UA-38716482-1

26/03/2009

Lambic et faro ...

A Bruxelles à la fin du 19ème siècle, on prétendait que le lambic était pour la bière ce que le bourgogne est pour le vin.  Il était le roi des brasseries bruxelloises.

brasserie bière faro

Le lambic était  une bière fabriquée avec moitié froment et moitié orge germée.  Pour faire un bon lambic, il fallait prendre tout son temps ! ...

Un an pour le goûter, après deux ans, il devenait agréable à boire et à trois ans, il était parfait....le résultat donnait une bière corsée, fraîche, digestive et nourrissante d'une couleur limpide,  ni claire ni foncée avec une mousse naturelle. 

Le lambic était une bière qui devait sa qualité à son froment. Il servait également aux brasseurs de province à couper leurs bières locales.

 

Le faro était préparé avec le lambic et la bière de mars ; il était tiré à la pompe ; il était doux. 

Le faro est un diminutif du lambic. Le lambic était le produit des premières « trempes » et la bière de mars (dite bière de table) était formée des dernières infusions du brassin.

Pour préparer deux tonneaux de faro, il fallait 100 kg de « brai », ou malt moulu.  On y ajoutait 500 g de houblon par tonneau.  Le faro devait vieillir deux ans avant d'être bu. 

Pour un faro plus fort, Le « half en half » on remplissait le verre moitié lambic et moitié faro au comptoir.

brasserie

 

Après une révolte concernant l'augmentation des prix de la bière, les patrons de bistro commandèrent des verres de mêmes dimensions mais à fonds plus épais plutôt que d'appliquer de nouveaux prix....avec une bonne « clache » de mousse par-dessus, le tour était joué !!!!

brasserie de forest

 

Vers 1885, le commerce des bières était divisé en quatre professions :

-le malteur faisait germer l'orge.

-le brasseur faisait tremper le malt et bouillir le moût  pour ensuite mettre la bière en tonneau.

-le marchand de bière ou préparateur achetait le lambic et la « mars » au brasseur et en faisait du faro et de la bière de table.

Et le débitant, ...

brasserie moeder lambic

 

Hors vers 1840, l'Angleterre envoya ses premières bières anglaises à Bruxelles ! ...Suivie par l'Allemagne...ces bières étaient chères mais devenait dangereusement à la mode.

brasserie bière anglaise

Pourtant, à l'inverse, les Anglais ne voulaient pas de nos bières...les Allemands en commandaient mais prétendaient qu'elles étaient infectes !! ...Les Français adoptaient plutôt nos bières de ménage ou le faro.  (Sauf Baudelaire qui prétendait que le faro c'est de la bière deux fois bue ! « Le faro est  tiré de la grande latrine, la Senne.  C'est une boisson extraite des excréments de la ville soumis à l'appareil diviseur ( ?)...Ainsi, depuis des siècles, la ville boit son urine ») ! ....(Merci Beaudelaire)

brasserie bière anglaise ets wouters

Entre 1869 et 1885 l'apparition de la bière « Brune » fit son apparition et ce fut une rude concurrente  pour le faro.  Vendue au même prix avec  une marge bénéficiaire plus importante, elle plaisait aux femmes et aux enfants parce qu'elles étaient moins acide. 

L'apparition de la « brune » avait comme conséquence qu'elle était du type « bière jeune »...elle exigeait donc une clarification....pour cela, les brasseurs utilisaient de la colle à poisson achetée en Russie. 

C'est le bruxellois A. Laurent qui proposa d'utiliser les peaux de raies en provenance du Marché aux poissons pour remplacer la colle à poisson et ainsi faire la clarification.  Cette découverte fit la fortune des poissonniers qui auparavant jetaient celles-ci dans les eaux de la Senne !

brasserie   in t'spin

Quelques enseignes célèbres...

brasserie des brigittines

Brasserie des Brigittines

brasserie porte rouge

A la rue Haute...

Commentaires

in spinnekopke? J'ai déjà vu cette enseigne et cette façade, mais pour me remettre le trombonne pour dire ou???
Je reste dans le vague!

Écrit par : dudu | 26/03/2009

Répondre à ce commentaire

in spinnekopke Rue des flandres???

Écrit par : dudu | 26/03/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Dudu in spinnekopke

1 Place Jardin Aux Fleurs, ex quartier "du Coin du Diable"
et encore, rue des fabrique et rue des chartreux.

Écrit par : Pierrot | 26/03/2009

Répondre à ce commentaire

merçi Pierrot ah ok, c'est surement rue des fabriques que j'ai vu cette devanture.
C'est un simple flach que j'ai eu quand j'ai vu la photo ,j'me suis dis recta je connait ce stamenet et apres j'ai commencer a faire tourner mon neurone.Mais bardaffe il c'est coincé entre 2 dents,j'ai fait du surplace :)))

Écrit par : dudu | 26/03/2009

Répondre à ce commentaire

Awel ma crotje.... Voilà un article qui feras sans doute plaisir s'il le voit (ou peut-être pas) à Guy MOERENHOUT, il a un blog sur les brasseries, ferdeke, voilà que tu vas lui faire un peu de concurrence, ja mo, just ne beke, zeine, voir le lien sur mon blogs: L'historien des brasseries bruxelloises...
Allei, ne goe week-end en ne dikke , Sofei

Écrit par : andré peeters | 27/03/2009

Répondre à ce commentaire

Dédé ... plus on parle des bières et brasseries ... bruxelloises, plus ça me plaît. Ce n'est pas la première fois que Sofeike et moi échangeons de la documentation. Je figure d'ailleurs dans la liste de ses "fidèles visiteurs" et elle dans mes blogs favoris.
Allei ... santei ... à vous tous!!! Et, un toffe week-end!!!

Écrit par : Guy (Beerfan02) | 28/03/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous, Juste quelques précisions au sujet des premières illustrations de cet excellent article de Sofei :
1) Carte postale avec l’emblême fort connu de la « Gueuze MORT SUBITE ». Cette bière fut brassée jusqu’en 1959 par les frères Vossen dans leur brasserie de la rue des Capucines. Ils possédaient également l’établissement du même nom qui existe encore aujourd’hui au 7 de la rue Montagne-aux-Herbes-Potagères. On peut toujours y déguster une « Mort Subite » qui est maintenant brassée par le groupe « Alken Maes ».
2) Carte postale éditée par « Le Soir » et intitulée « Scène de la vie quotidienne à la Brasserie Wielemans avant 1914 » (collection J. Wauters).
3) La brasserie de M. Payen ne figure dans aucun de mes livres de référence. Quelqu’un en sait-il plus sur cette brasserie qui apparemment était située à Forest ?
Bon dimanche.

Écrit par : Guy (Beerfan02) | 29/03/2009

Répondre à ce commentaire

rue des Capucins Heu pardon Guy, je pense qu’il faut dire rue des Capucins.
Dernièrement, il eu un terrible fait divers, sur les lieux de l’ancienne Brasserie.
Le fils du magasin a tué ses parents.
Dans le temps, à côté du café "la Mort Subite", se trouvait un Pompes funèbres !!!

Écrit par : Pierrot | 29/03/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour Guy Voici un copie d'une partie d'un ancien commentaire que j'ai fais sur le blog de Sophie à la date du 05/04/2007/ Sur le sujet Brasserie du Papillon rue Haute
-------
Dans la rue des Capucins passé rue Blaes se trouvait la brasserie de la gueuze. "La mort subite". Les patrons, les frères Vossen des messieurs très chics et bien habillés, très sympathiques venaient de temps en temps dans les cafés rue Haute et bien sûr au Papillon, où ils payaient des gueuzes et encore des gueuzes à tous les clients.
Je parle des années 1950.....

Écrit par : Nelly | 29/03/2009

Répondre à ce commentaire

Petite faute de frappe Vous avez bien sûr entièrement raison. Il s'agit évidemment de la rue des Capucins.
Podferdeke, il faudra que je me relise mieux que ça à l'avenir.

Écrit par : Guy (Beerfan02) | 29/03/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.