UA-38716482-1

12/03/2007

ancienne prison à Bruxelles

img111

A l’époque la prison se situait à la rue des Petits Carmes.  Quand le couvent des Carmes fut démoli en 1811 on décida d’y construire la « Maison de Sûreté Civile et Militaire » …la Prison des Petits Carmes. Les premiers locataires seraient les derniers prisonniers de la Porte de Hal, transférés en 1824.

C’était une bâtisse carrée (placée sur le site actuelle des Caserne), En 1843, on ajouta un bloc qui allait constituer le « quartier de la dette avec celui de la pistole ».

En 1848, on publie la nouvelle que sur les décombres de l’ancien manège sera construite la Prison pour Femmes. En 1865, ce quartier prendra le nom de « Prison Cellulaire ».  En 1870, on situait dans les registres l’endroit comme « Sœurs de la Providence, soin des détenues, 24-rue des Petits Carmes.

La capacité pénitentiaire des Petits Carmes s’élevait à 300 places mais comme il y avait beaucoup de mendiants, bandits et autres, on pouvait compter jusqu’à 1200 prisonniers dans cet endroit. 

img110

Depuis le milieu des années 70, le côté droit de la rue des Petits Carmes n'existe plus.

détenu des prisons de Bruxelles 1843-1844

 

détenu des prisons de Bruxelles 1843-1844.

détenu des prisons de Bruxelles 1843-1844..

détenu des prisons de Bruxelles 1843-1844...

Les daguerréotypes des 4 détenus proviennent du livre "Les pionniers de la photographie à Bruxelles".

 
Il s'agit (celui en jabot blanc et cheveux au vent) du Hongrois Frédéric Von Morgenthal, du Grec Anastase Sivry (mouchoir blanc autour du cou) photographiés le 30 mars 1843 par les frères Brand (rue de la Madeleine, 32) ainsi que des Italiens J. Bajianote (tache noire sur le fond gauche) et J. Carcano (le plus jeune des 4) photographiés en juillet 1844 par Lemercier.
 
"Il est évident que la technique fait un peu défaut aux frères Brand, de dix ans les précurseurs ..(de la photographie judiciaire)...et que les sujets, conscients du très long temps de pose qu'exige un portrait au daguerréotype, soient même assez consentants".
je les trouvais si intenses que je vous les envoie quand même. 
Merci Jean-Louis Lovenfosse...

11:28 Publié dans BRUXELLES | Commentaires (14) |  Facebook | |

Commentaires

il ne faut pas juger la tête... mais quand même il font peur...
encore une fois des archives extra!!
bonne soirée

Écrit par : Daniel | 12/03/2007

Répondre à ce commentaire

Deux reportages assez extraordinaires je trouve, les daguerréotypes des détenus: fascinant !

Et le reportage sur l'aérodrome d'Evere (avec les photos d'avion), génial, je trouve !

Bravo !

Écrit par : Pivoine | 13/03/2007

Répondre à ce commentaire

... Toujours aussi intéressant to site !
Bonne journée
Claude

Écrit par : Claude | 13/03/2007

Répondre à ce commentaire

Détenus Vraiment ils ont des têtes à faire peur. Je n'aimerais pas les rencontrer ni le jour ni la nuit.

Écrit par : Nelly | 07/09/2007

Répondre à ce commentaire

Attention Nelly La 1 photo c'est Guillaume,La deuxième photo c'est Pierrot, ils on comme ça une tête les gens de la place Annessens. Danger. le 3 c'est titi.

Écrit par : francine | 07/09/2007

Répondre à ce commentaire

ET LE QUATRIEME... C'EST QUI?

Écrit par : NICKY | 07/09/2007

Répondre à ce commentaire

Nicky, MAIS OUI, bien sûr, je suis impardonable, c'est toi ....Nicky. Francine, pensait que tu était plus jeune ! Et bien non, c'est quand même toi.

Écrit par : Pierrot | 07/09/2007

Répondre à ce commentaire

Nelly Nelly a peur des quatres zot du blog de Sophie, elle est dans dans son plume.

Écrit par : Gust Bloemcuul | 07/09/2007

Répondre à ce commentaire

MAIS OUI... C'EST MOI!!JE NE M'ETAIS PAS RECONNU CAR POUR UNE FOIS J'ETAIS BIEN RASE POUR LA PHOTO!!!!

Écrit par : NICKY | 07/09/2007

Répondre à ce commentaire

Francine. C'est bien Pierrot le B1,(son numéro de matricule) je le reconnais maintenant avec certitude. Comment-a-il fait pour te plaire? Je ne vois qu'une explication : il devait avoir un fameux magot caché quelque part qu'il retrouvé à sa sortie. Ou alors comme on dit l'amour rend aveugle.

Écrit par : Nelly | 08/09/2007

Répondre à ce commentaire

FRANCINE LES FEMMES PARLES DE NOTRE LAIDEUR MAIS SI BIEN FRANCINE QUE MA FEMME QUSQU'ELLES ONT RAMMASER COMME MAGOT,SA ELLES NE DISES PAS

Écrit par : GUILLAUME | 08/09/2007

Répondre à ce commentaire

HURRY TRUTH BOODDHA MEISSONNIER LYCEE ST FR ASISSE SUITE FEATURING BOODDHA ISNTAT DE GIVENCHY BOUDEP 2006 CAISSE DE DEPOTS ET DE CONSIGNATIONS TITRE MICEHLINNASA 2006 APRT 5 P 57 CH CVIL TOKYO EXCHANGE BIBLITH FR MITTERAND


TITLE HEDI KLUM SENTENCE ANN HATHAWAY CAHIER TRISTANT HERMITE 23 2001 P 51 A 63 ET IDEM 22 P 41 ET 24 P 55 ET 28 P 55 PS :WEDONT NEED AFRICAINS EQUAL PURGATOIRE


TRISTANT HERMITE CHAMPION TOME 4 OEUVRE COMPLTE P 158
55 P 143
TRISTAN PARASITE DROZ P 31
IDEM MORT DE SENEK P 63
LETTRE MESLEE P 53
MARIANNE P 71

FOLIE DE SAGE P 61
LYRE P 77
DESIR ET ECRITURE MELANCOLIK MAUBON P 65 VALIDITE ET ORIGINALITE DE ENTREP¨RISE
LANCELOT MEMOIRE TOME 2 VIE MR DE ST CURAN P 113A 117
TALLMEANT DES REAUX MANUSCRIPTSS 673 MAIGHNE P 249


ESPRIT 1996 6 P 129
5 P 129
5 P 63
4 P 133
3 P 881/2 P 154
12 P 67
11 P 53
10 P 67
8/9 P 87
7 P 77
1997 6 P 109
5 P 61
3/4 P 89
2 P 59
1 P 136
10 P 82
8/9 P 64
1998 12 P 63
10 P 90
8/9 P 104
6P 116
5 P 112
3/4 P 81
2 P 126
2000 2 P 129
11 P 175
10P 120
8/9 P 137
11 1999 P 114
8/9 1999 P 132
6 P 164
5 P 121
3/4 P 151
1 2003 P 100
12 2002 P 105
11 P 125
7 P 124
5P 82
2 P 148
1 P 121
7 2001 P 101
5 P 121
12 2003 P 102
11 P 87
11 2004 P 97
7 2004 P 11
3/4 P 98
7 2003 P 116
6 P 132
5 P 135
2 P 119

3/4 2005 P 143
2 P 83
1 P 85
6 2006 P 122
5 P 117
3 /4 P 241
12 2005 P 65
5 2007 P 90
2 P 59
1 P 79
12 2006 P 41
11 2005 P 76
6 P 72
2 2008 P 92
11 2007 P 112
10 2007 P 81
8/9 P 86
6 P 80
6 P 80
6 2008 P 157
3/4 P 111
11 P 127
10 P 84
3/4 2009 P 128 A 150

Écrit par : BOODDHA | 23/04/2009

Répondre à ce commentaire

J'aimerais en savoir plus sur la prison ancienne sise rue des Petits Carmes. Mon grand-père y était affecté comme surveillant. Il fut gardien notamment d'Edmond Picard qui écrivit "Quarante-huit heures de pistole".
Merci à celui qui pourrait m'en dire plus.

Écrit par : rené sweetlove | 11/03/2012

Répondre à ce commentaire

Bravo pour votre site, que je viens de découvrir! A propos de la prison des Petits Carmes, savez-vous que Paul Verlaine y fut incarcéré en 1873 après avoir blessé Rimbaud d'un coup de pistolet dans l'hôtel où ils logeaient ensemble près de la Grand-Place? Il y passa plus de trois mois et y composa quelques-uns de ses plus beaux poèmes ("Le ciel est, par-dessus le toit, si bleu, si calme...") avant d'avoir été condamné à une peine de deux ans qu'il purgea à la prison de Mons. Vous trouverez plus de détails à ce sujet dans la "Chronologie" de ses "OEuvres poétiques complètes". Bibliothèque de la Pléiade.

Écrit par : Douglas Siler | 28/02/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.