UA-38716482-1

21/01/2009

Bruxelles...Le village ?????

Bruxelles, le village ?

 Topic décalé pour un coup de chapeau à une série télévisuelle culte : « Le Prisonnier ». Son auteur et acteur principal, Patrick McGoohan, vient de disparaître le 14 janvier 2009 à Santa Monica, Californie, à l'âge de 80 ans.

PMG1

 Elections libres à la sauce du Village.

 

Vous vous souvenez de l'histoire : un agent secret démissionnaire est enlevé et se retrouve dans un village improbable. Il doit révéler ses secrets, il veut s'échapper. Les habitants du lieu n'ont pas de nom, ils portent un numéro. Ils sont sous une surveillance implacable via des caméras. L'agent se nomme Numéro 6, son tortionnaire, chaque fois un autre au gré des 17 épisodes, est le Numéro 2. Le Numéro 1 reste inconnu, sans doute issu d'un gouvernement invisible... quoique !

Idée géniale et sinistre, s'il y a tentative d'évasion une sphère blanche téléguidée, - le 'Rover' -, intervient et tue !

Rover

 Cela pourrait se passer près de chez vous.

 

Cette série devient un « chef-d'œuvre télévisionnaire » par quelques expressions qui ont frappé le public : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre », « Bonjour chez vous » accompagné de ce geste de la main joignant l'index au pouce. Légendaire ! Elle est lancée par le réseau britannique ITV entre le 1er octobre 1967 et le 4 février 1968. Il y a plus de 40 ans. Sa première diffusion sur les ondes nationales date de 1970. Et depuis, il est impossible de tracer les rediffusions.

Le village est celui de Portmeirion dans le Pays de Galles, construit par l'architecte Sir Clough Williams-Ellis qui voulait créer une copie de Portofino. Je l'ai visité en 1985, joignant l'utile à l'agréable lors d'une de mes conférences.

Port_M

 Ici se passait la fameuse joute d'échecs.

 

Un lien ou un autre, par le plus grand hasard, pourrait-il se raccrocher à notre Capitale... ou à n'importe quelle autre ville ? Il suffit d'avoir un brin d'imagination ou de clairvoyance, dans le bon sens du terme. Avez-vous un tout petit la trouille ? J'ose vous la confirmer. Normalement, les caméras de surveillance sont destinées à la protection publique. Des instances les placent et font de sorte qu'elles servent justement à cet effet.

Market

 Brève rencontre sous l'œil vitreux des caméras.

 

Mais si elles étaient détournées de cette fonction par, disons, un gouvernement invisible comme dit plus haut, qui contrôlerait celles-ci à des fins de... contrôle de la population, vous vous trouveriez au Village du Prisonnier. Merci à Patrick McGoohan d'avoir inventé un tel pamphlet concernant notre civilisation. Terriblement révélateur de la fragilité de nos démocraties. Et pourtant, comme le précisait Winston Churchill : « La démocratie est le pire des régimes à l'exception de tous les autres ». Dont acte.

 

Be seeing you !

 

Robert Dehon

 

Source : « Le Prisonnier, chef-d'œuvre télévisionnaire », Alain Carrazé & Hélène Oswald, Huitième Art, 1989.

 

Les commentaires sont fermés.