UA-38716482-1

07/05/2007

les abandons d'enfants

A la fin du 19ème siècle un problème humain se posait.  Pour enrayer une épidémie d’infanticides, le décret du 19 juillet 1811 fut mis en place et l’installation de tours d’hospices fut prévue aussi bien en France qu’en Belgique. 

 

C’est ainsi qu’en 1852 le tour bruxellois fut d’abord installé rue du Bois Sauvage pour déménager ensuite au boulevard Pachéco. 

 

enfants

 

 

Le tour d’hospice était un cylindre avec une ouverture sur une face et qui tournait sur lui-même.  Placé dans la façade il y avait juste à côté une sonnette et un écriteau sur lequel on pouvait lire « Hospice des Enfants trouvés et abandonnés ouvert tous les jours de 6heures du soir à minuit »….On peut imaginer que ces heures convenaient à la discrétion ; ainsi dans l’obscurité et à l’abri de regards on pouvait glisser « le paquet » dans le cylindre.  Après un timide coup de sonnette, un surveillant de l’intérieur faisait tourner celui-ci et le bébé dont personne ne voulait partait rejoindre d’autres enfants sans parents.   

 

Toutefois, la mère qui se débarrassait de son bébé pouvait laisser un billet de reconnaissance lui réservant une possibilité de reprendre l’enfant plus tard.  Ce billet était un morceau de papier écrit ou une image qu’elle déchirait en deux.  Elle glissait une moitié dans la couche du bébé et conservait l’autre partie.  Il suffisait plus tard de joindre les 2 parties pour qu’elle puisse le récupérer. Malheureusement ces billets n’ont pas été de grande utilité pour un bon nombre d’enfants que l’on n’est jamais venu rechercher.   

 

salle des enfants trouvés

 

 

salle des enfants trouvés...

 

 

Il y eut tellement d’abus que ces endroits furent très vite surpeuplés.  C’est la raison pour laquelle la France les supprima assez vite.  Comme celui de Bruxelles resta le seul à fonctionner les dépôts d’enfants affluèrent d’avantage et pris une telle proportion que le Conseil communal ordonna la fermeture de celui-ci en décembre 1856.  Le Bourgmestre de Brouckère pris la décision de supprimer le tour moyennant des secours distribués aux filles mères.

 

 

enfant_002

 

 

Bruxelles ne pouvait plus prendre à son compte l’entretien d’enfants abandonnés apportés de toutes les villes.  Le Collège s’attaquait aussi à certaines accoucheuses qui se faisaient des revenus en aidant les mères à se débarrasser de leurs nouveaux nés moyennant de fortes sommes. 

Commentaires

bien des malheurs tout cela...que de misères...
et le prochain post?? meilleur pour le moral j'espère...mais la vie est ainsi faite de bonnes et de mauvaises choses.
bonsoir sophie

Écrit par : Daniel | 07/05/2007

Répondre à ce commentaire

kikou petit coucou en passant, a bientot,biz.

Écrit par : andora | 07/05/2007

Répondre à ce commentaire

maternité pour les femmes pauvres Il y a eu, bd Pachéco, un endroit pour les enfants abandonnés. Mais il y a eu aussi un endroit, situé à peu près sur l'actuel boulevard (et anciennement rue de l'Hôpital), où s'est trouvée provisoirement la maternité pour femmes dans la misère de l'Hospice du Pachéco, délocalisée provisoirement à l'ancien hôpital Saint-Jean (le tout vieil hôpital Saint-Jean).
C'est là que mon arrière-grand-mère Mathilde Kockelmeyer-Wynants accoucha de plusieurs de ses enfants (dont mon grand-père Constant, le jour du printemps 1900; son père était alors en prison). Cet endroit a permis à des femmes vraiment sans un sou d'accoucher dans des conditions décentes et d'avoir, j'imagine, une petite aide pour manger. Un peu moins de femmes mortes en couches et de bébés morts de faim. Merci à ces gens dont on ne connaît pas les noms.

Écrit par : chantal | 08/05/2007

Répondre à ce commentaire

Merci Chantal pour ces précisions...il n'y a presque pas ou pas de livres qui en parlent malheureusement...c'est une info que j'ai obtenue par une vieille personne !

Écrit par : sophie | 08/05/2007

Répondre à ce commentaire

Dur dur ! yop Bonjour,
J'ai vu le jour dans la cuisine rue henry berger! Apres j'était avec maman a l'hopital st pierre!
IL y avait beaucoup de sage femmes, qui aidais les mamans a avoir leurs enfants à la maison.
J'ai jamais demmander a maman pourquoi st pierre!
Un soir j'était sous la table,les parents et leurs amis jouai au rami.J'ai enttendu : tu a vu jean encore un pauvre kneul dans le canal comment ces sluurs peuvent faire ces crimes atroce!
DUDU

Je croi que le canal a beaucoups de secrets des années 1900!

Écrit par : amenmonfils | 19/05/2007

Répondre à ce commentaire

naissance bonjour à tous
mon père est aussi né dans la cuisine,rue de la pompe,maintenant tour des finances
faisant de la généalogie,j'ai souvent vu les actes de naissances,ou il y avait la description des habits,et souvent une carte à jouer coupée en deux
mon grand oncle maternelle,est né de fille mère en 1887 à l'hospice de la maternité,rue de l'infirmerie,n°3,le directeur qui fait la déclaration était FRANCOIS BRACKX agé de 32 ans et habitait au n°1
continue sofei,ce que tu fais est magnifique
jacques de wsp

Écrit par : fire | 19/05/2007

Répondre à ce commentaire

acte de naissance enfant trouvé à BRUXELLES,le 12/03/1816 à six heure du soir dans le tour de la porte de l'hospice des enfants trouvés,il était couvert de haillon et portait pour marque caractéristique,la moitié d'un 6 de carreaux,sur lequel il était écrit JOSEPHINE FRANCOISE ARGENT agée de 17 mois

ils abandonnaient,pas que des nouveaux nés

jacques de wsp

Écrit par : fire | 20/05/2007

Répondre à ce commentaire

Enfant de la patrie Quand j'ai demandé l'acte de naissance de mon ancêtre Lambert Caersoel (ou Kaersoel) (Bruxelles vers 1788), je n'ai pu l'obtenir, car il était "enfant de la patrie", c'est-à-dire orphelin (abandonné ou parce que ses parents étaient morts ? Je ne l'ai jamais su). D'autre gens que moi ont essayé de savoir qui étaient les ancêtres de Lambert Caersoel...en vain. Etait-ce d'ailleurs son véritable nom ou avait-il été adopté sous ce nom ? Mystère.
Pas facile, la généalogie avant les registres de l'état civil.

Écrit par : chantal | 21/05/2007

Répondre à ce commentaire

Le registre des enfants trouvés se trouve aux archives du CPAS de Bruxelles

Écrit par : Meeus | 13/12/2013

Naissance à la maison Dans le "vieux temps", presque tous les enfants venaient au monde à la maison. Ma grand-mère paternelle (Marie Kaersoel 1909) est née à la Cité Vanderkelen (ça donnait Rue des Vers), sa mère à elle (Catherine Vanhaelewyck) rue des Minimes, mon père (Michel Wynants 1930) au 24 rue de l'Economie et son frère (Joseph 1935) au 22 rue des Radis. Ca ne devait pas être facile en cas de complications lors de l'accouchement. Pas mal de femmes mortes en couches.

Écrit par : chantal | 21/05/2007

Répondre à ce commentaire

retrouvailles avec le passé Bonjour, je suis l'arrière petite fille de Monsieur Carolus ULIERS qui a été trouvé dans un tiroir à Anvers le 1 avril 1853. Sa maman l'avait abandonnée et l'on a trouvé sur lui une photo coupée en diagonale représentant Ste Magdeleine et du linge très fin et brodé. d'après nos renseignements se serait le maitre de maison qui l'aurez mis enceinte mais comme elle n'avait pas le sous elle a été contrainte de l'abandonner. Mais 150 ans après il a toujours de la déscendance. Quelle reconnaissance pour ce bébé.

Écrit par : ULIERS | 05/05/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Lisant votre message sur votre aïeul abandonné à Anvers, je souhaiterais vous demander comment vous avez pu trouver cette information. Je fais à mon tour une recherche sur mon arrière arrière grand-père, qui fut aussi "een vondeling", c'est à dire un enfant trouvé dont la date de naissance est le 11 mai 1853.
Merci pour votre réponse

Écrit par : Daliers | 13/11/2014

Madame, Monsieur,

J'ai répondu à votre mail un peu plus bas

Cordialement

MME GRESSIER ULIERS

Écrit par : GRESSIER ULIERS | 16/03/2015

Mon grand-grand-grand-grand père maternel Simon Wollanders a été trouvé abandonné près du Catersteen et a été baptisé en 1789 à Sainte Gudule. Dix huit ans plus tard celle dont je suis l'arrière-arrière-arrière petit fils a été trouvée abandonnée dans la rue Montserrat. "Enfant de la patrie " elle a été déposée à l'âge de six mois à l'Hospice des enfants trouvés et inscrite dans les registres de l'état civil sous le nom de Petronille d'Orlean. Engagée plus tard comme servante à Hoeilaart, elle y épousa en 1834 son employeur et devint la belle-mère du fils de Simon. De ce fils, Jean Baptiste, je suis l'arrière-arrière petit fils maternel.

Écrit par : Erik | 13/09/2013

Répondre à ce commentaire

bonjour,je m'appelle alain testaert fils de charles testaert ne rue des tanneurs en 1930 puis a habiter rue evers ,son papa est ne lui aussi aux marolles son nom Adolphe testaert veuf de van eeckenrode marguerite(dcd en 1936)je vous demande si il y a des dossiers que je pourrais consultés sur la vie de mes ancêtres mis a part votre magnifique site je vous remercie d'avance

Écrit par : testaert alain | 30/12/2013

Répondre à ce commentaire

Madame, Monsieur,
J'ai appris que mon grand père avait été abandonné dans un tiroir de la gare d'Anvers car nous avons eu des papiers l'attestant. Il existe un livre en Belgique qui donne tous les noms des enfants qui ont été abandonné et le nom de ce grand père était inscrit dans la liste. Mais malheureusement j'ai donné à mon frère qui porte encore ce nom de famille tous les éléments et acte de naissance de cet aieul j'ai essayé de les recupérer mais en vain. Je sais que cet aieul a été Pupille de la nation il a appris de métier de boulanger à Anvers en belgique jusqu'à l'age de 16 ans et ensuite il est parti en France où s'est marié à une jeune fille du Territoire de Belfort.
Bonne recherche
MME GRESSIER ULIERS

Écrit par : GRESSIER | 16/03/2015

Répondre à ce commentaire

Madame ULIERS et Madame ou Monsieur DALIERS,

Vous avez évoqué tous deux récemment un aïeul abandonné à Anvers; je fais moi-même des recherches sur le sujet car ce fut le cas de mon arrière grand-père à la même époque que Mme/Mr DALIERS, il aurait été abandonné à Anvers également avec un petit mot dans son couffin signifiant qu'il était de père espagnol (Martinus REQUESENS - date de naissance 11/11/1854) Vous parlez d'un "grand livre qui donne tous les noms des enfants qui ont été abandonnés": savez-vous où il peut être consulté??

D'avance, merci!

Écrit par : Anne-Charlotte | 26/04/2015

Répondre à ce commentaire

bonjour,je vais vérifié dans mes notes ,mais de mémoire cela dépend a l’époque sous quelle dénomination l'enfant a été répertorié ex:orphelin ,enfant mis en orphelinage,etc il y a de cette époque et pour Anvers des répertoires a la ville de paris mais je vais regarder sous dizaine ,regarder aussi sur le site généalogique des archives de l'etat de la hollande

Écrit par : testaert | 26/04/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.