UA-38716482-1

22/11/2007

le coin du balai à Boitsfort

boitsfort008

En 1934, on pouvait lire dans un Almanach français :  Boitsfort, la « cité des balais » A Boitsfort, petit village situé à 8 kilomètres environ de Bruxelles, se trouve un pittoresque quartier habité presque exclusivement par des fabricants de balais.  Chaque hiver, ces paysans belges se rendent en groupe, à certains jours, dans les bois environnants pour y ramasser des branches de bouleau, et ils les transportent dans les granges de leurs maisons où ils les empilent.  Leurs femmes s’emparent alors de ces branchages, qu’elles assortissent tant bien que mal et qu’elles assemblent par poignée de quarante  à cinquante brins, au moyen de deux ou trois liens d’osier.  Une fois ce travail préparatoire terminé, elles passent les grossiers balais, à l’aspect hirsute et plus ou moins échevelé, à des hommes qui vont se charger de parachever la besogne ainsi réalisée.  A l’aide d’un marteau plat, ils alignent les brindilles du côté du manche, en plaçant successivement chaque balai entre leurs jambes, la tête en bas.  Ensuite, ils ébardent de-ci de-là, ajustent et parachèvent la toilette du faisceau, qui prend, peu à peu, sa tournure définitive.

Au fur et à mesure de leurs besoins, les modestes artisans de Boitsfort partent rechercher des « matières premières » dans les futaies brabançonnes du voisinage, et, tous les jeudis, ils chargent sur une charrette les balais qu’ils en tirent, afin de les livrer à) leurs clients, dont les principaux sont les services municipaux des grandes villes de Belgique.  A Bruxelles, en particulier, les balayeurs s’en servent pour tenir les trottoirs très propres.  Grâce à ces solides et rustique balais, ils amassent rapidement les détritus et autres ordures, qu’ils enlèvent ultérieurement dans une sorte de brouette à deux roues. 

boitsfort009

 

arr gd père mat011

Ce petit clin d’œil à cette profession, je le dédie à mon arrière grand-père maternel qui a exercé ce métier dans ces années là. 

Commentaires

LES BALAYEURS. LES"MOEDKEIDERS",QUI REPARAIENT LEUR BALAIS EN TAPANT LE MANCHE SUR LES PAVES DU VIEUX-MET COMME ON FRAPPE LES 3 COUPS AVEC LE BRIGADIER AVANT UNE PIECE DE THEATRE,CAR C'ETAIT SOUVENT UNE PIECE EN DIRECT,TANTOT COMIQUE TANTOT TRAGIQUE.

Écrit par : NICKY | 22/11/2007

Répondre à ce commentaire

LA VOUEILLEKEIR CA C'EST LA SALE-CHARETTE,(OU LE CAMION-POUBELLES,LA BENNE A ORDURES) QUI PASSAIT TOUS LES JOURS AU VIEUX-MET.LE CHEF DES MOEDKEIDERS ALLAIT LUI-MEME CHERCHER LES BAKS DANS CERTAINS COMMERCES POUR RECEVOIR QUELQUES SOUS OU UNE BIERE EN STOUMELLIKS DE SES COLLEGUES.

Écrit par : NICKY | 22/11/2007

Répondre à ce commentaire

Balayeurs Il y a aussi eu des balayeurs dans la famille de ma grand-mère, les Kaersoel (Bruxelles, Uccle, Saint-Gilles). Je n'en ai malheureusement pas de photos.

Écrit par : Chantal | 26/11/2007

Répondre à ce commentaire

petite précision Mon arrière grand-père n'était pas balayeur de rue mais fabricant de balais....je n'ai rien contre les balayeurs hein...c'est juste une petite précisionske

Écrit par : sofei | 26/11/2007

Répondre à ce commentaire

Ma grand mère tenait un commerce de casseroles rue des renards au vieux met.y a t,il quelqu'un qui possède encore des photos de la rue et si possible de la rue?. Merci de votre réponse.

Écrit par : De Taeye Michel | 12/07/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.