UA-38716482-1

30/08/2007

Un stuut typiquement bruxellois

ivrognes 2

 L' INSPECTEUR

les acteurs : la concierge - Jacky H. (l' inspecteur) - Pierreke (1er laveur
de vitres) - Gilbert
                 (2è laveur de vitres)
date approximative : été 1960
lieu : école de menuiserie rue Haute à Bxl
but de la visite : Pierreke devait laver les vitres de l'école de menuiserie
et une fois le travail terminé
                       il devait faire signer son bon de travail par la
concierge.

Jacky et moi avions accompagné Pierreke sinon il n'aurait pas été
travailler...

Remarque importante : notre ami Jacky était TRES PETIT car la Nature lui
avait octroyé une taille
                                 d'environ 1,35 m - c'était un grand nain
(il faut retenir ce détail pour sa-
                                 vourer la suite).
                                                      
----------------------

"Nous voilà à 2 1/2, euh à 3 devant la porte de l'école, nous sonnons et
arrive la concierge (le genre pit-bull qui n'a plus mangé depuis 15
jours...) "oué, qu'est-ce que c'est ?" - Pierreke déglutit et dit : "voilà,
madame on vient pour laver les carreaux moi et mon ami ainsi que
l'inspecteur.." et il désigne Jacky comme étant notre inspecteur...

La mei éberluée se baisse en regardant Jacky (l'inspecteur) qui lui arrivait
à sa taille et lui dit "c'est vous l'inspecteur ?" - "mais oui, madame, je
viens contrôler le travail de ces laveurs de vitres !" - la mei un peu paf :
"bon eh bien commencé".

La mei s'éloigne et nous voilà dans une grande classe de menuiserie remplie
d'établis et d'armoires.

Pierreke décrète immédiatement : "on va jouer cachette-caché". On compte
pour celui qui doit chercher les autres et le sort tombe sur Jacky
(l'inspecteur) qui va dans un coin de la classe, met son bras devant ses
yeux et commence à compter comme une andouille "10, 20, 30...".

Je rappelle que nous avions entre 17 et 19 ans !

Pendant que Jacky (l'inspecteur) comptait dans son coin, je me suis caché
DANS un établi de menuiserie et Pierreke lui s'est carrément enfermé DANS
une grande armoire. De notre cachette nous pouvions voir Jacky ainsi que la
porte de la classe......qui très doucement s'est ouverte !!!

Jacky n'avait pas entendu la concierge venir derrière lui. La mei, très
perplexe, écoutait Jacky égrener dans son coin "70, 80, 90, 100 !".

Il faut savourer cet instant mes Chaukess.

Jacky se retourne avec son nez devant le tablier de la concierge -----  (mes
amis, dans 1.000 ans je me souviendrai encore de l'expression de surprise de
Jacky "l'inspecteur").

La concierge : "dites, INS-PEC-TEUR quand vous aurez fini de jouer dites-moi
où sont vos 2 laveurs de vitres ?" -- Jacky au bord de la syncope nous
appelle : "Giiil - Pieerrre". On sort tous les 2 de notre cachette devant la
mei sidérée.
La concierge à Pierreke "qu'est-ce que vous foutez dans cette armoire ?" --
Pierreke : "euh, je cherchais un robinet pour l'eau !" --  ensuite à moi :
"oué, moi aussi, Madame, je cherchais l'eau".

La mei tout d'un coup se déchaîne "han, de l'eau, wacht draa smeirlappe il
goû  ne niemer woûter  op aaïle bakess geete, enn gaa den ieste, menier
l'INSPECTEUR".

La concierge (perssees naa "ALIEN" en + moche) appelle son mari, nous autres
on fonce vers la porte de sortie mais au dernier moment,
Pierreke s'arrête pile et me dit : "oué mais Gille elle n'a pas signé mon
bon !", il se retourne et va vers la concierge : "madame vous devez signer
mon bon pour le lavage des carreaux".

J'entends encore la concierge !.

Merci Gilbert Delepeleere pour cette anecdote typiquement bruxelloise !   Mon père qui était laveur de vitres à cette époque en avait toujours une par jour....c'était une sacrée équipe ses collègues ...Il me parlait souvent d'un certain "Feroge"

 

Commentaires

AHHHH... BONJOUR TOUT LE MONDE,MERCI GILBERT,VOILA QUE JE RIE TOUT SEUL MAINTENANT...JE CHERCHE DE L'EAU DANS L'ARMOIRE...TROP TOP.
A BIENTOT.

Écrit par : NICKY | 30/08/2007

Répondre à ce commentaire

stuute du Gille pendant que Gille et Piereke s'amusaient, je me faisait chi.. en tirant des longueurs, longueurs, longueurs...au Brussels. Que j'aurais aimé être avec eux!!
Enfin je ne peux pas me plaindre de mon sort a cette année là j'ai fais une tournée dans le sud (Monaco, Barcelone..) avec le club.

Écrit par : willy | 30/08/2007

Répondre à ce commentaire

Merci gilbert. Quel dommage que tu te fais si rare sur le blog de Sophie. Des stuut avec Pierrot(Pierreke ) vous en avez fait des milliers . Alors raconte pour plus plaisir à tous.

Écrit par : Nelly | 30/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les Ferauge Chère Sophie,
j'ai connu les 3 frères FERAUGE : Etienne,Charly, Robert.
ils ont fréquenté l'école 6 et habitaient dans les années 40/50 rue du Lavoir.
Effectivement la dernière X que j'ai rencontré Charly il était laveur de vitres -- et était déjà tombé.. 2 X. Je ne l'ai + jamais revu. Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 30/08/2007

Répondre à ce commentaire

Cassette "l'inspecteur" Mes chaukess, en prolongation de mon stuut "l'inspecteur, voici qq détails.
Le p'tit JACKY (1,30-1,35 m) était très courageux car malgré le handicap de sa petite taille il n'en laissait paraître aucun complexe.
Il était fort aimé (et protégé) dans ma "bande".
Plus tard il s'est inséré dans le staff des animations à l'YWCA (rue St-Bernard) où il secondait "la" Charlotte Nothomb qui a créé et organisé les "surboums" du samedi soir qui ont connu à l'époque un énorme succès (20 frs l'entrée).
C'était l'époque des petits orchestres de jeunes qui animaient ces soirées. Beaucoup de marolliens s'y manifestaient.
A l'époque (+/- 1962) le "temple" des petits orchestres de jeunes c'était "les Brasseurs" près de la Grande-Place (rue au Beurre je crois).
La dernière fois que j'ai vu et parlé au p'tit JACKY awel il avait décroché un bon boulot à l'hôpital St-Pierre -- il avait presque l'air d'un vrai... inspecteur.
Devant un feu rouge lorsque je mets la cassette "inspecteur" dans mon cerveau je suis immédiatement de bonne humeur. Hei ma vast. Daaag al men dikke CHAUKESS. Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 30/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.