UA-38716482-1

16/05/2007

Héliport - Allée Verte à Bruxelles

 

 

 

 

Les hélicos de l’Allée Verte.

 

Les Américains utilisaient le sommet de leurs gratte-ciel, ici, plus terre à terre, on a choisi le site de l’Allée Verte, à quelques centaines de mètres de la Place Rogier. L’idée de la SABENA était d’établir une connection rapide et ultra moderne avec Paris, par hélicoptères ! Le premier appareil à voilure tournante est le Sikorsky S-55 qui est remplacé par le S-58 C jusqu’en 1965. La Belgique est pionnière en hélicos, dès 1950 une demi-douzaine de villes reçoit le courrier via les S-55, les passagers suivent. Jos Casters était un de ces pilotes : « L’ambiance n’était pas tellement différente de n’importe quelle aérogare, si ce n’est que l’Allée Verte était située en pleine ville. Les passagers étaient accueillis par des agents de service, il n’y avait pas de demoiselles, et recevaient un chewing-gum, contre le mal de l’air je suppose, et, sous cellophane, des tampons d’ouate, pour le bruit de la cabine, j’en suis certain. On peut le dire aujourd’hui, le vol Bruxelles/Paris était un coup de publicité : volez de Bruxelles à New York et vous avez un vol hélico de Bruxelles à Paris gratuit ! ». Le S-58 C pouvait emporter douze passagers mais la météo et les vents du Sud-Ouest déterminaient en fait le nombre de passagers pour des raisons de consommation d’essence. « Si nous ne pouvions embarquer que 10 passagers sur les 12 annoncés, deux d’entre eux regagnaient l’aérogare et attendaient le prochain vol… un drink SABENA à la main, bien sûr ». Un S-58 C consommait en moyenne 340 litres d’essence par heure de vol !

L’Allée Verte mérite une étude historique d’envergure.

Robert Dehon

 

Source : « Carnets de Vol », n° 21, article de R. Dehon.

 

 

S55_Melsbroek

 

 

Belle étude d’un S-55 à Melsbroek où se trouvait l’écurie des hélicos SABENA.

 

Allée_Verte_1955

 

 

 

Oblique sur l’Allée Verte en 1955, l’aérogare est à gauche.

 

Allée_Verte_1955bis

 

 

Jolie vue sur le terrain avec des S-55 ; la piste permettait aussi de recevoir de petits porteurs pour le courrier… en plein centre de la Capitale, fou, non ?

 

Allée_Verte_1955ter

 

 

Un S-58 C parqué devant la verrière du garage Citroën.

 

Brussels_Paris

 

 

Carte de navigation simplement établie à partir de cartes Michelin, l’Allée Verte est indiquée en bas à droite. Il n’y avait qu’un seul pilote, pas de copilote. S’il y avait du brouillard, on suivait les lignes de chemin de fer : pilotage à vue ! Une série de points géographiques remarquables sont repérés, y compris des zones d’atterrissage d’urgence.

 

Merci à Robert Dehon pour ces précisions sur l'histoire de la Sabena à Bruxelles.

 

 

 

 

Commentaires

presque incroyable... précieux documents
amitiés

Écrit par : Daniel | 16/05/2007

Répondre à ce commentaire

eh ben !!!! on en apprends des choses, hein Sophie ? belle documentation, en tout cas
bonne journée a toi
a bientot

Écrit par : Jilou | 16/05/2007

Répondre à ce commentaire

Super !!! Les hélicos et moi une grande histoire !!!!!
Bonne journée Sophie.
Bisous

Écrit par : Charles | 18/05/2007

Répondre à ce commentaire

Hélico postal Je suis français, mais natif et buxellois de coeur. Mes grands parents maternels habitaient Bd Barthélémy. Avant 1950 mon grand-père (Bonpa) m'a emmené voir un petit hélicoptere postal qui atterrisait Porte de Ninove. Félicitation pour votre blog.

Écrit par : CÔME Roger | 14/11/2009

Répondre à ce commentaire

Une idée à reconstruire, comme capital de l'Europe.
Et au même endroit.

Écrit par : Vandenbreede | 11/09/2010

Répondre à ce commentaire

A la chaussée d'Anvers, je connais bien enfin je connaissais, j'y ai grandi, d'abord rue Masui et enfin dans la petite rue"rue de l'Eclusier Cogge" tout au fond. Notre jardin longeait la Senne !!! pour moi et mes frères un bonheur. Peut être moins pour les parents !!
En été ça stinkait peut être un peu, mais en hiver quand elle était bien gelée... mes frères sortaient leurs patins et hop, non sans avoir d'abord envoyé le chien bien attaché, tester la solidité de la glace.
Merci pour les photos...

Écrit par : De Rouck Eliane | 04/11/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai 58 ans et en 1960 j'habitais rue du frontispice derrier le depot de sarma(Gd magasin....qui a brule) quand je pense encore a ce temps-la et les quelques annees qui suivirent et le quartier de le chaussee d'anvers et leurs kermesses que de regrets de connaitre ce monde pourri actuel signe nostalgie annees 60.70

Écrit par : v d haegen | 30/04/2011

Répondre à ce commentaire

Je suis arrive a bruxelles en 59 le jour de la fete des meres.
La braderie de la chaussee etait fantastique .il y avait le moulin a chaine etc mais le plus beau c'etait les groupes folkloriques et les majorettes des Pays -Bas.
Il y avait a cette epoque des bistro tres connus. Chez jean a la barriere devant la rue sans nom qui donnait sur la place Gaucheret, le cafe chez Geuz? rue Masui.
Chez Jean L'ambiance et le sportman. Ce dernier fut la base DJ de la derniere braderie vers la fin des annees 60.
La fille que j'ai marie habitait juste en face du bout de piste de l'heliport jusqu'en 1961.Je precise que j'allais a l'ecole n04 place Gaucheret et je rends hommage aux instituteurs Fillee, Copain, Borremans, Dufour,De cocq et le directeur qui m'a colle tant de fois le laboureur et ses enfants.J'etais un bon eleve mais tres turbulent donc punitions.Je suis ne en 1949.francais mais mon coeur est bruxellois
Moi aussi je suis tres triste de voir le quartier de la chaussee devenu une casba de meme que la rue de brabant qui avait aussi une superbe braderie.

Écrit par : andre Bouchez | 12/08/2013

j'ai aussi 58 ans et j'habitais rue de Téléphone dans l'impasse je me rapelle de la chaussée d'Anvers et la plaine de jeu en face du parvis St Rock, j'allais roulé a vélo sur les pistes de cet héliport désaffecté, que de souvenirs.

Écrit par : Mertens Marcelline | 30/03/2014

j'ai aussi 58 ans et j'habitais rue de Téléphone dans l'impasse je me rappelle de la chaussée d'Anvers et la plaine de jeu en face du parvis St Rock, j'allais rouler a vélo sur les pistes de cet héliport désaffecté, que de souvenirs.

Écrit par : Mertens Marcelline | 30/03/2014

j'ai aussi 58 ans et j'habitais rue de Téléphone dans l'impasse je me rappelle de la chaussée d'Anvers et la plaine de jeu en face du parvis St Rock, j'allais rouler a vélo sur les pistes de cet héliport désaffecté, que de souvenirs.

Écrit par : Mertens Marcelline | 30/03/2014

Bravo pour ce site qui concacre mon passé de Brusseleer depuis 1950,

Merci, Alain

Écrit par : Alain Frankignoul | 29/04/2012

Répondre à ce commentaire

Merci André pour votre témoignage.... En passant par là aujourd'hui, on a bien du mal à réaliser à quel point ce quartier était "vivant".... A présent, place aux building... et à la circulation aux heures de pointes... le soir... tout est mort

Écrit par : sofei | 12/08/2013

Répondre à ce commentaire

N'est-ce pas gaspillages de ressources? Dans l'économie d'aujourd'hui, cela ne peut jamais être soutenue. Je souhaite carburants alternatifs obtient disponible dès le moment de la pénurie de carburant et des coûts élevés sont la principale raison pour ralentir ralentissement économique.

Écrit par : science kit | 28/04/2014

Répondre à ce commentaire

Je me rappelle avoir vu ces beaux Hélicoptères quand je passais sur le viaduc début des années 60! j'avais 6 ans et cela m'impressionnait toujours....de même que ce squelette nous regardant et qui avait été placé à une fenètre d'un immeuble ;) lol (peut-être un magasin médical?)

Écrit par : bernie | 12/10/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour ces belles images d'antan. Je me rappelle avoir pris l'hélico Bruxelles Duisburg (Allemagne) en juillet 1959 pour aller voir ma petite amie d'alors ... J'avais 21 ans! Le voyage à 150 km/h et à 150 m d'altitude fut inoubliable, on voyait les gens marcher sur les chemins de campagne. Le temps était heureusement très clair. L'hélico pouvait transporter 12 personnes.

Écrit par : Fernand Samsoen | 24/10/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour ces images et commentaires, j'ai 59 ans et j'habitais rue Martha pres du cafe de diest chez nike en face il y avait un autre cafe chez Roza et au coin de la rue Martha et la rue du telephone il y avait la societe copérative COS qui louai des chapiteaux les patrons Tamara et Bernard (je crois) Wattelet.
En bas de la rue Martha coin avec la chée d'Anvers etait le café chez Hermine j'ai oublier le nom, a l'autre coin la Continental Menkes

Écrit par : Jean-Paul Roelens | 13/02/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.