UA-38716482-1

07/08/2007

verdurière

Boma de Nicky

 

Et voici la Boma de Nicky.....vous souvenez-vous d'elle au Vieux Marché ?

Commentaires

Boma bien sûr que je reconnais la bononne de Nicky,ainsi que le gars qui pousse la charette,des figures du Vieux Met

Écrit par : francine | 07/08/2007

Répondre à ce commentaire

Boma Ziep. Bonjour Nicky, tu nous a déjà parler de ta boma de la rue des Radis, du marché noir etc...J'espère que tu vas nous reparler d'elle . Tes souvenirs sont très agréables à lire. Merci d'avance.

Écrit par : Nelly | 07/08/2007

Répondre à ce commentaire

QUELLE BELLE SURPRISE... ...MERCI SOPHIE.QUE DIRE SUR MA BOMA,QUE DU BIEN EVIDEMMENT,UN COEUR GRAND COMME CELUI DE NOTRE BRUXELLES CHERI,GENTILLE,COURAGEUSE,DEHORS PAR PRESQUE TOUS LES TEMPS(COMME BEAUCOUP D'AUTRES D'AILLEURS),BREF ELLE ETAIT AIMEE DE TOUT LE MONDE.ELLE EST NEE EN 1902 AU 6, VANDER KELENRIJ,IMPASSE SITUEE AU 74 DE LA RUE DES VERS,PIERMANS,PIERREMANS,DEEVESTROET,COMME VOUS VOULEZ(IMPASSE DISPARUE EN 1930,C'EST ENCORE JUSTE DANS LES LIVRES...)ELLE A TOUJOURS ETE COLPORTEUSE ET VENDU DES FRUITS AVEC SA CHARRETTE,SA PLACE AU VIEUX-MET ETAIT +-EN FACE DU CAFE D'ALOST ET CHEZ ROSKE,A LA FOIRE DU MIDI ELLE VENDAIT DES MOULES PARQUEES(MIAM-MIAM) ET A LA RUE HAUTE DES FLEURS AVEC SA COPINE"LOUISKE"DEVANT LE CAFE DU FAUCON(BEULESTROET),AU COIN DE LA RUE DU MEME NOM.MARIEE AVEC LUPPENS AUGUSTE (DCD 1945 J'EN PARLERAI UNE AUTRE FOIS),CE N'EST PAS LE MONSIEUR SUR LA PHOTO,LUI C'EST SON COMPAGNON JEAN HANSSENS DIT"JEAN LA CLE"OU"JEAN SLEUTER"VENDAIT DES CLES ET SERRURES(HEIN GILBERT).ELLE ETAIT MERE DE 3 ENFANTS,DONT MON CHER PAPA,AVEC UN PRENOM PEU COMMUN AMBROISE DIT"BRAUS",NE RUE DES RADIS AU DESSUS DE LA FAMEUSE FRITURE "AMELEEI"OU ILS HABITAIENT.ELLE NE SAVAIT NI LIRE NI ECRIRE MAIS BIEN COMPTER,SUR SA KERRE IL Y AVAIT SA PETITE CAISSE EN BOIS SUR LAQUELLE ELLE FAISAIT LE COMPTE,A TERRE UN PANIER EN PAILLE AVEC DES GAZETTES EN CORNET,COMME POUR LES FRITES,POUR EMBALLER LA MARCHANDISE,ET AVEC CA JE ME FAISAIS UN CHAPEAU POINTU,TURLUTUTU...ELLE A HABITE DANS LES VIEUX-BLOCS,RUE DES CHAISIERS AU 1 ET AU 3 PUIS TONNELIERS AU 7,D'OU QUAND JE PARTAIS ELLE DISAIT"EN IK DOE DE DEUIL OP SLOT EN MEEMAN NEMI BINNE"ET MOI DE REPONDRE"ZELF IKKE".ELLE M'APPELAIT"MEN ANCHKE".ELLE NE PARLAIT QUE LE BRUXELLOIS ET QUELQUES MOTS DE FRANCAIS.ELLE EST PARTIE EN 1978.ET POUR TERMINER EN RIGOLANT,JE DEVAIS PASSER UNE NUIT DE NOUVEL-AN CHEZ ELLE ET A LA TV,ONT DONNAIT UN SPECTACLE AVEC DANSEUSES PRESQUE NUES +-EN 1966 ET J'AI 7 ANS,ELLE METTAIT SA MAIN DEVANT MES YEUX POUR QUE JE NE PUISSE PLUS RIEN VOIR,(ELLE ETAIT TRES CATHOLIQUE)ALORS JE ME SUIS LEVE,ET MARCHE AUTOUR DE LA TABLE ET JE ME SUIS CASSE LA G.........,VOILA.
A BIENTOT

Écrit par : NICKY | 07/08/2007

Répondre à ce commentaire

boma Nicky,ta bobonne et la mienne (née en 1899)on dû se connaître,la mienne habitait aussi rue des radis,+ou- en face de la fritured'amelee,.Elle s'appelait Wantje,elle a aussi fait des smokelderaa pendant la guerre,a cause de ses activités,elle s'est retrouvée à St gilles(prison);on l'appelait aussi Wanne galette,car elle a travaillé dans un petit atelier de la rue des Capucins qui fabricait des galettes et des cornets pour la crème à la glace., cet atelier portait le nom de Roma,et ily avait sur les boîtes la louve avec les deux kets. Quelle chance pour moi elle pouvait rapporter des boites avec des couques cassées,j'en ai mangé mais mangé de ces galettes et cornets

Écrit par : francine | 08/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Francine et Nicky. Nos trois bobonnes ont certainement dû se connaître. La mienne est née le 8 aôut 1893 et décédée en 1972. Elle aurait eu 111 ans aujourd'hui. Bon anniversaire bobonne. Elle était de la rue des Ménages . Elle a également smokelé rue des Radis pendant la guerre de 40 . Nicky , comme ta boma ,elle aussi ne savait ni lire ni écrire, pourtant c'était une femme intelligente et courageuse elle a beaucoup travaillé dans sa vie. Elle était l'ainée et a l'âge de 8 ans elle a dû quitter l'école pour élever ses frères et soeurs. Sa maman tenait un café rue Barra elle devait gagner sa vie et nourrir ses cinq enfants et son mari aveugle.A l'époque les aides financières n'existaient pas. Souvent ma bobonne me racontait avec tristesse que l'ainée était la servante . Moi j'ai eu plus de chance dans la vie qu'elle. J'ai été élevée par mes grands- parents et comme je suis fille unique j'ai été très gâtée.

Écrit par : Nelly. | 08/08/2007

Répondre à ce commentaire

WANTJE... BONSOIR A TOUT LE MONDE.FRANCINE,MA MERE(84ANS) SE RAPPELLE DE TA BOBONE WANTJE,ELLE AVAIT TOUJOURS UN CHIGNON!ELLE ME DIT QU'A LE PERIODE DU SMOKKELAGE,QUAND LA POLICE OU LES ALLEMANDS ARRIVAIENT,ILS ALLAIENT SE CACHER DANS LES PETITES MAISONS BASSES DU BOUT DE LA RUE A DROITE.
A BIENTOT.

Écrit par : NICKY | 08/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les Boma Ma grand-mère Marie Kaersoel (cartonnière) est née en 1909, Cité Vanderkelen. J'imagine que ça correspond à VANDER KELENRIJ,IMPASSE (ça donnait bien rue Piermans). Elle a aussi habité longtemps rue des Radis, au 22 ("Chez Constant des motos") et sa soeur Jeanne au 7, ainsi que mes arrière-grands-parents au 19 (Pierre Wynants et sa femme Mathilde Kockelmeyer, colporteurs).

Écrit par : chantal | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

wantje Nicky,c'est chouette les souvenirs,je crois pour ta maman aussi. En parlant des petites maisons basses de la rue des Radis,je me suis souvenue qu'il y avait un bollewinkel dans une de ces petites maisons,toi tu es peut être un peu trop jeune pour l'avoir connu.Un jour il faudra demander à ta maman,si elle n'a pas connue ma soeur(née en 1939)elle a été èlevée par ma boma Wantje elle s'apelle Jeanne,mais tout le monde l'apellait Janneke.Et tjs dans le mème registre a t'elle connu " Jeanne Macaroni"elle habitait la mème maison que boma Wantje.Elle èlevait son petit fils Jeanke.

Écrit par : francine | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

Correction Nicky, ce n'était pas Jeanne MACARONI, mais Fine Macaroni, Jeanne était la fille de Fine.

Écrit par : francine | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

Nos Bobonnes Ce serait chouette qu'on pourrait mettre une photo
de nos bobonnes sur le blog.

Écrit par : Marcel | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

trop vite parti ma bobone,ont l'appelait blont mareeke elle est née en 1900 elle habitais dans la beule stroet a côté de tortei,mais voila elle est décédé en 1949 moi j'étais un gamin de 10ans

Écrit par : GUILLAUME | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

ma boma Mma bobonne allait tout les vendredis au cinéma RAF,qu'elle nommait tjs le BLAES.Mais avant d'y aller ,elle achetait des frites avec un pladais(plie)chez Amelee.Elle rentrait dans le cinéma avec son paquet et regardait le film en mangeant.Je voudrais bien voir ça aujourdhui,tu valserais vite dehors.

Écrit par : francine | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

votre Boma C'est touchant de lire comme vous avez tous aimé votre boma, moi je ne l'ai pas connue, elle est née a Bxl en novembre 1876 et s'appelait Barbe Merlabach marié a mon grand pere en 1899. Ils ont d'abord habité la cité Vanderkelen et ma boma est dcd en 1927 rue des prêtres. J'aurais aussi voulu la connaitre et pouvoir raconter des histoires(snif,snif..)

Écrit par : willy | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

N'hésitez pas ! Envoyez moi les photos de vos boma ...c'est avec plaisir que les placerai à la Une !
Vos boma devaient connaître les soeurs de mon grand-père qui étaient également verdurières...enfin..elles vendaient des fruits je pense...L'une d'elle fut célèbre dans le quartier parce que chaque fois que la police arrivait, elle refusait de déplacer sa charrette...c'est donc le policier qui le faisait à sa place ! Je ne connais pas leurs noms (celui de jeune fille c'est Hoeffler)...d'autres soeurs étaient danseuses à la Monnaie à cette époque dont une que l'on nommait "la belle Hélène"...ca vous dit quelque chose ?

Écrit par : sophie | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

LE BOLLEWINKEL... BONJOUR TOUT LE MONDE,POUR FRANCINE: FINE MACARONI ET LES AUTRES MA MERE NE S'EN SOUVIENT PAS,DOMMAGE.POUR LE BOLLEWINKEL RUE DES RADIS OUI,ELLE Y ALLAIT ACHETER DES BOULES QUAND SON PERE ALLAIT BOIRE SON POT"CHEZ ISABELLE"COIN VIEUX-MET/RUE DE LA PLUME.LA FEMME DE CE BOLLEWINKEL ETAIT ASSEZ FORTE,NOMMEE JEANNEKE ET QUI BOITTAIT.CE BOLLEWINKEL ETAIT JUSTE AVANT LE COIN A DROITE.CE COIN C' ETAIT UN CAFE.CE CAFE ETAIT CONNU POUR(PENDANT LA GUERRE)"ATTIRER"ET"ARNAQUER "AUX DES LES GENS(AVEC DES SOUS) QUI ARRIVAIENT DE LA GARE DU MIDI VERS LA RUE DES RADIS POUR FAIRE LEURS"COURSES".SOPHIE,NELLY ET CHANTAL,JE PENSE AUSSI QU'ELLES ONT TOUTES DU SE CONNAITRE DANS CE MOUCHOIR DE POCHE,UN VILLAGE DANS LE VILLAGE.CHANTAL,POUR VANDER KELENRIJ, C'EST LA MEME IMPASSE.GUILLAUME ET WILLY,COMME ON PARLE DE NOS BOMAS,IL Y A UN PEU DES VOTRES AVEC NOUS,DEJA LE FAIT QUE VOUS Y PENSEZ,C'EST TOP,VOUS AVEZ BIEN QUELQUE-CHOSE A RACONTER SUR ELLES.
A BIENTOT.

Écrit par : NICKY | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

A NICKY NICKY ,je ne sais pas dire grand chose de ma boma,
en1944 c'était en pleine guerre,mon grand père me prenais avec dans sa charette ,il était voddeman
en aôut44 il aété arrèté et en novembre 44 fusillés
pour moi ce n'était plus la mème chose chezboma
elle acommencer a boire ,alle doege zat,jamais a la
maison.tout était changer par la mort de mon grand père.malgré tout je voudrais quelle sois encore la
voila NICKY j'ai dit ce que j'avais sur le coeur

Écrit par : GUILLAUME | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

rue des radis J'ai quand même une question.
Dans le film "un soir de joie", il y a une scène qui montre la rue des radis.
Est-ce des acteurs ou bien vraiment les marchandes.
Une marchande dit à une dame "mi a royge oup", sur l' enfant qu'elle à sur les bras.
peut-être une de vos grands mères

Écrit par : jeanke | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Francine. Quand j'étais vraiment très petite j'ai connu une dame rue des Ménages qui s'appellait Wanch, la maman d'Agostini (François ou Sois). C'était une amie de ma boma bich . Une petite question, Wantje ou Wanch est le diminutif de quel prénom ? J'ai aussi connu dans le quartier Nette macaroni.

Écrit par : Nelly | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Jeanke. Je me souviens de cette scène du film "krapt op mi a royge metteko" . Ce n'était qu'un film mais boma aurait été capable de dire une telle gentillesse si une cliènte aurait insinué que sa marchandise stink.

Écrit par : Nelly | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

un soir de joie ouiiiiiiiiiiiiii, c'est exactement ça.
Ma grand mère avait le même genre de reflexion.

Écrit par : jeanke | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

wantje ce diminutif provient du prénom Janette,pour les hommes qui s'appelaient Jean il arrivait qu'on les appelait WANUS.Bizarre!

Écrit par : francine | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

"Un soir de joie" raare film ! Oui cher Jeanke, oui sweet Nelly, comme vous je me souviens (et comment) de cette fameuse scène de la smokeless et de la bourgeoise avec "son rooïge metekouw" (pour moi c'est d'ailleurs la scène la plus hilarante du film) -- krapt op ........ ik sloûg astrien mem vlies in an nek. Je ne connais que qq acteurs du film :Roger DUTOIT, Jean-Pierre LORIOT et surtout Marcel ROELS.
J' l'ai relu dans GOOGLE mais je savais cela, je veux parler de l'endroit ou se trouvait l'imprimerie qui fabriqué le "faux SOIR".
Awel cette imprimerie se trouvait rue de Ruysbroeck à l'entrée de la section préparatoire du lycée Daschbeek (y je crois une plaque commémorative) mene kop, mene kop. J'arrête. Daaaag al men schuu CHAUKESS. Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

Kip Kap Gilbert, la smokeles du film vendait du Kip Kap.
Et Pierrot, dit que Jean Pierre LORIOT, était coiffeur dans un salon de la rue de l'Ecuyer et à l'entracte dans les cinémas, il faisait une pub pour un marchand de disques. (cado radio ou maison Bleue ?)

Écrit par : francine | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

Zeeuur mene kip kap Oué, chère Francine, pour le kip-kap et je crois même que les reuzes commencent quand la bourgeoise dit à la smokeless sur le kip kap :"hei aiss persees zeeuur" et là la smokeless "watte, etc" et je pense même qu'au lieu de dire "mem vlies in an nek, " elle dit "mene kip kap in an nek". Pour j.P. Loriot (j' peux me tromper mais je crois qu'il se destinait à la médecine ???) moi je l'ai surtout connu acteur au théâtre des Galeries... Un jour je l'ai rencontré rue Duquesnoy avec mon ami Pierreke -- grand moment -- hélàs trops long à raconter. Daaag. Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

théatre des Galeries. Gamin (10 ans!), mon homme participer à une pièce de théâtre aux Galeries "TOPAZE". Il était le méchant petit ket. C'est toute une histoire....

Écrit par : francine | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

Francine. Quel vedette ce Pierrot jouer du Marcel Pagnol à 10 ans c'est pas rien .

Écrit par : Nelly | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

Topaze . C'est bien dans cette pièce qu'on dit :
L'argent ne fait pas le bonheur.
Bien mal acquis ne profite jamais.
Qu'en pensez vous?

Écrit par : Nelly | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

Nelly Oui Nelly, combien de x les kets de la classe on du dire ça. Après 15 jours de spectacle j'ai reçu (vu passer) ma première paye 1.500 F. Je pouvais aller avec à Paris (je stoufe pas, hein) "parole de scout" J'ai reçu une vrai balle de foot en cuir, + ou - 300 f. et le reste....
ma mère un beau corset. snif.

Écrit par : Pierrot | 09/08/2007

Répondre à ce commentaire

et oui Gilbert ... Qu'est-ce qu'on nous en a parlé à Dachsbeck de ce Faux Soir quand j'étais élève dans ce lycée !

Écrit par : sophie | 10/08/2007

Répondre à ce commentaire

faux soir J'en possède encore un.
Un vrai faux.

Écrit par : jeanke | 10/08/2007

Répondre à ce commentaire

Re Topaze Hier soir j'étais trop fatigué pour raconter l'histoire de mon passage aux Galeries,pour jouer dans la pièce Topaze. quand j'étais ket je jouais tjs à la rue,j'étais tjs noir comme "potafer",même que mon père un jour a lavé mes genoux avec du VIM.Je jouais donc à la rue et un Bonhomme s'est approché et a demandé si il pouvait parler à maman,quand il l'a vue il a demandé si je pouvais jouer dans une pièce de théatre aux Galeries,elle a accepté et mmmm'a conduit à la première répétition,elle m'avait bien lavé et mis sur mon trente et un.Quand le gars qui m'avait engagé m'a vu ,il a dit HA NON PAS COMMME CA,je devais être aussi zwet comme quand il m'a vu à la rue.J'étais accompagné dans cette pièce par 2 copains ,que je vient de retrouver grâce à internet,50 ans plus tard.

Écrit par : Pierrot | 10/08/2007

Répondre à ce commentaire

Faux soir . C'est le 9 novembre 1943 que, à la barbe des Allemands,sorti le SOIR, le "faux"rédigé par une équipe de courageux patriotes. L'imprimeur Ferdinand Wellens avait fait sortir soixante mille exemplaires . Il fut victime d'une dénonciation, déporté en Allemagne.... et n'en est pas revenu.
Extrait du "vrai" Soir daté du samedi 13 avril 1946.

Écrit par : Nelly | 10/08/2007

Répondre à ce commentaire

Du Vim ! Encore une fois quelle vedette ce Pierrot ! Le Vim est un excellent produit (publicitée gratuite). Ton papa ne faisait pas le détail pour la propreté. Merci Pierrot j'ai bien rigolé de ton aventure théâtrale.

Écrit par : Nelly | 10/08/2007

Répondre à ce commentaire

Le Vim Nelly, Ma Mère a rigolé un peu moins, car mon Père m'a lavé les genoux avec une........brosse à récurer ! J'ai eu un empoisonement de sang et le docteur a donné un gros cigare à mon Père. MONSIEUR VOTRE FILS N'EST PAS UNE CASSEROLLE.
(AUTHENTIQUE !)

Écrit par : Pierrot | 10/08/2007

Répondre à ce commentaire

Un soir de joie. Dans les années 50 j'ai vu le film au cinéma Carly. Ensuite je l'ai revu à la TV et enregistré . Merci Jeanke d'en avoir parlé hier . Du coup je l'ai revu ce soir avec autant de plaisir.

Écrit par : Nelly | 10/08/2007

Répondre à ce commentaire

Qui se souvient? Du magasin qui se trouvait au coin de la rue Haute et la Spiegelstroet (rue du Mioir) . Le patron était un Chinois très sympa et son magasin n'avait rien à envier à la caverne d'Ali Baba. Dans les années 50 ma bobonne me lavait les cheuveux au savon brun, le paper w.c c'était du journal, le produit pour la vaisselle de la poudre Omo etc...Et bien bij de Chinuus comme on l'appellait , c'est la que j'ai acheté mon premier shampoing ,Biodop et je me souviens je regardais ce shampoing avec admiration , c'était nouveau pour moi. Je comprends que maintenant cela doit faire sourire. Le magasin a disparu depuis longtemps. Il faisait partie tout, comme le Peigne d'Or de ma jeunesse.

Écrit par : Nelly | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

le chinus je ne m'en souvient pas du tout de ce magasin,par contre bien du TANK un peu plus loin;c'était aussi un peu la caverne d'ALI BABA;le prêt à porter de tous les jours.Car pour les beaux vêtements,on allait chez la KLIMOUKES du fait sur mesure,c'était pas tjs fait à temps mais on faisait avec.

Écrit par : francine | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les hommes ne sont pas bons ! Bon, puisque décidément "elle" me cherche !

J'avais environ 12 ans et j'étais cloué à la maison pour je ne sais + quelle affection médicale (bronchite ?). A la maison il n'y avait pas grand chose pour tuer le temps, une rotte radio avec des flaave programmes (surtout en journée) - pas de jeux (sauf les échecs mais j'étais trop straf pour mon entourage (je sais tjs dikkenek) - donc c'était lire, lire, lire MAIS là aussi il y avait des limites...

Par chance ma soeur connaissait quelqu'un qui a prêté 2 disques 78 tours racontant 1) "les lettres de mon moulin" d'Alphonse Daudet et aussi 2) "Topaze" de Marcel Pagnol...avec la voix de Fernand Gravey - aaaaaaah "TOPAZE" (là je suis sérieux) TOUT LE MONDE DOIT LIRE CE LIVRE !!!!

J'ai écouté cette histoire avec délectation, cette histoire qui peut se résumer sur le rapport entre la MORALE et L'ARGENT a été très déterminante pour moi. J'ai comme ça une vingtaine d'ouvrages qui sont réellement mes bibles et "TOPAZE" en fait partie...

Ah oui un dernier détail la personne qui m'a prêté ces disques ?

C'était "elle", c'était NELLY -- hei ma vast !. Daaaag. Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

ecologie C'est fou ce que l'on faisait avec du papier journal,les verdurières emballaient leur marchandise,les fritures leurs frites,et les cafés les coupaient en petites feuilles et les accrochaient dans les WC.Pas de bouteilles en plastique on jettait rien,tout était vidange,pour le plus grand plaisir des enfants,car on rapportait les vidanges pour aller à la matinée enfantine,ma mère se demandait tjs où passait ses vidanges,même les romans photos disparaissaient,on allait les revendre rue de l'Escalier ou rue des Renards,non on était des écolos avant la lettre!

Écrit par : francine | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Chinuuzestuute rue Haute Oué mes chèr(e)s CHAUKESS,

nai que je me souviens du CHINUUS (op den hoek), figuez-vous que j'ai retrouvé ce pei dans le quartier de l'Ilot Sacré ou il avait ouvert... un restaurant chinois rue des Petits Bouchers (berg op à droite). C'était en 1973/74..

Sweet NELLY avant le biodop moi j'ai connu le "dop" tt court - c'était un tout petit berlingot rebondit (6 frs)et les kets chantaient "c'est grâce à Dop que tous les klachkops n'ont plus de cheveux en-dessous de leurs ...". Un soir en revenant du ciné avec ma mère et ma soeur, j'ai chanté à tue-tête "c'est grâce à Dop etc..), quelle caramel j'ai ramassé (j'avais 10 ans) de ma mère qui m'a lancé "tu ne peux pas dire ça, ce sont de vilains mots...". RIEN, rien mais alors là je ne comprenais RIEN à sa réaction.. Plus tard..

La phrase publicitaire chantée à l'époque c'était "Dop, Dop, Dop, tout le monde adopte Dop -- Dop, Dop, Dop.

Le samedi soir sur "radio/Luxembourg" il y avait entre autres soit le crochet radiophonique ou le jeux des questions (Histoire, géo, musique, science) animé par Zappi Max après Marcel Faure et encore après Lucien Jeunesse, etc, etc, etc,

NELLY & tou(te)s mes CHAUKESS j' vous passe le relais car moi j' serai trop long, beaucoup trop long !

Francine toi tu as forcément connu lee magasin du chinuus, forcément, TOI marollienne gesnije enn gebakke (tu parles d'ailleurs du "Tank" situé à côté) mais évidement pour connaître un chinuus il faut l'avoir vu. Hei ma vast ! Daaag al men schuu CHAUKESS. Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

rodolphe vous les garçons surement pas,mais nous les filles oui,on était toutes amoureuses de RODOLPHE,qui faisait la publicité pour ce shampoing

Écrit par : francine | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour Gilbert. J'avais complètement oublié que je t'avais prêté ce coffret qui comporte trois grands disques que j'ai toujours d'ailleurs. L'histoire de Topaze, nom de l'instituteur dans la pièce, laisse réfléchir au sujet de l'argent et de la morale. Rôle tenu par Fernand Gravey, acteur et cinéaste francais MAIS D'ORIGINE BELGE ET PLUS EST né A BRUXELLES en 1905. Encore un bruxellois qui a bien réussi. Quand à notre Pierrot pour un premier rôle au théâtre c'était un rôle important.

Écrit par : Nelly | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

re chinuus Etant probablement plus jeune que vous ,deux ou trois ans astableeft,je n'ai connu que sur les coins rue Haute et Miroir que Jacquemotte et l'autre coin un petit bijoutier,où ma grand-mère m'a acheté ma première montre,IK WAS ZOU FIR AS NE STRONT avec ce premier bijou.

Écrit par : francine | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

topaze maintenant c'est moi le manager de pierrot,et c'est moi qui achète des corsets avec ses cachets

Écrit par : francine | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

De Chinuus. Francine, de Chinuus c'était à l'emplacement de la petite bijouterie où j'ai été avec ma bobonne pour faire un trou dans une oreille. Cela été fait avec un petit appareil. Quand j'avais environ 1 an on m'avait fait deux trous dans les oreilles. Cela se faisait avec un bouchon et une grosse aiguille à repriser ( c'était plutôt barbare comme précédé) et comme je m'étais débatue un des trous se trouvait beaucoup plus haut que l'autre. De là pourquoi bien plus tard la rectification chez le bijoutier.

Écrit par : Nelly | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Corsets PAS RIEN QUE DES CORSETS, ZENNE. HET KAN NEMI OP ! IK ZAIN BEKANS FALLIT ! Ma maman m'avait donné un bon conseil "As gerem zait, en dout ta ni ,van en schun vra te trave" Je l'ai pas "ecouté mais je ne le regrette presque pas" Aie

Écrit par : Pierrot | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Pierrot. Le conseil de ta maman dans le temps c'était une chanson en bruxellois . Ma bobonne la chantait souvent. Et quand les clients chantaient au Papillon elle faisait partie du répertoire.

Écrit par : Nelly | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Cheveux propre avec dop, Dop, Dop, - Dop, Dop, Dop tout le monde a un klaskop, Dop, Dop , Dop.
Belgavox, actualité, le train qui passe, les noirs qui dansent. Le documentaire, tous à la cour pour fumer une seche, retour dans la salle en courant pour voir le Michey Mouse, la 1er rangé Parquet pour les petit kets, les loges pour les amoureux, le balcon, la dame de cour, les ouvreuses, la dame à la caisse, le pei qui controle le ticke, les impolitesses que les gens fessaitsur les banquettes en triplex (un bruit assez spéciale). Le pei qui racontait le film au voisin ! Ambiance garantie dans les années 1955.

Écrit par : Marcel | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Petit Vilage Francine regarde la TV, ouf je sais après l'ordinateur.
La maman de Francine (1919) était de la rue de la plume. Elle disait toujours "Petit Vilage" ?

Écrit par : Pierrot | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

PIERROT... BONSOIR,SI TU VEUX TU ME LAISSE TON ADRESSE E-MAIL,JE T'ENVOIE QQ CHOSE.

Écrit par : NICKY | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Cité Vanderkelen Plusieurs de nos Boma sont nées à la Cité Vanderkelen. Existe-t-il des photos (de famille ou non) de cette cité, où ma grand-mère est née avec ses soeurs et frères ? Une cité incroyablement surpeuplée, paraît-il.

Écrit par : chantal | 17/09/2007

Répondre à ce commentaire

Rue du Vautour Bonjour à vous tous et toutes,
Est-ce que quelqu'un aurait connu la rue des Vautours des années 50 où habitait une famille Van Geneghten? Ce nom vous dit-il quelque chose?
Au plaisir de recevoir quelques commentaires.
Merci!
Joseph

Écrit par : Joseph | 17/09/2007

Répondre à ce commentaire

Vautour ...ou était-ce la rue du Vautour??
Jos.

Écrit par : Joseph | 17/09/2007

Répondre à ce commentaire

Joseph Pour l’instant notre blog subit une invasion de pei qui connaissent la rue du Vautour des années 45 à 75. Que veux-tu savoir au juste ? Un nom de famille cela ne nous aide pas beaucoup. Les gens du quartier avaient tous un surnom ! Du style : Swa Caricol, Blonte Nette, Poecke, Pipe Tabac, Splinter en de m…… NON….oui, oui AUTHENTIQUE.
Joseph, donne un autre indice, le métier ?

Écrit par : Pierrot | 17/09/2007

Répondre à ce commentaire

rue du Vautour Salut Pierrot,
Voici de maigres indices...Il y habitait un certain René Van Geneghten, dit '' de neus '' qui était plutôt petit de stature mais très fort. Son père aussi était reconnu comme un homme fort.
Pas fort comme piste, je sais, veuillez m'en excuser!
Joseph

Écrit par : Joseph | 17/09/2007

Répondre à ce commentaire

Nette Macaroni Nette Macaroni est maintenant au Home des aveugles porte de Hal (elle n'est pas blind, rassurez-vous).
Je le sais car ma boma Swas de la rue de la Verdure est aveugle et a partagé sa chambre.

Écrit par : Patrick | 18/09/2007

Répondre à ce commentaire

Rue du Vautour "Le rouge et Noir" Ce stameneï a été tenu par mon grand oncle Flup Degroen avec sa femme Cécile. Ils ont eu une fille Jeanine.
Après le café a tét repris par la famille Begyn.
Qui s'en souvient encore?

Écrit par : Patrick | 18/09/2007

Répondre à ce commentaire

Nette Macaroni bis. Nette Macaroni habitait dans les blocs rue des Fleuriste. Ma maman la connaissait du Petit Lion à l'époque ou Pierre tenait ce café. Moi je la connaissait du centre récréatif de Rhode-Sainte-Genèse. C'était un centre du service social des postes. Les gens travaillant au ministère des communications y avaient également accès.

Écrit par : Nelly | 18/09/2007

Répondre à ce commentaire

A PATRICK OUI PATRICK GUY ET JEANNINE J'AI FAIT TOUTE MES CLASSES AVEC GUY A L'ECOLE 3

Écrit par : GULLAUME | 18/09/2007

Répondre à ce commentaire

la poste a Rhode Nelly je ne me rappelle pas de Nette a Rhode St G., mais j'y ai souvent été, mon n'onkel pol (polle Vanvlaenderen) qui était facteur a Anderlecht y donnait des cours de tennis.

Écrit par : willy van de beules | 18/09/2007

Répondre à ce commentaire

Rhode Poste bis Willy, c'était un très beau domaine et bien entretenu. Piscine, tennis, mini golf, restaurant et cafe, bowling etc... Tout cela à un prix social, un prix dérisoire. J'y ai été très souvent avec mon mari , ma maman et mon gamin. J'avais une carte d'accès vu que mon mari travaille dans la communication (control aérien) . Il y a plusieurs années la piscine a été suprimée donc moins de monde, puis le climat n'a pas arrangé les choses et il y a environ 5 ans le domaine a été vendu . Cela a dû faire beaucoup de malheureux. C'étaient toujours les mêmes personnes qui étaient au centre.

Écrit par : Nelly | 18/09/2007

Répondre à ce commentaire

Nos bomas Nicky, si tu veux voir mes 2 bomas (Marie Kaersoel (née Cité Vanderkelen en 1909) et Alphonsine Mathieu (née à Mons en 1890)), regarde le texte et les photos que j'ai fait mettre sur le site de Sophie (http://sofei-vandenaemet.skynetblogs.be/post/4307177/les-anciens-du-vieuxmarche-souvenirs-de-chant (archives au 22/03/2007)).
Tu y verras aussi mon arrière-arrière-boma (Jeanne Bergies, qui habitait rue des Sabots (rue Wynants)) et une de ses filles, mon arrière-boma (Catherine Vanhaelewyck, née rue des Minimes). Et aussi mon bompa Constant Wynants (né en 1900 à la maternité des femmes pauvres (qui dépendait provisoirement de l'Hôpital Saint-Jean)) et qui est la personne que j'ai le plus aimée et qui m'a vraiment aimée. Nos bompas aussi sont intéressants.
Ma boma Marie Kaersoel commença le métier de cartonnière à 8 ans. Elle faisait des belles boîtes pour les mariages et les communions. Le travail se faisait à la maison (à cette époque, la famille habitait la Cité Vanderkelen).

Écrit par : chantal | 19/09/2007

Répondre à ce commentaire

souvenir j'ai vécus de 1953 à 1968 au 29 rue de l'économie
pour les anciens c'est moi qui a l'époque avait fonder le club de jeunes et qui à organiser des soirées dansantes dans l'École a la rue blaes.ils y avait également le fils de la lustrerie et bien d'autres.actuelement j'habite hors bruxelles mais je retourne souvent à bruxelles .sur les photos j'at reconnu des visages de personnes qui m'étais familier

Écrit par : raymond | 30/01/2008

Répondre à ce commentaire

Raymond Bienvenue sur le blog ! Si vous avez des photos de ces soirées, ce serait avec plaisir que je les placerai sur le blog. Il me semble que le fils du vendeur de lustres de la rue Blaes était un ami de mes frères Alphonse et Raymond. Je garde vaguement un souvenir de son visage....n'allait-il pas à Robert Cateau ?

Écrit par : sophie | 31/01/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.