UA-38716482-1

17/01/2007

Incendie de l'Innovation

img046

1ER

2EME

3EME

4EME

5EME

(Extrait du Journal La Lanterne)

img048

 

img047

A gauche Henri Renard Caserne Place du jeu de balle

A gauche, Henri Renard, pompier à la caserne de la Place du Jeu de Balle à Bruxelles

B Marcel Renard

B Marcel Renard Agent de Police à l'époque de l'incendie de l'innovation

 

Témoignage de Mary Renard épouse Torres….

 

C'était une journée très éprouvante pour nous, mes 2 frères étaient sur le sinistre,
Henri à cette époque jeune pompier très courageux, Marcel agent de police (voir photos du dessus)
obligé de faire reculé les gens inconscients du danger si le bâtiment
s'écroulerait".  Quatre personnes de la famille de ma soeur Marie, ont périt dans
l'innovation, sa belle fille avec son époux et leurs 2enfants, hélas ils n'ont pas
été retrouvé, ci joint une photo.

Pendant que l'innovation flambais, nous étions chez mon amie Roseline, et n’étions pas au courant de ce qui se passait rue Neuve, c’est grâce au gâteau en glace que nous avons dû manger immédiatement que nous ne sommes pas partie plus tôt !  Arrivées sur les lieux, les gens couraient dans tout les sens…C’était l’horreur !!!

Jacky
Jacky pompier...

 

ANNIVERSAIRE DE MON AMIE

Nous étions tranquillement à table chez mon amie  pendant la catastrophe !!!

 

CHRIS
Tous les 4 victimes de l'incendie......
 

 

img051

 

La rue du Damier après l'incendie
img050

Avant la catastrophe, la rue du Damier était une rue étroite et animée...d'où la difficulté pour les pompiers !
photos

Témoignage de Gilbert Delepeleere…

 

concernant mes souvenirs de l'incendie de l'Inno en 67, évidement que je
m'en souviens mais n'étant pas témoin direct ou (heureusement)
personnellement concerné voilà ce que je peux dire dans un premier temps
de réflexion:

- effectivement il y a eu un jeune COUPLE (le mari et la femme) qui a
disparu dans cet incendie, le salon de coiffure était sis au début, à gauche
de la rue de la Philantropie (en venant de la rue Pieremans) soit juste en
face du marchand de charbon (Danhieux).
Quelques détails lus dans "LE SOIR" à l'époque qui m'ont marqués, on avait
retrouvé des victimes entre le mur droit de l'Inno et le mur de l'immeuble
voisin. Ces 2 murs n'étaient pas ACCOLES et les victimes étaient mortes
brûlées MAIS par la chaleur du mur de l'Inno PAS par les flammes -- les
corps ont été retrouvés INTACTS.. (étuvés entre les 2 murs, je sais c’est plus qu'horrible) !!!!
Aussi cette maman qui avait son enfant à la main, elle fonce dans la fumée
vers la sortie, l'enfant lâche sa main..., la maman se retourne affolée
tâtonne dans la fumée, retrouve la main de son enfant et arrive par miracle
à la sortie... Elle se tourne vers son enfant... Ce n'était PAS SON enfant !
(le sien, on ne l’ a jamais retrouvé !). Summum de l'horreur, je sais.

 

Plus positif (le malheur des uns fait le bonheur des autres) et ceci est
VERIDIQUE !! :
-Monsieur CANCELIER qui en 1967 était installé
(avec des capitaux hollandais) dans un petit appartement transformé en
bureaux au "MARTINI CENTER" place Rogier.

Mr CANCELIER avait un objectif
c'était de créer et développer une société de travail intérimaire... en 1967
 il n'avait réussi qu'à trouver que quelques travailleurs et très peu de
firmes prêtes à cette forme d'embauche (nous étions en 1967 !).
Awel du JOUR AU LENDEMAIN, la société de Mr CANCELIER a littéralement
explosée car l'INNOVATION complètement détruite a néanmoins continué à
fonctionner SUR  la place ROGIER et pei CANCELIER a eu la chance de sa vie
en étant prié de trouver des vendeuses, du personnel nombreux en URGENCE...
et pei CANCELIER a réussi ce défi pleinement et sa société était lancée
VOLLEM BAK.
Le nom de cette société : INTERLABOR (n° 1 en Belgique) et ensuite sa
filiale : RANDSTAD.
Autre chose je crois que tu fais une toute petite erreur en parlant de
"semaine anglaise" car c'était la "semaine américaine". J'en suis sûr car on
a même glosé en pensant que peut-être l'incendie avait été commise parce que
dans l'INNO il y avait partout des drapeaux USA, bref les USA étaient à
l'honneur et les mouvements gauchistes étaient hostiles à cette publicité
pour les USA (on était aussi en pleine guerre au VIETNAM).
J'ai évidement vu les ruines, etc et un pompier m'a dit que c'était la
première fois qu'il avait vu DU BETON QUI BRULAIT...

M2 Icendie de linnovation 22-5-67

 

M3 Reste de lIncendie de Innovation

M4 Eglise du Finistère ou était déposé les corps

Eglise du Finistère où étaient déposés les corps....

M3 Reste de lIncendie de Innovation

 

A lire sur le net... 

 http://bibliotheque.livrel.eu/incendie_inno/innovation.pdf 

 

Merci Mary Renard, Gilbert Delepeleere et Francis Verbeeselt....

 

 

 

Commentaires

Excellent cet article! Bon après-midi

Écrit par : Ronnie | 17/01/2007

Répondre à ce commentaire

les souvenirs d'une ville,ce sont aussi les heures sombres hélas.
Les rappeler, c'est aussi rendre hommage aux gens qui ont souffert et à ceux qui ont disparu.
Merci Sophie.

Écrit par : Daniel | 17/01/2007

Répondre à ce commentaire

Presence D esprit Durant l incendie il y a eu un chauffeur de camion baché qui faisais ces livraisons et qui a pris l initiative de coler sont camion contre une facade afin que les gens ,prisonnier du feux aux étages puissent sauter sur sa bache et non s ecraser sur le trottoire, plusieur vies ont ainsi ete sauver , helas trop peu en comparaison au nombre de morts.
Tres bel hommage que tu rend ici Sofei.

Écrit par : Francis | 17/01/2007

Répondre à ce commentaire

merci je tiens a vous remercier pour cet article ayant perdu mon pere dans cette catastrophe,j'apprend oh ,ironie du sort que l'entreprise qui a profité de cette tragedie m'emploi au jour d'aujourd'hui n'auriez vous pas plus de documentations?d'avance merci ps:ou site qui aborde lz sujet

Écrit par : mine | 24/01/2007

Répondre à ce commentaire

recherche des témoins de l'incendie Bonjour,

Photographe reporter, je consacre plusieurs pages d'un grand magazine pour une rencontre avec les témoins de l'incendie de l'innovation. Pouvez-vous m'aider dans ma démarche en me donnant les coordonnées des personnes voulant témoigner sur la catastrophe.

Voici mes coordonnées: fred.pauwels@skynet.be

et 0496 91 65 34

Je vous remercie de votre attention!!

A très bientôt!

Frédéric Pauwels

Écrit par : PAUWELS | 28/01/2007

Répondre à ce commentaire

Ce jour -là ma mère m'a gifflée... J'étais étudiante aux facultés Saint-Louis, au Botanique. Les étrudiants dinaient à l'Inno ou au Bon Marché tous les jours. Moi, ce jour-là, je n'y suis pas allée contrairement à beaucoup d'autres étudiants; et, l'après-midi, je n'ai pas écouté la radio, je ne savais pas que l'Inno brûlait. Ma mère, infirmière à la Ligue contre la Tuberculose, rue des Prêtres, a été informée de la chose (ils sont même monté sur les terrasses voir l'incendie) et a imaginé que j'y étais aussi. Elle a quitté son travail, est rentrée en taxi et quand je lui ai ouvert la porte, elle m'a gifflée ... parce que je ne l'avais pas prévenue que je n'avais pas cours... (Nous n'avions pas le téléphone). Anne-Marie, une étudiante germaniste avec laquelle j'avais fait toutes mes "Humanités" s'est sauvée du restaurant (dernier étage) en descendant les escalators en glissant sur la rampe, en passant sur des gens tombés. Plus tard (poursuivie par le malheur) c'est sa maison qui a brûlé et son mari en est mort ...
Une très jolie fille de son cours a sauté à travers la verrière intérieure (c'est son témoignage que paris-Match a publié)et quand elle pu reprendre les cours, elle nous est revenue, défigurée à vie.
Le neveu du Ministre Poswick y est mort, comme le bibliothécaire de Saint-Louis et trois (je ne suis plus ceraine du chiffre) autres étudiants. Je ne peux plus voir un incendie sans avoir la chair de poule, plus voir la plaque commémorative de l'Innovation sans avoir des larmes qui montent. Et quand on voit les photos, cela semble tellement vieux, tellement loin ... Et personne ne saura jamais ce qui est vraiment arrivé :accident dans les réserves ou attentat?
Merci de votre site.

Écrit par : Danielle | 29/01/2007

Répondre à ce commentaire

Très bel article... Quelle horreur cet incendie....
Merci à vous pour cet article bien documenté et illustré, bel hommage pour toutes les victimes vivantes ou disparues de ce drame.

Écrit par : Sandrine | 12/05/2007

Répondre à ce commentaire

Mémoire Reportage intéressant, pour ceux qui, comme moi, ne l'on pas connu mais qui connaissent l'histoire racontée par les parents et grands parents...
Merci

Écrit par : Stéphane | 18/05/2007

Répondre à ce commentaire

J'ai découvert avec beaucoup d'émotion l'existence de cette tragédie hier soir à la RTBF (je suis français). Interpellé, car j'ai vécu à Bruxelles, je cherchais à en savoir plus. Il existe très peu d'info sur Internet, merci donc pour votre travail. Je m'associe à vous dans l'hommage aux victimes et à l'ensemble des personnes qui ont vécu l'évènement.

Écrit par : christian | 22/05/2007

Répondre à ce commentaire

Vibrant hommage aux courageux pompiers et à toutes les personnes prises au piège de ce terrible incendie de l'Inno. Terrible catastrophe ! Bravo pour le travail de création de ce document exceptionnel...

Écrit par : Ecureuil | 22/05/2007

Répondre à ce commentaire

Un incendie politisé "la Meuse-La lanterne" avait publié, le lendemain de l'incendie, un article dont le titre était "J'ai entendu la baronne rouge crier "Je meurs pour le Vietnam" !!!
C'était une manière de "couvrir" une vaste opération policière destinée à accuser les militants communistes.
Cette accusation monstrueuse avait fait long feu mais constituait une scandaleuse calomnie, mise en oeuvre par le gouvernement et les institution, et pour laquelle il n'y a jamais eu de réparation.

Écrit par : Thierry Delforge | 05/11/2007

Répondre à ce commentaire

Un incendie politisé "la Meuse-La lanterne" avait publié, le lendemain de l'incendie, un article dont le titre était "J'ai entendu la baronne rouge crier "Je meurs pour le Vietnam" !!!
C'était une manière de "couvrir" une vaste opération policière destinée à accuser les militants communistes.
Cette accusation monstrueuse avait fait long feu mais constituait une scandaleuse calomnie, mise en oeuvre par le gouvernement et les institution, et pour laquelle il n'y a jamais eu de réparation.

Écrit par : Thierry Delforge | 05/11/2007

Répondre à ce commentaire

La situation de l'immobiliaire "Bernheim" était précaire. L'incendie a fourni de l'argent frais, par les dédommagements des assurances et des contre-assurances.
Sur les causes, il est établi, notamment par le témoignage, tardif, du chef des pompier de Bxl., Van Gompel, que ce sont des travaux de soudure réalisé sur la toit qui ont provoqué l'asurance.

Écrit par : Thierry Delforge | 05/11/2007

Répondre à ce commentaire

je me souviens de ce jour là,je travaillais au sablon et c'était l'heure du déjeuner,ma cousine m'a appelée pour m'informer,mais il y avait tellement de fumée qu'on la voyait jusqu'au sablon.
un de nos représentant a perdu sa femme ds cette catastrophe.
je crois que tous les bruxellois sont allés sur place pour voir la tragédie.
et la seule chose qu'on en retient c'est que ,on a eu de la chance de ne pas avoir été là ce jour là.
chaque fois que je vais à l'inno le souvenir de cette catastrophe me revient en mémoire .
merci Sofei d'avoir rendu hommage a ces malheureuses victimes

Écrit par : marie | 08/12/2007

Répondre à ce commentaire

Messieurs, "Vous comprennez l'affaire, c'est très grave" Telles furent les paroles de notre prof. d'électricité,en nous montrant la fumée qui s'élevait, nous étions au 4 étage de l'ETSE rue chomé wijns à Anderlecht, je comprends si.... il n'avait pas fini sa phrase que j'étais dans ma petite BMW 700 et fillait plein tube à la maison, je l'annonce à maman dare dare nous montons la rue et sonnons chez mon grand père, rue Victor Rauters, c'est Claudine ma cousine qui vient à la fenêtre, joie, rire, soulagement ? C'ETAIT SON PREMIER JOUR DE CONGE. E lle avait été engagée au rayon tapis, au début de l'année. Nous n'en avons jamais parlé depuis, mais tout ce que je peus dire c'est que quelque temps après Claudine s'est mariée et est partie habiter en France, je ne crois pas qu'elle soit retournée au centre ville depuis.

Écrit par : Marchal Albert | 28/01/2008

Répondre à ce commentaire

22 mai 1967 Je travaillais au coin de la rue Neuve et de la rue de Maline ( a la Tour Eiffel ).
L'orsque l'indendie s'est déclaréee,j' étais en heure de table chez ma grand mère ,rue des Six Jetons en façe de Disca,quand!! tout a coup nous avons entendu arriver des ambulançes,les portes du Disca se sont ouvertes ,il y avait une agitation inabituelle,j'ai resessenti une drole d'impression,et je ne savais toujours rien!!!
Je suis partie aussitôt!!
Arrivée sur les boulevards c'était une vision et un bruit que je n'oublierais jamais! les sirênes des pompier et des ambulances hurlaient ,des agent et même des civils faisaient la circulation pour éviter que les voiture ne gène,les gens marchaient dans tout les sens comme perdu,je ne sais pas pourquoi ,mais je suis mise à courrir, l'estomac serré,ne s'achant toujour pas ce qui se passait.
Arrivée a la hauteur de la rue du Finistére mais surtout a la rue du Pont neuf,là!! j'ai compris toute l'horreur !!! les flammes sortaient par toutes les fenêtres explosé,je suis arrivée en tremblant rue de Maline,un agent de police tres connu à Bruxelles (grand et fort)un echte! empêchait les curieux de passer,je me suis faufiléepour aller rejoindre mes collègues et pour savoir si Mme Jeanne,la responsable du magasin était rentrée! elle qui allait presque tous les jours manger à Linno,OUF!! cette fois la elle n'y a pas été.L'agent de poliçe ma bloqué le passage"Awel meeke ?où tu vas? tu ne peux pas passer!!! Mais monsieur je travaille juste là ! a quelques mètres et je veut voir mes collègues!! et lui de me répondre ,wette wa meeke va faire un petit tour au bois de la Cambre ,çela te fera le plus grand bien. Je n'ai pas insisté,trop occupé qu'il etait a repousser les gens qui voulaient entrer dans le périmètre interdis.
Comme un sombie! j'ai pris le tram en direction d'Anderlecht ou j'habitais,une radio fonctionnait et donnait des nouvelles de la catastrophe,et çela disait que des petits Mitrons du restaurant venaient de se jeter d'une fenêtre, debout sur la plate-forme je pleurais et je crois bien que tous pleuraient!!!.
Il y aurait encore beaucoup a raconter des jours suivants,mais un peu trop émue j'arrête!!en ayant une pensée pour tout ceux qui ont perdu un être cher!
Andrée.

Écrit par : Andrée | 28/01/2008

Répondre à ce commentaire

La thèse de l'attentat : une machination Le directeur de l'Innovation,M.Bolle, fut procureur du Roi. A ce titre, il instruisit M.Bernheim, patron de l'Immobiliaire qui portait son nom, pour collaboration économique avec l'occupant nazi.
Puis, renonça à sa charge, pour devenir fondé de pouvoir de l'Innovation...
A lire les journaux de l 'époque, c'est la direction de l'Innovation qui prit en main l'"enquête ", à un point tel que la police en fut réduite à lancer un appel aux témoins, alors que ceux-ci se rendaient au centre d'information, sis au building " Martini" , centre organisé par l'administration de l'Innovation.
M.Bolle distillait des informations non confirmées : "il y a eu deux foyers", "des victimes ont succombé à des gaz, or des manifestants anti-américains avaient, dix jours auparavant, jeté des fumigènes", "je n'exclus pas un acte criminel, nous avions reçu des lettres de menaces".
Toutes insinuations reprises par "La Meuse-La Lanterne" et la "Dernière Heure" . Cette dernière invoquait aussi la fatalité, assurant dans un éditorial qu'on n'avait pas les moyens de prévenir les incendies.
Et ce titre de "La Lanterne", "témoignage" d'une baronne ex-coloniale : "J'AI ENTENDU UN HOMME CRIER "JE MEURS POUR LE VIETNAM" !!
Des militants contre l'agression nord-américaine furent inculpés, avec une vaste opération policière qui se déroula dans toute la Belgique, profitant de l'hystérie organisée par certains journaux. Ces inculpations n'eurent d'autre suite que de maintenir ouverte l'hypothèse, totalement démentie par les faits, d'un acte criminel. Sans autre conclusion sur la responsabilité fondamentale de l'administration de l'"Inno".
Noter aussi la déclaration cynique de M.Bernheim s'adressant au personnel rescapé : "Vous avez, en quelque sorte, été victimes de votre dévouement à mon entreprise"....

Écrit par : Thierry Delforge | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

Jo Heyne Puisque l’Innovation revient au goût du jour, quand j’étais petit ma mère, de temps en temps, se débrouillait pour m’amener au « thé dansant » - mais est-ce exact ? – de l’Inno. Ce devait être au 2e étage et dans les années 50. Hé oui, mémoire photographique… Il y avait une scène et des tables disposées en cercle et un espace pour éventuellement danser. ‘On stage’ un orchestre, celui de Jo Heyne ! Bon, 4 ou 6 musiciens ? Son quartet, je dirais plutôt, interprétait « La petite valse »… Le top du top de Jo Heyne, un Etterbeekois de génie ! Tapez son nom sur Google et vous allez vite trouver de la doc. A mon sens, pas assez. Passez sur Amazon, un CD ‘existait’ mais épuisé. La « Petite valse » se trouve même sur un CD « English Light Music », c’est dire que Jo a été confondu parmi les meilleurs. Je parie que le thème musical a été copié pour un film d’Hollywood, titre modifié. Bref, si vous avez de la doc à ce sujet, contactez-moi : il y a un beau sujet à traiter chez Sophie. Voyez aussi YouTube pour vous remettre la musique à l’oreille.
A pluche et n’oubliez pas : la moujik adoucit les morses.
Robert

Écrit par : Robert | 31/03/2008

Répondre à ce commentaire

souvenirs Bonjour. J'etais là lors de l'incendie. Agé de 6 ans nous etions partis ma mére une de ses amies et sa fille partie "magasiné". Hors lors du trajet, un pneu de notre voiture creva, et apres moult peripetie pour le changer - à l'epoque il n'etais pas necessaire à l'epouse d'avoir un permis de conduire du momen,t que qon mari l'avait - alors changer un pneu...Il s'avera que cela fut faitet lorque nous arrivames c'etait l'enfer.Mais c 'est qu'entre temps, la nouvelle s'etait faite que l'incendie avait prit . Mon pere et son ami nous sachant parti pour les magasiner furent prit de terreur et, partir rejoindre afin de nous trouver.Pendant ce temps ma mere et son amie faisait le chermin inverse. ce n'est que tres tres tard dans la soiree que tout le monde se retrouva.
Je me souvient cependant d'une chose qui m'a marque a vie malgre mon age c'est que ceratines perosnnes ont sauté du haut de l'immeuble afin de se soustraire a l'incendie, je ne sais combien mais j'en suis sur pour l'avoir vu. Nous ne sommes pas resté longtemps cela va de soi...
Merci à vous en tout cas.
Guy

Écrit par : Guy TANI | 11/10/2008

Répondre à ce commentaire

Incendie INNO Hello à tous,
Merci pour votre témoignage Mr Tani.
Je rappelle que l'excellent livre de Bernard J Houssiau est toujours en ligne (PDF) sur le site suivant http://www.tournesolconseils.com/portail/index.php?inner=detail&pageNum_selected_ouvrages=116&e=9
A vous de voir si les cartouches d'encre sont bien remplies pour l'imprimer ! Et puis le lire !
Merci à Luc Pire pour cette initiative.
@+
Robert

Écrit par : Robert | 13/10/2008

Répondre à ce commentaire

appel à témoin Bonjour!
L'émission archive de la rtbf " ce jour-là est en train de préparer un numéro consacré à l'incendie de l'innovation. Nous sommes à la recherche de témoins. Pouvez- vous nous aider ? D'avance merci.

Message pour sofie, l'auteur de ce blog : pouvez vous nous contacter également svp? A tout hasard, auriez vous les coordonnées du sergent major Guy Cloetens?

Écrit par : laure verheye | 21/01/2010

Répondre à ce commentaire

appel à témoins Bonjour l'émission ce-jour là sur la rtbf prépare un numéro consacré à l'incendie de l'innovation. Nous sommes à la recherche de témoins. Pouvez vous nous aider ? D'avance merci!
@sofie : pouvez vous rentrer en contact avec nous svp? et avez vous les coordonnées du major guy cloetens? Bravo et merci

Écrit par : laure verheye | 21/01/2010

Répondre à ce commentaire

Je pense avoir vu au jt il y a 2-3 ans, que le fils de celui qui a mis le feu était passé aux aveux,son pere etait simplement mécontent du service de la caissiere ou autre personnel,et a par consequent mis le feu a un stand.
Mais je n'ai pas retrouvé cette info sur le net...

Écrit par : Greg | 15/09/2010

Répondre à ce commentaire

Ce jour la ma mere a parquee notre voiture dans une des deux minuscules rues perpandiculaires a l'INNO et nous etions en route a pied just a traverser Rue Neuve. Quand une marre des gens qui sortait comme des fous nous ont pousse presque a terre Je me rapelle de gens qui decendaient a cheval sure les rampes. En quelques minutes il y vait tellement de gens qu'on a pas su rejoindre notre voiture et puis on a du la laisser la.Naturellemen ca nous a sauve..20min avant on aurait ete dedans.. Le Mercedes a eu plein de coup sur la peinture de choses qui sont tombes etc avec les flammes. Pauvres gens..que de tristesse. Et je ne me rapelle jamais pourquoi ce jour la on est alle mais on est pas reste la. Je crois que il me fallait qq chose pour l'ecole...

Écrit par : Vic Stapel | 02/10/2010

Répondre à ce commentaire

Pour la rédaction d'un livre, je cherche des témoignages sur l'incendie de l'inno, pouvez vous m'aider?

Écrit par : De Riemaecker | 02/03/2011

Répondre à ce commentaire

Vous pouves me contacter via mon site internet en cliquant sur mon nom apres : ecrit par:
Ceci vous y emenera.
Mon e-mail est au bas de chaque page en remplacant les lettres necessaire pour empecher le spam.

Écrit par : Vic Stapel | 17/03/2011

Répondre à ce commentaire

Je suis le fils de TREMBLOY Léon, chef du bureau de dessin de l'INNOVATION en 1967, son bureau donnait sur la rue du Damier, au n°26 si je me souviens bien. J'avais 5 ans à l'époque. Ma mère, mes deux frères, mes cinq soeurs et moi-même n'avons pas vu notre père rentrer à la maison pendant 48 heures, je ne vous décris même pas l'angoisse qui était la nôtre. J'ai eu l'occasion de voir deux ou trois fois Emile BERNHEIM à la maison, un sacré personnage, qui disait toujours à mon père " Mr Léon, vous êtes un collaborateur précieux, mais je déteste votre moustache" sic !
Saurons-nous un jour toute la vérité sur cette tragédie? j'en doute, la..."famille" veille toujours. Et si Bernheim a décidé que rien ne se saurait, rien ne se saura !

Écrit par : TREMBLOY Claude | 08/08/2011

Répondre à ce commentaire

Je n'oublierai jamais ce jour-là. C'était un lundi, jour de repos de ma soeur qui faisait toujours un tour en ville ce jour-là.
J'étais à l'étranger; j'ai appelé toute la journée sans succès. J'étais morte d'angoisse.
Heureusement, elle avait quitté l'Inno avant l'incendie.
Merci de ce rappel. Ont-ils jamais installé une plaque pour commémorer les victimes ? Si non, il faudrait le faire.

Écrit par : annie | 10/08/2011

Répondre à ce commentaire

Ce jour là, j'y étais avec mon compagnon Paul André Feldberg. Membres de la Section Spéciale des Secouristes Parachutistes de la Croix Rouge de Belgique, nous sommes arrivés sur place très peu de temps après avoir entendu l'information à la radio. Comme prévu dans notre protocole d'intervention, nous nous sommes précipités vers notre base de la Chaussée de Vleurgat et de là nous fumes les premiers à partir vers la rue Neuve a bord de notre ambulance VW. Nous sommes restés 3 jours sur place.
Pierre Coppens

Écrit par : Pierre Coppens | 25/10/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.