UA-38716482-1

21/06/2008

Avenue Fonsny...nostalgie

avenue Fonsny

Bientôt, il ne restera plus rien de ce quartier !  ...Ils vont tout raser !

Commentaires

Tunnel disparu Si mes souvenirs sont exacts, dans les années 60, 70 au début de l’Avenue Fonsny, il y avait un tunnel pour les voitures….

Écrit par : Pierrot | 23/06/2008

Répondre à ce commentaire

Tunnel Je m'en souviens aussi il débouchait devant l'entrée de la gare et sur le côté entre le tunnel et la gare il y avait le stationnement des taxis. Il passait sous le parking devant la poste et commencait au pont de fer.

Écrit par : Marchal Albert | 24/06/2008

Répondre à ce commentaire

FORT CHABROL Le dimanche du 27 juillet 1967, nous habitions au 2ième étage, du 294, rue de Mérode, au dessus d’un salon de Coiffure pour dame (en face du magasin d’électroménager SCHOOF).
Nos deux balcons étaient situés en face et à une petite centaine de mètre de la maison du drame.
Etant en période de vacances (certains cafés étaient fermés) et un dimanche, tard en soirée.
Le coin était SUPER calme.

Malgré le son de notre TV noir et blanc nous avons très bien entendu les premiers coups de « pétards »
Francine plus prompte que moi, s’était déjà précipitée au balcon, la porte fenêtre étant ouverte alors que la pétarade faisait rage, je compris qu’il ne s’agissait pas de pétards, mais bien d’une arme à feu, je lui criai de revenir se mettre au + vite à l’abri dans la cuisine.

Après une assez longue accalmie, j’osai pointer le bout de mon nez par la fenêtre restée ouverte.
J’ai pu voir un nombre impressionnant de Policiers, arme à la main à l’abri dans chaque porte et coin de la rue.
Le gros des forces de l’ordre, était composé de gendarmes et de véhicule lourds, ceux-ci étaient stationnés sur la Place Saint Antoine et de ce fait invisible à ma vue. (J’ai pris connaissance de ces détails le lendemain dans la presse)

Toutes les demi-heure une personne cria à l’aide d’un mégaphone BENE….--- RENDEZ VOUS….RENDEZ VOUS… SANS QUOI NOUS DONNONS L’ASSAUT, elle obtient comme seul réponse… ...des nombreux coups de feu, dont certains impacts dans la façade de mon immeuble). Cette mise en garde fut répétée toute la nuit et ce n’est qu’à l’aube que les forces de l’ordre passèrent à l’action pour enfin maitriser l’auteur du Fort Chabrol.

Du jour d’aujourd’hui, relater une telle histoire n’est guère originale et même à la limite banale mais…… OUI... car il y a un MAIS.

Le mari de la coiffeuse du rez de chaussée se trouvait en plein milieux de la rue "strontkriminelzat" et tout en chantant... Olé Olé Olé se dirigeait vers le gars du fort chabrol….
Les policiers se tenant toujours à juste titre à l’abri, lui criaient « retourne, part…..part vite
Le "zatlap" ET POURQUOI DE…… Olé, Olé, Olé.
Les policiers n’osant toujours pas sortir de leur abri, Cache toi il va te tiré dessus.
Le "zatlap"… TIRER, TIRER SUR MOI ! IMPOSSIBLE CAR JE SUIS COCU DEPUIS 15 JOURS.
et il a continué son chemin en chantant.
"Il a eu une chance de cocu.

Prochaine histoire : Hold-Up a la BBL d’Auderghem
Dans le rôle féminin : Francine.
Dans le masculin : Pierrot.
et le chien : Pavlof.
Version originale.
E.A.
Je tiens à préciser que je ne raconte pas des carabistouilles

Écrit par : Pierrot | 24/06/2008

Répondre à ce commentaire

Fort Chabrol En effet, Pierrot, ce ne sont pas des carabistouilles. J'avais 7 ans et j'habitais aussi la rue de Mérode. Je me souviens du bruit, je pensais qu'il y avait de l'orage. Mes parents se sont aventurés à regarder par la fenêtre et sont vite rentrés.Le lendemain, nous avons vu "aux nouvelles" l'impact des balles sur les façades. Gros émoi dans le quartier !

Écrit par : Anna | 24/06/2008

Répondre à ce commentaire

Olé,olé,olé... Bonsoir tout le monde. Bravo pour ton commentaire
Pierrot, tu aurais du écrire l'article dans la gazette, je crois que sur le moment vous ne rigoliez pas beaucoup, peut-être juste avec le "cocu"?
Question :tu peux nous raconter(en quelques mots)
le pourquoi de l'affaire et la fin?
Merci Pierrot.

Écrit par : NICKY | 24/06/2008

Répondre à ce commentaire

fort chabrol le récit de la terrible fusillade de Forest , Samedi matin
me HUBEAU avait reçu une lettre d'un espagnol lui ordonnant de lui rendre sa fiancée , une ancienne servante portugaise qu'elle avait hébergée jusqu'il y a un mois , sans quoi ol arriverait malheur à son mari . Mme Hubeau n'attacha pas d'importance à ce message mais tard dans la soirée l'espagnom vint kidnapper Mr Hubeau il lui lia les mains et l'emmena dans sa camionnette , au 267 rue de mérode au 1er étage .Benedicto coto Espinedo 39 ans barricadé dans son appartement prés du corps de Mr Hubeau qu'il avait tué à coups de couteau a résisté au siège de 2h30 a 8h30 . et notre copain JEAN PIERRE a été blessé avec une carabine de chasse M22 .
nous avons toujours une pensée pour lui

Écrit par : jeannine goossens | 25/06/2008

Répondre à ce commentaire

fort chabrol Je ne suis pas certaine, mais je crois que le Benedicto qui avait provoqué le Fort Chabrol, c'était suicidé, et c'est la raison pour laquelle la police a pu donner l'assaut, car pendant tout un moment les coups de feu partant de l'appartement avait cessé.

Écrit par : francine | 25/06/2008

Répondre à ce commentaire

Quel bazar! Bonsoir tout le monde. Quel bazar et triste histoire
comme malheureusement tant (trop)d'autres.
Merci les maskes pour les détails.

Écrit par : NICKY | 25/06/2008

Répondre à ce commentaire

fort chabrol Non Francine Espinedo n'est pas mort , le 20 octobre 1967 reconstitution de la fusillade a Forest , le jourdu fort chabrol après avoir enfermé son otage dans une armoire frigorifique Espinedo coro était allé dans un café acheter 2 bouteilles de bière .
Francine rappelle toi que dans cette maison il y avait précédement une boucherie .

Écrit par : jeannine goossens | 26/06/2008

Répondre à ce commentaire

exact je passais tous les jours avec le tram 52 (Heysel-Drogenbos) et il y avait le fameux tunnel...puis une longue ligne droite très encombrée par les trams, (52-81-58) certains allaient vers le dépôt situé un peu plus loin, vers Wielemans Ceuppens., au bas de l'avenue du Roi. En ce temps là, la rue de Mérode était encore à sens unique vers la ville, et il n'était pas rare d'y voir 4 à 5 carambolages par jours, car une rue sur deux débouchait sur cette longue rue ! Les gens foncaient sans le savoir..(du temps où la priorité de droite n'était pas encore une obligation) Moi, j'ai encore connu l'ancienne poste, et j'ai vu construire la nouvelle, qui aujourd'hui est désaffectée...Quant à la tour de la gare, même si je dois reconnaître qu'elle n'était pas belle, elle me manque cruellement dans le paysage du Midi. Pour en revenir à cette fameuse avenue Fonsny, avant d'être la cible des démolisseurs en tous genre, ce n'était que bistrots, et petit caberdouches (biens cachés) où le conducteurs, reçeveurs de trains et autres facteurs...pouvaient passer un bon moment entre deux trains, et tris.....Nostalgie quand tu nous tient! Et que dire de la rue de France alors, mais cela je suppose Sofei que tu en as déjà parlé ici? Je vais faire des recherches. La seule chose à laquelle les promoteurs n'ont pas osé s'attaquer, c'est a Tintin et Milou au dessus de l'immeuble Côte d'Or. Ce serait un comble, car c'est la seule chose que me rappelle vraiment le quartier de ma jeunesse. Et pff pour cette hideuse Tour qui lui fait face. Tintin n'a pas mérité cela.
Bon dimanche

Écrit par : MichCiné | 27/07/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.