UA-38716482-1

06/12/2007

vendeuse de Patate Kazak

PdT en robe de chambre
Et toujours un énorme Merci à Guy Jonau de nous faire partager sa très très belle colection sur les petits métiers à Bruxelles...

Commentaires

LES BELLES CARTES DE GUY,MERCI A LUI.
PATAATE MI DE PELLE...MI BOUTER,ZOUT EN SPROKSKES.

Écrit par : NICKY | 06/12/2007

Répondre à ce commentaire

la légende sur la carte m'interroge... je pense qu'on doit dire "en robe des champs!" quand on cose sur le français bien sûr... mais je me trompe peut-être!
bonne soirée

Écrit par : Daniel | 06/12/2007

Répondre à ce commentaire

et pour Ceux qui ne connaissent pas la profession, ils doivent penser que c'est la dame qui est en robe de chambre ;-)
Daniel....tu as raison...c'est robe des champs pour les patate kazak

Écrit par : sofei | 06/12/2007

Répondre à ce commentaire

En français J'ai toujours entendu dire : pommes de terre en robe de chambre ou pommes de terre en chemise.

Écrit par : Nelly | 06/12/2007

Répondre à ce commentaire

Rue Haute Il y a bien longtemps le marchand de pataate met de pelle venait dans les cafés rue Haute le samedi soir. A cette époque tout les cafés de la rue étaient vollen bac. Je me souviens que le marchand était un hollandais d'une propreté irréprochable. Comme sur la carte il avait un poële ambulant pour garder les p-d-t au chaud et dans un autre panier ses sprosks. C'était servi à table sur une grande feuille blanche avec un peu de sel. Cela se mangeait sans couverts. Ce monsieur faisait de bonnes affaires. Le prix je ne m'en rappelle plus. Que c'était bon. Souvenirs , nostalgie, que je regrette la rue Haute de mon enfance.
SP : dans les livres de cuisine en français pommes de terre en robe des champs=patate kazak

Écrit par : Nelly | 06/12/2007

Répondre à ce commentaire

qui se souvient dans les années 70...un monsieur africain passait dans les bistro avec une valise....il criait "bolle dikke tète"...il vendait des bonbons caliches hyper dur dans des sachets en papier blanc

Écrit par : sofei | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

Dans le quartier Notre Dame au Rouge
IL S'appelait pauvre Michel année 50 60

Écrit par : Léon | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

pataate Il me semble qu'à l'époque,on demandait une portion,qui comprenait des patates et des sproske,ma bobone qui ne parlait que quelques mots de français demandait une"pression"et je crois qu'une portion coùtait 5 francs c'est bizarre à l'époque tout coùtait 5 francs ,un pils,un pistolet haché pickels,des patates mi de pele etc.Il m'arrive de faire quelque fois des patate mi te pele à la maison avec des sprokse ,mais c'est pasla même chose,on retrouve pas la même ambiance,c'est comme les"ruskes"et les cervolas de la rue de la Violette,nostalgie quand...;

Écrit par : francine | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

Est-ce vous pouvez me dire à quelle époque ont disparu ces vendeurs de pataate ? parce que moi, j'en ai toujours entendu parler mais je n'en ai jamais vu !

Écrit par : sofei | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

Sofie Ils ne rentraint pas partout.......ils rentraient où ils pouvaient !!! Sur les portes des cafés restaurant en ville et dans le haut de la ville, (porte de Namur, Av. Louise) souvent on pouvait lire sur une affiche "INTERDIT AUX MENDIANTS ET COLPORTEURS". Après 1960, dans mon quartier

Écrit par : Pierrot | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

Sofei Il y a une dizaine d année Louis le mari d une des serveuse de la clef d or du naamet a essayer de relancer se commerce des patatepele!! mais cela ne prennait plus, ont aurait dit que les gens etaient trop fiere pour manger ce genre de truc et pourtant que c etais bon( surtout pendant la virée du samedi)
HEI MA VAST comme dirais Gilbert!!! Et Francine c est vrai les CERVOLA de la petite boucherie de la rue de la violette! je n en ai jamais manger des meilleurs, il livrait pratiquement tout les cafés qui en vendaient

Écrit par : francis (titi) | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

la machine La machine sur la carte pour les patate pele me fait penser a une detapisseuse de peintre a par que celle du peintre fonctionne au gaz, moi j ai connut les vendeur de patatepele et leur machines acrocher a leur épaule etais en metal chromé et marchais au charbon de bois

Écrit par : francis (titi) | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

cervolas au café où mes parents allaient,il y avait un client qui demandait tjs ne cervolas mi notjes.Un jour le patron de café a demandé au boucher de lui préparer un cervolas avec des notjes.Quand le client du bistro a demandé ne cervolas mi notjes le patron le lui a servi et il a dû tout mangé!

Écrit par : francine | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

si quelqu'un a une bonne adresse pour un bon cervelas...donnez la moi ...Pas ceux avec du platic autour...non non ceux qui avait même un bonne couche de gras sur le côté ...Difficile à trouver. C'est comme la Kriek...mon père ne servait que la Heuileboch of Uyleboch (orthographe ??). Pour la gueuze, il donnait un sucre avec un "stoeper" en métal. Il avait même un tire-bouchon spécial pour ces bières là. Un tire-bouchon incliné et fixé sur le comptoir...
Il y avait aussi une énorme "machine à café" en métal...à la chaussette ! Ou alors le café filtre...7frs le grand café !!!! ...Il n'y a pas longtemps, je me suis saisie en voyant le prix d'un pot de OXO !!!! Dire qu'avant cela coûtait deux fois rien !!!

Écrit par : sofei | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

Pour 5 fr tu avais aussi un... OXO, servi avec une biscotte et du sel de céleri..Mmm. Mmm

Écrit par : Pierrot | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

Les cervolas Quand j' allais au cimetière de Bruxelles avec ma bobonne, nous allions toujours au café en face chez Dupont boire un pot et manger un cervola avec de la moutarde.

Écrit par : Nelly | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

amateur de cervolas Une jeune femme meurt étouffée en mangeant un cervelas

Samedi soir, une jeune femme est décédée au restaurant du Marais, rue du Crocq, à Meeffe (commune de Wasseiges). Manuella Masson (31 ans) a été étouffée par un morceau de cervelas qu'elle était en train de consommer.

En attendant l'arrivée des secours, plusieurs clients de l'établissement ont tenté de réanimer la victime, mais en vain. Les pompiers de Hannut et un service d'aide médicale urgente de Namur sont descendus sur les lieux. Malgré leur intervention, la jeune femme n'a pas survécu.

La police de la zone Hesbaye-Ouest est également intervenue et le magistrat de garde au parquet de Huy a été avisé. Un médecin ayant confirmé sur place le décès par étouffement, le parquet n'a pas envoyé d'expert sur les lieux du drame. Manuela Masson laisse derrière elle deux jeunes enfants, âgés de 4 et 7 ans. Ses funérailles sont annoncées mercredi matin, à Perwez (Brabant-Wallon).

Écrit par : francis (titi) | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

Bloempanch Cher Wieske Rue Haute c'était une bonne charcuterie et le cervolas passait bien ! avec un peu de mostout (pas recommander pour les sportifs)

Écrit par : Léon | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

Le vendeur de bonbons Sophie, au sujet du marchand africain qui vendait des bonbons.
Cela s'appelait du karabouilla, c'était très dur.

Écrit par : jeanke | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

C'est dramatique Que c'est triste la mort de cette jeune femme qui laisse deux enfants en bas âge. Rosine, une des soeurs de mon bompa est décédée à une terrasse de café . Elle s'est étouffée avec un morceau de fromage en rigolant.

Écrit par : Nelly | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

et de mon côté Mon oncle Achile est mort dans un restaurant rue Haute en avalant un morceau de Steack !!! C'est bête hein !

Écrit par : sofei | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

Pour 5 francs... On pouvait avoir un (grand) verre de lait battu avec de la grenadine chez le crémier du marché de la place St Catherine servi avec une louche dans un grand bidon.

Écrit par : Christian | 07/12/2007

Répondre à ce commentaire

C'est dramatique Le geste qui peut sauver !
Il sapelle La manoeuvre de Heimlich.
Cette action peut etre appliquée lorsque la victime avale de travers .
Si la victime est assise le secouriste se place derrère sa chaise .il place les deux mains autour du torax de la victime .
Il place ses poings sous le sternum et attire brusquement la victime contre le dossier de la chaise .
Par le mouvement brusque l'air qui se trouve dans les poumons est poussé avec force contre le corps étranger .
ceci peut dégager l'objet.

Écrit par : Léon | 08/12/2007

Répondre à ce commentaire

Léon oh Léon Bonjour Léon,

Une photo de feugele (laveur de vitres) sur le blog de Jeannine et et d'autres pots à toi
http://ecole7.skyrock.com/

Écrit par : Pierrot | 08/12/2007

Répondre à ce commentaire

Pour 5 francs... On pouvait acheter 3 citrons vendus par des marchandes qui se tenaient devant le Sarma de la rue St Catherine. Si un agent de police passait, elles se réfugiaient dans le Sarma avec leur cabas plein de citrons car, bien entendu, c'était interdit puisque non-déclaré et sans autorisation....






Écrit par : Christian | 08/12/2007

Répondre à ce commentaire

Pierrot ho Pierrot Merci
Jai visiter le blog école 7 que de surprises Pages 2 .8.9 et encore!

Écrit par : Léon | 10/12/2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour Léon Tu connais les blogs école 15 (les filles) ?
Et le blog de Claude (coin du Diable) ?

Écrit par : Pierrot | 10/12/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.