UA-38716482-1

28/03/2007

L'avenue Louise et son histoire

La reine Louise-Marie de Guillaume Geefs buste en marbre

L’avenue Louise doit son nom à une Reine, (la première de la Dynastie) et une princesse (la fille aînée de Léopold II).

Le souvenir de deux grandes dames est perpétué par l’avenue Louise : une Reine, la première de la Dynastie, et la fille aînée de Léopold II

 

Il y eut d’abord la place Louise dont on fait une Porte et puis une rue Louise que l’on a surnommé le Goulet.  Vint ensuite la place Stéphanie, dédiée à une autre fille de notre deuxième Souverain.  Là s’amorça l’avenue du Bois de la Cambre que l’on s’empressa de débaptiser pour associer à son prestige naissant une princesse.  Ainsi deux marraines sous un même prénom ont ennobli une voie unique en son genre

 

charles vanderstraeten constructeur de la porte louise et bourgmestre dixelles 1846-1855 et 1858-1861

 

 

Charles Verstraeten constructeur de la Porte Louise et bourgmestre d'Ixelles de 1846-1855 et 1858-1861

 

img033

 

Gravure des collections des Archives de la Ville, avec pour légende : « Avenue du Bois de la Cambre, ce qu’elle pourrait devenir, nouveau projet pour l’arrangement de la grande promenade vers le Bois de la Cambre, 1864.  On voit à gauche la colline d’Ixelles, à droite celle de Ten Bosch

 

av louise

 

Avant 1840, l’avenue de la Toison d’Or se présentait sous forme d’un immense glacis.  Peu de maisons y étaient construites.  De la porte de Namur à la Porte de Hal, il n’y avait pas une seule communication directe entre la ville et les faubourgs d’Ixelles et de Saint-Giles.  A l’Est de cette avenue s’étendaient des terrains accidentés, coupés par le profond vallon de Ten Bosch.  On y voyait à côté de grandes maisons de campagne, des champs, des prairies et des terrains vagues. 

 

à droite près du coin du bld de la Cambre, lhôtel Aubecq, chefs doeuvre de Horta en 1900 démoli en 1950

Ici, près du coin du boulevard de la Cambre, l'hôtel Aubecq...un chefs d'oeuvre de Victor Horta (1900)...démoli en 1950 !!!!  Encore un immeuble de ce grand architecte rasé !!!!!

 

 

C’est en 1841 que Jourdan et De Joncker obtinrent de construire sur leurs terrains situés vers le milieu de l’avenue de la Toison d’Or, sur le territoire de Saint-Gilles, le Quartier Louise.  Ils purent ouvrir une porte : la porte Louise.   Le gouvernement autorisa l’établissement d’une route (la chaussée de Charleroi), allant de la porte Louise vers le viaduc de Saint-Giles (chaussée de Waterloo).  La construction de la chaussée se fit moyennant la concession d’un péage pendant 90 années.

 

108 av louise le princess restaurant 1905

 

108 avenue Louise.....Le Princess Restaurant

 

Sans contestes, cette route sera d’un caractère d’utilité publique, elle offrira de nouvelles activités, embellira les environs de la ville. 

 

La route fut achevée en octobre 1843.  Très vite elle exerça une influence profonde sur la partie encore rurale du faubourg qu’elle traversait et très vite de nombreuses habitations s’élevèrent dans son voisinage.  Un nouveau quartier prit naissance (quartier Louise).   Les belles bâtisses eut pour effet d’accroître rapidement la valeur des propriétés particulières. 

 

303-307 le barbier de lavenue

Commerce au 303-307 de l'avenue....le barbier d'époque

 

Vers 1847, trois rues y étaient ouvertes : les rues de Joncker, Jourdan et de Saint-Gilles (actuelle rue Jean Stas).  Pour donner une impulsion nouvelle au quartier, Jourdan et De Joncker reprirent cette année là, l’idée d’y construire une route monumentale reliant la ville au Bois de la Cambre.   Il leur a fallut revoir les plans plusieurs fois afin d’obtenir l’accord du Gouvernement.   Pour arriver à cet accord, ils feront appel au géomètre Druaert.

 

abbaye de la Cambre

L'Abbaye de la Cambre

 

 

Le conseil communal de Bruxelles vota sur la proposition de l’échevin Blaes.  De Brouckère cependant combattit le Collège  parce qu’il estimait que contribuer à embellir un faubourg c’est contribuer à appauvrir la ville de Bruxelles.  On sortirait, par la porte Louise, au lieu de sortir par la porte de Namur.  On augmenterait la tendance déjà trop grande à l’émigration qui menaçait de ruiner Bruxelles. 

Le Conseil communal de Saint-Gilles émit un avis favorable à cause du développement des bâtisses.  Ixelles se prononça contre le projet !!!  L’administration de cette commune affirmait qu’une avenue régulière et montante ne saurait offrir aux promeneur autant d’attraits que la route accidentée qui conduit de la Porte de Namur au Bois de la Cambre par les étangs d’Ixelles en longeant ce beau vallon qui fait l’admiration des étrangers.   

 

allée des cavaliers av. louise

L'allée des Cavaliers sur l'avenue Louise

 

 

L’établissement de la voie exigeait de grands travaux de déblais à cause du terrain vallonné.  Il y eut aussi les protestations de plusieurs riverains, le Gouvernement fit modifier le plan.  Au lieu d’une route monumentale à pente douce, on élabora un projet mesquin, étriqué.   En voyant ce nouveau projet, la Ville fit une opposition tenace et vigilante…on en revînt au projet primitif.  Il y eut même une promesse de subvention de la part du Roi personnellement.  Il tenait beaucoup à la construction de cette voie monumentale. 

 

 

av louise monument lutteurs

 

 Le monument aux Lutteurs...

Plus tard, il y eut beaucoup de spéculations sur les terrains avoisinants.  Même De Brouckère en était devenu l’un des défenseurs les plus convaincus..Lui-même qui l’avait tant combattu !

 

Il fut convenu que la route, une fois terminée, appartiendrait à l’Etat, mais que les frais d’entretien seraient à perpétuité à charge de la Ville. 

 

 

 

la tombe des lutteurs

 

La tombe des Lutteurs 

 

Dès 1860, la nouvelle avenue devint pour un grand nombre de propriétaires une source de revenus considérables, plus d’une fortune bruxelloise est sortie des sables du Ten Bosch ont écrit H. et P. Hymans. 

 

 

1956 creusement des tunnel sous le goulet

1956, creusement des Tunnels sous le goulet Louise...

 

Le 21 avril 1864, la Ville de Bruxelles, fut autorisée à incorporer à son territoire l’avenue Louise et le Bois de la Cambre…et ce malgré de nombreuses protestations d’élus communaux d’Ixelles. 

 

Extrait d’un texte d’Antoine Chabert…

 

Et voici d'autres vue aux alentours de l'avenue Louise

 

 

 

albert leemans  - washington

Place Albert Leemans et rue Washington

 

ancien hôtel Wiltchers and Carlton Hotel occupé plus tard par lUnion chimique belge

L'ancien hôtlel Wiltchers and Carlton Hotel occupé plus tard par l'Union chimique Belge et par après par...

 

 

hôtel conrad

L'hôtel Conrad...

 

chaussée de Charleroi

 

Concernée par les travaux...la Chaussée de Charleroi...

 

commerce xl

Commerce dans le style du quartier.....Rue de Tenbosch....

 

 

img036

Belle avenue bien fréquentée depuis toujours l'Avenue Louise

 

Commentaires

Il est vrai ... Que lors de notre passage dans la plupart de ces endroits, on ne pense jamais au passé, à la beauté des pierres neuves qui venaient d'être posées, aux artères créées au temps où l'automobile n'était reine, aux tenues différentes portées par riches ou pauvres et à bien d'autres éléments encore. Qu'il est bon de regarder ce passé en photos si bien commentées. Il faudrait pouvoir fermer les yeux et s'y imaginer ???
Très cordialement.
Jean-Pierre
NB : cela me fait penser au grand Brel... quand Bruxelles chatait... brusselait !

Écrit par : L'enthousiaste | 28/03/2007

Répondre à ce commentaire

Madame,

Nous travaillons actuellement sur l'ancien hôtel Aubecq sis avenue Louise.

Je vois que vous avez une belle photo de cet immeuble...

Pourrions-nous la consulter? En connaître les sources?

En avez-vous d'autres?

Je vous remercie de votre aide.
Cordialement,
Guy Conde-Reis
gcondereis@mrbc.irisnet.be

Écrit par : Guy Conde-Reis | 31/08/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.