UA-38716482-1

04/08/2007

l'ancienne Belgique

rue des pierres

Que de souvenirs pour les Bruxellois ! 

ancienne belgique

 

 

Plus rien à voir avec la salle d'aujourd'hui.....

 

Qui était à l'affiche à cette époque ? 

Commentaires

Ancienne Belgique, que de souvenirs. Que je suis contente de revoir l'Ancienne Belgique sur cette photo. C''était une très belle salle comme on peut le voir, style café théâtre avec des tables et chaises au rez-de- chaussée et également au balcon où les spectateurs étaient obligés de prendre une consommation. J'y allais très souvent. En général les chanteurs et chanteuses donnaient leurs concerts pendant une semaine tous les soirs et le dimanche aussi l'aprés- midi. Les grosses vedettes restaient deux semaines. Le prix des places, env 150frs, le prix des boissons 35 frs. La majorité des gens, moi y compris, ne consommaient qu'une fois. C'était cher pour l'époque. Quelle ambiance! En première partie il y avait L'orchestre d'Emile Sullon , ensuite un spectacle de variétés, une vedette américaine et après l'entracte la vedette. Que c'est loin tout ça et s'est bien dommage. Nostalgie...

Écrit par : Nelly | 04/08/2007

Répondre à ce commentaire

LA RUE DES PIERRES... DEUX SPECIALITES,L'ANCIENNE BELGIQUE ET LA CHOUCROUTE.

Écrit par : NICKY | 04/08/2007

Répondre à ce commentaire

rue des Pierres Une autre spécialité de la rue des Pierres que les - 60 ans ne peuvent pas connaître. Le pistolet haché à la manière Youkoslave, fabrication maison d'un Boucher de la rue des Pierres. Miam, Miam. Dans la même rue on trouvait la librairie Ass... My Taylor is rich. L'anglais sans peine. On trouve également 'Le Bruxellois de poche' bien utile sur le blog.

Écrit par : Pierrot | 04/08/2007

Répondre à ce commentaire

RUE DES PIERRES... DU COTE RUE DU MIDI,UN TOUT PETIT MAGASIN DE PARTITIONS MUSICALES.
QUESTION A NELLY:LES PRIX DATENT DE +-QUELLE ANNEE?MERCI.
QUESTION A PIERROT:TU SAIS EXPLIQUER A QUOI CA RESSEMBLAIT"LA MANIERE YOUKOSLAVE"?MERCI.
A BIENTOT.

Écrit par : NICKY | 05/08/2007

Répondre à ce commentaire

rue des Pierres Pistolet haché, le boucher mettait une sauce (anglaise), du poivre et du paprika, pour 5 francs.
Nelly, francine me dit qu'en 1970 quand on a été voir Gilbert Bécaud à l'AB, les consommations coutaient 100 francs. Impossible d'être scheile zat pour ce prix.

Écrit par : Pierrot | 05/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour Nicky. Pour les prix début des années 60. Je me souviens les "Royal Crow" étaient servis sans verre. Uniquement la bouteille et une paille. Tu parles de choucroute, je ma rappelle de la boucherie juste en face. Dans ce magasin il y avait des grands tonneaux remplis de choucroute. C'était leur spécialité. Les gens venaient de loin pour en acheter.
Bonjour Francine et Pierrot. A côté de l'Ancienne Belgique Pierrot a raison il y avait le magasin "D'assimil" et entre les deux le café de mon paternel "l'Entracte".

Écrit par : Nelly | 05/08/2007

Répondre à ce commentaire

MERCI... NELLY ET PIERROT POUR LES DETAILS, C'EST TRES INTERESSANT DE CONNAITRE LES ANNEES,LES PRIX ETC,QUAND C'EST POSSIBLE,COMME CA ON PEUT AVOIR UNE MEILLEURE IDEE DE COMPARAISON A AUJOURD'HUI.MERCI.
A BIENTOT.

Écrit par : NICKY | 05/08/2007

Répondre à ce commentaire

Comparaison des prix! C'est incomparable!!! plus jamais on va revoir ça dans la vie.
Actuellement avec l'euro qui est venu:awel c'est comme le beaujolet nouveau,incomparable a l'année d'avant.
Un pistolet haché à 15fr bin t'en prenait 3 pour ton diner t'allait a l'épicier chercher ton cola ou ta biere et t'avait encore asser pour payer un pot.
ASTHEURE tu prend 1pistolet haché pickels 1cola chez le boucher (tu gagne du temps) tu donne 5e et ta pas asser pour mettre dans le parking mètre! conclusion ton diner te coute 30e (1200fr )Véridique j'ai eu le coup !
70 s avec 1.200fr Tu payait un chateau brillant a ta moque,la bouteille ,le cinéma et le frisko! Apres t'allait a la frégate terminer ta nuit.
dudu

Écrit par : amenmonfils | 05/08/2007

Répondre à ce commentaire

Qui se rappelle encore? De l'émission de radio de la RTB les "230 Minutes" avec
Jean-Claude Ménessier . C'était je crois tous les dimanches après-midi. Les studios étaient place Flagey et l'invité de Jean-Claude était toujours la vedette (chanteur-euse) de" l'Ancienne Belgique"qui restait pendant toute l'émission. Cela avait beaucoup de succès à l'époque . Chez moi à la maison et beaucoup d'autres personnes n'avaient pas encore la TV.

Écrit par : Nelly | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

488100 je me souviens surtout des opérations 488100 de Jean-Claude,mais une en particulier ,le slogan était NOUS SAVONS que nous pouvons compter sur vous. Et ils vendaient du savons.Mais l'émission qui me laisse le plus grand souvenir,c'est le quart d'heure du sport le dimanche,de Luc Varenne et Camille Fichefet.Car après il y avait le résultat du pronostic PRIOR:1,2,x,il fallait faire le silence total chez moi car mon père écoutait ça religieusement

Écrit par : francine | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les 230 minutes Pendant un certain temps, l'émission était diffusée à partir du centre d'information de la place de Brouckère (ce drôle de bâtiment au début de la place).
On pouvait voir Jean-Claude, son assistante Kathy ainsi que le technicien radio (qui lançait aussi les disques sur les platines) et ce à moins d'un mètre!
Pour le quart d'heure du sport: J'ai encore toujours la musique du générique de l'émission en tête!
C'est plus maintenant qu'on donnerait d'une traite les résultats de foot de toutes les divisions et promotions à la radio.
J'ai aussi le souvenir de Monsieur de la Varenne (comme disait Jean-Claude) se plaignant du stamenei cigaar de Camille Fichefet!

Écrit par : Papy Dan | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

"SPOOORRT" vi nen duuve ! J' vais essayer d'être court avec "Jean-Claude" -- bien sûr les 230 minutes le dimanche - il avait une collaboratrice "CATHY" je crois et comme le décrit notre FRANCINE : le quart d'heure du sport et l'intitulé verbal était celui-ci "tout ce qui se dit, tout ce qui se fait dans le domaine du SPORT".
Mon frère avait acheté une petite radio (transistors) et lorsque Jean-Claude annonçait "tout ce qui se dit, etc, etc," j'abaissais quasi complètement le son et au moment EXACT où il prononçait le mot "SPORT" j'ouvrais le son à FOND... Donc ce mot "SPORT" sortait comme un coup de canon !!! Tout l' monde sursautait d'1 m, aaah mon frère adorait. Je sais tjs meessekluuter, hein. Daaag al men schuu CHAUKESS.Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

crochet Gilbert tu parles du crochet de Radio Luxembourg,moi j'aimais mieux le crochet chantant du mardi soir au cinéma Rialto.Mon père jouait le mardi soir au jacquet,alors ma maman m'emmenait au Rialto ce jour là,on regardait le film,et après il y avait un crochet,quand le chanteur ou la chanteuse ne plaisait pas au gens qui étaient dans la salle je vous laisse deviner la suite,les noms d'oiseaux volaient bas

Écrit par : francine | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour Francine. Je me rappelle fort bien du crochet qui attirait beaucoup de monde au Rialto qui était un beau cinéma. Avec un balcon et des fauteuils en velours rouges. Au Rialto j'ai aussi assité à l'élection de Mis Breughel . Avant ça L'élection de Mis Breughel se faisait dans la belle salle à côté de l'école 15 au moment de la braderie rue Haute.

Écrit par : Nelly | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Miss Breughel Je me souviens aussi qu'au Rialto il y avait l'élection de Miss Breughel. C'était souvent la fille qui avait le + de supporters dans la salle qui gagnait ! Les candidates défilaient en maillot de bain, sous les cris et sifflets des garçons. (hein Gilbert)

Écrit par : francine | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

le rialto d'abord un pistoleii pickels chez '' Louiske'' et ensuite le partage du ticket d'entrer 12frs a mon epoque!!! 4 copains 3frs chaqu un le payant entrais et par les toilettes se faufilais jusqu a la sortie de secour qui donnais rue des capucins apres ne pas se faire reperer par l ouvreuse!!! Quel époque Hei ma vast Gilbert ????

Écrit par : francis (titi) | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Le Rialto Moi fervent admirateur de Gilbert Bécaud. j'ai été voir au Rialto le film "LE PAYS D'OU JE VIENS" (1957 ?), avec Gilbert et Françoise Arnoul, la belle fille de l'époque.
C'est drôle, mais dont je me souviens le + c'est..... qu'à la sortie j'ai reçu un choco glacé GRATUIT.

Écrit par : Pierrot | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Le rotte choco glacé Oué, cher PIERROT,
je me souviens très bien de ce film avec Bécaud avec ses chansons "moi j'ai rêvé d'un grand magasin, etc". Françoise Arnoul ? nai gaa. Bon, MAIS tu m'as rappelé (ça j' l'avais oublié) le choco glacé, c'était en effet ARTIC qui "lançait" un nouveau choco.. sans choco c.à.d. à moitié vanille et à moitié ??? awel c'était rose et c'était du colorant pur jus, ce choco n'a pas marché !

Écrit par : Delepeleere | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Op teusske vi Gary Cooper ! Oué mon leve leve leve TITI,

j'avais des problèmes avec la sortie de secours avec le RIALTO car je savais que DES qu'on franchissait la porte rue des Capucins, pataat, ça sonnait illico à l'entrée... le pei m'avait eu en flagrant délit et m'avait disons assez secoué... je rotais...pas bon quand GIL rote !
J'ai pas oublié le film, on jouait "Les aventures du capitaine WYATT" avec Gary Cooper. Je n'avais pas d'argent et IK MOEST BINNE. J'ai réfléchi.
J'ai ouvert la porte rue des Capucins - cela a sonné devant ! m'en foutais -- j'ai couru à fond dans les toilettes hommes -- je suis entré dans un w-c que j'ai laissé bien ouvert...je me suis adossé au mur ensuite j'ai mis mes pieds sur le mur d'en face et ... je suis monté jusqu'au plafond (comme les spéléos) contre lequel je me suis collé en attendant la visite du pei.. qui ne s'est pas fait attendre, car lui aussi il avait foncé à la rencontre du resquilleur. Comme je l'espérais il a vu que l'emplacement de mon w-c était ouvert et n'abritait personne et il n'a pas regardé vers le haut.. IK WAS BINNE. Par prudence j'ai quand même attendu la séance pour rentrer dans la salle avec le "paquet" de spectateur. Tofe film. Daaag al men schuu CHAUKESS.Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

COIN-COIN... BONSOIR TOUT LE MONDE.JE ME SOUVIENS QUE JEAN-CLAUDE"COIN-COIN" AURAIT EUT UN STUUT DANS UNE HISTOIRE A 6 CHIFFRE QUI COMMENCE PAR 48 ET SE TERMINE PAR 00,AU MILIEU C'EST 81.
A BIENTOT.

Écrit par : NICKY | 11/08/2007

Répondre à ce commentaire

Rialto suite. J'habitais à quelques mètres de la rue des Capucins. Cela va sûrement faire rire une certaine personne. J'ai été des centaines de fois au Rialto et passé rue des Capucins presque tous les jours . Mais où était la sortie de secour du ciné? Je ne l'ai jamais, mais alors jamais remarquée. A quel niveau de la rue était la sortie de secours?

Écrit par : Nelly | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

rialto et carly Innoubliable,l'ambiance de ces cinémas.On arrivait par la rue Haute,aie il y a de la file,aussi longue qu'un jour sans pain.Quand des places se libèraient à l'intérieur,le directeur venait crier 1parquet,2fauteuils mais pour nous kets c'était pas gai,car on savait pas regarder le film 2 à 3x .Peu importe si on rentrait au début ou à la fin du film,bien souvent on connaissait la fin avant le début.Pendant le documentaire on demandait,si on pouvait sortir pour acheter un pistolet chez LOUISKE.Et bien souvent les gens qui attendaient dans la file pour entrer,demandaient " Maree,es het stuk schuun,"et Maree répondait "ho ja tes vit grase"!

Écrit par : francine | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Oh le Carly. Le cinéma Carly se trouvait rue Haute juste en face du café "In 't Lieg plafon "devenu le "Melting Pot" maintenant. Ce ciné avait une entrée énorme, la caisse était au milieu . A l'époque il y avait des films enfants admis et d'autre non admis. Il fallait avoir 16 ans . De chaque côté il y avait des photos du film et quand les enfants n'était pas admis certaines photos osées étaient cachées avec du sparadrap que les kets du quartier soulevaient par curiosité. Souvent très tard le soir les enfants dont les parents était au café du" Papillon", qui était juste à côté, allaient jouer dans l'entrée, criaient, faisaient l'acrobate sur la barre devant la caisse etc.. Cela dérangeaient les spectateurs et c'est normal .La caissière n'était plus là mais le controleur oui . Il arrivait furieux, regardait les gosses et comme il ne connaissait que moi il me disait méchament que je ne pourrait plus jamais assiter à une séance, que j'étais interdite dans son ciné . C'était le comble et ce n'était pas juste. Moi je n'avais rien fais, j'étais une fille calme et ne faisait certainement pas le singe sur la barre. J'étais là c'est tout. En fait j'ai payé pour les autres .Bien sûr il y avait d'autres cinémas dans le quartier mais au Carly les films du centre ville y venaient très rapidement . Alors quand c'était les films avec Ester Williams que j'aimais beaucoup et ses ballets aquatiques, je pleurais et ma bobonne allait supplier le controleur. Et voilà je pouvais à nouveau y retourner . Ce manège c'est passé des dizaines de fois.

Écrit par : Nelly | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

CARLY... BONJOUR TOUT LE MONDE.TOF SOUVENIR NELLY.POUR LE CARLY,C'EST LA QU'APRES LE CINEMA C'EST DEVENU UN GRAND MAGASIN DE VETEMENTS"TEXTER"OU QUELQUE CHOSE COMME-CA?
A BIENTOT.

Écrit par : NICKY | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

t'lieg plafon t'lieg plafon était le stam café de ma grand-mére,bien souvent quand je dormais chez elle rue des Radis ,on passait la soirée du samedi chez Louwé,où ma bobonne retrouvait ses copains (elle était veuve) ; après plusieurs Ginder-Ale on allait au cinéma Carly où la ça ratait pas,à peine assise elle s'endormait pour toute la séance.

Écrit par : francine | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

film quand j'étais petite j'aimais les films de Maciste et surtout l'héroine"CHELLE ALONZO".Quelques années +tard ,j'ai revu un de ceux-la à la TV, menskes,Maciste se battait avec un tigre,évidement il gagnait,mais pas une seule goutte de sang sur son corps, quant à Chello Alonzo
t'was perses madame chapeau

Écrit par : francine | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Il ne fallait pas aller au cinéma pour rigoler! Ce qui était typique rue Haute , c 'est qu'il y avait un homme, un accrocheur, qui était posté à l'entrée des magasins de costumes. Son rôle était d'embobiner les passants, et même avec insistance. De ma fenêtre j'ai souvent vu comment les futurs clients étaient presque mis de force dans le magasin. C'était à mourir de rire. Ma bobonne et moi on s'amusaient à compter les boîtes de costumes qui sortaient des magasins.Croyez moi il y en avait pas mal .Comme je regrette la rue Haute de cette époque .

Écrit par : Nelly | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Rialto Le Rialto à été transformé en magasin de Sanitaire
Je crois. J'ai nettoyé les vitres du magasin dans les années 80.

Écrit par : Pierrot | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

t'lieg plafon J'ai encore le 33 tours, van bei louwé int lieg plafon.
Pass op vi alle kop.

Écrit par : jeanke | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Chelo Alonso Moi cette meï je ne l'aimais pas, elle jouais souvent la mauvaise et elle avait une tête de mongole avec ses pommettes haut placé, un peu comme Jack Palance chez les hommes.
Pour le Carly: je me souviens sutout que la devanture était faite en lattes de bois, perso je préfèrais le Rialto...

Écrit par : Papy Dan | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

t'lieg plafong J'ai encore le 33 tours, van bei louwé int lieg plafon.
Pass op vi alle kop.

Écrit par : jeanke | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

L'adsl Ca y est, il à encore une fois l'adsl qui est scampavé.
Mon message apparait 2 fois maintenant.
Vive la campagne

Écrit par : jeanke | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Oui Nicky. Après le Carly le magasin était Texter et ensuite un Dial et maintenant je ne sais pas. La dernière fois que j'ai été rue Haute c'était il ya 4 ans. J'ai vu la maison où j'ai habité . Il y avait une annonce pour louer un appartement. Elle disait ceci : Appartement trois pièces, tout confort avec poutres du 19 siècle loyer 700 Euros plus charges. J'étais sidérée moi qui y a habité là pendant 27 ans je n'ai jamais vu ses poutres.J'ai quitté en 1972 à la mort de ma bobonne. C'était un trois piéces sans eau et wc. Cela se trouvaient entre deux étages.Pas de terrrasse avant ni arrière . Notre loyer était de mille francs sans charges . A l'époque les gens n'avaient ni assurance incendie et encore moins pour vol .La porte du palier n'était jamais fermée à clé. La différence énorme de loyer c'est que maintenant cela fait bien d'habiter rue Haute, alors qu'a mon époque la rue Hauteavait une mauvaise réputation.Je n'ai jamais compris pourquoi alors que les gens du quartier n'étaient pas différents des autres.Ah vous habiter rue Haute! Et on me regardait comme si je sortais d'un zoo.

Écrit par : Nelly | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

LE RIALTO... FIN DES ANNEES 60',(J'AI 7/8ANS)DEUX FILMS ¨POUR 18FRS,JE ME DEMANDE SI C'ETAIT DEJA PAS LES MEMES FILMS QU'A L'EPOQUE DE FRANCINE,C'ETAIT AUSSI DANS LE MEME GENRE;MACISTE CONTRE ZORRO,DES TRUCS QUI NE VONT PAS ENSEMBLES,HERCULE QUI LEVE DES ROCHERS DE DEUX TONNES(EN CARTON),C'ETAIT QUAND-MEME TRES CHOUETTE CAR APRES POUR JOUER ON ETAIT LES HEROS DE CES FILMS.J'AVAIS PRIS UN ESSUIE-MAINS POUR FAIRE UNE JUPE COMME LES ROMAINS,LES LACETS DES BOTTINES DE MON PERE POUR FAIRE LES SLACHS,J'AVAIS UNE EPEE EN PLASTIQUE ET UN POIGNARD(COUPE-PAPIER EN CUIVRE AVEC MENNEKEN-PIS SUR LE MANCHE,POSE EN DECORATION SUR LA TABLETTE DU LIT DE MES PARENTS).DANS LE DEUX-PIECES AU DESSUS DU MAGASIN JE ME BATTAIS CONTRE LES MECHANTS IMAGINAIRES,...A L'ATTAQUE,EN AVANT,ET TIENS EN STEIK,NA,EN PRENDS CA...SI BIEN QUE J'ETAIS "DANS" LE FILM ET QUE DANS CETTE BATAILLE POUR ME SAUVER JE STEIK AVEC MON POIGNARD ET JE SUIS SAUVE...PAS LONGTEMPS,J'AI VU DANS QUOI J'AVAIS GESTEIKE...UN BEAU TABLEAU DANS UN CADRE DORE...JE SUIS DEVENU DE TOUTES LES COULEURS EN PENSANT A LA SUITE DES EVENEMENTS(MON PERE!)...AIE AIE AIE.J'AI BIEN ESSAYE DE REPARER,IMPOSSIBLE,DES TROUS ET UNE KRABBE DE +-15CM.JE N'AI RIEN DIS BIEN SUR MAIS MON PERE LE SOIR MEME DECOUVRE MON "CHEF-D'OEUVRE" ET TRES VITE ME SOUPCONNE D'ETRE LE COUPABLE(ET IL AVAIT SES RAISONS)ET D'AVOIR FAIT CE "CARNAGE" AVEC UN PETIT ARC A FLECHES AVEC DES VENTOUSES AU BOUT DES FLECHES MAIS LES MIENNES N'EN AVAIENT PLUS DE CAOUTCHOUC...LA SUITE EST LOGIQUE POUR L'EPOQUE,FESSEE,PUNI,ARC CONFISQUE...IL A CONFIER LE TABLEAU A UN COPAIN QUI L'A REPARE,FIN DE L'HISTOIRE.CE N'EST QUE LONGTEMPS APRES QUE LORS D'UNE FETE QU'ON A REPARLE DE CE TABLEAU DE L'ARC ETC,ET LA JE LUI AI DIS QUE C'ETAIT AVEC CE COUPE-PAPIER AVEC MENNEKEN-PIS.AUJOURD'HUI,J'OUVRE ENCORE ET TOUJOURS MON COURRIER AVEC MON FAMEUX"POIGNARD".
A BIENTOT.

Écrit par : NICKY | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

OUI oui Nelly C'est vrai sur la rue Haute, sur le trottoir de l'école des garçons
des pei, accostaient les gens pour rentrer dans leur magasin, tenu en grande partie par des "smaous". Tu pouvais pas faire cinq métres qu'ils étaient la. Personellement, étant un petit ket, ils me laissaient tranquille. Plus grand, ils avaient presque tous disparus, je pense que la police à fini par interdire cette pratique.

Écrit par : Pierrot | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour Jeanke. Il y a pas longtemps j'ai acheté un CD en bruxellois et la chanson "In 't lieg plafon"se trouve dessus. Le chanteur est Remy Ray le label est Silver Star. Que c'est tof à écouter. Tout comme les CD du Vieux Bruxelles où il y en déjà 9 .Merci Guillaume j'ai trouvé ceux qui me manquaient chez le disquaire à Anderlecht.

Écrit par : Nelly | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Jeanke Et les gars, Jeanke encore des disques van bej louvé
int lieg plafon ;o)

Écrit par : Gust Bloem cuul | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

J'ai lu. Que le grand sculpteur français Rodin a, à un moment de sa vie, a habité rue Haute à l 'endroit du café chez Alex.

Écrit par : Nelly | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

rue Haute Je pense que les pei devant les magasins, qui accostaient les gens, on les appelaient "LES LOKKERS". Gilbert confirmation SVP

Écrit par : francine | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Nicky Nous presque 20 ans avant, on jouait aussi aux Romains mais sur la rue et on était encore une bande de 15 à 20 kets. Tous rien qu'en caleçons sur la rue et avec seulement un essuie de cuisine autour de notre taille. Notre épée était en plastic qui après quelques "crix crax" cassait ! résultat je devais recoller l'épée. Moi, je devais toujours joué le rôle du noir, j'avais des crolles à l'époque (une permanente) mais ça, c'est une autre histoire.

Écrit par : Pierrot | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Pierrot. Tu as trop dis ou pas assez au sujet des crolles. Allez STP l' histoire de la permanente.

Écrit par : Nelly | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

oui francine tu a raison ,le pei devant le magasin c'était des lokkers

Écrit par : GUILLAUME | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

PIERROT.. QUELLE VEDETTE,APRES LE THEATRE AVEC TOPAZE,JOUER UN"ZWETTE AVEC DES KROLS"TU AURAIS PU FAIRE DE L'OPERA ET JOUER DANS "OTELLO".

Écrit par : NICKY | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Crolles à 12 francs. Ah, Nelly, beaucoup de filles de notre époque trouvaient Tony CURTIS, un très beau garçon, Tony par ci et Tony par là quelle affaire ! Si tu te rapelles, il avait aussi un beau bec dans ses cheveux. Pour nous les garçons c'était pas évident de faire le même bec. Donc mon meilleur ami de l'époque Léon, connaissait un coiffeur qui faisait pour 12 f le même bec. C'était avec des crolles et bien fait.
Tous les vendredis j'allais chez le coiffeur chercher pour 12 f. des crolles. Un jour mon père, dit à ma mère : alle weke 12 f vi crolle das en betje veul Odile !
Ma mère prit donc, la décision de me payer une permanante, car pour 100 f. elle était tranquille pour ........3 mois. Et voilà le petit Pierrot parti au bain de Bruxelles avec son beau Crollekop à 100 f.
Après un plogeon dans la grande, MES CROLLES ETAIENT PARTIES ! Faché ! Direct en route pour le coiffeur pour demander mes 100 f. de retour.
Rentrant chez le coiffeur et me voyant dans la glace
mes Crolles étaient revenues ! mes cheveux avaient sèchés en cour de route.

Écrit par : Pierrot | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

Crolles à 12 frs Moi je connais un autre peï avec des crolles dont Pierrot aurait pu jouer le rôle, c'est celui de Starsky. De Starsky et Hutch tudu .....

Écrit par : Bloem | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

papier-peint Nicky,ton histoire de tableaux me fait penser à un stut quand j'ètais jeune.Mon père avait bien tapissé sa chambre à coucher,mais dans cette chambre il y avait une toute petite fenêtre qui donnait sur le palier,comme c'était pas très joli,il a tapissé la dessus,moi je rentre dans la chambre et je vois plus la fenêtre,voulant voir de plus près je tappe avec ma main,crac un trou dans le nouveau papier,ma mère engueule mon père,GE KENTER NIKS VAN,une semaine plus tard mon père remet une bande,et moi rebelote je cherche après la fenêtre conclusion de nouveau un trou
mes parents n'ont jamais soupçonné que c'était moi l'auteur du trou

Écrit par : francine | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

ge kenter nix van Tiens, ça devait être une phrase à la mode pour certains couples.
Ma mère disait la même chose à mon père.

Écrit par : jeanke | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

J'ai rien compris ! Mes CHAUKESS,

j'ai écrit un p'tit commentaire sur "le DIEU de la marolle" qui se retrouve en ... 1ère page de ce blog au lieu de retrouver ici !

J'ai eu un p'tit problème avec le "captcha" et je suppose que c'est pour cela que l'emplacement de mon commentaire a été changé. Ce n'est donc pas pour faire le straffe que c'est klaché devant et j'ai demandé à SOPHIE de m'excuser. Daag CHAUKESS. Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 12/08/2007

Répondre à ce commentaire

L'Adonis de la Marolle bien qu'étant très jeune quand il est décédé(8ans) je me souvient très bien d'HENRI VAN KEKET.Grand,fort et blond un vrai Adonis.Sa mort a fait l'effet d'une bombe à la marolle,surtout les conditions où il l'avait trouvé.Il habitait dans la rue de l'Abricotier Leeske était toute son oposée toute petite et brune,sa fille Aline ètait le portrait craché de sa femme.Peut-être que tu pourras rafraichir ma mémoire,Gilbert,quel était le lien de parenté d'Henri avec LAULAU(phonétic)il habitait la maison juste à côté de Kéket.Je crois que le fils de Laulau a été plusieurs x champion de Belgique(catégorie jeune)en lutte?dans les années 80 (début).C'est chouette que tu as parlé d'Henri .

Écrit par : francine | 13/08/2007

Répondre à ce commentaire

Leeske Gilbert,j'ai oublié de te poser une autre question,dans quelle condition l'éouse d'Henri a t'elle trouvé la mort,je ne l'ai jamais su.

Écrit par : francine | 13/08/2007

Répondre à ce commentaire

Henri van "Keket" Henri était un très bon ami de mon beau frère, Marcel dit (Coppi). Avant 1955, ma soeur habitait rue des Prêtres de ce fait, je la rendait très, très souvent visite. Pour me rendre rue des Prêtres, je passait chaque fois dans la rue de l'Abricotier (hé,hé).

Écrit par : Pierrot | 13/08/2007

Répondre à ce commentaire

keket moi j'ai un souvenir de lui lors de 'a met kermis'.ver la soirée coin de la rue de la rasiere et du marché. Il était très énervé, ceux qu'il connaissait pouvait passer, mais avec tous les autres il trouvait une raison pour la castagne
Il valait mieux ne pas être sur sont chemin se jour là.
D'autres jours c'était une crème, mais il se remontait au quart de tour.

Écrit par : willy | 13/08/2007

Répondre à ce commentaire

permanante a 100fr Moi j'en connais un qui a des croles naturelle (hei ma vast)
Il faut dire que dans le debut des années 50 on avait pas de quoi se le permetre, il falait d'abord manger, s'habiller.
10/15 ans plus tard tout avait changé, en fin de moi il restait des sous pour des petites folies, et pourquoi pas des croles.

Écrit par : willy | 13/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Willy. Moi je connais celui qui avait des crolles naturelles. ET pour être crollé, il était crollé ! D'ailleurs le surnom de son père était Krol.

Écrit par : Nelly. | 13/08/2007

Répondre à ce commentaire

permanante à 100 francs ¨Petite fille,je voulais aussi une permanante,mais ma mère ne voulait pas,j'ai scié ma grand-mère ,et elle ma payé cette permanante,mais à condition que j'allais chez sa coiffeuse"Mariatje"rue des ménage.Elle m'a fait une permanante avec des bigoudis en fer qui pesaient au moins 100 kilos sur ma tête,et avec un produit qui puait les égouts.Quand c'était terminé ,je n'osait pas sortir du salon,tellement que c'était moche,j'ai couru jusqu'à chez moi de peur de rencontrer une amie.Mais le topo,quand mon père m'a vu il m'a dit: Awel maske,zei da our in pakses van zeve gezet.J'ai couru plus de trois mois avec un foulard sur la tête.

Écrit par : francine | 13/08/2007

Répondre à ce commentaire

Henri & Leeske pour l' Eternité Merci pour les crolles men schuu CHAUKESS c'est vrai que j'en avais plein plein plein la tête !

Pour Francine : oui Lesske a eu un destin tragique car ... elle habitait tjs dans le bloc en face de l'hôpital mais pas dans le même appartement où elle avait habité avec Henri.

Elle était très très déprimée, et un (très vilain) jour elle s'est jetée par la fenêtre (je t' donnerai les détails sur ton e-mail).

Pour "Laulau" ou "Lauke" son nom est je crois : BOUCAR et il est ou était président de la Fédération de la lutte... libre ou gréco-romaine ? de Belgique et en effet son fils a été plusieurs fois champion de Belgique, certains championnats se sont, je crois, déroulés dans le préau de l'école 7.

Je ne sais pas si Laulau avait un degré de parenté avec Henri van Kéket, la dernière fois que je lui ai parlé +/- 2 ou 3 ans il faisait le vieux marché just'en face du café d'Alost (Chez Aline).

Les parents de Leeske habitait rue des Tonneliers et son père était TOUJOURS scheil zat of zat of mo em baitche zat MO NUUT NI, NUUT NI NUGTER et son surnom était de "Braavem Belg'" car il n'arrêtait pas de dire "ik ben nem braavem Belg'" et il avait une "tête" ce pei, incroyable ! un raare, raare pei. Daaag al men schuu CHAUKESS.Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 13/08/2007

Répondre à ce commentaire

Les commerçants Juifs = des MAITRES ! Un beau pantalon, Monsieur, une belle veste, Madame ?

Oué mes CHAUKESS, surtout dans les années 50 lorsqu'on déambulait rue Haute on se faisait SANS ARRET "accrocher" par un vendeur devant les nombreux magasins de vêtements !!!

L'accrocheur était souvent un bruxellois du coin quoique certains Juifs avaient aussi un parfait accent pour "accrocher"

Justement pour se distinguer de cette manoeuvre, le magasin "Saint-Médard" (en-dessous de l'hôpital St-Pierre) avait disposé un grand panneau devant sa devanture. Ce panneau représentait la scène d'un client sur le trottoir qui avait autour du cou un grand crochet avec une corde que le patron du magasin tirait à l'intérieur avec l'inscription : "Ici on n'accroche pas le client" -- hei ma vast !

J'ai longuement et souvent observé comment les commerçants de vêtements (pratiquement TOUS Juifs ) travaillaient awel fallait reconnaître que c'étaient des MAITRES -- patients, tenaces, convaincants, imaginatifs, très très commerçants, toujours positifs, extravertis, bref NEKI BINNE GE MOEST KUUPE, GE MOEST ! Les 3 plus forts que j'ai connu c'étaient les frères SIMON & (trou d' mémoire mais je le connais !) son frère qui ont créé "PARIVIENNE à la rue Haute, je les aimaient beaucoup -- 2 CRACKS -- et aussi "MAXON" un p'tit mag près de la rue de la Rasière !!!

J'ai, un jour, visité Israël, YAA MENOUNGKEL, awel là j'ai ossi compris beaucoup d' chose, mais ça c'est une autre HISTOIRE -- hei ma vast !

Daaag al men schuu CHAUKESS. Gilbert

Écrit par : Delepeleere | 13/08/2007

Répondre à ce commentaire

MAGASIN... SAINT-MEDARD,DANS LA VITRINE IL Y AVAIT UN MANNEQUIN ENFANT QUI PLEURAIT A GROSSES LARMES,(NE ROEIGE,IL A DU FAIRE PEUR A PLUSIEURS PETITS)SUR UNE RECLAME ETAIT INSCRIT:NE PLEURE PAS BERNARD,PUISQUE TU T'HABILLES CHEZ SAINT MEDARD.CA VOUS DIT QUELQUE-CHOSE?
A BIENTOT.

Écrit par : NICKY | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

Ouf Gilbert !! Quand j'ai vu le titre sur les Juifs ....j'ai cru qu'on allait en dire du mal !!! Tu connais mon attachement pour cette communauté hein ? Israël est pour moi un projet futur peut-être lointain mais je m'y accroche !!! Tu sais aussi que ma mère à rendu service à la famille du magasin Dandy (les soeurs jumelles) pendant la guerre....De ce fait les prix étaient souvent revus à la baisse et comme j'étais tellement maigre...on me faisait des vêtements sur mesure chez Dandy et Michiels (et oui...j'étais un garçon manqué ;-)....parfois le patron conduisait ma soeur aux Arts et Métiers avec sa Ferrari juste pour stoeffer un peu...il savait que cela faisait plaisir...Ma soeur étant plus âgée que moi connaissait bien les commercant de la rue Haute...quelqu'un se souvient-il du marchand de fleurs à côté du Sarma face à Dandy et du Coiffeur à côté de chez Coop dans les années 60-70 ?

Écrit par : sophie | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

Leeske Quand elle s'est jetée par la fenêtre, je crois que c'était ma tante Alida qui était la première sur place (elle habitait là aussi) ...Cette pauvre dame ne s'est pas ratée elle s'est jetée de bien haut ! Il y a eut aussi un autre suicide dans les nouveaux blocs...Le jeune garçon qui habitait juste au dessus de chez ma tante s'est jeté dans le vide parce que ces parents ne voulaient pas le laisser sortir...j'ai oublié le nom de cette famille...c'était dans la fin des années 60 début 70.....Ma tante (encore une fois) l'a vu passer devant elle...par sa fenêtre...dans le vide !!! Elle fut bien choquée !
C'est pas que je veux rester dans le noir mais dans les vieux blocs c'était pas mieux ! Mes grands-parents habitaient dans le 1er bloc au n°5 rue des Orfèvres et la cage d'escalier était bien dangereuse...Au centre de ces escaliers, il y avait un grand vide carré jusqu'au 5ème et souvent, le matin...il y avait un corp dans le bas...à la cave ! Même un pauvre monsieur qui habitait au 5 ème est tombé 2 fois dedans...scheile zat mais il a survécu !!!! un miracle !!!

Écrit par : sophie | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

Ici on ne paie que les boutons Chère SOPHIE,

awel je parlais de 2 frères (dont un se prénomme SIMON) eh bien l'autre-- j' parviens pas à me souvenir de son prénom.. -- portait une fine moustache et avait effectivement acheté en 1966 une Ferrari grise métallisé (ai aussi été dedans) il avait fait peindre sur sa vitrine (DANDY) "Ici, on ne paie que les boutons", remember ? après il a ouvert un grand mag à la rue Neuve (à peu près en face du ciné L'Etoile)... Je pense que SIMON est retourné en Israël (pas certain). Quand j' les ai vus arrivés vers 1950 ils ont ouvert un p'tit mag près de la rue des Renards et ces 2 frères avaient une passion commune : LA VOITURE, et comme cela marchait vollem bak, ils achetaient une nouvelle voiture après qq mois parfois. J' me souviens d'une des 1ères voiture de SIMON c'était une DKW (Auto Union)..jaune, après, après awel em baitche van alles.

Écrit par : Delepeleere | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

Un drame stupide rue Haute Oui, SOPHIE

Pour le jeune garçon, eh oui, il se prénommait "FABIAN", je suis quasi certain que mon TITI devait bien le connaître !
Il fréquentait le même club de Jeunesse que moi (rue des Tanneurs) il était plus jeune que moi et ne faisait pas du tout partie de mon "cercle".

Il voulait partir avec sa petite amie à la Côte d'Azur et son père avait refusé, une dispute a éclaté et s'est transformée en drame stupide sous les yeux des parents. La maman était une ancienne amie de ma mère (on la surnommait "Poupoule"). Très triste.

Écrit par : Delepeleere | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

Hello Gilbert. Le patron du magasin "Chez Dandy", qui était en face du Sarma ,s'appelait Maurice. C'était un ami de Gust du Papillon . Maurice quand il savait aider les gens quartier le faisait de bon coeur. Ensuite il a eu un magasin Dandy rue Neuve.

Écrit par : Nelly | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

On paye que Les boutons Nous les kets, on rentrait dans le magasin et on demandait "Un beau costume Monsieur, mais sans les boutons". Gille, je pense que Fabian à reçu ce surnom suite au disque "TIGER" chanté par Fabian. On entendait beaucoup ce disque à votre "scooter".

Écrit par : Pierrot | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

Chapeliers. Rue Haute, il y avait plusieurs chapeliers, qui vendaient également des casquettes mais aussi des chemises et de cravates " Raymond,Nelson, Jules "etc...Le chapelier "Miggerode"qui était un des plus vieux magasin de la rue là on y vendait uniquement des chapeaux et des casquettes. La mode a changé et ces magasins ont fermé les uns après les autrres.

Écrit par : Nelly | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

Le juste prix. Ma bobonne parlait toujours en bruxellois et connaissait très peu le français. Quand nous étions dans un magasin et même un magasin très chic du haut de la ville elle demandait toujours "C'est le juste prix?". Je dois dire que très souvent on lui faisait une ristourne.

Écrit par : Nelly | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

Drame de la rue Haute. Ma soeur Jeannine, pense que le garçon s'appelait, Jean-Marie, la police étant présente n'a pas su empêcher le drame. Elle a connu Jean-Marie, au "BLUE MOON" rue de la Senne.

Écrit par : Pierrot | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

Bonjour a TOUS Cher Simon ,Paris Vienne j'ai souvent acheter il avait de la caliter et de bonne marque, pour Maurice ? Dandy c'etait plus du tout venent mais le folclore en plus et Maurice c'est voitures........ Nelly il n'avait pas une Rolls a un certain moment .
La dernierre foix que je suis aller cher Simon il y a une quinzaine d'année et il se retirait doucement des affaires qu'il ma dit pour remaitre a sa Fille et sont Gendre.
La boucherie chevalinne c'etait cher Jefke, pourle bifteque la grosse piece qu'il metait sur sont block , un couteau plater pour tenir, et allor il coupait le morceau soivent l'epaisseur que tu voulait le grand art
Puis la grande Quincallerie a coter de Jefke
La triperie en face a coter du peigne d'or , la hure et le pie de vache et le foie de porc un regale que on ne touve plus .
J'ai une photos de la classe de mon pere a l'ecole 7 fin des années 1920 et il a été chanpion de Belgique de lutte Greco Romaine fin des année 30
Mois j'ai fait de la lutte fin des année 50 mais j'ai du arreter suite a une commosion cerebrale en ski la tete dans la neige et manque de bol un rocher
Sofie quand tu a un mail je t'envoie des photos , fait le mois savoir Francis Janssens

Écrit par : Janssens Francis | 13/01/2008

Répondre à ce commentaire

lutte libre Je cherche Patrick Boucar, spelling not sure? Un vieux amis de Bruxelles du RAACB. LOng time no see man!
merci.
Steve (Miami, FLoride)

Écrit par : steve harivel | 20/08/2008

Répondre à ce commentaire

Hello bonjour Steve,

Je sais que depuis ta recherche tu as retrouvé Patrick. Mon papa nous a bien fais rire, la dernière fois que tu es passé au marché il ne t'a reconnu et était bien embêté par la suite.

J'espère que tu vas bien mais je n'en doute pas au commentaire reçu de Patrick.

Jeanine

Écrit par : boucarJeanine | 17/10/2014

steve harivel je suis voisine avec les parents de Patrick et je vais faire suivre votre demande . un peu de patience

Écrit par : jeannine goossens | 21/08/2008

Répondre à ce commentaire

a Francis Janssens concerne l'ecole 7 , vous ne savez peut etre pas qu'il y a un blog uniquement avec des anciens eleves de l'école 7 ( http://ecole7.skyrock.com )et si vous avez une photo de classe de votre papa , soyez sympa ...ayez une pensée pour moi . merci d'avance

Écrit par : jeannine goossens | 21/08/2008

Répondre à ce commentaire

Dandy et Parisvienne Bonjour,
je tenais à vous remercier d'évoquer Maurice Sierzant et Simon Sierzant dans vos commentaires.
Maurice est mon père et Simon mon oncle, et à travers vos commentaires, j'apperçois une époque ou eux, plus jeunes, participaient un peu à la zwanze Bruxelloise.
Pour vous donnez des nouvelles de leur vie post Dandy et post ParisVienne, ils vont tous les deux biens et restent encore très actifs. Mon père gère une entreprise immobilière situé au Sablon " Sontag S.A " (n' hésitez pas à aller le saluer, c'est à côté du pain quotidien) et mon oncle c'est retirer des affaires (mais il continue à rouler avec de belles voitures).

Par ailleurs, Akim un ancien ami de mon père et ancien catcheur va lui aussi bien.

Au plaisir de lire vos commentaires,

Écrit par : Sierzant David | 22/12/2009

Répondre à ce commentaire

Si vous voulez prendre contact avec moi l'adresse mail exacte est dacitore@ulb.ac.be ou asimov@skynet.be

Bien à vous,

David

Écrit par : Sierzant David | 22/12/2009

Répondre à ce commentaire

très cher David,

Je suis fière de toi et de ce que tu deviens.
Embrasse bien tes parents pour moi.

Très affectueusement.

Stéphane

Écrit par : Baudry | 29/05/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.