UA-38716482-1

07/09/2013

Evolution

tunnel direction basilique.jpg

Le percement des tunnels et des viaducs de la jonction du chemin de fer Nord-Midi a modifié les vieux quartiers qui ont été entièrement réaménagés vers 1950… de nombreux passages souterrains pour voitures et une longue passerelle, permettent de franchir facilement les principaux carrefours.  Les anciens quartiers où l’on trouvait, dans des rue irrégulières, des vieilles maisons brabançonnes pittoresques et variées, ont en grande partie disparu….La ville haute, reliée jadis à la ville basse par des artères étroites et raides, communique maintenant avec elle par des voies larges, bordées de maisons de commerce et de banques…

place rogier martini et sheraton.jpg

Années 50-60...Place Charles-Rogier, un des centres d’animation de Bruxelles ; elle est dominée par le haut building du Centre Rogier, 30 étages qui abrite des maisons de commerce, des salles de réunions, etc… et deux salles de spectacle : le théâtre National de Belgique (architecte Cuisinier, décorateur Jacquemin), avec 764 places et l’Atelier, avec 250 places.  En arrière, gare routière (lignes vicinales de Bruxelles-Nord) et gare du Nord, des chemins de fer, achevée en 1957 par les architectes G. et P. Saintnoy et H. Van Den Bosch.  La Gare du Nord abrite le musée des Chemins de fer…. 

Eglise de la Madeleine.jpg

Dans les années 50, certains bruxellois s’étant élevé dans hiérarchie sociale, ont bien le droit de vivre en automobile et de ne plus concevoir la vie à Bruxelles autrement  que comme une cascade continuelle d’accélérateurs, d’accumulateurs, de carburateurs, de freins et de tuyaux d’échappement.  Le mécanisme du mouvement vital dans les années 50 fonctionne si bien que l’espace compris entre Sainte Gudule et l’église Ste Marie n’est plus que pour ceux-ci qu’un Champ-de-Mars où la carrosserie belge mâtinée de moteurs américains, allemands, français ou anglais, déchaîne ses splendeurs.  


 

20/06/2013

Les plaisirs du Bois de la Cambre, ses guinguettes et ses vélodromes

 

entrée.jpg



Le Bois de la Cambre d’après le guide du touring club de Belgique en 1925.

 

Ce beau parc public est la promenade favorite des Bruxellois.  Par son accès facile, il est le prologue d’un grand nombre d’excursions au sud-est de la capitale.

 

entrée lointaine.jpg

 

Le bois de la Cambre est relié à la ville par l’avenue Louise, superbe voie de communication bien ombragée, de 55 m. de largeur, bordée de somptueux hôtels et tracée en ligne droite, à part une déviation dissimulée par un rond-point.

L’avenue gravit en pente douce une différence de niveau d’environ 22 mètres.  Sa longueur, depuis la place Stéphanie, est de 2.500 mètres.

Le percement de l’avenue Louise et l’aménagement du bois de la Cambre constituent une des créations principales du Bruxelles « moderne ».

 

avenue Louise.jpg


L’idée première de relier le Bois à la Ville par une voie directe et luxueuse revient à MM. Jourdan et de Joncker, qui avaient acquis et mis en valeur des vastes terrains aux alentours de l’actuelle porte Louise.  La création de l’avenue fut décidée par les édiles bruxellois en 1847, mais elles ne furent soumises à la Ville ; après de longues discussions, on adopta le premier projet, élaboré par M. de Joncker précité.

L’avenue Louise, avec deux zones latérales, de 40 à 100 mètres de largeur, de même que le bois de la Cambre, fut incorporée au territoire de Bruxelles, par une loi de 1864.

 

entrée Bois tram.jpg


La ligne de tramways a été établie en 1867.  C’est à cette époque que la Ville fut autorisée à créer un « chemin de fer américain », depuis la porte de Schaerbeek jusqu’au Bois.

L’avenue est entièrement bâtie de nos jours.

 

entrée Bois.jpg

 

Ce bois magnifique, rendez-vous préféré des promeneurs bruxellois, a une superficie de 110 hectares (environ 2.000m. de longueur X 550m. de largeur).

 

chemin.jpg


En vertu d’une loi, le gouvernement fut autorisé à concéder le bois à la ville de Bruxelles, qui s’engageait à en faire un parc public.  Elle s’engageait aussi à payer à l’Etat une redevance d’environ 10.000 francs par an (2 juin 1861).  Pour l’aménagement du bois, la ville adopta, à la suite d’un concours, l’excellent projet élaboré par l’architecte paysagiste Keilig (22 février 1862).  Ce projet avait l’avantage de tracer au travers de la forêt des promenades agréables, tout en conservant d’épais ombrages et des futaies séculaires.  C’est incontestablement ce qui en fait la beauté.  Par ses larges avenues bien tracées, ses sentiers tortueux, ses ravins, son lac, ses pelouses, le bois de la Cambre tient du jardin anglais.  Il rappelle la forêt, par l’aspect majestueux de ses vieux massifs.

 

le lac.jpg

Le lac situé dans la seconde partie du bois est une création artificielle.  Il est alimenté par l’aqueduc communal.

 

pigeonnier.jpg


Avant sa transformation, le bois de la Cambre était presque désert.  Seuls les amis du pittoresque s’y rendaient les dimanches d’été.  Les familles bourgeoises allaient y déjeuner sur l’herbe et les couples d’amoureux y cherchaient la solitude.

Au commencement du siècle dernier (19è), c’est là que s’exécutaient « la plupart de ces folles et malheureuses provocations, auxquelles on donne si improprement le nom d’affaires d’honneur ».  (G. de Wautier).

 

La cloche.jpg

 

Le tableau suivant donne la longueur des promenades habituelles du bois de la Cambre :

1° De l’entrée du Bois à la cloche (située devant le lac, à la jonction des deux allées latérales du Bois dit Carrefour des Attelages) par la droite : 1.400m par la gauche : 1.200m

 

drève de lorraine.jpg


2° De l’entrée du Bois à la drève de Lorraine par la droite : 2.350m par la gauche : 2.500m.

 

laiterie et voiture.jpg


3° Tours simples :

De l’entrée du Bois à la laiterie et retour : 1.900m

De l’entrée du Bois à la cloche et retour : 2.600m

De l’entrée du Bois jusqu’à l’arrière du lac, sans passer devant la cloche : 4.100m

 

laiterie du bois  1907.jpg


De l’entrée du Bois jusqu’à la drève de Lorraine (soit donc le tour complet du Bois par les allées extérieures) 4.750m

Le tour du lac (de la cloche jusque derrière le lac et retour) : 1.850m

 

laiterie jardin.jpg


4° Tour en forme de huit :

De l’entrée du Bois jusqu’à la drève de Lorraine en passant devant la cloche à l’aller et au retour 5.100m.

 

entrée fontaine.jpg

 

Notons que l’entrée du bois de la Cambre est ornée d’une grande composition sculpturale de Jacques de Lalaing, la Lutte équestre  (1906), ainsi que de deux pavillons occupés par la police.  Ce sont les pavillons d’octroi de l’ancienne porte de Namur, que la Ville a transportés ici.


Bois de la Cambre d’après Charles d’Ydewalle. (années 50)

avenue de flore.jpg

Nous voici, à présent, terme ultime de l’avenue Louise, à l’orée du bois de la Cambre, qui est le poumon de Bruxelles, le royaume des hêtres pourpres, allée cavalière, eaux et pelouses, vallons et bocages, remarquablement dessiné par Kellig. 

entrée et immeubles anciens.jpg

L'entrée est ses magnifiques immeubles rasés 

A peine franchi, le carrefour où nous rafraîchit la fontaine du poète Odilon Perrier, nous pénétrons sous les plus majestueuses futaies d’Europe. 

entrée et tram vue louise.jpg


Ce bois fut partie de la forêt de Soignes.  Nous le limitons aujourd’hui à ce déroulement, long de deux mille mètres et large de cinq cent cinquante mètres, qui nous mène à la chaussée de Boitsfort. 

chalet robinson 2.jpg


Le lac, de belle dimension, avec son île Robinson, plaît par son côté Jean-Jacques, à Armenonville, un côté gloriette de Schoenbrunn. 

chalet robinson île.jpg


Aux premiers beaux jours, les pelouses se couvrent de familles buvant le soleil.  C’est Hyde Park et Kew Gardens à la fois. 

pelouse des anglais.jpg

De drèves en sous-bois, nous pénétrons dans cette forêt de Soignes qui, en plein vingtième siècle, est à peu près sauve.  Cela tient du miracle.  Comment la mercantile capitale du plus industriel des royaumes a-t-elle gardé, parure suprême, une forêt de 5000 hectares à sa porte ?  L’explication remonte à l’an mille, quand les comtes de la maison de Louvain en firent l’acquisition.  Ces hommes aimaient la vénerie au point d’en faire un deuxième métier.  Nobles et chasseurs, il leur convenait d’édifier « A la Vure » (Tervueren) un château fortifié qui tenait surtout du pavillon de chasse. 

 

Dans les souvenirs du vieux Bruxelles, Jean Servais écrivait :

Une simple promenade au bois représentait toute une expédition.  Pour accomplir il fallait se laisser véhiculer par un tramway poussif et bringuebalant qui, au trot menu, de ses deux chevaux, vous prenait à peu près une heure pour vous mener de la porte de Schaerbeek à l’entrée du Bois.

Mais, lent à venir, le succès n’en fut pas moins assuré en un temps relativement bref dès que la tractions des tramways se fit à l’électricité.

 

gd ravin.jpg

 

Dans le bois, on découvrit des sites admirables.  Le ravin où les enfants s’amusèrent à se laisser « tribouler » du haut en bas, enlacés deux par deux ; exercices pratiqués aussi par des couples de jeunes gens et de jeunes filles ; le trou du diable, laissé par une carrière ancienne, trou où stagnait une mare et auquel on attribuait des origines diaboliques

 

chalet robinson 3.jpg

chalet robinson île et 2 bacs.jpg

l'île.jpg


le Chalet Robinson devant lequel se tirait le sensationnel feu d’artifice du 21 juillet ; le lac, le fameux lac et ses petits bateaux qui allaient sur l’eau à des prix abordables ; les pelouses, toujours occupées par d’innombrables flâneurs

 

ketjes marchands de glace.jpg


et où circulaient des vendeurs de « smoeteboles » de « carabitjes », de « coco-au-caliche »… et si le feu d’artifice se tire maintenant ailleurs (année 50) c’est que la foule de ses admirateurs était telle que les taillis, les arbustes subissaient d’inévitables déprédations…

 

ballade.jpg

 

Telles étaient les réjouissances estivales qui suffisaient au bonheur du Bruxellois de l’époque et le retenaient dans sa ville…

 

patineurs lac gelé.jpg

Quant aux plaisirs d’hiver, il y avait les balades en traineaux et, sur le lac en temps de gel, le patinage.  Le public était prévenu par des pancartes dans les voitures des tramways : « On patine au bois de la Cambre ».

 

Rappelons à ce propos les représentations d’une revue bicentenaire au sympathique théâtre du Bois-Sacré et qui s’intitulait : « On potine au Bois-Sacré ».  (Libeau et son collaborateur habituel, notre vieil ami de Caigny, en étaient les heureux auteurs).

 

cavaliers.jpg

 

N’oublions pas de mentionner, en outre, en toutes saisons, les promenades à cheval qu’y faisaient quotidiennement la ‘Gentry ‘… C’est au cours de l’une d’elles que Sarah Bernhardt en représentation dans notre capitale, fit la connaissance d’un membre de notre haute aristocratie, début d’une idylle qui laissa un profond souvenir dans la vie sentimentale de la grande tragédie…

 

moeder Kramik.jpg

moeder lambic.jpg

 

Tout Bruxellois digne de ce nom se devait d’aller déguster, à défaut d’un repas pris à la Laiterie, sa tartine au fromage blanc agrémentée de radis noirs, chez Moeder Lambic ou chez Moeder Cramique

 

moeder lambic attractions chanteurs.jpg


et d’y applaudir Madame Gaspard, chantant, en jouant de la guitare, les aventures d’une ménagère qui va-t-au marché.  S’y produisaient également parfois, raconte Frans Fisher dans ses souvenirs de Bruxelles d’autrefois trois petites vieilles toutes menues et toutes ratatinées. 

 

moeder kramiek.jpg

ambiance chez Moeder Kramick


« On les avait toujours connues vieilles.  D’une voix cassée et chevrotante elles entamaient des strophes d’une chanson un peu puérile et enfantine intitulée « Petites fleurs des bois ».  Puis tout à coup, continuant à chanter et à pincer de la guitare, elles se mettaient à tournoyer et virevolter sur elles-mêmes en une lente valse sur place, pareilles à ces petites poupées mécaniques qui se trémoussent dans certaines boîtes à musique. 

 

moeder lambic scène.jpg

ambiance chez Moeder Lambic aussi 

Plus le public, un peu goguenard, encourageait par ses rires et ses bravos les pauvres petites chanteuses-ballerines et plus elles prolongeaient cette mimique rotative, jusqu’à ce que, épuisée, elles allassent s’affaler sur un banc, avant de faire la quête.

 

moeder lambic maison segers.jpg

 

« La recette faite, elles allaient achever, jusque bien tard dans la soirée, leur tournée dans les vieux cabarets de la ville où chacun les connaissait mais ne leur donnait d’autre nom que celui de leur unique chanson : « Petites fleurs des bois ».

 

bois de la cambre public.jpg

Version années 50

bois de la cambre bac.jpg

bois de la cambre public danse.jpg

Et on y danse même le Rock and Roll 

Mais le Bois de la Cambre, du moins ses environs immédiats, laissent surtout des notables souvenirs au vieux sportifs en ce sens qu’il accueillit les deux premiers vélodromes bruxellois.

affiche champions.jpg

Le premier, en somme, fut le vélodrome de Longchamp, installé au coin de l’avenue du même nom (actuellement Avenue Winston Chruchill) et de l’actuelle rue Edith Cavell.  L’inauguration eut lieu le 22 mai 1893 en présence du Roi, de la Reine et de la princesse Clémentine.  C’est là que se termina, en cette même année, la première course Paris-Bruxelles qui dura deux jours, les 14 et 15 août et dont le vainqueur fut Henri André, maçon verviétois, follement ovationné, on le conçoit …

revue des sports Houben.jpg

Le deuxième vélodrome fut inauguré en 1897 : le vélodrome de la Cambre, racheté en 1907 par M. Van Hammée, l’ancien directeur du Palais des Sports de Schaerbeek.  Il se trouvait au Solbosch et fu exproprié en 1908 en vue de l’exposition de 1910, pour être remplacé, la même année, par le vélodrome du Karreveld.  Mais n’anticipons pas…

 

vélocipédie Houben - Protin Bruxelles Liège départ du vélodrome.jpg

 

Les gloires de l’époque héroïque du Cyclisme étaient notamment le liégeois Robert Protin, le populaire Bruxellois Hubert Houben, vainqueur en match mémorable au vélodrome de Longchamp, de l’Américain Zimmerman, qui, jusqu’alors n’avait subi aucun défaite.  Citons aussi, parmi nos compatriotes, notre toujours vert Léon Coekelberg, de Saint-Hubert les frères Fischer, Huet, le dentiste….

Léopold II honorait le sport cycliste de sa protection.  Il dota de prix importants plusieurs compétitions.  Et il ne manquait pas de féliciter personnellement les vainqueurs des courses auxquelles il assistait, tel André, qui fut reçu par lui au Palais.  Evènement dont parlèrent les journaux, pour la plupart desquels le cyclisme sportif n’avait guère de considération.

Et l’on raconte qu’ayant assisté à un match à l’issue duquel Houben avait été victorieux une fois de plus, le Roi le complimenta également et lui posa cette question plutôt singulière :                  

-         Comment faites-vous donc, Monsieur Houben, pour courir si vite ?

Un instant interloqué, mais se ressaisissant, Houben répondit : - Sire, ça est un truc !  Ce qui eut le don de faire rire de bon cœur son auguste interlocuteur, de même que les personnalités présentes à l’entretien.

La popularité du sport cycliste s’étendant de plus en plus, les deux vélodromes, l’un après l’autre, s’attirèrent bientôt une nombreuses clientèle.  Et les cafés des environs du Bois en profitaient. 

 

paris bruxelles amateurs 1910.jpg

Paris - Bruxelles amateurs 1910

 

Il convient d’accorder une mention spéciale au « Café du Cycle » où, chaque jour, après leur entraînement, se rendaient les coureurs.  La patronne de l’établissement les aimait bien et elle était payée de retour.  Le poète-revuiste Théo Hannon, lui avait dédié ce quatrain :

Dans son amitié maternelle

Pour le cycle et ses dérivés

Dévotement, sur son sein, elle

Regonflerait les pneus crevés !

 

Aussi bien l’appelait-on « Maman Bodinus » du nom de son mari.  Très temporaire, ce mari !

Dans « le Soir », Jacques le Belger-Carrière a retracé il y a quelques années (années 50), le curriculum vitae de cette sympathique et originale personne l

« Née en 1840, à Deux-Acren, elle était la fille de Constant d’Hoffschmidt, ministre des en 1880, la connaissance de « Herr Doktor Bodinus » conservateur du Jardin Zoologique de Parin et l’épouse.  Mais le caractère austère de son mari ne convient guère à son tempérament.  Elle interrompt brusquement son voyage de noces, à Berlin, et revient à Bruxelles, sa ville d’adoption, qu’elle ne quittera plus. 

 

café restaurant du trianon jardins.jpg


Elle y achète « Le Trianon » au Bois de la Cambre, en fait un petit jardin d’acclimations où les enfants viennent jouer… Et son penchant naturel pour les animaux exotiques, se double de son affection pour les coureurs cyclistes dont la vogue commence.  Elle fonde le « Cyclist’s Club House » qui, malgré son enseigne engageante au goût du jour, n’a guère de succès. 

 

Avenue Legrand vers Louise.jpg


C’est alors qu’après avoir repris la gérance du bar du Vélodrome de Longchamps, nouveau venu, elle achète un terrain sis entre l’avenue Legrand et le Bois et y fonde « Le Café du Cycle », le favori des sportsmen. »

Camille Bodinus, née d’Hoffschmidt, n’était pas dénuée de ressources.  Mais elle avait une passion : le jeu.  C’est ce qui fit son malheur, causa sa ruine et amena sa retraite dans une masure à Deux-Acren, son village natal, où elle mourut en 1921, misérablement…

 

chalet robinson 4.jpg


On le voit, les souvenirs qu’évoquent le Bois de la Cambre et ses abords sont nombreux, divers et « Maman Bodinus » telle que l’a ressuscitée le Berger-Carrière méritait d’être sauvée de l’oubli.  Elle est digne de figurer dans la petite histoire de notre cher Bruxelles.

Et en version plus récente.... 

chalet robinson.jpg

chalet robinson pedalo.jpg


 

 

 

14/02/2013

Atmosphère années 50 .... évolution du niveau de vie...

patchwork bxl012.jpg

 

Dès 1948 … après la guerre, à peine a-t-elle pansé ses plaies, Bruxelles se place aux avant-postes du combat pour une Europe Unie. 

 

timbre benelux 1964.jpg

Le Benelux, premier rapprochement et le 17 mars de cette même année, la seconde étape : la signature du traité de Bruxelles, consacrant l’alliance étroite de la France, de la Grande-Bretagne, de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg.   

naissance du bénélux 5 nov 47017.jpg

naissance du Bénélux 1947

Au début des années 50, tout a commencé à augmenter ;  par contre, on en avait deux fois plus pour notre argent !

Il faut dire que durant les années 50-60, Bruxelles avait ceci de particulier pour un tout petit pays ; Brasser des affaires gigantesques à l’échelle mondiale !

 

sénat salle des séances.jpg

Le Sénat

Des institutions régularisent la vie de l’argent.  Le sang des affaires circule bien et donne à Bruxelles, qui en est le cœur, des battements ordonnés et paisible. 

 

capitale des affaires bourse045.jpg

La Bourse

A cette époque, on prenait en considération pour le budget, le prix des aliments de base pour le ménage, le prix du chauffage (souvent le charbon à cette époque)  et en extra, un petit budget pour l’habillement et quelques accessoires ménagés.

 

mon charbon.jpg

Ce n’est que vers 1955, que le comportement des citoyens a réellement changé.  Sont venu s’ajouter au budget des extras, les sorties (dancing, cinémas etc.), le prix des transports en communs, les salons de coiffures et d’esthétiques, les jouets sophistiqués pour enfants, la télévision … et la carte de crédit  (une redoutable machine à consommation)  pour ceux qui n’arrivaient pas à suivre…

 

la télévision annonce pub009.jpg

la télévision008.jpg

tourne disque teppaz002.jpg

enregistreur010.jpg

hi fi époque003.jpg

 

Collection  de Mr Denis Keller

Série de pochettes photos. Étant donné que votre blog fonctionne surtout par l'imagerie, j'ai trouvé amusant de montrer quelques-unes de ces pochettes anciennes fournies par les magasins de photo pour placer les tirages de leurs clients. C'était au temps où la photo numérique n'existait pas encore et où tout le monde fonctionnait avec de la pellicule "argentique". J'ai sélectionné uniquement des pochettes publicitaires de magasins situés à Bruxelles. Les adresses de ces magasins figurent sur les pochettes.

 

photo christiaens.jpg

photo fotobel.jpg

photo kodak demettre.jpg

photo kodak ltd.jpg

photo kodak rue neuve.jpg

photo lamarque.jpg

photographe christiaens .jpg

appareil photo argentique 6x6 kodak brownie flash années 50.jpg

mettez la souris sur l'image pour connaître le modèle de l'appareil

appareil photos argentique 6x9 boyer photax années 50 série VIII.jpg

 

film kodak019.jpg

1958… Bruxelles est fin prête pour montrer au monde entier lors de l’Exposition que  nous sommes un modèle de société tournée vers la finance et le futur….La Banque Nationale étant le régulateur de la vie monétaire et de la tenue du franc, La Belgique se doit d’être à la hauteur de ses ambitions.

 scène de rue.jpg

vue bourse.jpg

building prévoyance sociale.jpg

 

capitale des affaires bourse 2046.jpg

Son gouverneur reste le grand conseil et le frein de tous les gouvernements, quel que soit le parti auquel ils appartiennent.

 

crédit communal fondé par Hubert Frère Orban.jpg

Le Crédit Communal est le grand trésorier des communes et leur banquier ; c’est un autre élément régulateur qui freine les mégalomanies possibles (disait-on).

 

banque de bruxelles achat à crédit.jpg

capitale des affaires 044.jpg

 

 

Avec sagesse, Bruxelles est devenu la terre d’élection de très grands trust : par exemple, la Société Générales, la Banque de Bruxelles, la Kredietbank, la Banque Lambert, le Groupe Empain, le Groupe Nagelmakers…

 

congo belge union minière.jpg

 

Collection Mr Keller Denis

 

sabena 1.jpg

sabena 2.jpg

 

6/ Sabena
Deux étiquettes de bagages des années 1950s

 

C’est la Société Générale qui a construit de toutes pièces l’Union Minière du Haut Katanga.  La Banque de Bruxelles a soutenu de toutes ses forces l’industrie liégeoise.  Le Groupe Empain s’est occupé de la chimie et de l’électricité.

 

empain part compagnie foncière des grands lacs congo belge.jpg

 

 

ougrée marhaye2.jpg

 

 

A cette époque, le groupe de la Banque de Bruxelles était conduit par un homme d’une main de fer, le comte de Launoit.  Il mené une des plus vaste opérations financières …. La fusion des trois plus importantes sociétés de métallurgie : Ougrée-Marihaye, John Cockerill et Ferbatil. 

 

banque nationale.jpg

 

 

 Le bénéficiaire le plus évident c’était le « standing du pays ».

 

quartier centrale naveteurs.jpg

Quartier Gare Centrale ...Les naveteurs

vue quartier centrale.jpg

tram.jpg

 

 

Tout un peuple vivait autour de ces banques ;  Le soir, la gare centrale (cité aux falaises de béton) absorbait comme une fourmilière les hommes qui œuvraient à l’accroissement financier du pays. 

 

visages bxl 1.jpg

 

 

Le commerçant qui réalisait un bon chiffre d’affaire portait à la banque le fruit de son dur labeur.

 

visages bxl 2.jpg

 

 

C’était des milliers de commerçants qui contribuaient au « Pactole » et par la suite ils avaient la possibilité d’acheter des actions. 

 

CGER BELGIQUE CARTE.jpg

banque pub coffre.jpg

 

 

On pouvait même considérer que le chiffre d’affaires du Bas de la Ville avec ses petits commerçants atteignait la moitié du chiffre d’affaire de l’agglomération entière.  Tous les secteurs de l’activité commerciale étaient représentés. 

 

sarma nopri bruxelles leopoldville albertville.jpg

 

 

Ceux-ci étaient localisés dans des endroits bien précis…. Par exemple : Machines de bureaux dans la rue d’Assaut, bijouteries-horlogeries rue au Beurre, collectionneurs de timbres et monnaies rue du Midi, papiers peints et luminaires rue Blaes, articles de mode rue des Eperonniers…. Et aussi tous les métiers ambulants et autres artisans….. Il y en avait pour tout le monde….. Sans exceptions !

 

 

boutique souvenirs de bruxelles.jpg

 

Les petites affaires comme les grandes étaient exposées à la lumière de la place publique.  Les rotatives livraient chaque jour au peuple les secrets des affaires en des journaux bourrés de chiffres.  

 

sablon garage de la sablonniere.jpg

 

 

Bruxelles était la Capitale des Affaires.  Celui qui était « rusé » pouvait devenir puissant…  Une petite entreprise pouvait très vite prospérer.

 

19 - 21 rue du midi verreries fauquez.jpg

19-21 Bld du Midi

 

 

Autre exemple d’ascension :

La caisse d’épargne IPPA connaît après la deuxième guerre mondiale, un essor fulgurant. 

Les sièges et bureaux se multiplient dans les années 50, le siège de Bruxelles vient occuper de nouveaux locaux. 

Le chiffre d’affaire ne cesse d’augmenter.  Le premier milliard de dépôts  d’épargne est atteint en 1951, le dixième en 1967. 

Le nombre d’agences n’a cessé de s’accroître… d’une agence en 1903, il passe à plus de 1.400 en 1970 !

Au vu de son succès, IPPA créera le groupe TRANSGA, la compagnie immobilière qui offrira à ceux qui préfèrent placer leur argent dans des « briques » ou des terrains, un large choix de placements immobiliers.  

 

 

banque de reports et de dépot rue des colonies.jpg

 

 On commence dès lors à parler de pouvoir d’achat et de consommateurs… On s’imaginait que l’avenir serait « rose »… Un peu le rêve américain… Le niveau de vie était plus élevé et les salaires augmentaient… s’ajoutaient à cela, les avantages divers comme une deuxième semaine de congés payés et les allocations familiales… Rien d’alarmant puisque jusqu’au début des années 60, le taux de chômage était de 2,3%...

 

pension pour tous pub.jpg

building prévoyance sociale ancienne.jpg

prévoyance sociale ancien

pension pour tous pub 2.jpg

 

 

C’est le 18 décembre 1957 que Delhaize le Lion inaugure le premier magasin « self-service » à la place Flagey à Ixelles….C’était un genre de magasin à « l’américaine ».  Très bonne stratégie pour l’époque puisque l’endroit était desservit par le tram, il y avait un parking et on pouvait compter sur de nombreux habitants à « fort pouvoir d’achat ». 

Les gens repartaient avec leurs victuailles emballées dans des sacs en papier brun et la viande était déjà préemballée. 

Toute la presse parlait de cette nouvelle manière de faire ses achats mais d’abord en la critiquant ! 

 

magasin libre service 7.jpg

Photo Pub Monoprix en France (idem)

magasin libre service 1.jpg

magasin libre service 2.jpg

magasin libre service 3.jpg

magasin libre service 4.jpg

magasin libre service 5.jpg

magasin libre service 6.jpg

 

 

En 1959, les enfants font la découverte de Barbie pour les filles et les garçons ne sont pas en reste non plus …. Les grands magasins regorgent d’idées pour attirer les familles…. Et à la Saint Nicolas, c’est dans un décor féérique que les enfants sages découvrent toutes les nouveautés dans le monde du jouet…

 

attraction en 1951 à l'Inno st nicolas vers blog.jpg

Collection de Mr Vanstenkiste...... attraction lors de la Saint Nicolas à l'Innovation dans les années 50

inno st nicolas nov 52 vers blog.jpg

Innovation années 50

inno st nicolas oct 50 vers blog.jpg

Pour les garçons

mail du 17 05 12 mr vansteenkiste st nicolas 60 vers blog.jpg

Rayon ménager miniature pour les filles

ST NICOLAS INNO DEC 51 vers blog.jpg

Décembre 1951, les merveilleuses poupées à l'Innovation... Le rêve de chaque petite fille....

Merci à Monsieur Vansteenkiste de nous faire partager ces souvenirs

 

Témoignage de Mr Denis Keller

 

Grands magasins : ici je dois raconter. Lorsque j'étais enfant dans les années 1940s et 50s les grands magasins exerçaient sur moi une fascination fantastique. C'était un univers de rêve que l'on visitait en famille. Pas nécessairement pour acheter mais pour voir et découvrir toutes les nouveautés de l'époque où le modernisme et le confort étaient des thèmes essentiels. On accédait encore aux étages par des ascenseurs grillagés "conduits" par un liftier en uniforme et gants blancs qui annonçaient les départements à chaque étage. Les plus modernes commençaient à disposer d'Escalator mécaniques en bois. La concurrence entre ces grands magasins était assez forte et chacun proposait des événements attractifs : goûters dansants, émissions radiophoniques en direct, des fauves en cage de verre, etc... Les vitrines de fêtes (St Nicolas, Pâques, Noël, Nouvel an,...) étaient magnifiques et animées même avec des personnages vivants. Les premières télévisions étaient exposées en fonctionnement en vitrine et étaient une attraction populaire qui attirait beaucoup de monde. C'était aussi l'époque où on pouvait écouter, chez les disquaires, les premiers disques en Vinyle dans des cabines individuelles sur un tourne-disque à aiguille saphir et avec le son mono et pas stéréo car l’hi-fi n'existait pas encore.

La plupart des jeunes femmes ont un emploi en dehors de leur foyer et l’arrivée des électroménagers facilitent  la vie de celles-ci. 

 

secrétaire 026.jpg

bic à 4 couleurs années 50.jpg

1er Bic à 4 couleurs1950

 

 

On retrouve dans ce nouveau mode de vie, le confort de la cuisine équipée et la généralisation de l’achat d’un frigo, d’une cocotte minute et de poêle Tefal, d’une machine à laver le linge avec rouleau pour l’essorage et de la poudre à lessiver, les détergents miracles font également leur apparition etc ...  Et les crédits explosent… notamment  pour l’achat d’une voiture …  

 

confort années 50.jpg

lessive Yes.jpg

cuisine fin années 50020.jpg

cuisine américaine021.jpg

art ménager 1953.jpg

 

 

Durant cette décennie, on dépense, on gaspille, on vit « bien », on s’invite au restaurant, certains investissent, d’autres s’offrent des vacances à l’étranger, on fume, on danse, on fait la fête…  La vie est devenue si paisible… du moins pour une grande majorité d’employés, de fonctionnaires et de commerçants…

 

cuisine gazinière025.jpg

pompiste années 50.jpg

simca.jpg

voiture.jpg

place de brouckère taxis.jpg

féérie lumineuse 1955.jpg

1955

féérie lumineuse rue neuve 1955.jpg

Rue Neuve

Qu’en était-il des préoccupations de nos parlementaires pour satisfaire la population durant ce temps-là ? (petit rappel)…

 

De 1910 aux années 50, plus de 80% des artères de la ville, y compris celles du centre, étant neuves, remaniées ou reconstruites, le rythme des travaux d’urbanisme fut incessant. 

 

bas fonds panorama 1955.jpg

Vue sur les Bas Fonds 1955

 

Les deux périodes de guerre, les crises économiques et monétaires, la dénatalité, la substitution d’impulsions collectives et trop souvent mesquines aux larges et efficientes initiatives léopoldiennes, ont fait que ...

 

impasse escargot.jpg

impasse de la maternité (2).jpg

Impasse de la Maternité

...plus des trois quarts des « taudis » et impasses furent rayées de la carte du Pentagone ; tandis qu’une autre grande partie des immeubles « anciens » de la capitale ont été cédés à des investisseurs étrangers, à de  grandes sociétés ou même aux banques… Un paradis pour les promoteurs…  

 

esders côté tour.jpg

 

Quant aux bruxellois, après avoir vécu dans des anciens quartiers sans confort,  ils ont préférés s’établir ailleurs….

 

Les couples qui travaillaient dans le privé ou dans l’administration pouvaient   s’offrir  le luxe de l’achat à crédit d’un appartement.

 

appartements achat.jpg

 

La construction de grands nouveaux  immeubles situés dans d’autres communes et dans des quartiers paisibles et verdoyants à proximité du centre de la ville a encouragé la population à déménagé. 

avenue G.E. Lebon blog.jpg

 

 

Les autres, aux revenus plus modestes se sont peu à peu installés en « banlieue » laissant la place aux utopistes….et aux indéracinables bruxellois.

 

chée de mons cureghem V BLOG.jpg

 

Il faut dire qu’après la guerre, les vieilles pierres n’intéressaient plus grand monde. 

Suite à la demande et à l’offre de crédit des banques, le béton coulait à flots aux quatre coins de la capitale !

 

tunnel rogier et viaduc.jpg

Tunnel Rogier vers Viaduc direction Koekelberg

 

On reprit, après maintes tergiversations, les travaux de la Jonction et du Mont des Arts, du percement des tunnels à travers la ville. 

Ces travaux d’urbanisme conjuguèrent leurs effets à ceux de la « City Building »… processus commun au centre de toutes les grandes villes contemporaines.

 

centrale sabena en 1954.jpg

1954

quartier centrale batiment sabena en construction juillet 53.jpg

quartier centrale parking.jpg

  

quratier CEE.jpg

CEE

 

Il faut noter que durant cette période, les expropriations urbanistiques  on coûté quelque 30.000 habitants, dont la moitié pour la Jonction.  Et la prolifération des constructions non destinées à l’habitation jointe au progrès de la dénatalité en ont fait disparaître plus de 50.000 autres.

Durant des dizaines d’années, certains quartiers fantômes en attente des grands travaux ont été la terre d’accueil des plus démunis.

 

 

étangs noirs V BLOG.jpg

 

 

La place était faite pour accueillir le monde de la finance des spéculateurs et des affaires…..  Il n’y avait plus qu’à attendre que le temps fasse sont travail sur l’état de délabrement de ces vieux quartiers…

 

rue du comte de flandre V BLOG.jpg

 

 

Les constructions incessantes de nouveaux immeubles dans les faubourgs de la ville, l’installation du métro en sous-sol, l’ouverture de galeries commerçantes etc.… offraient un tel nombre de postes que la Belgique dû faire appel à la main d’œuvre étrangère.

 

inauguration metro 20 septembre 1976 V BLOG.jpg

 

 

Malgré tout ces projets grandioses, où allait-on loger toutes ces nouvelles familles ?.... Réponse : Tant qu’il n’y avait pas d’avis de démolition…

Dans ces fameux quartiers « fantômes)…. En attendant les propositions des grands promoteurs… 

 

Vue de la Colonne du Congrès 1954.jpg

Vue de la Colonne du Congrès en 1954

Considérée comme un paradis fiscal avec une sécurité sociale à la pointe que rêver de mieux pour  y vivre paisiblement ?  La Belgique offrait tous les avantages sociaux et l’aide nécessaire à l’intégration des familles …

 

 

place ste catherine années 50.jpg

Paisible Marché place Ste Catherine années 50

aemet années 50.jpg

Le Vieux Marché dans les années 50.... les bonnes affaires...

 

 

 

 

La Belgique à accueillit a bras ouverts ces nouvelles populations venue de si loin qui allaient se joindre à nous pour contribuer à l’essor de nos économies !

 

Avec 1.248.310 d’habitants en région bruxelloise en 1959 que devions-nous craindre ? 

Un tel essor au niveau économique et social faisait de notre capitale l’endroit idéal pour évoluer dans la société.   Chacun y trouvait sa place.   Et puis avec un taux de chômage aussi bas…. Pourquoi redouter le futur ?  Dans  l’euphorie de la  réussite sociale et économique, étions-nous en mesure de prévoir la crise en 2007 ?

 

Gd place vue 1954.jpg

1954

 

 

Paradoxalement,  les gens troublés par des nouvelles pessimistes venant de tous côtés, il était déjà devenu courant d’entendre parler « du bon vieux temps » dans les années 60-70 !..... Celui d’avant 1914 !

 

visage un homme et son chien 1954.jpg

 

 

Eh oui…. Il semblerait qu’il a bien existé…. Et pourtant…

 

La marchandise était de bon aloi et l’ersatz n’encombrait pas nos tiroirs. 

 

marchands de moules 1954.jpg

café en 1954.jpg

Au parc de Bruxelles 2 1954.jpg

 

 

Le bon vieux temps peut-être regretté par les poètes et par les riches, PAS par les ouvriers.

Pour créer un pays aussi riche, il en a fallut des sacrifices, des révolutions et des débats.

Avec un salaire considéré comme « beau » à  l’époque de 4,25FB par jour  pour un receveur de tram, seuls dans l’industrie privée, des contremaîtres de valeur arrivaient à cent sous !

Sans compter les heures de travail qui n’étaient pas encore réglementées !

 

couple traiteurs033.jpg

terrasse 1954.jpg

Terrasse à la Bourse.... un matin... bien animé et pourtant paisible...

 

 

Pourtant, ……Mon dieu qu’il faisait bon vivre ici !

 

visage agent V BLOG.jpg

visage ouvrier V Blog.jpg

visages de Bruxelles 1026.jpg

visages de Bruxelles V Blog.jpg

visages de Bruxelles 4 V Blog.jpg

 

 

16/09/2011

Bruxelles nocturne dans les années 50 d’après Camille Biver.

Bruxelles nocturne dans les années 50 d’après Camille Biver.

 

 

bxl by night nb.jpg

 

 

Après neuf heures du soir, Bruxelles, qui vient de bien dîner, boit une tasse de café brûlant, éteint ici et là les lumières de quelques boutiques et lance à travers places et boulevards les premières mesures d’une chanson trépidante où chaque couplet parle d’une distraction nouvelle, mais où le refrain, toujours, se termine par le mot : « encore » !

 

Vers neuf heures du soir.

 

bxl by night nb 2.jpg

 

Mais bien sûr qu’il est encore temps de nous rendre au music-hall.  Le spectacle vient à peine de commencer.  Ne quittons pas le centre ville.  Voici, à deux pas de la Bourse, rue des Pierres, l’Ancienne Belgique, le music-hall que certains ont appelé « le jardin d’enfants pour grandes personnes ».  Entrons !

Malgré les deux mille places, le cadre parvient à être intime.  Les murs racontent les beautés des grandes villes de Belgique : clocher, beffrois, pont jetés sur des fleuves, grand’places aux maisons à pignons.  Le public est du type familial et extrêmement divers pourtant : depuis le genre bon-enfant qui glousse de joie devant le chanteur à voix, jusqu’aux bandes de jeunes gars qui viennent applaudir la dernière coqueluche des cabarets parisiens.  Un grand orchestre est chargé de créer l’ambiance et le défilé commence : jongleurs et mangeurs de feu, danseurs et danseuses, hommes-serpents et acrobates, dresseurs de chiens et charmeuses d’oiseaux, cascadeurs et clowns, funambules et trapézistes.  Mais rassurez-vous : les exercices périlleux des artistes ne coûteront plus, ici, de vies humaines.  En 1955, une acrobate s’écrasa, depuis les cintres, sur le plateau, devant les yeux épouvanté du directeur, Georges Mathonet.  Depuis ce jour-là, le filet a été rendu obligatoire.

Sur les planches de l’Ancienne Belgique, les meilleures attractions internationales ont déroulé leurs guirlandes multicolores.   Mais la place faite à la chanson d’aujourd’hui est large et si l’on peut encore, à l’occasion, y entendre Tino Rossi, Marie Dubas et Joséphine Baker, le public accueille très chaleureusement les vedettes du jour : Georges Brassens, Gilbert Bécaud, Catherine Sauvage, Varelo et Bailly, Moulodji, Lise Rollan, Eddie Constantine, tout comme les vedettes de demain que la direction a très souvent le beau courage de découvrir pour le grand public belge.  L’Ancienne Belgique est connue dans le monde entier.  Pourtant l’atmosphère qui y règne est spécifiquement belge et les réactions de son public ne sont pas toujours celles des Parisiens.  On a vu des attractions « faire un triomphe » à l’Olympia et « faire un bide » trois semaines plus tard à l’Ancienne Belgique.

 

Ancienne Belgique.jpg

Si vous n’avez aucun goût pour les vedettes du trapèze ou pour les vedettes de la chanson, vous pouvez passer quelques heures agréables au Vieux-Bruxelles, où les artistes n’ont pas une grande réputation, mais où le tarif des consommations pousse le client à ne pas laisser son verre vide !

FIESTA .jpg

 

L’Alhambra, dont on annonce la fermeture définitive chaque saison, trouve toujours de nouveaux bailleurs de fonds pour remettre le bateau à flot.  Spécialisée dans l’opérette à grand spectacles, cette maison produit aussi des spectacles de music-hall.  

 

Les Façades dorées de la Grand’Place.

 

 

BIEN DE CHEZ NOUS.jpg

 

 

En passant dans la rue de la Bourse, vous lirez, devant un bistrot, une enseigne : « Simone Max chez elle ».  Si l’esprit de « zwanze » un peu gros ne vous fait pas peur, entrez donc.  Vous  vous installerez devant une bonne gueuze et si « la patronne » Simone Max est dans ses bons jours, vous risquez de vivre une heure de rire du type breughelien.

Vous n’aimez pas les plaisanteries un peu salées et l’esprit des chansonniers de 1930 ?  Tant pis pour vous !  Peut-être goûterez-vous mieux le spectacle de cabaret du « Poulailler », qui se trouve tout près de là, rue Orts.  Le décor en est très montmartroise et celui qui créa la mentalité de la maison, le regretté Christian, avait presque du génie.  Ses successeurs font de leur mieux pour satisfaire ceux qui viennent chercher là un reflet des couplets de la Butte. Ils n’ont pas toujours la classe de Christian et c’est dommage.  Mais n’est-ce pas la faute d’un certain public, qui exige d’eux trop de facilité et n’exige pas assez qu’ils se renouvellent ?  Il faut cependant reconnaître les grands mérites et le beau courage d’un Marcel Antoine, d’un Robert Carllier, d’un Jacques Lippe, d’un Bob Boudard ou d’un Raymond Errera.

 

Rue J. Van Praet 1959.jpg

Rue J. Van Praet en 1959

De l’autre côté de la Bourse, nous trouvons de très populaires mais sympathiques brasseries qui s’appellent l’Espana, le Galopin ou le Brasseur.  Un peu plus loin, une autre porte le joli nom de Brasserie Sainte-Catherine.  Là le spectacle est autant dans la salle que sur le minuscule plateau.  Le brave orchestre fait du bruit pendant que la diseuse à voix détaille ses refrains.  La bière coule à flots, car il n’y a généralement pas « d’augmentation pendant le concert ». 

 

ALLEI SANTEI.jpg

Le bon populo crie, s’émeut, sourit, rit à gorge déployée.  Le garçon lâche sa serviette pour monter sur les planches et lancer par-dessus les têtes ce qu’il prend pour une voix de ténor italien.  Mais on s’amuse et l’on est heureux parfois de retrouver dans de tels endroits la cordialité de ces cafés chantants qui ont disparue pour faire place à nos tristes cinémas.

 

carnaval zotten in brusse 1924l.jpg

 

Sur la Grand’Place, les autos tournent et tournent dans l’espoir de trouver un endroit où se garer.  Les agents ont beau être de braves gens, ils n’acceptent pas que l’on transforme toute la surface de la place en un affreux garage.  Et ils ont raison.

 

gd place annees 50.jpg

 

D’autres vous auront dit le charme de ces façades que lèchent maintenant les pinceaux jaunes des projecteurs.  Non : n’allez pas croire qu’un incendie s’est déclaré au Roi d’Espagne ! Les bûches de l’immense feu ouvert viennent de s’écrouler en gerbes folles d’étincelles, voilà tout. 

 

roi d'espagne gd place.jpg

L’ambiance est sympathique ; accorte, la serveuse ; amusant, le cheval empaillé ; pittoresques, les marionnettes ; bon au toucher, le bois nu de la table ; exquis, le fumet de bois brûlé qui s’échappe des flammes : résine et parfum d’aiguilles de pin, brouillard de la Semois et vent de Campine.

 

roi d'espagne gd place 2.jpg

 

 

Etudiants et artistes.

 

Le Bierkelder est tout ce qui subsiste des caves à étudiant plus ou moins existentialistes d’il y a quelques années. 

 

bierkelder.jpg

On y trouve encore des garçons de 17 ans très fiers de leur barbe et des jeunes filles de gonne famille qui croient qu’elles se sont encanaillées parce qu’elles ont abandonné la jupe pour le blue-jeans et la sucette pour la cigarette.  Comme partout à travers le monde, nos adolescents, qui se croient très vaguement misanthropes, ne sortent que par bandes de cinq ou six.  Et c’est à qui fera le plus de chahut.  Mais peut-être êtes-vous de ceux ou de celles qui aiment à retrouver l’ambiance des boîtes à étudiants ?

 

cabaret l'enfer.jpg

cabaret l'enfer

 

 Ne croyez pas ceux qui prétendent toujours que « c’était mieux de leur temps ».  Le Nez Qui Prend ou la Jambe de Bois sont aussi lugubres et sots aujourd’hui qu’il y a 20 ans !  Ils sont tout simplement un peu moins sales, ce qui leur a enlevé de leur pittoresque.  Mais on y retrouvera éternellement, et en cela non plus rien n’a changé, plus de bourgeois que d’étudiants, ces derniers étant surtout avides d’étonner les premiers en leur chantant des chansons estudiantines que les bourgeois, hélas, connaissent souvent mieux qu’eux !

Peut-être aussi êtes-vous de ceux qui aiment à voir de près les artistes ?  Que je vous donne vite en passant quelques adresses.  Il y a tout d’abord Cabotinville, autrement dit « Chez Stans ».  Vous y retrouverez chaque soir un bon nombre de nos vedettes et un plus grand nombre de nos jeunes comédiens et comédiennes.  Sachez que les artistes du Théâtre de Poche se retrouvent après le travail ou les répétitions « à la troisième brasserie à droite dans la chaussée de Wavre ».  Quant aux musiciens, ils ont aussi, bien entendu, leurs lieux de réunion préférés parmi lesquels il faut citer le Carlton Club, rue des Hirondelles, le Café Stella, rue de la Coline, le Cosmopolite, Place Rogier, et le Mylord, rue des Augustins.

Vers les minuits, on trouve aussi au Roi d’Espagne, dont j’ai parlé déjà, pas mal d’artistes qui aiment à venir bavarder devant son feu de bois.  Comme le premier étage de la Rose Blanche ou de la Bécasse, pittoresques cafés de la Grand’Place, sont des locaux de répétitions, pour la très simple raison qu’on y trouve un piano plus ou moins bien accordé, il arrive souvent que des musiciens, des chanteuses, des chanteurs ou des danseuses s’y fixent rendez-vous.  Rue de Laeken on apercevra d’autres lieux de répétitions : la Cour de Tilmont et la Cour d’Angleterre.  C’est dans la rue Tête d’Or que se trouve l’amusant décor du Mayeur, et rue Marché aux Poulets que se réunissent les enfants de la balle, à l’Elberg Bourse.

 

bxl by night nb 3.jpg

 

 

Autour de la Grand’Place.

 

 

ilot sacré.jpg

 

 

 

Si vous aimez ce que les vieux coins des grandes villes nous livrent de sordide et de chaleureux, de hideusement attractif et de follement piquant, si vous aimez les portes du XVIIème et les façades du XVIIIème, si vous aimez le pavé inégal des ruelles et le sourire gâté des portiers au teint verdâtre, vous aurez le coup de foudre pour tout ce quartier qui entoure la Grand’Place et qui a conservé le nom cocasse de ses rues : Rue des Bouchers, rue de la Violette, rue des Dominicains, Petite rue des Bouchers, rue du Marché aux Peaux, et l’extraordinaire rue d’Une Personne, sans oublier la rue de la Fourche, la rue de la Colline et la rue des Harengs. 

Rue des Harengs, vous pouvez, si vous le désirez, vous plonger dans l’ambiance slave, au Paprika.  Un minuscule orchestre a son répondant du côté de la porte de Namur, et pour ce dernier, la direction ne s’est pas cassé la tête pour lui trouver une enseigne, puisqu’il s’appelle très simplement : Le Slave.

 

rue d'une personne.jpg

 

On regrettera que la pioche des démolisseurs ait mis à bas tant d’endroits pittoresques où se réfugiaient les noctambules.  Mais on espère que la rue d’Une Personne ne disparaîtra pas trop rapidement, ni son bar extraordinaire qui avait tout l’air d’un mauvais lieu mais qui, en réalité, était surtout un refuge pour aviateurs à la recherche d’un peu de détente.  J’en dirai autant de chez Papy, le minuscule local du Marché aux Peaux, dont le grand patron est si sympathique aux jeunes.  Il ne se  pas de soirée sans que l’un ou l’autre guitariste ne vienne essayer là ses chansons.  Et quelques mois ou quelques années plus tard, on est tout surpris de réentendre ces mêmes chansons dans de riches enregistrements de riches maisons de disques.

 

SWING.jpg

 

LA ROSE NOIRE.jpg

 

L’établissement le plus célèbre du coin est certainement la Rose Noire, qui se situe Petite rue des Bouchers.  Si la rue n’est pas recommandable et même assez « particulière », la Rose Noire est surtout un rendez-vous d’enragé de la batterie et des dernières convulsions du jazz d’aujourd’hui.  C’est Louis Laydu, frère du comédien Claude Laydu, qui dirige ce local et a réussi à lui donner un genre très original.  Au rez-de-chaussée, une demi-douzaine de musiciens s’agite sur le plateau.  On danse peu.  On se trémousse beaucoup sur son tabouret en prenant des aires de mâcheurs de drogues.  On boit peu.  On crie beaucoup et l’on fume plus encore.

 

ALORS ON DANSE.jpg

 

Quand on en a assez d’écouter les furieux assauts de la batterie, on monte au premier étage, qui est un « cercle privé ».  On y retrouve la même musique qu’au rez-de-chaussée, mais enregistrée, un barman à la page, des poupées bien coiffées et très sages, des gars mieux coiffés encore et qui affectent de parler l’anglais… avec un terrible accent local.  Cela vaut la peine de se payer un whisky pour les admirer de plus près.  Cela vaut la peine aussi de payer une bière (il ne boit pas de whisky) à Louis Laydu pour qu’il vous parle à la fois de la vie nocturne de Bruxelles et de ses accidents de voiture.  On sort de la Rose Noire payé de sa peine.

Au début de la rue Tête d’Or, au premier étage d’un restaurant, s’ouvre la porte de la Tour de Babel qui a failli devenir, sous la talentueuse direction de Jo Deckmine, notre cabaret de la Rive Gauche.  Il a malheureusement abandonné la partie après quelques mois et ses successeurs n’ont plus réussi à attirer la même clientèle que lui.  Ce public passionné d’avant-gardisme a pu y entendre Léo Ferré, Catherine Sauvage, Stéphane Golmann, Jean-Claude Darnal, Jacques Verrière, Cora Vaucaire, etc.

Ces mêmes personnes prennent certainement plus de plaisir à fréquenter le Coup de Lune, qui ouvre sa porte le samedi soir, où l’on ne boit pas, où l’on ne fume pas, où l’on s’écrase, où l’on est jeté tout nu dans un bain étonnant de véritable poésie, et d’où l’on sort tout ruisselant de ces mots magiques qui font du bien à l’âme parce qu’ils l’ont comme purifiée.   Jacques Brel y a fait ses débuts en compagnie de Georgette Noguet et de celui qui signe ces lignes.  On y a surpris les premières notes de guitare de Georges Renoy, d’Edmond Carpentier, de Jean-Claude Colin ou de Robert Sabatier, de Kim Stéphane ou d’Edouard Michel ; on a pu y goûter le charme de Wilhemine et l’esprit de Stéphane Steeman.  Le Coup de Lune est admirablement situé, à l’ombre de l’église de la Chapelle, à deux pas du Théâtre de Toone. 

 

 

place de brouckère défilé en vespa.jpg

 

Du Bœuf au Zodiaque.

 

BOEUF ENTREE.jpg

 

 

 

S’il vous arrive de trainer à deux heures du matin d’un bar à l’autre, à New-York, à la Havane, à Londres ou à Santiago, et de rencontrer un gars qui connait notre capitale, si vous le questionnez sur la vie de Bruxelles-la-nuit, il vous parlera du Bœuf sur le Toit.

Chacun de nous sait que c’est Jean Cocteau, inspiré par Paul Claudel qui, vers les 1920, trouva ce nom pour le moins curieux et typiquement surréaliste et en accrocha l’enseigne devant un cabaret des Champs Elysées.  Bruxelles ne voulut pas être en reste.  Et notre Bœuf sur le Toit à nous vint au monde, baptisé au champagne, comme il se devait.  Les marraines étaient choisies parmi les vingt plus jolies filles d’Europe.  Du moins, certains dépliants publicitaires le prétendaient.

 

boeuf sur le toit 58.jpg

 

Il faut avouer que le décor du Bœuf est rococo.  Il faut avouer aussi qu’il est savamment agencé : lumières roses faites pour avantager les visages fatigués des clients, petites tables qui deviennent de grandes tables s’il vous prend la fantaisie de souper, bar profond que douze personnes déjà paraissent occuper entièrement, mais qui peut en recevoir une centaine (quand on se serre un peu beaucoup, les samedis soirs).

Le programme ? Jean Omer vous dira que c’est le plus riche d’Europe.  Mettons qu’il exagère un peu.  Il existe tout de même le Lido quelque part dans Paris.  Et des comparaisons seraient écrasantes.  Un très bon orchestre ?  Bien sûr.  De très jolies filles ?  Bien sûr.  Des robes fluorescentes ? Bien sûr.  Des déshabillés qui ne le sont pas moins ?  Bien sûr.  Une piste de verre ?  Rebiensûr Une débauche de plumes, de soies et de bouches peintes ? Rebiensûr.

Mais vous aurez beau tendre l’oreille, vous n’entendrez pas un refrain bien écrit : non !  Vous n’entendrez pas trois mots qui vous feront sourire : non !  Vous ne verrez pas un chanteur mettre un tout petit peu de cœur dans ce qu’il chante : non !

C’est pourquoi, sans doute, ce lieu de plaisir international m’a paru triste.  Peut-être aussi parce que l’on a vaguement l’impression que le Bœuf méprise son public-de-gens-blasés-qui-ont-de-la-galette.  Et ce public-là exige, lui aussi, qu’on le respecte, même quand on imagine qu’il ne comprend pas le français.

 

carte boeuf sur le toit carte image.jpg

 

carte boeuf sur le toit carte membre.jpg

Mais soyons juste : on n’a pas vu Bruxelles-la-nuit si l’on n’a pas vu le Bœuf sur le Toit aux petites heures, au moment où le troisième show de la soirée vient de se terminer.

Le Nouveau Gaity appartient aussi à Jean Omer.  C’est dire que les shows que l’on y présente sont de la même classe, qui est certaine, mais aussi du même genre. 

 

affiche chez paul gaity.jpg

 Comme au Bœuf, pas mal de personnes s’y rendent surtout pour danser aux sons d’un orchestre choix, capable d’exceller dans tous les genres et de se renouveler prodigieusement au long des heures.  Les costumes sont ravissants, les ballets d’un modernisme de bon goût et l’on a mis à la disposition du machiniste des coulisses extrêmement bien agencées.

Si le Bœuf sur le Toit a des concurrents ? 

 

moulin rouge bruxelles.jpg

Evidemment ! Le Moulin Rouge fait tourner ses ailes de néon sur la Place de Brouckère.  Ici aussi c’est le règne de la revue, mais d’une revue où l’on tente de glisser un mot drôle et un refrain à la mode.  Les costumes sont soignés, l’orchestre aimable et plein d’un bel entrain, le revuiste a des idées originales.  On me permettra pourtant de regretter que le clou d’un spectacle soit un strip-tease d’un goût douteux.

 

parisiana rue du pont neuf.jpg

 

Rue du Pont Neuf, alors que pour se rendre au Parisiana il faut descendre au sous-sol, il faut monter au premier étage pour accéder au Florida où nous retrouverons les lampadaires roses et rouges classiques, une brochette de demoiselles entourant le bar et disparaissant dans les coulisses juste avant le show. 

 

parisiana vedettes.jpg

Détail piquant : le violoniste de l’orchestre est au service du même patron depuis dix ans.  Bravo pour le patron et pour les violonistes !

Si les heures où passent les shows au Florida vous intéressent, les voici : 23h 15, 24h15 et 2h15.  Peut-être, s’il est plus tard encore, vous annoncera-t-on un quatrième show.  Mais vous n’y aurez droit, vers les quatre heures du matin, que si vous êtes un buveur de champagne puissamment assoiffé.

Au Parisiana, l’ambiance est créée par le raconteur d’histoires Edouard Caillaux. 

 

rtb animateurs et edouard caillaux.jpg

On ne l’écoute pas toujours, mais c’est le moindre de ses soucis : il y a toujours dans l’un ou l’autre coin un client qui « se marrera à la chute » et cela lui suffit.  Edouard Caillaux est un sage.  Il n’a pas l’air de présenter très sérieusement le programme du Parisiana.  Et c’est la bonne façon de le faire. 

A deux pas de moi, un client fait l’impossible pour avoir l’air d’un riche Américain : il porte une horrible cravate rose et violet sur une chemise bleue aux larges raies beignes.  Il y réussit presque en dodelinant de la tête au moment où la batterie se démène pour accompagner un superbe numéro de dans acrobatique.

 

Du caprice d’Eve au Whisky à Gogo.

 

travaux tunnel porte louise en 57.jpg

Travaux des tunnels Louise en 1957

 

Vous n’êtes pas encore saturés de lumières tamisées, de bars à champagne, de jeunes femmes « du tonnerre » et de jazz ?  Rendez-vous donc au Zodiaque, qui se trouve rue d’Alsace-Lorraine et dont la directrice est la plus charmantes des hôtesses.  Elle a réussi à faire du Zodiaque l’un des plus chics et certainement l’un des cabarets de nuit les plus sympathiques de la capitale.  Les attractions qu’elle engage ont toujours beaucoup d’allure.  Les orchestres qui s’y produisent sont endiablés.  Les clients sont satisfaits.  Aussi notre directrice a-t-elle ouvert un nouvel établissement : Le Caprice d’Eve, où le luxe et le charme sont inimitables.  Tout a été mis en œuvre pour faire de ce lieu de plaisir un modèle du genre : les grands noms de l’architecture et de la décoration ont été mis à contribution.  Et le spectacle vaut le décor.

L’un des mes amis prétend que la seule chose qui l’amuse lorsque la fantaisie lui prend de faire le tour de nos grandes boîtes de nuit, depuis le Bœuf jusqu’au caprice d’Eve en passant par le Parisaina et le Moulin Rouge, c’est le contraste curieux de la piste, vue à deux moments successifs : pendant les numéros et pendant le dancing.  Quand on a encore les yeux remplis des mouvements gracieux d’un mannequin, il est amusant de voir évoluer une abondante matrone au bras de son cavalier quinquagénaire, et qui essaient de prouver que six verres de whisky ne risquent pas de leur faire perdre l’équilibre quand ils veulent danser le cha-cha-cha. 

A propos de whisky, nous ne pouvons pas songer à aller nous coucher sans avoir été prendre ensemble un dernier drink au Whisky à Gogo.  Où se trouve le Whisky à Gogo ?  Porte Louise, dans la Galerie Louise.  Ce que l’on y fait ?  Rien !  On y boit.  Mais en bonne compagnie.  Et sec !  Car chacun possède son propre casier où il enferme sa propre bouteille de whisky.

 

Choux rouges, lilas et salsifis.

 

 

 

laurel et hardi au vieux bruxelles.jpg

 

 

Fatigués, après toute cette nuit de prétendue débauche ?  Mais oui.  Un peu d’air vous ferait du bien avant de rejoindre votre hôtel ou votre home.

Pourquoi ne feriez-vous pas un tour du côté du marché matinal ? 

- Si vous tenez à votre carrosserie, Monsieur, allez garer ailleurs.  Garons donc la voiture sur le Boulevard qui est tout proche.  Brrr !  Qu’il fait froid, qu’il fait noir au sortir de cette auto.  L’aube tarde à se lever.  Comme elle est étrange, cette ville sans passants, sans trams, sans néon, sans vitrines illuminées.

 

marché matinal gd place.jpg

Rue au Beurre, vous pénétrez avec difficulté dans une masse grouillante d’hommes et de choux, de charrettes et de carottes, de femmes et de salades, de conciliabules et de coups de klaxons, de hurlements et d’amoncellements de verdure.

On se perd dans les Halles de Paris et le touriste y est beaucoup plus attiré par la soupe aux oignons des restaurants spécialisé dans les menus ultra-tardifs que par le spectacle de l’oseille et du persil offerts par centaines de kilos.  Ici, rien de pareil.  Pas de restaurants pour vous !  S’il vous advient d’avoir faim pendant vos expéditions nocturnes, je vous conseille de vous rendre à l’Auberge de l’Ange Gardien, en face du Bœuf que nous connaissons déjà.  C’est à l’Auberge de l’Ange Gardien que je me suis amusé souvent à questionner les gens, alors que l’aube allait se lever.  Le spaghetti y est appétissant, le goulasch servi de main de maître et le couscous du chef ferait se pâmer d’admiration les fatmas des casbahs.

 

sainte catherine marché en 57.jpg

Marché Saint Catherine en 1957

 

Douze roses rouges.

 

 

 

de brouckère panorama.jpg

 

 

Voulez-vous garder de ce voyage au pays de l’ombre trouée de vives lumières un dernier souvenir agréable ?  Suivez-moi donc au marché aux fleurs qui est ouvert depuis quatre heures du matin.  Sur la Place de Brouckère, les ailes du Moulin Rouge tournent toujours.  A deux pas, se dressent les échoppes des producteurs de fleurs.

-          Une douzaine de belles roses ?  vous demandera la marchande.  Laissez-vous tenter.  Vous paieriez votre douzaine de roses trois fois plus cher chez la fleuriste !!!

Et si votre épouse, votre mère, vous reprochent de rentrer vraiment trop tard, vous pourrez leur répondre que si le charme de Bruxelles-la –nuit vous a retenu, vous avez surtout voulu attendre que l’aube vienne, afin de pouvoir leur offrir en rentrant ces douze roses fraîches écloses en témoignage d’affection de tendres remords. 

 

place rogier 1959.jpg

Place Rogier en 1959

 

 

 

 

 

26/05/2011

Naissance de la Galerie de la Porte Louise

 

C’est  au 49 et 50 de l’avenue de la Toison d’Or que s’ouvre depuis 1964 La Galerie de la Porte Louise.

 

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

 

Avant la réalisation de celle-ci, le projet de construire à cet endroit une luxueuse galerie commerçante était dans l’air depuis quelques années. 

 

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

 

Le montant de l’investissement pour la réalisation d’un projet d’une telle envergure semblait inconcevable à l’époque et les travaux à prévoir l’étaient tout autant puisqu’il fallait maintenir un environnement urbain familier et qu’au dessus du niveau envisagé reposaient des tonnes de terres constituant les assises de deux couvents et d’une église.  D’autres difficultés étaient à prévoir au niveau des maisons de la rue Crespel à cause des jardins quasi verticaux qui soutenaient les différentes constructions.

 

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

 

Il s’agissait  d’une très grande opération mettant en jeu de nombreux intérêts.  Né d’un désir de rendre le goulet de l’avenue Louise en pôle attractif de toutes les élégances parce que la situation géographique était idéale de par sa  proximité des quartiers résidentiels du haut de la ville.

 

On disait à l’époque qu’une ville était créée au cœur de la ville. 

 

Mme De Pooter-Bomert chef d’entreprise à l’époque fut l’inspiratrice de ce projet d’envergure.  

 

C’est en 1953 qu’elle eut déjà l’idée de prolonger la Galerie Louise. L’appui du baron Dansette alors administrateur-délégué de la S.A. Sarma favorisa les négociations pour assurer l’adhésion des autres interlocuteurs établis sur les lieux. 

 

La contribution du Père Marie-Joseph des Carmes, Prieur de l’époque et du Révérend Itchwood de l’Eglise Anglicane ne fut pas négligeable non plus.  Ils permirent d’obtenir les autorisations de Conseils établis à l’étranger alors que ceux-ci pouvaient très bien restés indifférents à ces dossiers.  

 

Il faut savoir que dans cette construction, une salle fut intégrée dans le Couvent des Pères Carmes auquel donne accès une entrée aménagée dans la Galerie de la Porte Louise.

 

Les investissements financiers pour la réalisation de la Galerie de la Porte Louise ont été coordonnés par le Groupe Empain qui constitua  la S.A. Auxari. 

 

Les plans de la Galerie de la Porte Louise ont été réalisés par le Bureau d’architecture Jacques Cuisinier. 

 

Le 27 avril 1964 la Galerie fut inaugurée et de très nombreuses personnalités avaient tenu à assister à cet évènement. 

 

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

 

 

 

 

 

 

 

 

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

 

Quelques enseignes de l’époque :

 

ANC. MAISON DUJARDIN TEURLINGS ET WELCOMME

ANNE MARTIN INSTITUT DE BEAUTE

ARIANE

BANQUE BELGE POUR L INDUSTRIE

BANQUE DE BRUXELLES

BETTINA

CATULLE

CHALMETTE GAINIER-DOREUR

CHARPENTIER

CHAUSSURES BALLY

CRAHAIT KITCHEN

DARVILLE JOAILLIER

DELBAR HORLOGERIE

DOROTHEE BIS DE PARIS

GARDIN ORFEVRERIE

JEUNESSE LOUISE

LA BOITE A PULL

LA CALADE MINERAUX ET PIERRES SEMI-PRECIEUSES

LADYS HOUSE

LANCEL

LAURENT DUVIVIER ENSEMBLIER

LE BON FOURREUR

LE COUVENT DES PERES CARMES

LIBERTY PARFUMERIE

LIBRAIRIE PAULI

MIM ROMA

NOS GARCONS

PARFUMERIE FRANCAISE

PAVILLON LOUISE ENSEMBLIER DE LA TABLE

PIERLE COUTURE

SARMA LUX

SERVICE CENTER INTERIM

TH LOLLIPOP

TOPS SNACK RESTAURANT

VERONIQUE BOUTIQUE

VISUAL RADIO-TV-DISQUES

WILLEMSENS JOAILLIER

WISKEMANN PORCELAINE – CRISTAUX

 

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

Ne perdons pas de vue que la première pierre de la Galerie Louise fut posée en juin 1951.  A cette époque la presse fit largement écho de cette réalisation et consacra des reportages sur la SA Galerie Louise dont l’architecte était M. Emile Goffay, l’Ingénieur le Bureau d’Etudes Léon-Marcel Chapeaux et l’Entrepreneur la S.A. Van Rymenant.

 

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

 

 

Voici un passage de l’interview parue dan le journal « Le Soir » de l’époque :

«Comme nous l’avons dit déjà, une artère reliera bientôt l’avenue Louise, en son goulet à la rue Capitaien Crespel et desservira, en le traversant, tout un quartier nouveau.  Elle consistera en un « passage » couvert, amplifié au centre sous forme de rotonde et portera le nom de Galerie Louise. 

Autre passage paru dans le journal « La Libre Belgique » de l’époque :

« Au bas du plan, l’entrée Louise de la galerie, mesure six mètres de large.  Plus loin, elle a huit mètres.  Ces deux dimensions se retrouvent dans les autres passages.  D’une grande rotonde d’un diamètre de vingt-deux mètres environ, on accèdera par une rampe en pente douce à une salle de spectacle et à ses annexes.

Le Phare donna d’autres précisions :

« La conception et la réalisation de la Galerie Louise, cette ville au cœur de la ville, ce centre du commerce de luxe ont exigé des calculs et des plans d’une haute technicité, des études architecturales détaillées et délicates, des moyens d’exécution puissant, une organisation de chantier impeccable, mais aussi des qualités d’imagination exceptionnelles.  Déjà cette construction suscite le plus vif intérêt dans de nombreux domaines, à telle enseigne qu’une vingtaine de magasins, 70 des cent garages, de nombreux bureaux et appartements ont, dès à présent, trouvé preneurs.  On ne peut que se réjouir de constater qu’il y a encore chez nous des constructeurs audacieux au point d’entreprendre des travaux de cette importance, qui constituent un apport considérable pour le commerce, la vie, le bien-être et la grandeur de la cité. 

La Dernière Heure publia un long compte rendu de la cérémonie de la pose de la première pierre et la Lanterne conclut : « Eh bien, oui ! Aussi audacieux que paraisse le projet, Bruxelles se propose de placer dans une galerie, l’un des coins le plus élégants et des plus luxueux de Paris.  Sans bruit, les ingénieurs et les entrepreneurs se sont mis à la besogne avec la promptitude que donne une inébranlable détermination.

En deux mots…. Ces galeries  offrent :

Six passages attractifs et de haute tenue, cinquante deux magasins ou boutiques de luxe, des Bodega, des Salons d’exposition, des Salons de coiffure, des Instituts de beauté, des salles de spectacles, un Bureau de Poste, des succursales de Banque figuraient au programme sur trois niveaux représentant une superficie d’environ 9.000m².  Mises bout à bout  les vitrines couvraient la distance de la place Stéphanie au Palais de Justice.  D’autre part, les promoteurs firent surgir un building résidentiel constituant un ensemble architectural parfaitement dégagé, entouré d’une vaste terrasse en plein air rehaussée de plantations et de fleurs et offrant une vue panoramique orientée plain sud et s’étendant sur plus de vingt kilomètre.   Septante appartements, bureaux ou locaux commerciaux y furent dotés de tout le confort et de près de cent boxes pour autos d’un accès aisé.

 

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

 

 

Site de croissance en hauteur, la Galerie Louise aux séductions visuelles et aux avantages fonctionnels a assuré d’une solution neuve l’extension urbaine dans le respect de la configuration naturelle du cadre.  Son implantation sans nuire aux activités coutumières des Deux Portes donne encore plus d’éclat à leur rayonnement et affirme leur prestige de grand carrefour du commerce de la Capitale.

 

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

bruxelles,bruxellois,galerie louise,galerie de la porte louise,galerie de la toison d'or,photo,sablon,marolle,belgique,belgium,brussels,commerce,boutique

 

 Extrait du livre « L’histoire Illustrée du Haut de la Ville » de Léon Geerts

Belle époque…. Loin de la crise actuelle….. Tout semblait accessible….. C’était l’époque des grandes démolitions pour faire place au béton, au  moderne et au confort.  Un grand virage dans l’architecture Bruxelloise.  A chacun ses goûts….. Laissons-nous bercer par la nostalgie et observons ces images du passés…. Pas si lointain !  

Je remercie le visiteur du bog qui à l’époque m’a envoyé ces photos. Vu mes nombreux déménagements ces dernières années, J'ai hélas perdu ses coordonnées !