il fit construire dans le grand hall de sa demeure, une remarquable voûte qui est en fait la réplique du dôme du Panthéon de Paris.  Cette merveille est toujours visible de nos jours puisque ce château est actuellement englobé dans le couvent de la Sainte-Famille, rue Chaumontel/rue Zénobe Gramme. 

Rue de l'Amigo

amigo.jpg

Rue de l’Amigo

 

Son nom serait dû au fait que la soldatesque espagnole du 16ème siècle connaissant mal le flamand aurait confondu le mot « vrunt » (prison) avec le mot « vriend » (ami).  Cette rue avait jadis un aspect plus populaire qu’aujourd’hui.  Il y avait le grand café « In de Vroege Markt », sa maison d’arrêt nommée « Amigo » pour petite délinquance.  Autrefois, elle longeait la grande Halle aux Draps, derrière l’Hôtel de Ville primitif.  On l’appelait alors « Boterpotstraat »

13:36 Publié dans Histoire des rues | Commentaires (3) |  Facebook | |

Rue de Loxum

 

loxum.jpg

Elle va du carrefour Arenberg/Impératrice-Montagne et monte jusqu’à l’ancien Marché au Bois.  Elle fut tout un temps dominée par la tour de la Loterie Nationale.

La construction du boulevard de l’Impératrice et le creusement du métro l’ont amputée de ses vieilles maisons.

 

Cette rue à eu l’honneur de border deux hôtels historiques : celui des ducs d’Ursel, au coin du Marché au Bois et au coin de la Vieille rue de la Bergère (rue disparue), l’hôtel des comtes de Ribeaucourt.  

13:34 Publié dans Histoire des rues | Commentaires (0) |  Facebook | |

Rue des Colonies

rue des colonies banque de reports.jpg

Rue des Colonies

Du carrefour des rues de Loxum, du Cardinal Mercier, Cantersteen, Ravenstein et Montagne du Parc jusqu’à la rue Royale, large rue courbée créée en 1908-1909, en même temps que les actuelles rue du Gentilhomme, de la Chancellerie et Montagne du Parc. 

Importante percée dans le tissu urbain ancien, elles feront partie du plan de restructuration complète du quartier situé entre la cathédrale St Michel, la rue Royale, le Coudenberg, les rue de la Madeleine et de la rue de la Montagne, décidé en 1903 en vue de l’implantation de la future Gare Centrale au quartier de la Putterie. 

 

Dès sa percée, cette nouvelle artère ne tarda pas à se border de forts beaux immeubles, dans ce style monumental de la Belle Epoque.  Dans la rue de Loxum, les maisons devaient être démolies d’abord pour les travaux de la Jonction Nord/Midi ensuite,  entre 1955 et 1975 pour le passage du métro.  

13:27 Publié dans Histoire des rues | Commentaires (0) |  Facebook | |

24/09/2013

Le livre Bruxelles - Pentagone de Roel Jacobs

Guidebruxellespentagone.jpg

 

   Genre : Guide illustré.

Domaines : Patrimoine culturel bruxellois – Tourisme.

 

   Format : 13,5 x 20 cm, 400 pages, 200 illustr.

   ISBN : 978-2-930018-88-1

   Prix public :   35,00 € (sous réserve)

 

·       DOCUMENTS

 

200 photographies en couleur et N/B

15 cartes et plans, 37 encadrés


 

photo perso.jpg

·           AUTEUR

 

Roel JACOBS, guide conférencier et historien

 

Préface de : Claire Billen, historienne et urbaniste. 

 

·           LE SUJET

 

Il existait déjà le célèbre Guide illustré de Bruxelles de Guillaume Des Marez, publié au lendemain de la Première Guerre et réédité de nombreuses fois. Aujourd’hui encore l’amateur de patrimoine culturel trouve dans le commerce des synthèses historiques de très  bonne qualité.

 

Le Guide de Bruxelles-Pentagone  est unique en cela : il rassemble en un seul volume plus de 20 ans de conférences, de visites guidées et de publications sur le patrimoine de Bruxelles menées par Roel Jacobs. Un guide-conférencier bruxellois largement apprécié pour son analyse et son franc-parler, la justesse de ses observations quant aux « à-côtés » de l’Histoire ainsi que la restitution des faits.

La matière de l’ouvrage est construite sur un cycle de 33 visites, lesquelles couvrent l’ensemble du « Pentagone » bruxellois, le centre-ville de Bruxelles.

La balade démarre à la Grand-Place, serpente entre les premières murailles du XIIIe s, et s’achève à l’angle nord-ouest, dans le quartier du Béguinage et des Quais, à l’intérieur de la seconde enceinte du XIVe s.

 

 

·           PUBLIC

 

Amateurs d’Histoire du patrimoine culturel de Bruxelles.

DIFFUSION : Interforum Benelux S.A.

Fond Jean Pâques, 6

1348 Louvain-la-Neuve – Tél 010 42 03 20 – Fax 010 41 20 24

CFC-Éditions

Place des Martyrs, 14 - B - 1000 Bruxelles -Tél  02 227 34 05 - Fax  02 218 08 52

nathalie.d@cfc-editions.be - www.cfc-editions.be

 

 

CFC-ÉDITIONS valorise la richesse patrimoniale et culturelle de la Région de Bruxelles-Capitale.


 

Le Guide de Bruxelles-Pentagone rassemble en un seul volume plus de 30 ans de conférences, de visites guidées et de publications sur le patrimoine de Bruxelles menées par Roel Jacobs.  Un guide-conférencier bruxellois très apprécié pour son analyse et son franc-parler, son souci des « à-côtés » de l’Histoire et la restitution des faits.



 

La matière de l’ouvrage est construite sur un cycle de 33 visites, lesquelles couvrent l’ensemble du Pentagone bruxellois.  La balade démarre à la Grand-Place, serpente entre les premières murailles du XIIIe s, et s’achève dans le Quartier du Béguinage et des Quais, à l’intérieur de la seconde enceinte du XIVe s.

Bruxelles

Et si vous redécouvriez Bruxelles intra muros en ce bel été ?

En panne sur un détail historique à propos de l’hôtel de ville de Bruxelles ? Ou sur le siège du Grand Orient de Belgique à la rue de Laeken ? Ou sur le palais de Charles de Lorraine ? Pas de problème, un mot, un geste, Roel Jacobs fait le reste. Et résout généralement l’énigme en moins de temps qu’il ne faut pour l’énoncer !

Historien et auteur déjà d’autres ouvrages sur sa chère ville de Bruxelles, il a répondu positivement à un appel de CFC-Editions. La maison d’édition issue de la Commission française de la Culture et depuis lors rattachée à la Cocof entendait donner une suite "up to date" - comme on ne dit pas chez CFC-Editions… - au célèbre "Guide illustré de Bruxelles" de Guillaume Des Marez qui avait été publié au lendemain de la Première Guerre et réédité de nombreuses fois. A côté de cela, il y a des synthèses historiques qui tiennent la route mais qui manquaient parfois un peu de chair et de ce "spirit" qui fait le charme de la capitale.

Or s’il y a quelqu’un qui parle et écrit dans cette direction, c’est bien Roel Jacobs, qui accompagne par ses tours et ses conférences des groupes de touristes ou tout simplement de curieux de leur cité à Bruxelles depuis quelque trente ans.

Ainsi dit, ainsi fait, "Bruxelles-Pentagone" réunit en un seul volume plus de 30 ans de conférences, de visites guidées et publications sur le patrimoine de Bruxelles. Voilà - comme on le confirme chez CFC-Editions - "un conférencier bruxellois apprécié pour son analyse et son franc-parler mais dont on apprécie aussi pleinement la justesse de ses observations sur les à-côtés de l’histoire et, ce qui n’est pas rien, la restitution des faits".

Roel Jacobs a construit l’ouvrage sur un cycle de 33 visites qui couvrent l’ensemble du "Pentagone bruxellois", entendez : le centre-ville de Bruxelles.

L’auteur ne cache pas qu’il a hésité un brin avant de s’engager dans le projet. Par rapport à ses glorieux prédécesseurs mais aussi à la manière de travailler ! "Décrire le patrimoine du Pentagone et le mettre en contexte pose d’emblée le problème du choix. Car, en exagérant, à peine, on peut dire que si l’histoire des communes urbanisées au XIXe siècle s’écrit à l’hectare, celle des quartiers compris dans l’enceinte du XIIIe siècle le serait plutôt au mètre carré. Mais bon, mes choix reposent quand même sur mon cycle de 33 visites guidées. Un cycle longuement préparé et expérimenté qui couvre l’ensemble du Pentagone."

Les visites qu’on peut littéralement dévorer dans ce guide de… 400 pages, virtuellement ou en "live" commencent à la Grand-Place pour se terminer dans dans le quartier du Béguinage et des Quais.

Comme tout ouvrage du genre, "Bruxelles-Pentagone" est aussi un bijou encyclopédique, joliment illustré mais incontestablement marqué par l’esprit de son auteur. On rit et puis on réfléchit à propos de ces "Saint-Michel les plus catholiques" et ceux qui le sont moins et qui figurent eux sur des bâtiments neutres, pour ne pas dire franchement laïques voire proches de la franc-maçonnerie.

Véritable puits de science, Jacobs nous régale aussi de listes sur les noms des maisons de telle ou telle rue ou nous emmène à Sainte-Gudule aux enterrements de personnalités importantes depuis son érection. Homme très ouvert, il nous gratifie même d’une généalogie des Nassau. Mais il rejoint aussi le Bruxelles le plus contemporain par exemple à propos des œuvres d’art des stations de métro…

"Bruxelles-Pentagone" ? Le manuel pour (re)découvrir Bruxelles que l’on soit ou non un "echte Brusseleir"... 

 

Renseignements sur "Bruxelles Pentagone" : 02/227.34.03

En épinglé

PAS QU’UN GUIDE !Orfèvre Claire Billen, historienne de l’ULB a signé la préface de « Bruxelles Pentagone ». Non sans une certaine passion elle aussi ! « C’est de fait un objet littéraire singulier. Il se présente comme un guide » mais « c’est également un ouvrage d’histoire nourri, l’air de rien aux références scientifiques les plus récentes. C’est encore un manifeste politico-moral en faveur de l’urbanité, de la richesse de la vie urbaine. C’est enfin, un léger pamphlet raillant les égarements des politiques urbanistiques, les interprétations historiques convenues ou mal étayées, les opinions superficielles sur la ville, sa population, son fonctionnement »…

 

C. Le Soir

Bruxelles

Qui, mieux que Roel Jacobs, eut pu décortiquer si scrupuleusement le Pentagone? Une bible de 400 pages fouillées...

Cent fois, l’on vous a servi du Roel Jacobs. Et pour cause ! Conteur insatiable de sa cité chérie, le sympathique historien barbu avait, en son temps, nourri nos colonnes de son regard amoureux mais joyeusement critique sur son sujet phare. Bonheur supérieur ! L’extraordinaire vulgari- sateur partage son enthousiasme et trois décennies de guidages en un opus, à peine sorti mais déjà référence sans concurrence...

Chaque entame de juillet, l’homme déboule à l’Ommegang, qu’il connaît mieux que sa poche; en travaille le récit auquel l’une ou l’autre vedette prêtera son timbre. Parce que l’été, décidément, lui sourit, à notre infatigable baroudeur du cœur du pays. Ses 400 pages sorties en juin compilent 33 visites ludico-instructives de ce Pentagone. Trente-trois visites, auréolées de clins d’œil, de franc-parler, d’humour. Et d’une foultitudes de documents.

C’était couru d’avance, avec semblable perfectionniste. Bien qu’ayant longtemps hésité à emboîter le pas d’illustres prédécesseurs ("Le défi n’était pas mince", confesse-t-il en préambule), l’auteur n’a pas plus lésiné sur son job propre, que sur les tableaux (l’habitat social, un parcours BD, les Saint-Michel catholiques et moins catholiques, des lauréats de concours de façades, etc.), les chronologies (construction de Saint-Gudule, Notre Dame ou la Petite Boucherie de la place de Bavière), les croquis ou, cela va sans écrire, les illustrations.

Scientifiquement rigoureux quoique décalé de par la nature même du récitant, l’ouvrage brasse délibérément large. Entraîne ses lecteurs à travers époques et sites - Roel Jacobs illustre tant la haute école Francisco Ferrer, que le portail Saint-Roch de la rue Rempart des moines ou la sublime galerie Bortier.

 

Un fourre-tout que Bruxelles-Pentagone ? On en est à mille lieues. Parce qu’au final, sa frénésie, le bonhomme la réprimande, la structure même. Mais en offrant à ses pages, comme à ceux qui les prendront en pleine poitrine, l’exact relief de la vie, d’hier et d’aujourd’hui, d’une petite superficie, inversement proportionnelle à ce que Roel Jacobs en extrait. (la D.H.)